27/12/2012

Chénier, Dugain, le chemin perdu

 

Jeudi 27.12.12 - 19.06h

 

Le point commun entre André Chénier, le poète des alcyons, qui perdit la tête sur un échafaud à l'âge de 32 ans, en 1794, et  Marc Dugain, le génial auteur (entre autres) de la Malédiction d'Edgar, né en 1957 ?

 

Ne cherchez pas. Des livres de ces deux auteurs, simplement, me furent offerts avant-hier, pour Noël, par mes deux filles. Une fois de plus, elles ont senti juste. Ayant décrété une bonne fois, autour de 1973, en pleine folie rimbaldienne, que nul grand poète français n'avait, étrangement, vécu au 18ème siècle, j'avais toujours remis la lecture de Chénier, malgré les innombrables dédicaces qui lui étaient consacrées chez les génies poétiques allemands contemporains de sa fin tragique, puis ceux du 19ème. Ce rejet de ma part est une erreur, que je vais maintenant m'employer à combler. Oui, Chénier vaut mieux que d'être perpétuellement pris en exemple par des grammairiens et rhétoriciens imberbes et asexués, à cause de ses doux alcyons qui pleurent, et de sa jeune Tarentine. Je me rappelle par exemple que Bernhard Böschenstein, mon inoubliable professeur de poésie allemande à l'Uni, nous en recommandait la lecture, comme l'un des chemins pour aller vers Hölderlin.

 

Avec Dugain, auteur contemporain dont j'ai lu presque tous les livres, je suis chez moi. Un style. Un art du scénario littéraire campé sur fond historique, comme on n’en avait plus vu depuis longtemps (Anatole France, « Les dieux ont soif », 1912, chef d’œuvre). Un écrivain majestueux, dont j’ai souvent, dans mes Notes de lecture, évoqué les ouvrages, ici même.

 

André Chénier, Marc Dugain. Le hasard d’un Noël. Pourquoi aimons-nous tant les livres, en vertu de quelle magie ? Enfant, adolescent, deux choses m’ont aidé à vivre : les livres, les journaux. Tous les livres et tous les journaux qui me tombaient sous la main. Et puis, la musique. Mes filles, aujourd’hui, vivent le même trajet, chacun le sien. On discute, on évoque, on échange, on essaye de se faire envie. Tenez, je me suis mis, grâce à l’une d’elles, à écouter Rachmaninov, alias le Fou, alias le Trop Romantique, alias le Débordant. J’écoute, mes préjugés se dissipent.

 

Ainsi la vie, autour des livres. Nulle recette. Nul chemin, hors de soi-même. Tout au mieux, des dons, des prêts, des échanges. « Unterwegs zur Sprache », le titre de l’ouvrage fondamental où Heidegger, entre 1950 et 1959, analyse nos liens au langage. J’ai toujours, à chaque livre, ces trois mots en tête. Comme un chemin. Une initiation. Une aventure.

 

Le seul grand chemin. Le seul qui ne soit pas perdu. Le seul où accepter de se perdre, plutôt, serait la clef des retrouvailles. Avec qui ? Je l’ignore.

 

Pascal Décaillet

 

19:06 Publié dans Notes de lecture | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Mon père Noël venait de Nouvelle Angleterre cette année et j'ai reçu un ouvrage d'un tout autre genre mais au combien passionnant, Benjamin Francklin, "The mask and the Man" par Francis Jennings.

Une remise à plat de l'histoire de cet autre fou de l'écriture qu'était B/F et dont le parcours semble être nettement plus complexe que ce que l'histoire complaisante nous a servi jusqu'ici! Peut etre en parlerons-nous autour du 20 janvier pour la seconde prestation de serment d'Obama!

Écrit par : patrick dimier | 27/12/2012

Vous n'avez jamais ressenti cette frustration que de lire la vie des autres, l'opinion des autres, la littérature des autres ? La nécessité d'aller voir par vous-même ailleurs si vous y étiez ? Non, rien à voir avec le tourisme, l'odieux tourisme des Occidentaux, qui prétendent soutenir une discussion sur l'Afrique parce qu'ils sont allé 15 jours au Club Med à cap Skirring jouer à Jungle fiever.
Non, vivre et travailler ailleurs, parce que si vous voulez soulever le monde, il vous faut un appui. Vous ne comprendrez jamais bien votre terre que si vous l'avez quittée, vu et compris d'autres cultures de l'intérieur (et non par la lecture). On ne devrait donner le droit de vote qu'à ceux qui ont travaillé au moins dix ans à l'étranger....
Bonnes lectures tout de même. Je vais vous faire lire "Aspects du drame contemporain" de C.G Jung, mais je ne sais pas comment je vais m'y prendre.

Écrit par : Géo | 27/12/2012

@Geo
Le meilleur pour comprendre la pensée de Jung est Franck Ferrier "Jung et la 3e Hypothèse". C'est tout simplement remarquable.

Écrit par : Charles Lejeune | 27/12/2012

André Chénier, un immense poète, le dernier chez lequel les nymphes antiques aient eu une vie propre. Il avait quelque chose de Goethe, à cet égard.

Écrit par : Rémi Mogenet | 28/12/2012

Les commentaires sont fermés.