28/12/2012

Ueli et les moralistes de la haine

 

Sur le vif - Vendredi 28.12.12 - 09.47h

 

Excellente interview d'Ueli Maurer, en page 3 de la Tribune de Genève. Évidemment, comme il est de bon ton de considérer le futur président 2013 comme un parfait abruti, l'immense majorité de mes confrères, des observateurs et des commentateurs vous diront que cette interview est nulle, et que l'homme n'a rien dans la tête.



Eh bien pour ma part, j'y ai lu les propos d'un homme simple et sage, profondément attaché à son pays, aimant la Suisse, prêt à la servir au mieux de sa conscience. Un homme qui n'a pas l'intention de paniquer face aux pressions et au chantage de l'Union européenne. Un homme qui identifie, sans en faire un tabou, sans les camoufler sous le tapis, les vraies souffrances de la population de notre pays face à une immigration non-contrôlée, trop massive.



 Il n'y a là strictement rien de xénophobe. Ceux qui,  à longueur d'année, nous hurlent le mot "xénophobe" dès qu'on évoque, du bout des lèvres, une possible régulation des flux migratoires (que pratiquent les pays qui nous entourent), nous mentent. Il est temps de le leur dire. Il n'est plus question de laisser le champ libre à ces moralistes de la haine.

 

Pascal Décaillet

 

09:47 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (21) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Les Suisses ont besoin de se sentir aimés et protégés. Notre président saura rafraîchir les couleurs de notre étendard rendu rose à croix transparente par les usures du temps. Nous avons besoin de réactiver fièrement les valeurs qui ont fait la grandeur de la petite Suisse: honnêteté, éducation, sécurité et compassion. Tout un programme. Excellente année 2013.

Écrit par : J-F Girardet | 28/12/2012

Les Suisses ont besoin d'être fiers de leur patrie! Leur président a l'intention de raviver les couleurs de leur étendard devenu rose à croix transparente avec le temps. Tant mieux! Et ce petit pays au centre de l'Europe retrouvera avec fierté les valeurs qui ont fait sa grandeur: honnêteté, précision, éducation et compassion. Tout un programme porté par un peuple uni derrière un seul homme. Excellente année 2013 M. Maurer.

Écrit par : J-F Girardet | 28/12/2012

Mon cher Pascal,
Je suis d'accord avec vous. Je n'avais rien contre lui mais depuis la semaine où il a été invité, le matin, à la radio RTS (mp3), j'ai une certaine sympathie pour notre futur Président. Il était très touchant et ses choix musicaux démontraient qu'ils n'étaient pas si loin de la culture francophone et même romande. Même si je suis né à Genève et que mon père a vécu quasiment toute sa vie à Genève, je vois en Ueli Maurer un représentant de l'esprit de mes ancêtres, ces hommes et ces femmes de la terre, notre bonne terre Suisse.
Je préfère son langage direct que celui de bien d'autres ou l'hypocrisie est leur qualité principale ! Bravo à ceux qui savent dire en face des vérités même si elles fâchent.
Cordialement et bons voeux pour 2013.

Écrit par : Herbert Ehrsam | 28/12/2012

Encore une fois pas d'accord avec vous. Ceux que vous mentionnez semblent avoir compris, probablement dans les conseils de rédaction, qu'il y a des limites à ne pas franchir, et ces flots de haine envers Maurer dépassaient visiblement la ligne rouge. Vous avez probablement lu cet interview de Douglas Kennedy dans le Temps d'il y a quelques jours, qui explique qu'il y a deux Amériques qui se détestent cordialement, celle des villes (il dit les côtes W et E...) et celle du centre rural. Je suppose que comme moi cela vous a fait penser à un certain pays.
Il suffit de voir les réactions sur les déclarations de Piers Morgan pour se rendre compte que les médias ont intérêt à ne pas aller trop loin...

