10/12/2012

Saviez-vous que Mme Filippetti était ministre de la Culture ?

 

Sur le vif - Lundi 10.12.12 - 09.43h

 

Nous avions déjà tous noté qu'Aurélie Filippetti, ministre française de la Culture et de la Communication, n'avait pas nécessairement la trempe de Malraux, ni celle de Jack Lang. Elle vient de le prouver avec éclat, en taxant mon confrère Jean-Pierre Elkabbach de "machisme", parce qu'il avait osé déclarer, l'ignoble individu, que la porte-parole du gouvernement était "une très jolie femme qui s'en occupe avec une très belle langue de bois".


Si relever les qualités esthétiques d'une personne, c'est être machiste, alors nous sommes quelques centaines de milliers, sans doute, à l'être. Quant à Mme Filippetti, on se réjouit d'entendre de sa part l'annonce d'un quelconque projet audacieux, révolutionnaire, rassembleur, de nature à nous rappeler soit les Maisons de la Culture de Malraux, soit les Fêtes de la Musique de Jack Lang. Quelque chose de fort, qui marquerait son ministère. Autrement que par d'insignifiantes remarques qui fleurent la police du langage. Et celle de la pensée.
 
 
Pascal Décaillet
 

09:43 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

...

J'en suis médusé... Du machisme... Mais alors, oui, oui, vive le machisme! Y compris quand il sert de support à une ironie bien légitime, s'agissant de madame Vallaud-Belkacem, dont la langue de bois doit être du chêne solide et pesant.

Le machisme selon madame Filippetti deviendra peut-être une sorte de vaccin contre l'idéologie automatique et la soumission au dogme.

Écrit par : hommelibre | 10/12/2012

A vouloir la parité-égalité, il faut se contenter de "pièces-peu-reluisantes" et cela n'est absolument pas à l'avantage des femmes.
Les femmes de mon époque, ne se sont pas battues pour cela. Nous voulions être reconnues et libérées de l'emprise masculine, mais surtout pas que l'état de potiche de l'époque, se reproduise au siècle suivant!

Écrit par : Corélande | 11/12/2012

Ben oui: avec "homophobe", "ilsamophobe" ou encore "antisémite", c'est un adjectif-réflexe...

Mais il faut quand-même dire que la phrase d'Elkabbach est au moins étrange.

Si c'était, à l'inverse, par exemple, Christine Ockrent, qui avait dit, disons, d'Arnaud Montebourg: "c'est un homme très séduisant qui s'en occupe avec une très belle langue de bois", on aurait trouvé ça bizarre, non?
Limite ironique, non?

Écrit par : Sérum | 11/12/2012

"on aurait trouvé ça bizarre, non? "
Non, pourquoi ? Et vous croyez que les femmes se privent de gags sexistes ? Sortez de votre caverne...
Par ailleurs, Von Monteburg n'est plus aujourd'hui qu'un paillasson sur lequel tout le monde s'essuie les pieds. C'était probablement voulu par Hollande quand il l'a mis à ce poste, soit dit entre nous...

Écrit par : Géo | 11/12/2012

Géo, vous admettez donc, avec Filippetti, qu'elle a été la cible d'une remarque sexiste? Justement: on aurait trouvé ça bizzare dans la bouche d'une femme (journaliste politique) à l'attention d'un homme (ministre).

Écrit par : Sérum | 11/12/2012

Les commentaires sont fermés.