16/10/2012

Une droite genevoise réinventée

 

Sur le vif - Mardi 16.10.12 - 09.16h

 

Je suis en désaccord total avec l'analyse "La droite genevoise en guerre fratricide" de Marc Moulin, suite aux débats animés du Grand Conseil, notamment le refus du budget, dans le Temps.



D'abord, le titre est faux. Ce qui s'effrite, sur cet objet précis, c'est l'alliance du PLR avec le PDC (voire, de plus en plus depuis 2009, avec les Verts). Ce qui se consolide, c'est celle du PLR avec deux partis de la Marge que mon confrère ne semble évoquer qu'en se bouchant le nez (UDC, MCG). Non seulement le signal politique de vendredi soir n'est pas de "guerre fratricide à droite", mais il peut au contraire être interprété comme la construction, enfin, d'une vraie droite genevoise, ne reniant pas ses composantes plus populaires (oh, si voulez dire populistes, si ça vous fait du bien, sur le moment, ne vous gênez pas), moins coincée, moins patricienne. Sur maints objets politiques précis, cette alliance PLR-UDC-MCG a du sens. Elle est pertinente. Par exemple, éminemment, en matière fiscale et financière. Mais de plus en plus, aussi, en matière de retour du protectionnisme, le PLR ayant sérieusement infléchi un discours ultra libre échangiste dont plus personne, aujourd'hui, ne veut.


Mon autre désaccord avec Marc Moulin concerne le Conseil d'Etat. Avec un blanc-seing bien gracieux, mon confrère chante les louanges de cette équipe gouvernementale catastrophique, d'où ne se dégage aucun choix clair, aucune vision d'ensemble, même pas la saine juxtaposition de sept gestions. "Autisme" (reconnaît l'auteur) en matière budgétaire, à quoi il faut ajouter l'incroyable arrogance avec laquelle François Longchamp, vendredi soir, oubliant qu'il parlait aux élus du peuple, s'est adressé à certains députés. La remarque à l'élu législatif cantonal Stauffer sur sa gestion exécutive communale à Onex, par exemple, n'avait strictement rien à faire dans ce cénacle. Oui, il convenait, à ce gouvernement-là, de donner une leçon. C'est chose faite.

 

Il serait intéressant que l'alliance politique de vendredi soir, sur d'autres sujets, de façon moins réactive et plus pensée, plus construite, puisse se renouveler. Il y a là un grand dessein: celui d'une droite genevoise enfin assumée, délaissant les tiédeurs de l'illusion centriste, qui est avant tout un Marais d'opportunismes. Une droite un peu déplacée sur le curseur, fière d'elle-même. Une droite qui voudrait bien renoncer une fois, par exemple à l'horizon de l'automne 2013, à s'afficher comme la plus bête du monde.

 

Pascal Décaillet

 

09:16 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

« Une illusion peut-elle exister ? »
Koan zen

Que dire d'autre ?

Écrit par : Lussi Patrick | 16/10/2012

Si cette alliance n'est que de circonstance, elle est en tous cas de bonne augure pour la très prochaine élection au CA. Je n'imagine pas un seul instant qu'une part importante des électeurs PLR ne votent pas Bertinat...
Si l'on revient au psychodrame du PB2013, seule l'intelligence politique de Pierre Maudet explique le déroulement des évènements.
Prenons ici le pari, Pierre Maudet sera le meilleur élu aux élections 2013 et obtiendra la présidence du Conseil d'Etat. Car Pierre Maudet n'est pas un super administrateur comme l'est Francois Longchamp, c'est un politique "providentiel", qui "parle" au peuple.

Écrit par : realtyshow | 16/10/2012

Alors que les années à partir de 2013 et suivantes s'annoncent dures il faut espérer qu'une droite décomplexée pourra prendre le pouvoir et prendre les mesures pragmatiques et nécessaires qui s'imposent afin de protéger la population suisses et exiler les hordes importées du tiers monde.

Écrit par : La censure règne en Suisse | 22/10/2012

Les commentaires sont fermés.