Écrit par : Géo | 28/12/2012

Ca ne pouvait pas mieux tomber! On nous a privé d'en vrai défenseur de la Suisse en tant que Président en 2008, et pas difficile de penser que nous n'en serions pas là avec les oppresseurs-mondialisés, si M. Blocher avait été président en cette année où tout a basculé et où nous sommes devenus la cible à abattre de trop de pays aux dirigeants désespérant.

Maintenant cette immense force portée par ses conviction qui transparait de M. Ueli Maurer, est un gage d'une bonne présidence, menée par un vrai Président au service de ses concitoyens, du peuple et de notre patrie.
En 2013 je serai fière d'être Suisse, et solidaire de tous les engagements que notre Président prendra au nom de notre pays.

Écrit par : Corélande | 28/12/2012

Raz-le-bol du Maurer des lamentations, vous voulez de la haine de la vraie de la bonne, cliquez sur Simonetta Sommaruga dans les commnetaires de journaux de Suisse Romande ou d'ailleurs , une armée des ombres- d'anonymes de gnome -leiter du café Guillaume Tell qui s'en donnent à aigre- coeur.

Écrit par : briand | 28/12/2012

Une chose est rassurante. Si les journalistes, et particulièrement ceux de la RTE (Radio Télévision d'Etat) ne semblent pas porter Ueli Maurer dans leur coeur, ils se trompent souvent dans leurs jugements à l'encontre des politiques situés hors de leur champ politiquement correct. A la veille du 5 décembre 2012 et en les écoutant, nous attendions un fait jamais arrivé dans l'histoire de la Confédération helvétique: Maurer non élu... Or, le citoyen, devant son téléviseur, entend encore le verdict des parlementaires: 148 voix! Une anecdote, j'en conviens, mais révélatrice de la voix de la pensée unique, qui se trompe en trompant! Certes, notre président pour 2013 ne fait pas les délices des amoureux de bons mots et de bling bling (si si, ça existe aussi chez nous, je vous le jure!), mais il est certainement plus efficace qu'on veut bien le reconnaître. Un exemple? A lire la "Tribune" de ce jour, Maurer met "en évidence le management encore insuffisamment conscient des coûts" de l'administration de son département. Le contribuable aura compris. De surcroît, défendre (modestement, car il est modeste) l'honneur de la Suisse n'est tout de même pas un crime! Alors, Ueli Maurer, un président normal? Non pour l'image, mais parce qu'il est un homme droit, proche du peuple suisse et des valeurs de son histoire. Nous serons nombreux à penser à notre président dans la charge lourde de "primus inter pares" qui sera la sienne en 2013. Il saura l'occuper avec dignité et en surprenant sans doute bon nombre de gens, en Suisse et ailleurs.

Écrit par : Jean-Marc Genet | 28/12/2012

Dès qu'on évoque une possible régulation des flux migratoires, les Tartuffe de la république poussent des cris d'orfaie. Ils mentent jusqu'au profil de certains migrants, demandeurs d'asile et autres; notre pays a accueillit beaucoup de génocidaires et terroristes, qui se sont naturalisés depuis, et qui crachent contre leur pays d'accueil, en ne travaillant pas, en emmerdant nos services publics et organismes financiers pour des ong bidon, (attention : il y a des ong dignes de ce nom comme Terre des hommes, Graines de Baobab, et quelques dizaines autres subventionnées, avec des projets à la clé d'utilité publique). Ils osent, en plus de vivre à nos crochets, traiter les petits suisses de cons pour leur naïveté, jurant leur tirer ses oreilles s'ils ne s'exécutent pas. Des diplomates du continent africain profitent grandement des Suisses avec le plus grand mépris.

Ceux qui ne connaissent pas ces réalités ne peuvent que s'écrier comme des oies blanches en s'illusionnant que tout le monde est beau et gentil. Et puis, certains flux migratoires, il faut le dire, ne nous apportent rien; ils n'ont rien à voir avec les vagues provenant des pays latins dans les années '60 pour venir travailler (souvent comme des esclaves) alors que notre pays avait besoin de main d'oeuvre. Ne nous voilons pas la face!

