03/11/2012

Genève: l'empire du miroir

 

Sur le vif - Samedi 03.11.12 - 18.48h

 

Le vrai pouvoir, à Genève, n’est pas celui qu’on croit. Il n’est pas incarné par un seul homme, ni par le Conseil d’Etat, ni par le Grand Conseil, ni par l’administration, même si ces entités, bien sûr, exercent des parcelles de puissance. Il n’est pas non plus exercé par les partis politiques, qui jouent leur rôle, pourraient le faire mieux, et dont la plupart des actuels présidents sont bien pâles et bien faiblichons, comme si les vrais ténors étaient ailleurs.

 

Alors, il est où ? Nulle part, et partout. Il ne s’exerce pas de façon individuelle, malgré l’émergence, dans l’Histoire, de belles verticalités régaliennes (Grobet, Segond, bientôt Maudet), mais par la confluence mélangée, entrecroisée, de réseaux. Il est un pouvoir collectif, et je crois que cette essence corporatiste est profondément chevillée à l’Histoire de Genève. De la Compagnie des Pasteurs, avec juste à sa tête un Modérateur, aux associations professionnelles, de l’organisation du patronat à la Chambre économique, du Cartel intersyndical aux associations de maîtres ou de parents, sans parler du pouvoir judiciaire, rien à Genève ne peut s’accomplir seul.

 

Il faut des appuis. Une toile de connaissances. Des centaines de soirées à boire des verres avec des copains, des milliers de mains à serrer. Oui, à l’époque des réseaux sociaux sur internet, Genève n’a de loin pas renoncé aux bonnes vieilles camaraderies tactiles, on se touche, on se tape sur l’épaule, sur la cuisse, on rigole un bon coup, on brise la marmite, et pour ceux qui, comme votre serviteur, étaient au régiment d’infanterie 3, on se raconte des souvenirs des nuits passées à se les geler, les cours d’hiver, dans le Val de Travers.

 

Et même si vous êtes habité par le talent le plus pur, comme MM Grobet, Segond ou Maudet, vous ne ferez jamais rien de bon sans vous tremper régulièrement, et plutôt mille fois qu’une, dans le rite baptismal de cette camaraderie initiatique. La République, en superficie, n’est pas si grande, guère plus que la seule Commune de Bagnes. Alors, on se connaît. On se retrouve. On se touche, on se tapote : je me demande parfois si Genève n’est pas une immense chambrée, avec ses souvenirs, ses effluves. Plus vous allez vers le cœur de la Vieille Ville, plus le théâtre d’opérations est minuscule, plus vous êtes amené à ne rencontrer, désespérément, que les mêmes. Le Père Glôzu, lui, a tout compris, il y a trois décennies, en quittant le Bar Corona, à la Tour Maîtresse, pour monter se planter là, lui-même, de sa personne, au cœur du monde sensible. Les cercles concentriques, de son Café de l’Hôtel de Ville, il les laisse joyeusement virevolter autour de lui. De l’ombilic, il écoute les entrailles de Genève.

 

Et puis, il y a ce tutoiement. Ils se tutoient tous ! Adversaires politiques ? Peut-être, mais dans le même comité associatif, camarades de commission, de sous-commission, copains de Conseil de fondation, d’administration, commensaux de tant de fondues. Et vous voudriez qu’ils se disent vous ! Le vrai pouvoir, à Genève, n’est pas vertical, mais se niche quelque part dans l’intrication d’une multitude d’affinités horizontales. Pour faire carrière, il faut simplement y être beaucoup. Beaucoup s’y montrer, Beaucoup toucher les gens, beaucoup tapoter, beaucoup tutoyer. C’est un jeu collectif, sauf qu’il n’y pas vraiment de règles, pas d’arbitre, pas de capitaine, pas de juges de touche. Mais le jeu, il faut en être. Il faut qu’on sache, partout, que vous en êtes. Genève est une galerie des glaces, l’empire du miroir. Bonne continuation à tous.

 

Pascal Décaillet

 

 

18:48 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Je ne sais pas quoi en dire, le texte est beau littérairement parlant. Une bonne étude de la socio-politique genevoise, intellectuellement parlant. Il dégage aussi un parfum d'émotions : que veut nous dire l'auteur sous les traits alertes et sensibles de sa plume ? Il faudra sonder Pascal, en toute sagesse, oui toucher son coeur et son âme pour aller dans une bonne exégèse de son message subliminal!

Bonne Continuation à toi aussi cher ami : Courage et Longue Vie!

Gorgui

Écrit par : Gorgui NDOYE | 03/11/2012

oui moi aussi je suis d'accord avec Pascal, j'ai fait (je fais encore) partie de pas mal de ces sous-commissions où les décisions s'élaborent, j'ai aussi la même lecture sur trois "leaders" Grobet Second et MAudet, qui n'ont eu pour seul atout que leur intelligence supérieure des vaguelettes des commissions.....
mais juste une remarque quand même: dans les autres villes c'est pareil non?

Écrit par : chaim nissim | 03/11/2012

Très bon billet.

Écrit par : Drope | 03/11/2012

Cela ressemble à la cour d'un monarque, mais sans monarque, c'est à dire sans le pouvoir absolu d'un seul sur tous, Pascal. Ce qui si j'ai bien compris, Pascal, vous manque. Ou bien ? Pascal ?
Cela s'appelle donc la démocratie. Et c'est bien embêtant, parce que c'est paralysant. Mais de toutes ces confrontations, amicales ou plus agressives, nait aussi une forme capitale d'intelligence collective, fortement limitatrice des excès en tous genres. Moi j'aime pas les excès. Donc j'aime la démocratie et j'apprécie que tout le monde se tienne peu ou prou par la barbichette, même si cela peut déplaire aux imberbes qui rêvent de s'y introduire. Cela permet de réduire les affrontements violents, toujours déplorables. D'ailleurs, j'ai cru comprendre que votre plus cher désir était que vos amis du MCG soient enfin pleinement intrégrés au club.
Dans le livre d'histoire que je termine ces jours, je constate que cette capillarité concussive et modératrice a bien souvent sauvé la République, lorsque les divisions extrémistes faillirent la perdre.
Fondamentalement, en quoi une conversation de cocktail serait-elle plus pernicieuse que le cancannage entre politiciens autour d'un plat de pâtes ?

Écrit par : Philippe Souaille | 04/11/2012

Belle plume. Mais ne surtout pas s'imaginer qu'il en serait fondamentalement différent ailleurs...

Écrit par : Observateur | 05/11/2012

Les commentaires sont fermés.