04/01/2013

La Weltwoche, une vieille dame si séduisante

32cf93a8e2.png 

Vendredi 04.01.13 - 19.16h

 

De tous les journaux, nombreux, auxquels je suis abonné, la Weltwoche est l’un de ceux que j’attends avec le plus d’ardeur, le jeudi ou le vendredi, dans ma boîte aux lettres. Et cela, depuis des années. J’ai commencé à la lire il y quelque 27 ans, lorsque j’étais à la rubrique nationale du Journal de Genève. Puis, à fond, et d’ailleurs pour en présenter le contenu aux auditeurs romands, lorsqu’à partir du 1er mars 1991, j’ai lancé, de Berne, la revue de presse alémanique en direct dans les matinales de la RSR. Nous la faisions en tournus, avec mes collègues, ce qui rallongeait délicieusement nos journées de correspondants parlementaires. J’aimais ça.

 

A l’époque, pas d’internet : le revuiste se levait un peu avant cinq heures, passait à la gare de Berne, dans un kiosque, où une très gentille dame lui remettait un gros paquet ficelé contenant les principaux journaux alémaniques, encore tout chauds de l'imprimerie. Au sommet de l’escalier de la gare souterraine, direction le Palais fédéral, un gros monsieur rougeaud hurlait « Derrrrrrrr Bund ! ». Il vendait le journal bernois à la criée, sélectionnant de son propre chef l’article qui lui semblait le plus capteur. De son talent de repérage, dépendait son steak du jour !

 

J’ai fait cet exercice de revue de presse pendant des années, aussi lorsque plus tard j’ai dirigé la rubrique nationale, franchement j’adorais ça, surtout lorsqu’il s’agissait de constater, avec mon collègue de la presse romande, les différences de sensibilité entre Romands et Alémaniques, sur des thèmes comme l’environnement, la protection de la personnalité, l’individu face à l’Etat, la question européenne. Le jeu de miroirs de cette dialectique existe toujours, aujourd’hui, dans l’excellente tranche 07.30h – 08.00h, menée par Simon Matthey-Doret. Différences, mais aussi proximités, les vraies lignes de césure, en Suisse, étant davantage ville / campage, ou régions économiquement fortes (Triangle d’or, Arc lémanique) versus cantons périphériques, que linguistiques.

 

La presse alémanique: un solfège indispensable

 

Pratiquer la presse alémanique, et pas seulement dominicale, tous les jours, et pas seulement la politique, mais aussi la culture, devrait être le solfège quotidien de tout journaliste se mêlant de la vie nationale et prétendant parler du pays suisse, lequel ne s’arrête pas à la Sarine. Sans oublier, non plus, la presse italophone, pour laquelle j’ai depuis des années l’honneur d’écrire, comme éditorialiste invité au Giornale del Popolo. Oui, la Suisse, ce sont plusieurs langues, 26 politiques cantonales, 26 Histoires à connaître à fond, et pas seulement les165 ans d’Histoire fédérale, même si cette dernière est évidemment capitale. Il est d’ailleurs préférable de remonter à 1798, c’est là que tant de choses ont commencé, comme nous l’avions montré dans nos émissions historiques de 1998, où nous établissions, canton par canton (et chaque fois sur place, en direct) les liens entre République helvétique et première Suisse fédérale de 1848, au milieu d’une Europe en révolution.

 

Retour à la Weltwoche, qui fête cette année ses 80 ans. « 80 Jahre Widerspenstigkeit », 80 ans comme rebelle, c’est le titre de l’excellent article d’Andreas Kunz sur l’Histoire du journal. Le premier numéro est sorti l’année de la prise du pouvoir par Hitler, le magazine est toujours là ! Et il a l’excellente idée de nous reproduire l’analyse des premiers mois de pouvoir, 17 novembre 1933, par son correspondant en Allemagne de l’époque. Du coup, une pensée me vient pour cet admirable confrère que fut Herrmann Böschenstein (1905-1997), le père de mon professeur de littérature allemande Bernhard Böschenstein. Hermann, qui avait commencé à Berne, comme chroniqueur parlementaire, en 1925, j’ai fait, pour la Pentecôte 1991, une grande interview de lui, de 40 minutes, avec mon confrère André Beaud. Nous étions là, face à un Monsieur qui avait connu les conseillers fédéraux des années vingt ! Il fut l’un des plus grands journalistes alémaniques du siècle, l’un des seuls à dire la vérité sur ce qui se passait dans le Troisième Reich.