Quant à Ueli Maurer, je trouve déplorable de l'humilier parce qu'il serait le seul non-universitaire du Conseil fédéral, et pas vraiment rompu au langage technocrate et hypocrite ambiant. Le seul hic est que son département est presqu'exclusivement suisse-allemand et masculin. Mais bon, nul n'est parfait!

Écrit par : Roxane | 28/12/2012

Pour avoir dit la vérité, je viens de recevoir ça de Jean-François Mabut, le Grand Inquisiteur de la Tdg :
"Bonjour
Vos propos sont carrés et suscitent quelques interrogations grossies du fait que vous vous cachez derrière un pseudo. Nous avons décidé de ne plus accepter que des blogs dont les auteurs ont le courage de signer leurs propos.
Merci de vous conformer à cette nouvelle règle.
Bien à vous
jfm

Il est important que vous le sachiez. On ne critique pas impunément la Tdg...

Écrit par : Géo | 28/12/2012

Merci Monsieur Décaillet, vous êtes un homme intelligent, cultivé et non conformiste.

Écrit par : norbert maendly | 28/12/2012

L'un des meilleurs penseurs politiques français contemporains, Régis Debray, a publié un ouvrage à lire sans faute "l'éloge des frontières". Il y expose, avec un verbe de qualité, que l'idée de vivre sans frontières est un leurre particulièrement pervers et dangereux.

Vu son passé guévariste et très ancré à gauche, on ne peut pas taxer Régis Debray de pro-UDC. N'en déplaise à cette gauche bien-pensante qui ne sait même plus penser les maux des plus exposés aux effets dévastateurs de la politique de la porte ouverte.

Comme M. Genet j'ai trouvé le passage de notre président sur RTS très révélateur d'une droiture et d'une fidélité à ce qui a fait ce pays qui est, en réalité, paisible.

Seuls ceux qui savent se souvenir d'où ils viennent peuvent envisager sereinement le chemin pour aller de l'avant.

En dénigrant nos valeurs et nos traditions, les deux dernières présidences ont causé un tort majeur à notre pays, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. A l'intérieur car il n'y a pas de pire message que celui de la complaisance à l'égard de ceux qui salissent l'honneur du pays (à défaut de Nation) et ce qu'il contient de valeurs aussi solides qu'ancestrales. A l'extérieur car aucun Etat ne respecte un Gouvernement étranger qui se montre incapable d'affirmer ces valeurs et la Souveraineté inviolable de son droit interne.

Pour être clair, les dirigeants de l'UBS devaient être livrés aux autorités américaines pour qu'ils aillent s'expliquer devant elles, comme on devait exiger la livraison des criminels qui ont violé nos lois intérieures. Quitte à déclarer "persona non grata" les dirigeants qui ont exploités ces données volées. Il est des moments de l'Histoire où il faut avoir du courage et de la détermination. Deux notions inconnues du vocabulaire "fédéral". Mettre des amendes à des banques, même en milliards, ne résoud rien.Cet argent n'est de toute façon pas le leur! Il faut que les auteurs de cette criminalité professionnelle soient eux-mêmes punis pour leurs actes. Il est trop facile d'encaisser des millions au titre de salaire si c'est pour se débiner au moment des comptes.

Pour rester dans la ligne, Mme Widmer-Schlumpf a salit notre honneur en se rendant à Canossa, pardon Paris, alors que c'est elle-même qui avait lancé l'invitation. Comme Henri IV en 1077, elle s'est fait empapaouter, et à la sauce hollandaise qui plus est. Une telle attitude de soumission est tout simplement intolérable et il est tout à fait regrettable qu'une telle personne ait pu être réélue par un parlement qui confond, s'agissant de la dame en question, Coire et couard!

