29/09/2012

Nos villages, ces parcelles d'âmes

 

Chronique publiée dans le Nouvelliste - Samedi 29.09.12


 
Evolène, plus beau village de Suisse romande ! Ainsi en ont donc décidé les lecteurs de l’Illustré : bravo à Evolène. Rien à dire sur le choix, ce village est magnifique, tout comme le sont tant d’autres, ne serait-ce que La Sage, pour rester dans la région. Du coup, comme sans doute beaucoup d’entre nous face à cette opération de mes confrères, j’ai pris quelques minutes, me suis demandé quel aurait été mon choix. Et je me suis rendu compte du nombre de villages, principalement valaisans, que j’aimais ! J’ai fermé les yeux, pensé à eux, et c’est avec une incroyable précision, surprenante, que je les ai vus défiler dans ma tête. Parce que le village, davantage qu’un quartier de ville, se dessine. Il forme paysage, se voit en entier, d’un coup d’œil, il est au fond repérable, comme un visage.


 
Oui, nos villages ont une âme. Oui, leur existence est indispensable au pays. Que serait la Suisse, territoire déjà très densifié, si elle était appelée à devenir une sorte de zone semi-urbaine continue, ni vraiment ville ni vraiment campagne, comme l’est hélas déjà une bonne partie de l’arc lémanique, en tout cas entre Genève et Lausanne. Comme l’est de plus en plus le triangle d’or, aux abords de Zurich. Je combats cet urbanisme-là, ou plutôt ce laisser-faire. J’aime que la ville soit la ville, et la campagne, la campagne. La récompense obtenue par Evolène est  celle d’un développement intelligent, esthétique, soucieux du bien vivre, mais aussi du visuel, l’allure du village. Ce qui, hélas, fait défaut à certaines de nos stations, à cause des errances architecturales des années 70, notamment.
 


J’ai donc fermé les yeux, vu défiler, en vrac, Finhaut, Sarreyer, Bruson, Orsières, Ferret, Grimentz, Salvan, Saint-Jean, Fionnay, Champex, Trient, tant d’autres. Davantage, je dois le dire, dans les vallées ou sur les hauteurs que dans la plaine du Rhône : je dois être, dans mon arrière-pays cérébral, un type de plus de huit cents mètres. Bien sûr, j’ai pensé à d’autres villages, ceux du Haut-Valais, ou du Val Maggia, ou des vignes vaudoises, Toscane, Provence, Grèce. Et je crois que, si mon destin n’avait été urbain (j’adore Genève), j’aurais été infiniment heureux dans un village. Ces regroupements humains, souvent deux fois millénaires quand on remonte à l’époque romaine, voire au paléolithique, ne sont jamais là par hasard, l’eau y joue un rôle majeur, des générations se sont battues pour y vivre, parfois y survivre, les fiertés se sont dressées, les armoiries se sont imposées, de longues généalogies familiales se sont formées.


 
Oui, la Suisse romande a besoin de ses villages. Comme elle a besoin des villes. Les uns rêvant des autres, dans les deux sens ! Les uns nourrissant l’imaginaire des autres. Mais tous, enfants du même pays. Avec ses valeurs, sa fragilité. La part du sentiment qui nous relie à lui, inestimable.


 
Pascal Décaillet

 

11:40 Publié dans Chroniques éditoriales Nouvelliste | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Dommage que lors de l'évocation de vos souvenirs vous omettez les plus beaux villages du centre du Valais situés sur la rive droite : Ayent, Arbaz, Grimisuat et Savièse. Dans cette région nous bénéficions de tout : soleil, vignes, alpages et des gens heureux encore pas trop stressés par la vie citadine toute proche. Lorsque j'ouvre la fenêtre le panorama qui s'offre à moi va de Vercorin à Nendaz quoi de plus beau?

le "traina soc"

Écrit par : Les rives du bisse | 30/09/2012

Bien content que vous citiez ces deux villages de la valle du Trient, Salvan et Finhaut, qui formaient autrefois une seule commune. Meme outre-mer on en garde le souvenir.

Écrit par : La Tchevrette | 03/10/2012

Les commentaires sont fermés.