03/01/2013

Modeste et Pompon

 

Sur le vif - Jeudi 03.01.13 - 11.25h

 

Démolir Ueli Maurer. L'exercice mimétique, toujours recommencé, de ce début d'année. Aujourd'hui, c'est le Temps qui s'y colle. Portrait d'un homme modeste, ironie surmultipliée autour de cette modestie (que, chez un autre, on eût trouvée géniale), démolition en bonne et due forme, parole donnée presque exclusivement à ses détracteurs. Bref, la routine.



Toujours recommencée, comme la Mer de Valéry. Juste le ressac en moins, le goût salé de l'écriture. Oui, juste au final la pâteuse impression de copié-collé, tellement conforme, de ce qu'on lit partout ailleurs. Démolir Maurer, exercice sans style, juste l'accomplissement d'une tache, aujourd'hui acheter du sel, prendre de l'essence, farter les skis, démolir Maurer, changer les draps. Encore quelques articles comme celui-ci, et le Temps pourra clamer qu'il ne sera mort que de lui-même, par lui-même, comme Paris libéré: le Temps par lui-même martyrisé.



Président, tout au plus, du Conseil fédéral, dixit le Temps de Maurer. Dans un article rédigé, au plus tard, le deuxième des 365 jours de présidence du Zurichois. Admirable prescience. Se contenter de présider les séances, sans incarner du tout la fonction de lien avec le peuple, c'est exactement ce qu'on pouvait reprocher à Eveline Widmer-Schlumpf. Sur le constat, bien réel, de ses 366 jours de présidence 2012. Mais que voulez-vous, la présidente bissextile, on l'épargne, on la cajole, on l'encense, on l'amadoue. N'était-ce pas elle, le 12 décembre 2007, qui, faisant au pays le don improvisé de sa personne, le sauvait des griffes de la Bête immonde ?



Oui, les journaux disparaîtront de leur propre conformisme. D'avoir trop choisi la duplication. Pendant ce temps, Ueli Maurer présidera. Et le 31 décembre 2013, autour de minuit, nous commencerons à porter un jugement. Excellente Année à tous.

 

Pascal Décaillet

 

11:25 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Tellement vrai. Merci Monsieur Decaillet

Écrit par : Humair | 03/01/2013

Les gens ne devraient pas lire le Temps,

l'article que vous citez est plein de mépris pour les gens de notre peuple, c'est-à-dire pour nous mêmes :

"Ueli Maurer fera un bon président de séance. Ni chef de gouvernement ni chef de l’Etat. Un président du Conseil fédéral, très suisse, très dans la moyenne, très proche du peuple." (Ueli Maurer, l’Helvète modeste, Le Temps, Yves Petignat, jeudi 3 janvier 2013)



Pour son auteur on comprend ainsi que les suisse sont des gens très moyens, une autre manière de suggérer très médiocres et qu'être près du peuple serait ainsi une tare. Si les gens du Temps n'aiment pas la Suisse et son peuple pourquoi ne vont-ils pas exercer leurs "talents" à Paris ou à Hambourg ? sous les feux et les dorures des grandes capitales pleines de ces élites à qui ils voudraient tant ressembler ( et qui aujourd'hui ne savent plus comment équilibrer des comptes qu'ils n'ont hier pas su gérer...)

Qu'ils nous fichent la paix à la fin !

Que les gens du Temps aillent exercer leur fins "talents" dans ces pays de l'UE qu'ils admirent tant, dans ces pays faits de rois et de puissants, et qu'ils viennent ensuite nous dire s'ils y ont trouvés des salaires et des situations aussi confortables et sûres que dans notre petit pays dirigé et corrigé parfois par de modestes petits comptables ( profession d'origine de ueli maurer).

Qu'ils viennent nous dire si dans ces pays mirifiques et flamboyants qui les font tant rêver les comptes et les finances y sont meilleurs que dans notre petit pays modeste et médiocre.

