19/09/2012

Juste la mathématique d'ombre

 

Sur le vif - Mercredi 19.09.12 - 16.56h

 

Succession Maudet à l’exécutif de la Ville de Genève. Cour des Comptes. Gouvernance des grandes régies. De l’un à l’autre de ces trois dossiers, le royaume éhonté des petits copains. Même plus par derrière. Mais non : au grand jour, devant l’opinion publique ! Elle sait, on sait qu’elle sait, on n’y va même plus à la dissimulation, on accomplit la tragi-comédie des prêtés et des rendus, des retours d’ascenseur, des cooptations de chapelle, sans la moindre vergogne. Me revient en mémoire ce couple de chiens que j’avais vus en pleine étreinte, enfant, sur la place publique d’un village de Provence. C’est la vie, je sais, la nature, mais vous savez quand on est tout petit, cette irruption du sauvage, ça fait quand même un peu bizarre. Oui, Monsieur, les canidés en rut, dans les hautes sphères genevoises, ne se cachent même plus.

 

Copinage. Un ou deux types, disons trois, tout en haut, qui placent les cartes comme dans une réussite. Il faut un nombre bien précis de rois, disons PLR, quelques valets PDC, les dames on les oublie, les as, on les a perdus. On mélange, on bidouille, on coupe, on cueille discrètement  le complément dans sa manche, on adresse un clin d’œil à la Fortune, on annonce l’atout, on se partage la mise. Et ça s’appelle la Cour des Comptes, où on se conduit comme d’obscurs valets de ferme face une femme que son parti avait déjà choisie, et qu’on éconduit au dernier moment, sans la moindre explication. Et ça s’appelle la Migros et les TPG, où on lance le jeu d’échanges, en sifflotant, l’air de rien, comme en d’insouciantes fléchettes. Et ça s’appelle le pacte PLR-PDC pour l’exécutif de la Ville. Et ça s’appelle le joyeux mélange de tout cela, sans même l’ivresse, non, la tête récréative, toute sonore encore de l’acte commis. L'Acte !

 

Les chiens de Provence, eux, étaient au moins conduits, impérieusement, par la fureur d’un rapprochement. Là, rien. Rien, si ce n’est la glaciale mathématique des intérêts. La bourgeoisie de Province, hélas sans la plume d’un Balzac, ni d’un Mauriac, sans l’œil d’un Chabrol. Juste la mathématique d’ombre. Avec l’exacte raideur de l’équinoxe.

 

Pascal Décaillet

 

 

16:56 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

redoutable !

Écrit par : lulu la nantaise | 20/09/2012

L'ancien conseiller d'Etat neuchâtelois Carlos Grosjean a dit un jour - si mes souvenirs sont exacts - que ce n'était pas la politique qui était sale, mais les politiciens.
Genève nous en donne ces jours un "brillant" exemple.

Je ne serais pas fâché que votre billet puisse provoquer quelques remous dans le landern(e)au. Pour autant, évidemment que les mots conscience et honneur aient encore une signification dans la flibuste partisane genevoise.

Écrit par : Michel Sommer | 20/09/2012

Et quel réseau de copinage a permis le parachutage de Robert Cramer à la présidence du conseil d'administration des Transports Public Neuchâtelois?



http://www.rtn.ch/rtn/Actualites/Regionale/20120627-TN-et-TRN-fusionnent.html

Écrit par : un neuchâtelois | 20/09/2012

Les commentaires sont fermés.