Au même titre que ses prédécesseures M. Maurer est le seul et légitime président de la Suisse. A ce titre mérite le respect initial qui lui est dû. Nous ferons le bilan le 31 décembre 2013 et parions qu'il ne sera, et de loin, pas aussi déplorable que celui des deux dernières.

Écrit par : patrick dimier | 29/12/2012

Je dois avouer que j'ai une certaine sympathie pour notre Knorrli national.
D'ailleurs je lui ai consacré un petit article illustré à consulter sur le site :

http://ltendard.blogspot.ch/

Écrit par : Hypolithe | 29/12/2012

ce qui m'a fait plaisir lors de son discours ,c'est le fameux ne montrons jamais notre peur aux autres.Oui car je peux le certifier vous les hommes suisses étes considérés comme des peureux par certains machos du sud qui eux ne divorcent par pour un oui ou nom en laissant le reste de la famille mère ou grand mère en bute à des complications qui du temps des anciens Mobars auraient vite trouvé réactions peut-être agressives soit mais bien réalistes et cela ils le savent ceux qui se jouent sur et de la peur des isolés
Et c'est vérifiable à l'année dans certains immeubles ou pour afficher votre détermination vous êtes obligé d'afficher le général Guisan sur votre fenêtre
Alors merci à Monsieur Maurer

Écrit par : lovsmeralda | 29/12/2012

Le citoyen Maurer a le droit d'avoir les idées qui lui plaisent et d'être peu enclin à s'ouvrir vers l'extérieur. il a parfaitement le droit d'exalter son patriotisme qui confine au nationalisme. Et finalement il a parfaitement le droit de les exprimer comme bon lui semble et quand bon lui semble.

Mais, parce qu'il y a un mais - U. Maurer n'est pas qu'un simple citoyen. Il a la charge de Conseiller fédéral et en 2013 celle de Président de la Confédération. L'honneur suprême lui importe peu. Il se dit près du peuple des citoyens. On ne le lui reprochera pas. On peut toutefois être proche de ses concitoyens et représenter son pays à l'extérieur avec un discours diplomatique avisé. Aimer son pays c'est bien. Se recroqueviller sur son bien-être pensant que les autres n'ont "qu'a faire la même chose" ne me paraît pas bien digne d'un Etat qui "n'a de leçon à recevoir de personne" mais qui par son comportement ne cesse de vouloir en donner aux autres.

Non, définitivement non, je ne suis pas un admirateur de M. Maurer, ni d'ailleurs du parti qu'il représente. Je ne m'appelle pas Ulysse et le chant des sirènes m'inquiète. Je ne souhaite pas enfermer les réquérents d'asile, je ne veux pas rétablir des frontières hermétiques pas plus que je ne conçoit des banques dont l'arrogance est plus grande encore que les amendes qu'on leur inflige. Cette Suisse-là, je n'en veux pas. En revanche, rien ne s'oppose à ce notre pays participe pleinement à la construction d'une Europe qui lui ressemble non pas par sa frilosité et son égoïsme, mais par la solidité de sa démocratie et son sens du partage.

Gandhi, je crois, a dit : "l'exemple n'est pas le meilleur moyen de convaincre, c'est le seul."

Excellente année 2013 à tous.

Écrit par : Michel Sommer | 29/12/2012

@ Michel Sommer:
Si vous ne voulez pas d'une Suisse qui sait rester ce qu'elle est, je crois que vous devriez relire le 1er ministre du Commonwealth d'Australie, John Howard, lors de son discours d'adieu en 2007 à propos des règles qui régissent un pays et en particulier celles de l'accueil sur son territoire. Sa conclusion était claire, sans ambiguïté et va fort bien à tous ceux qui, dans votre style, rejettent toutes ces règles sans en proposer de meilleures.

La dernière phrase résume tout "si tout cela ne vous convient pas, je vous invite à jouir de la plus belle de toutes les libertés, celle de partir"!

