06/12/2012

EEE : le Conseil d'Etat est-il devenu fou ?

 

Sur le vif - Jeudi 06.12.12 - 10.20h

 

À en croire Charles Beer (en direct ce matin, 07.56h, RSR), le Conseil d’Etat genevois serait favorable à la relance d’une demande d’adhésion à l’Espace économique européen. Cette remarque énorme appelle quelques commentaires :

 

1) Commençons pas les détails. Sur le strict plan de la forme, on ne parle pas « d’adhésion » lorsqu’il s’agit un processus multilatéral comme l’EEE. Le mot adhésion, dans notre vocabulaire politique, s’applique à une entrée de la Suisse dans l’Union européenne.

 

2) Soit Charles Beer invente, et c’est un peu inquiétant pour un homme à l’aube de son deuxième jour à la présidence du Conseil d’Etat. Par courtoisie, nous écarterons cette hypothèse.

 

3) Soit Charles Beer relate une réelle prise de position du Conseil d’Etat, et il est totalement abracadabrant qu’un avis gouvernemental aussi important soit annoncé, comme en catimini, à la radio, à la fin d’un entretien, juste avant la bourse, l’inforoute et la météo. Une telle décision du Conseil d’Etat aurait nécessité pour le moins une conférence de presse, avec le collège in corpore.

 

4) Le plus important : le Conseil d’Etat genevois, s’il a vraiment pris cette décision, est-il devenu fou ? Laissons la gauche, coutumière de l’errance. Sur les quatre magistrats de droite, lesquels ont fait basculer la décision ? M. Unger sans doute, puisque son président national de parti milite pour la formule EEE bis. M. Maudet sans doute, européen enragé. Mme Rochat ? M. Longchamp ? Rappelons tout de même que ce Conseil d’Etat compte trois PLR, membres d’un parti national farouchement attaché à la continuation des seules bilatérales, et opposé au gadget du vingtième anniversaire brandi par un président du PDC suisse, que sur ce coup, je ne puis suivre.

 

Surtout, on ne peut pas prendre, ni annoncer, ni imaginer de faire passer comme cela, une telle position sans lui donner du poids, de la voix, de l’argument, de l’arrière-pays. Juste un petit mot de M. Beer à 07.56h, c’est ridiculement chérif par rapport à l’enjeu de la cause. Citoyens du canton de Genève, nous avons droit à des explications supplémentaires. Nous pourrions bien avoir l’impression, une fois de plus, qu’une petite clique décide derrière nous, entre soi, sur notre dos, avec l’arrogance de se croire éternels au pouvoir. Il conviendra, dans exactement dix mois, de s’en souvenir.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

10:20 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Le pire arrive de l'intérieur. Comme M. Blocher en avait prévenu! Longchamp a aussi été de sa réthorique à Infrarouge (même si parfois c'était assez incompréhensible). Mais bon, vu, dans l'état où en est Genève, on comprend mieux.....pourquoi!
Genevois (j'en ai été toute ma jeunesse) franchement, vous avez maintenant le résultat de vos votes. Alors réagissez!
Darbellay, il faut oublier, il y va que pour sa casquette personnelle. Hier soir il en a aussi pris pour son grade et c'est tant mieux!
Si cet anniversaire pour faire -la poutze- au parlement ça servirait au moins à quelque chose.

Écrit par : Corélande | 06/12/2012

Après avoir vu Infrarouge, votre Longchamp semble souffrir d'europhilie aigüe. Forte fièvre, délire aigu.
Geneva delenda est...

Écrit par : Géo | 06/12/2012

Une fois de plus , le Conseil d'Etat oublie que nous sommes en république et se conduit ainsi qu'un prince face à ses sujets. Il commence à avoir l'arrogance des administratifs de la Ville,qui se prennent pour le nombril du monde!
Il ferait mieux de se mêler de ce qui le regarde, des finances lamentables par exemple, et de laisser la politique internationale suisse aux mains de ceux qui sont élus à Berne pour la déterminer.Il n'a aucun droit de faire croire que Genève est favorable à l'EEE.
Vraiment n'importe quoi!

Écrit par : Leyvraz Eric | 06/12/2012

Une telle annonce aux conséquences politiques importantes même pour un seul canton mal en point économiquement semble-t-il, nécessite à tout le moins un Arrêté porté au protocole des décisions du Conseil d'Etat en bonne et due forme et communiqué tous azimuts par notre inénarrable et compétente Chancelière d'Etat.
Rien de tout cela bien entendu ici.
Alors, oui!, le Conseil d'Etat est devenu fol, à tout le moins l'un de ses futurs ex-membres.
Plus rien ne nous étonne venant de cette "équipe" si disparate et incapable de se pencher sur les seules vraie affaires de l'Etat.

Écrit par : simonius | 06/12/2012

Toute cette clique lamentable de Conseillers d'Etat.

Ils me sortent par les trous de nez.

Et ce qui est étonnant c'est que c'est le cas aussi pour beaucoup de gens avec qui je discute.

Il y a bien sûr les fonctionnaires protégés qui sont pro gauchos et donc pro-Beer et Kunzler pour des questions de protection de leurs avantages, mais autrement même les entrepreneurs reconnaissent que les Beer, Longchamp, Maudet, Unger, Rochat, Kunzler et Hiler n'ont jamais rien créé de leur vie de façon autonome, c'est à dire comme entrepreneur créateur de richesse non subventionnés.

Ce qu'ils veulent dire par là c'est qu'un Beer a toujours été dans des milieux syndicaux ou protégés. Tout juste bon à impressionner la Police qui voulait repousser les manifestants du Pont du Mont-Blanc en juin 2003 (voir images d'archive de Léman Bleu).

Longchamp et Maudet sont des avocats de formation mais qui se souvient de leurs faits d'armes au bareau? C'est sûr qu'on a pas là des Maître Bonnant. Et combien de temps ont-ils exercé? Le reste du temps des bénéficiaires de partis avec la double nationalité françoise et pro-européens suicidaires.

Hiler arrivait régulièrement en retard et la tête dans le c.l lors de ses cours d'Histoire Economique à l'UNI tout en touchant bien son salaire. Et il a eu la chance de profiter d'années de belle conjoncture économique qui lui ont créées une aura surfaite de bon gestionnaire des finances genevoises.

Unger a le mérite d'avoir une formation difficile (médecine) et d'avoir été bien présent aux HUG, mais là aussi bien qu'on travaille beaucoup en tant que médecin, il y a toute l'intendance qui suit et fonctionne grâce aux impôts payés par les contribuables.

La Rochat, avocate peu connue et petite bourgeoise dépassée qui a pour tout fait de gloire d'avoir accepté d'être débarquée de son poste de ministre de la Justice et Police pour sous performance aggravée.

Kunzler, Docteur ès-tarot et astrologie et marre de café. Une insignifiance à qui il faut éviter de donner quoi que ce soit aussi.

Donc, beaucoup de médiocrité dans la capacité autonome (hors bataillon de conseillers et fonctionnaires servant à aider ces CE) et quasiment rien de démontrer par soi-même dans la vraie jungle de la vie économique.

Et toute cette brave clique veut relancer les traiter d'adhésion à un bateau ivre dont pas un seul membre n'a un taux de chômage plus bas que la Suisse et dont 1 membre sur 3 connaît des problèmes majeurs (Grêce, Espagne, Hongrie, Chypre, Portugal, Irlande, Roumanie, Italie et France).

Écrit par : La censure règne en Suisse | 07/12/2012

Les commentaires sont fermés.