14/07/2012

Le président et le parachutiste

 

Sur le vif - Samedi 14.07.12 - 16.57h

 

Un président digne, et pourtant souriant. Parfaitement dans son rôle de chef de l'Etat et de chef des Armées, mais avec calme, naturel, sans prendre d'inutiles airs martiaux. Oui, j'ai beaucoup aimé François Hollande, ce matin, sur les Champs-Elysées. J'ai d'ailleurs aimé ce défilé, cette armée française au service de la République, et je crois que ce rôle, respectable et décomplexé, est perçu en 2012 par une très grande majorité de Français. Nous, Suisses, pourrions au fond en prendre pas mal de graine, et c'est un homme qui a fait 500 jours d'armée suisse qui signe ces lignes.

 

François Hollande a donné exactement l'image qu'il fallait : celle du chef de l'Etat, mais aussi, par son sourire, son amabilité, son respect des troupes qui défilaient devant lui, celle du père de la patrie. L'armée, vécue non (surtout pas) comme un but en soi, encore moins comme un corps indépendant, potentiellement factieux, mais véritablement comme un instrument de la politique nationale, obéissant au pouvoir civil, intervenant pour protéger les populations, en France ou à l'étranger.

 

Il est tout de même étrange que la France, qui revient de si loin en matière militaire, a livré tant de guerres et tant de batailles, vécu les plus belles victoires et les plus terribles défaites (mai-juin 1940), entretienne aujourd'hui un rapport plus simple, plus décomplexé avec son armée, que nous les Suisses. La fin de la conscription obligatoire, sous Chirac, dans le pays de qui fut celui de la levée en masse de l'An II et des éclatantes victoires des armées de la Révolution, mais aussi de l'immense sacrifice de la Grande Guerre, y est pour beaucoup. Car ces hommes et ces femmes qui ont défilé ce matin sont tous des volontaires, ils ont choisi le métier des armes, ce qui change radicalement les choses.

 

Retour à Hollande. Le président - qui fut militaire, et même officier de réserve - ne se croit pas obligé de prendre des airs sévères. Il arbore juste la distance qu'il faut, se montre détendu mais sans relâchement, bref un Français comme un autre, juste chef de l'Etat pour cinq ans. Un politique juste assez délivré de la mystique. Il ne se prend ni pour Louis XIV, ni pour Carnot, ni pour le Poincaré du défilé de 1919. Il se prend juste pour le président de 2012. Normal, ce qui ne signifie pas banal.

 

L'exemple le plus parlant : un para, en atterrissant sur les Champs, se blesse. Mauvaise chute, apparemment sans trop de gravité. Le président, en toute simplicité, vient à sa rencontre, lui demande comment il va, lui serre la main, espère qu'il ne gardera pas « un trop mauvais souvenir de ce 14 juillet ». Assurément, ni de Gaulle, ni Mitterrand n'eussent, en pareille circonstance, bougé d'un centimètre. Eh bien cette humanité aimable du chef de l'Etat, non seulement ne nuit en rien à son autorité, mais symbolise son lien avec les gens.

 

De ce 14 juillet, je garderai le souvenir de cette simplicité et de ce sourire. Il y avait, de tous les côtés me semble-t-il, du respect. Non pas celui qui s'impose par les aboiements de l'autoritarisme. Mais celui dont parlent mes amis André Castella et Jean-François Duchosal. Et qui, tout simplement, change la vie.

 

Pascal Décaillet

 

 

16:57 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Par contre son bain de foule était loin d'être aussi populaire que celui du Président Sarkozy...

Écrit par : Ivan Skyvol | 14/07/2012

Il faut ajouter qu'il avait déjà eu affaire ou à faire à un autre parachutage hasardeux
celui de Ségolène , elle même d'une famille de militaires.

Écrit par : briand | 14/07/2012

Et même de légendaires sous-mariniers, dans le Pacifique.

Écrit par : Pascal Décaillet | 14/07/2012

Je transmets ici le commentaire que mon ami le colonel Jean-François Duchosal m'a fait parvenir, par mail. Bonne lecture! PaD

Respect, Monsieur le Président !

Je ne suis pas un fanatique de François Hollande mais son attitude simple et digne m'a vraiment impressionné. Comme vous, J'ai beaucoup apprécié son geste spontané à l'égard du parachutiste à qui il a adressé quelques mots à l'image d'un Capitaine à l'intention de son Soldat blessé. Vous avez raison Monsieur Décaillet de dire qu'il y avait du respect pour cette armée au service d'un pays. La France peut être fière de cette armée même si personnellement j'ai regretté la fin de la conscription. Ce défilé, par la diversité des troupes présentées, a montré l'intention de défendre le territoire national, de s'adapter au combat moderne et la volonté de respecter les engagements extérieurs.
Une armée forte, un Président rassembleur, au dessus des partis, c'est cette image exemplaire que nous aimons chez notre voisin.

Jean-François Duchosal

Écrit par : Pascal Décaillet | 15/07/2012

Un 14 juillet au début des années 60 perché sur les épaules de mon grand-père, j'ai vu passer Charles de Gaulle dans sa DS décapotable. La distance confiante du Connétable avait de l'allure, ce même Connétable qui n'hésitait jamais à plonger littéralement dans la foule tant il avait besoin du contact épidermique avec le peuple au grand dam de ses gardes du corps.

Écrit par : Malentraide | 16/07/2012

"Car ces hommes et ces femmes qui ont défilé ce matin sont tous des volontaires, ils ont choisi le métier des armes, ce qui change radicalement les choses"
Donc vous voudriez une armée de volontaires ici en Suisse, comme les extrémistes socialistes ? Tous les Français que je côtoie regrette le temps de la conscription. Si Mohammed Merah avait eu le privilège d efaire son service national, il ne serait jamais tombé dans son délire. Et il y a des millions de Mohammed en France...

Cela dit, d'accord avec vous sur l'attitude de Hollande. Mais il ne s'agissait pas de n'importe quel parachutiste. On était entre aristocrates, entre gens du même bord, la crème de la crème. On était en France, quoi, en monarchie française avec sa Cour et son aristocratie. Le Roi est allé s'enquérir de la santé d'un de ses meilleurs mousquetaires...
Vous avez vu la gueule des uniformes ? Cela change un peu de l'armée suisse et sa médiocrité voulue, non ?

Écrit par : Géo | 17/07/2012

Les commentaires sont fermés.