21/09/2012

Avez-vous déjà couché avec un squelette ?

 

Sur le vif - Vendredi 21.09.12 - 19.04h

 

A part deux ou trois entretiens en allemand avec lui, dans les Pas perdus du National, je n’ai jamais eu l’occasion d’une véritable discussion avec Christoph Mörgeli. Mais je le lis tous les vendredis, dans les colonnes de la Weltwoche, avec admiration face à la braise de son style. C’est un polémiste hors pair, comme il en existe peu dans la presse germanophone, si ce n’est dans la grande critique littéraire du samedi. Il fut aussi, en alternance, mon voisin de chronique dans le Nouvelliste, c’était toujours intéressant de le lire, mais l’effet de la traduction faisait perdre à sa plume une partie de son effervescence. Il n’est de style que dans sa propre langue, celle de sa mère. Le reste, c’est au mieux de l’élégance, ce qui n’est certes pas rien.

 

Je partage certaines idées de Mörgeli, sur la souveraineté nationale, par exemple, en déteste d’autres, sur le rapport à l’immigration, ou les minarets. Mais enfin, voilà une tête bien faite, un homme brillant, on le devine qui dérange à tous les étages, à commencer, comme toujours en politique, par ses proches, au sein du parti. Et voilà que pour d’obscures raisons, le Professeur Mörgeli, spécialiste d’Histoire de la médecine, se trouve avoir des problèmes avec son employeur, qui a fini par le virer. Cela s’appelle un conflit du travail, il y en a des milliers par jour en Suisse, c’est extraordinairement difficile à vivre sur la place publique, surtout évidemment pour l’employé, qui se retrouve seul non seulement contre une machine, mais face à l’armée de ses ennemis qui profitent de la situation pour le flinguer.

 

Qu’ils profitent, c’est une chose, vieille comme le monde. Parmi les humains, il existe hélas bien davantage de combattants de la 25ème heure que de chevaliers. C’est ainsi. Et ma foi, que les socialistes, les Verts, les PDC, les PLR, les PBD, et même les UDC anti-Mörgeli, saisissent l’aubaine pour se ruer sur le baudet, c’est la vie, c’est le jeu. Idem pour les journaux anti-UDC, soit la quasi-totalité des publications en Suisse. Idem pour les TV, radios privées anti-UDC, sites internet anti-UDC, chapelles anti-UDC, Loges anti-UDC, admettons toujours que c’est de bonne guerre.

 

Ce que je comprends moins, c’est l’acharnement des ondes de « service public », notamment en langue française, à multiplier, depuis des jours, les têtes de journaux, les dossiers à multitraitements sur cette affaire. Si au moins M. Mörgeli était Romand, personnalité très connue du grand public, admettons encore. Mais enfin, tout idéologue de l’UDC qu’il soit, on a tout de même affaire à un conseiller national zurichois, en conflit avec une Université zurichoise, dans une querelle dont l’aspect zurichois n’est pas le moindre, ça me donne presque envie d’aller rechercher dans ma bibliothèque le livre « Mars », de Fritz Zorn.

 

Oui, les services de M. de Weck en font trop sur cette affaire. Oui, ils la montent en épingle. Non, il leur est totalement impossible (le micro, pour qui sait écouter, révèle la tournure des âmes) de cacher leur jouissance, la halètement de leur Schadenfreude, face aux malheurs professionnels de celui qui doit bien représenter, depuis une décennie, leur pire ennemi avec Blocher. L’ennemi redouté, parce qu’intelligent, talentueux, irréductible au cliché indécrottable de l’UDC adepte des Fêtes de lutte à la culotte. Alors, haro sur lui, plein feux sur l’homme aux squelettes. D’ailleurs, dites-moi, que diable fabrique-t-il, depuis tant d’années, lui l’homme d’esprit, au milieu des squelettes ? Relit-il Baudelaire ? Objectif Lune ? L’ombre souriante, quoiqu’un peu édentée, de la nécrophilie, pose-t-elle sur lui de sulfureux désirs ? Il fallait le diable, le voilà. C’est tellement simple, la vie, quand le diable perd son travail. Bonne soirée à tous.

 

Pascal Décaillet

 

 

19:04 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Pour ceux qui ont un peu de jugeotte, il suffit d'aller sur internet, et de taper les noms des intéressés; Flurin Condrau, Andréas Fischer, Christoph Mörgeli, et alors tout devient évident! C'est un linchage et rien d'autre!
La presse romande est complice, mais ça c'est une évidence depuis longtemps. Elle joue contre son propre pays, rien qu'avec sa cohorte de journaleux qui parle le -français" de manière bien typée!
Ce n'est pas pour rien qu'elle perd des -plumes- et que ce n'est que le début de la pente savonneuse.

Écrit par : Corélande | 23/09/2012

Les commentaires sont fermés.