 

Le retour de la vieille dame

 

Retour à la Weltwoche, en vous demandant votre indulgence pour l’aspect totalement décousu de mon texte, où je laisse aller mes souvenirs sur ce métier que j’ai tant aimé, pour vous recommander de lire ce journal, si vous maîtrisez l’allemand. Je ne plaide pas ici pour la ligne idéologique actuelle de la publication (encore que j’en sois proche, vous avez pu vous en rendre compte), mais pour la Weltwoche tout entière, l’intensité de ses regards, la pluralité de ses plumes (Bodenmann, ancien patron du PSS, en est le chroniqueur régulier), son souci de la qualité des styles et des écritures, son extraordinaire dimension culturelle, qui n’a d’égal que le cahier « Feuilleton » de la NZZ du samedi. Chaque auteur de la Weltwoche est d’abord un essayiste, comme Urs Paul Engeler, dans l’édition d’aujourd’hui, sur Ueli Maurer. Chaque article est le fruit d’un travail d’angle (comme on dit dans le métier) puissamment poussé pour faire la différence, dire autre chose. La Weltwoche, comme la NZZ, c’est encore du cousu main, à l’époque du copié-collé et du mimétisme généralisé.

 

Je terminerai par la chronique de Mörgeli, sur lequel Couchepin s’était permis un bien mauvais jeu de mots. On aime ou non ses idées. Mais l’intensité de plume est telle que le vitriol y est une jouissance d’un rare délice. A cette octogénaire, j’adresse mes meilleurs vœux. Tous les jeudis, ou vendredis, j’attends dans ma boîte aux lettres le retour la vieille dame.

 

Pascal Décaillet

 

19:16 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Lorsque je vivais en Suisse allemande j'étais abonné au quotidien "Der Bund"
afin d'être au courant des affaires fédérales, et aux hebdomadaires "Weltwoche" et cerise sur le gâteau "Der Nebelspalter" et bien entendu chaque semaine je lisais Narcisse Praz et ses propos au vitriol.

Depuis la disparition du Journal de Genève, de la Gazette de Lausanne la presse romande est tombée au niveau d'après de celle de Pierrot les brettelles alias Pierre Lazareff et France-Soir distribué chaque soir au centre de Zurich par un vendeur aussi sympathique que feu le messager boiteux.

Mes meilleurs voeux pour 2013

Écrit par : Hypolithe | 05/01/2013

"Die Widerspensitigkeit" vous étant chère, votre enthousiasme concernant cette vieille dame ne surprend pas.;-)
Ma propre rébellion se place dans la difficulté à séparer le fond de la forme.
Un peu comme si on pouvait dire n'importe quoi, pourvu qu'on le dise avec brio.
Qu'importe le flacon .... Je n'arrive pas à apprécier le vitriol pour sa seule intensité.
"Von Hitler bis Hidebrand" : une belle allitération et beaucoup d'innocence malicieuse.
Je préfère d'autres lectures.

Écrit par : Calendula | 05/01/2013

@ Calendula - Mon éloge se fonde autant sur le fond (qualité des sujets, originalité, travail des angles journalistiques) que sur la forme. L'un et l'autre, vous avez raison, sont liés. La Weltwoche dit tout, sauf "n'importe quoi". Simplement, ce que vous appelez "n'importe quoi", c'est peut-être une philosophie politique qui vous serait hostile. Celle, par exemple, de la Suisse conservatrice, bien à droite. Je vous recommande d'ouvrir le journal, plutôt que d'en rester à la couverture. Les articles culturels, entre autres, pourraient vous passionner.

Écrit par : Pascal Décaillet | 05/01/2013

Merci pour votre réponse détaillée.
Je ne me ferme à aucun média ( papier, tv ou internet). Les à-priori sont de toute façon néfastes. Mieux vaut aller voir pour soi-même et se faire une image propre.
De plus, s'informer dans d'autres langues apporte toujours un angle différent.
Je me suis permis la pointe concernant la Weltwoche plutôt à cause de votre insistance sur le style, par exemple, ceci :
"On aime ou non ses idées. Mais l’intensité de plume est telle que le vitriol y est une jouissance d’un rare délice."
Le " n'importe quoi" ne voulait pas dire que je déprécie le fond, mais plutôt que j'ai de la peine à apprécier la forme pour elle-même.
Un orateur brillant peut véhiculer des idées qui ne m'intéressent pas. P.ex. Hugo Chavez est considéré comme un leader charismatique !
A l'inverse, un orateur perçu comme peu charismatique peut être bon sur le fond. Pensons à U. Maurer, dans ce contexte. La Suisse conservatrice ne me pose pas de problème insurmontable, du moment qu'elle ne perd pas de vue l'avenir. Je ne suis pas une jeune échevelée !!!
Je vais réessayer la Weltwoche, promis !

Écrit par : Calendula | 05/01/2013

Les commentaires sont fermés.