01/12/2012

Quand le PLR confisque la démocratie

 

Sur le vif - Samedi 01.12.12 - 12.02h

 

Citoyen de ce canton, je suis réservé sur la bonne vieille traversée de la rade, version UDC, et lui préfère largement la vision plus ample d’une traversée du lac, celle qui pourrait enfin donner à Genève sa ceinture périphérique. Je voterais donc non, sans doute, au projet de l’UDC. Mais je demande à pouvoir voter ! En se camouflant, comme je l’ai souligné ici même mercredi, juste après le communiqué du Conseil d’Etat, derrière un insupportable jargon juridique, avec des histoires « d’initiative normative » auxquelles personne ne comprend rien, le gouvernement de ce canton montre son vrai visage : il cherche à éviter que le peuple se prononce. Affaiblir l’image d’un parti d’opposition gouvernementale. Il ne fait évidemment pas du droit, mais bel et bien de la politique. Une politique honteuse, petite, défensive, recroquevillée, à l’image de cette équipe 2009-2013 qui restera l’une des plus timides de l’après-guerre.

 

Citoyen de ce canton, je ne suis pas sûr d’être très convaincu par l’initiative des socialistes sur les allègements fiscaux. Mais je demande à pouvoir voter ! La majorité de droite du Grand Conseil, en invalidant ce texte, a montré qu’elle avait peur du peuple. Détestable.

 

Citoyen de ce canton, petit entrepreneur moi-même, je ne suis pas sûr d’être partisan de l’initiative des syndicats demandant l’instauration d’une police du travail. Mais je demande à pouvoir voter ! Et hier, qui a-t-on retrouvé, une fois de plus, pour nous brandir des histoires de droit supérieur (la tarte à la crème quand on veut empêcher le peuple de s’exprimer) ? Le PLR ! Encore et toujours le PLR. Pas seulement lui certes, mais assurément il détient le record des demandes d’invalidations. Terrible signal, confortant dans la population l’image d’un parti d’élites, de notables, tentant de refuser la démocratie directe, timoré face aux signaux qui pourraient surgir d’en bas. Finalement, grâce à l’UDC, le texte est passé. Mais le PLR ne sort pas grandi de ce combat, surtout lorsqu’un député, changeant miraculeusement de casquette alors que le Grand Conseil siégeait encore, signait, comme directeur de la Chambre de commerce et d’industrie, un communiqué hallucinant, qui dénonçait « un putsch contre le partenariat social ».

 

Le vrai putsch, Cher Jacques Jeannerat, toi dont je partage la plupart des idées, c’est lorsque des corps intermédiaires, sous le couvert d’un sabir juridique, masquant évidemment des intentions politiques, confisquent au peuple le droit de se prononcer sur des initiatives ayant obtenu les signatures. Cela donne, Cher Ami, un signal terrible dans la population. Celui de castes de copains et de coquins. La démocratie directe, très chère au cœur des Suisses, est un petit trésor fragile. On ne joue pas comme cela avec elle. Elle est un défi d’une partie du peuple (les initiants, ceux qui bravent la pluie et le froid dans les récoltes de signatures), lancé au peuple tout entier, le démos, le corps électoral de l’ensemble des citoyens. Un défi du peuple au peuple ! Moins les corps intermédiaires s’en occuperont, mieux notre démocratie se portera. Les spectacles d’invalidations, ou de tentatives d’invalidations, donnés ces derniers temps à Genève, avec au premier rang le PLR, sont pitoyables. Puisse le corps électoral, l’automne prochain, s’en souvenir.

 

Pascal Décaillet

 

12:02 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Je vous adresse le même commentaire du 17.11.2012 à propos de l'invalidation de l'initiative socialiste sur les allégements fiscaux dont vous traitiez dans votre blog:

"Vous avez parfaitement raison.

Pourquoi la manière de traiter de la validité d'une initiative n'a-t-elle pas été inscrite dans la nouvelle constitution ?

Une juridiction ad hoc,indépendante du pouvoir politique,aurait pu être envisagée."

Patrick Lussi répondait:

"Article 60 de la nouvelle constitution, "Examen de la validité". Ce sera le Conseil d'Etat en lieu et place de la Commission Législative qui sera chargé de l'examen de la validité."

Je n'en démords pas. La décision d'une validité d'une initiative doit être indépendante du pouvoir politique, que se soit le Grand Conseil ou le Conseil d'Etat !

Écrit par : L'iconoclate | 01/12/2012

Il serait même souhaitable qu'une commission indépendante du pouvoir examine et décide de la validité AVANT la récolte de signatures!

Écrit par : J-F Girardet | 01/12/2012

Peu importe qui invalide, il faut une instance de recours, elle existe c'est le pouvoir judiciaire. On pourrait imaginer qu'au lieu d'invalider en attendant les recours les autorités politiques demandent l''invalidation.

Écrit par : Guy Le Comte | 03/12/2012

Cher Monsieur Décaillet,

Tant que l'on demandera à un organe politique de trancher une question juridique, on obtiendra une réponse politique.

La nouvelle constitution améliore un peu les choses (décision par le Conseil d'Etat, avec recours à la cour constitutionnelle puis au Tribunal fédéral). J'aurai toutefois préféré que la question soit directement tranché par un tribunal.

Il me semble donc que ce n'est pas tant un problème des élus PLR, qui font ce pour quoi ils sont élus, c'est-à-dire de la politique, qu'un problème institutionnel.

Salutations

Écrit par : Céline Roy | 03/12/2012

M. Décaillet,

"La démocratie directe, très chère au cœur des Suisses, est un petit trésor fragile."

Dans cette phrase que vous écrivez se trouve la substantifique moelle.

C'est le signe des partis faibles et qui ne sont plus sûr d'eux-mêmes de chercher à garder le pouvoir par les marges.

Pas étonnant que je ne vote plus PLR per se.

Écrit par : La censure règne en Suisse | 03/12/2012

Les commentaires sont fermés.