Pourquoi pas, pendant qu'il est encore temps, honorer le tricentenaire de notre illustre concitoyen, Jean-Jacques Rousseau, et partir de Genève pour parcourir cette belle Europe si solidaire, si juste, si légaliste, si égalitaire, si loyale que la Suisse est un enfer en comparaison.
Souhaitez seulement, cher monsieur, qu'à votre retour les portes de Genève vous soient encore ouvertes et non closes comme elles l'ont été pour le penseur qui a ouvert la voie vers la démocratie moderne. Je vous conseille une lecture brève de son cru, la déclaration des droits ET DES DEVOIRS du citoyen genevois. Elle vous permettra, on l'espère, une correcte appréciation de la chance qui est la vôtre (et la nôtre) de vivre dans notre système et non celui du voisin.

Encore un détail, Churchill a dit " la démocratie a ceci de particulier qu'elle permet à hommes libres, par le biais d'élections, de se désigner des maîtres".

La prochaine fois choisissez-en qui soient moins stupides que ceux qui ont permis l'arrivée au pouvoir de personnes aussi peu fiables.

Écrit par : Pasteurisé | 29/12/2012

@ Monsieur Décaillet ,avec mes meilleurs voeux pour 2013

Écrit par : lovsmeralda | 30/12/2012

à Pasteurisé

Je suis un peu ennuyé de répondre sur le blog de P.Décaillet mais puisque vous m'interpellez, je n'ai malheureusement pas d'autre choix d'autant que vous êtes caché derrière un pseudo que les gastronomes redoutent car dépourvu des saveurs que la pasteurisation est sensée protéger. Mais passons.

Vous avez parfaitement le droit de n'être pas d'accord avec moi. Pour ce qui est de partir, rassurez-vous : il y a près de 30 ans que je ne vis plus en Suisse. J'y ai travaillé, voté, payé des impôts et j'en paie encore, en fait tout ce qu'un citoyen lambda fait sans rechigner.

Si je vous ai bien lu, vous m'attribuez un certificat de mauvais citoyen qui n'a plus qu'à quitter le territoire. J'ai déjà quitté le territoire...

En fait vous ne m'avez pas bien lu et ma dernière phrase aurait dû vous éclairer. Je veux bien compléter si le besoin s'en faisait sentir.

Je vois enfin que vous aimez comme moi les citations. Mais le propos de Churchill ne me plaît pas beaucoup. La démocratie permet de se choisir des représentants. Vous semblez préférer les maîtres. Mais quand il y a maîtres, il y a valets.

Vous terminez par une phrase un peu absconse. Je suppose que le "en" fait allusion aux maîtres, aux députés, aux Conseillers fédéraux, d'Etat, enfin aux élus et vous dites : "La prochaine fois choisissez-en qui soient moins stupides que ceux qui ont permis l'arrivée au pouvoir de personnes aussi peu fiables." Par mes votes, c'est effectivement ce que j'ai essayé de faire. Il est tout de même malheureux que nous n'ayons pas été assez nombreux pour y parvenir !

Enfin, avez-vous constaté l'intelligence des candidats avant d'être élus et qui basculent dans le camp des incompétents peu de temps après avoir franchi la barrière du vote populaire.

P.S.: En ce qui concerne la liberté de partir, je me permets de vous retourner la proposition tout en vous priant d'éviter de me faire des procès d'intention.

Excellente année 2013. Et puisque vous aimez Chruchill, je vous en sert une petite dernière, de mémoire, de l'homme au cigare qui promettait à son peuple du sang et des larmes "La démocratie est le pire des systèmes, à l'exception de tous les autres". Je ne garantis pas l'exactitude du texte.

Écrit par : Michel Sommer | 30/12/2012

A Monsieur Décaillet,

La fin de l'année approche, elle est là ! Je vous vois sur tous les fronts, de tous les combats politiques, défenseur de toutes les personnes - quelles que soient leurs origines - qui sont dignes de l'être. D'un autre côté, vous griffez à l'occasion avec un talent certain. J'envie votre capacité à "pondre" tant de textes, d'analyses, de pensées alors que les journées n'ont que 24 heures. Mais comment faites-vous ?

