28/11/2012

La Chancelière se croit-elle médecin sous Molière ?

 

Sur le vif - Mercredi 28.11.12 - 15.41h

 

Signé par la Chancelière et Mme Künzler, c'est un texte d'un ignoble charabia que nous produit cet après-midi le Conseil d'Etat, pour nous dire tout le mal qu'il pense de l'initiative 152, de l'UDC, "Pour une traversée de la rade".


Une tartufferie sans pareil, sécrétée par les juristes apparatchiks de la Couronne, où un pouvoir qui ne veut pas d'un projet (légitimement muni des signatures nécessaires) se camoufle derrière un jargon qui rappelle les médecins du temps de Molière.



Jugez plutôt:



"S’agissant de la recevabilité, le Conseil d’Etat constate tout d’abord que l’initiative respecte l’unité de la matière et de la forme. L’unité du genre, en revanche, n’est pas respectée, car l’IN 152 n’est pas une initiative normative créant des règles générales et abstraites, mais une initiative administrative prévoyant simultanément des mesures générales d’aménagement et des mesures précises de construction. L’exécutabilité de l’IN 152 est problématique, car le délai de réalisation de six ans n’est pas réaliste. Par conséquent, le Conseil d’Etat propose au Grand Conseil d’invalider partiellement l’initiative en déclarant nuls les éléments trop précis de l’IN 152. S’agissant enfin de la conformité au droit supérieur, l’IN 152 doit pouvoir respecter les règles générales de planification et de protection de l’environnement imposées par le droit fédéral.
Sur le fond, compte tenu des évolutions des croissances estimées des déplacements ces dernières années – formalisées notamment à travers le projet d'agglomération franco-valdo-genevois signé en juin 2012 –, ce projet de traversée de la rade issu des réflexions de 2004 ne correspond plus aux enjeux de développement de l'agglomération. Dès lors, il n'est pas cohérent avec les politiques de mobilité développées au niveau du canton et de la région franco-valdo-genevoise."



J'ai déjà souligné plusieurs fois, ici, à quel point l'avis du gouvernement, et d'ailleurs celui du parlement, sur une initiative émanant du peuple, étaient certes respectables, mais au fond assez secondaires. Pourquoi? Parce que c'est justement pour corriger les errances et les erreurs des corps institutionnels que la démocratie directe, en Suisse, a été inventée. Et aussi pour une autre raison, majeure: une initiative est quelque chose de fort, tellurique, venant d'en bas. Un défi des initiants au peuple souverain. C'est entre ces deux instances que les choses doivent se jouer. Les notables intermédiaires s'en occupent, hélas, beaucoup trop.



C'est justement parce que la politique "franco-valdo-genevoise", la "région", le "Grand Genève" et toutes cette sorte de choses ne conviennent pas à l'UDC, que ce parti a décidé de lancer cette initiative.



Les histoires d'invalidation, de semi-recevabilité, d'exécutabilité ne sont que des paravents pour qu'un corps politique (gouvernement, parlement) se paye l'aubaine de refuser un texte qu'il combat, en ayant l'air d'avoir raison juridiquement.



Cette initiative de l'UDC, comme celle du PS sur les allègements fiscaux, doit être tranchée par le peuple. Les avis des corps intermédiaires ne sont que de la poudre aux yeux pour continuer la politique de l'actuel gouvernement, et confisquer au peuple le droit de la mettre en doute.

 

PaD

15:41 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Elle devrait engager un conseiller en communication... Non ?

Écrit par : Jean Romain | 28/11/2012

ce qui est navrant c'est ce constater l'incompétence tant de la magistrate que de sa subordonnée.
faire la leçon aux autres, argumentation péremptoire, mépris de la population !
dans une entreprise il y a belle lurette qu'elles exerceraient leurs piètres talents ailleurs mais dans notre Genève elles pourront continuer à l'envi de se tromper et de tromper encore et encore

Écrit par : pralong | 28/11/2012

Evidemment d'accord avec vous, au point de ne vouloir rajouter que ceci : l'incroyable génie de Molière qui a créé le nom de Diafoirus, particulièrement visible à propos de cette foire - au sens qui a donné foireux - avec le dia devant, qui s'applique si bien à cette prose...

Écrit par : Géo | 28/11/2012

La traversée de la rade on l'aura peut être un jour mais ce qu'on est sur d'avoir pendant 4 ans avec Mme Künzler c'est la traversée du désert.

Écrit par : norbert maendly | 28/11/2012

M. Décaillet,

Encore une fois, vous faites 100% parfait!

Écrit par : La censure règne en Suisse | 28/11/2012

Elle pourra toujours postuler pour le grand prix Genferei, là, elle respecte tous les critères.

Écrit par : Claude-Alain Chollet | 28/11/2012

@ Pralong

Même dans les entreprises on utilise un langage qui puisse occulter les rapports de pouvoir! Procédé vieux comme le monde, et que Molière a su, en effet, si merveilleusement mettre en scène! Que « Les femmes savantes » nous aident à n’être dupes ni de la chancelière ni de Mme Kunzler ni des Trissotin et Philaminte qui voudraient nous intimider en criant :

« L’impudente ! Appeler un jargon le langage fondé sur la raison et le bel usage ! »

Écrit par : Michèle Roullet | 29/11/2012

Les commentaires sont fermés.