Sans ces comptables petits et modestes issus du peuple, contrepoids rassurant à la folie et à l'inconscience des vaniteux, notre pays ne serait pas ce qu'il est.

Certains journalistes prétentieux du Temps (et d'autres journaux et médias)feraient mieux d'aller vivre dans l'UE, ils y seraient plus en accord avec un terreau qui leur convient.


*




Bonne année 2013 à tous les suisses modestes et travailleurs qui ont fait la réussite et la survie de notre pays.

Écrit par : quidam | 03/01/2013

Une amie, à l'âme plutôt socialiste, a écouté Ueli Maurer le 31. A ma grande surprise, elle a trouvé son message plutôt intéressant et qui lui «parlait»! Sur les sites internet des grands quotidiens, les internautes étaient en majorité positifs! Personnellement, je pense que le nouveau président de la Confédération va nous surprendre! Regardez la photo 2013 du Conseil fédéral. Seul l'UDC est parfaitement à l'aise et son sourire n'a rien d'hypocrite. Tous les autres sont coincés.
Enfin, ce n'est plus un traître à la patrie qui est au sommet!

Écrit par : Martin Leu | 03/01/2013

Au terme de son mandat, peut- être aurons- nous droit à une Chronique du Sac à Pain ou Livret de Service "selon Max Frish" ?
Vivons peureux , vivons cachés , Ueli ne sortira que si nécessaire , par temps calme si possible ,le Libor des Libor est là pour nous protéger.

Écrit par : briand | 03/01/2013

Je me souviens de la remarque blessante que Furgler, un sacré pincé du bec et suffisant, avait faite peu de temps après l'élection d'Adolf Ogi au Conseil fédéral "le Conseil fédéral a perdu son prestige avec l'élection d'un professeur de ski".

Il n'en demeure pas moins que Monsieur Ogi a été un grand président, un vrai patriote et un homme d'une ouverture d'esprit dont le conseil fédéral de son époque ne pouvait pas se targuer.

M. Maurer ne peut pas faire pire que Mme Widmer-Schlumpf ou alors c'est à dire que la Suisse est en état de mort clinique!

La presse, surtout romande, est assez volontiers moqueuse aussitôt que l'on évoque le plus grand parti politique du pays. Il est vrai que certaines de ses sections prêtent à sourire, même à pleurer parfois. Cela ne veut pas pour autant dire que la vision que défend cette formation est dépassée. Au contraire, rien ni personne n'est mieux à même de se défendre que le Peuple lui-même, par toutes les voies et voix, à sa disposition. L'architecture politique suisse repose précisément sur le concept de l'autodétermination et de la neutralité dans lequel seul un gouvernement dédié à la poursuite de ces idéaux a sa place.

Ce gouvernement-ci promeut la politique "bisounours" qui portent nos ennemis à croire que le pays est à vendre.

Cette presse, que vous dénoncez à juste titre, ferait mieux, au contraire, de vilipender le centre aussi fiable qu'une planche rongée de l'intérieur par les termites, valaisannes notamment, qui sécrètent une bave mortelle à terme!

C'est cette même presse qui est curieusement silencieuse lorsqu'il s'agit de dénoncer les dérives que provoque l'absence de vrai gouvernement à la tête du pays.

Cet absence est causée par ces politiciens sans caractère qui pensent avoir le Temps, le Matin, de monter à la Tribune comme le Nouvelliste se promenant en rêveur solitaire, chantant une Liberté de plus en plus chimérique à une époque où le Courrier est électronique, c'est-à-dire non syndiqué!

On peut vraiment regretter Delamuraz qui savait creuser, dans les esprits, un Sillon Romand désormais disparu!

Il en va de la presse comme du personnel politique, on a ceux que nous laissons faire sans résistance en croyant que la Libération viendra du Monde, because that's Life.... en magazine!

Écrit par : patrick Dimier | 04/01/2013

Les commentaires sont fermés.