Bien sûr je ne partage pas toujours vos appéciations, il arrive même parfois que vous me mettiez en colère. Vous me rétorquerez que vous ne faites "que" votre métier de journaliste. Je m'interroge tous les jours un peu plus sur la formation des journalistes dont un certain nombre oublient ou feignent d'oublier la force destructrice d'une information mal contrôlée.
J'ai eu l'occasion, dans le passé, de discuter avec M. Jean-Claude Nicole, à qui je disais tout mon attachement à la presse tout en soulignant la nécessité d'une éthique sans faille. Le journaliste a, vous avez, entre les mains une arme d'une redoutable efficacité. Je ne doute pas que vous en ayez saisi toute l'importance. C'est peut-être aussi pour cela que vous dérangez parfois.

Je sais que durant l'année qui s'annonce, vous m'irriterez parfois ! Et pourtant je continuerai à lire vos papiers et je me permettrai de répondre. Il m'importe d'avoir la possibilité d'exprimer mon opposition à vos prises de position. On peut - éventuellement - vous en vouloir sur les idées mais certainement pas sur la manière d'exercer votre profession : avec éthique et responsabilité.

Bien cordialement
Excellente année 2013
Michel Sommer

Écrit par : Michel Sommer | 30/12/2012

Continuez de semer le vent…

Marcel Regamey disait qu’il y avait les vaginales, les clitoridiennes et les institutrices vaudoises, tant ces dernières se distinguent par leur exiguïté mentale et leur psychorigidité maladive. La rédactrice en chef adjointe de 24 heures fait visiblement partie de cette catégorie, en se sentant obligée d’insulter une fois de plus Ueli Maurer dans l’éditorial du jour. « Son message rédigé en sabir fédéral a surtout donné l’image ubuesque d’un pays d’imbéciles heureux… »
Imbéciles heureux, lisez « Suisses allemands ». Parce qu’au cas où vous ne le sauriez pas, la Suisse, c’est l’Arc lémanique. Les Supermens ou mieux les Superwomens, qui se la pètent mieux que les Parisiens. L’EPFL et son Learning center en forme de bouse de vache géante, avec ses architectes aussi prétentieux que dépourvus de goût. Écoutez l’interview de Inès Lamunière, issue de la famille dominante de 24 heures, sur la réfection de l’Opéra de Lausanne. Le nouveau parlement hideux symbolique de la merde ambiante, le pôle muséal désastreux, après les ravages infligés au Rôtillon. Et tout cela après le désastre de la Riponne que des générations d’architectes viennent visiter du monde entier depuis des générations comme exemple de ce qu’il ne faut absolument pas faire.

Et alors regardons un peu de près les conseillers fédéraux romands. A quel point cette gloire des Vaudois, Jean-Pascal Delamuraz, avait tort avec son « dimanche noir »…
Et que penser des nains Felber, Deiss ?
Couchepin et ses succès dans l’assurance maladie après la désastreuse tricoteuse Dreifuss ?
Que pensez-vous de l’hyper-arrogante prétentieuse Calmy-Rey et sa politique pro-palestinienne sans aucune réflexion ?
Avez-vous envie d’admirer les souris grises Burkhalter et Berset ?

Est-ce que quand la Suisse romande produit des hommes politiques aussi acratopèges, inefficients ou sans âme ni personnalité, on peut se permettre de critiquer ainsi Ueli Maurer ?

Pour qui se prend donc cette institutrice vaudoise frustrée, sans talent ni raison, qui travaille pour un canard qui vit ses dernières années de boiteux ?

Écrit par : Géo | 05/01/2013

Merde à lire Géo , on se dit que les Maurer ont tous la même peau.

Écrit par : briand | 05/01/2013

Merde à lire briand, on se dit que les opposants n'ont ni âme ni esprit...

Écrit par : Géo | 06/01/2013

Les commentaires sont fermés.