01/02/2013

Non, Sire, juste quelques transfuges...

 

Sur le vif - Vendredi 01.02.13 - 18.44h

 

Et maintenant, Monsieur Sanchez. Ça n’est certes pas la fin du monde, ni les grandes migrations, ni l’exode à travers la mer Rouge, ni la fin souffreteuse de la République de Weimar. En soi, ça n’est presque rien. Car ce qui est fou, ce ne sont pas les transferts. Non. C’est, chez les partis installés, ceux qui ont l’arrogance de se proclamer « gouvernementaux », comme si on l’était par essence et non par la volonté du peuple, ce cocktail de réactions à la fois méprisantes, moralisantes, ou alors ce doux frisson tétanisé, la jouissance par l’angoisse ou par la chair de poule. Le passage, ruisselant de désirs mêlés, d’une bourgeoise dans une ruelle noire.

 

Car enfin, numériquement, pas de panique : trois transferts, en soi, ça n’a aucune pertinence pour nous annoncer un raz-de-marée du MCG le 6 octobre. Mais au-delà des chiffres, il y a l’inhibition. Comme dans un couple : pourquoi part-il, ou elle, qu’ai-je mal fait, ça ne peut être qu’à cause de moi, je suis un misérable, allez au fond ce qui m’arrive, je le mérite. Le parti de Stauffer nous a comme enivré Genève. Si quelque chose arrive, je me regarde moi, je m’en veux, je m’ausculte, je m’introspecte, je me fustige, me lacère. Et puis non, dites-moi, oh dites-moi, comme dans la chanson, qu’elle est partie pour un autre que moi, mais pas à cause de moi.

 

Oui, les héros de l’histoire ne sont ni le MCG, ni les transfuges, mais bien la marécageuse incertitude de soi, oui l’état de délabrement idéologique des partis dont on part. Qui sont-ils ? Quelles valeurs ? Hélas, trop souvent des associations de notables, oh sympathiques, ils se tutoient, s’embrassent, se rendent des services, se partagent postes et prébendes dans la jungle des conseils de fondation que compte Genève. En clair, ils tiennent le pouvoir. Ce fameux pouvoir horizontal, partagé, multiple, mais qui, l’air de rien, demeure depuis des décennies celui de la Caste.

 

Ce qu’ils voudraient, le 6 octobre et le 10 novembre prochains, c’est le garder, ce pouvoir. Ils veulent cela, et rien que cela. Ils en ont parfaitement le droit. Mais il ne faut pas qu’ils continuent de nous faire le coup des « partis gouvernementaux », parce qu’un beau jour, ils finiront bien par ne plus en être. Alors, que feront-ils de l’adjectif ? Oui, ils veulent se maintenir, rien que cela. Et d’autres partis, d’opposition, ou de la Marge, aspirent, quant à eux, comme dans n’importe quelle démocratie du monde, à être aussi, un certain temps, aux affaires. Il n’y là rien de grave, rien de singulier, rien de ce drame moral ni de ce délitement des mœurs politiques dont rêve – ou cauchemarde – la bourgeoise parfumée de la ruelle noire.

 

Marécageuse incertitude de soi. Obsédé par les prébendes, les nominations de copains, on n’a pas vu qu’on glissait. Automne 2009, pour avoir le fric du patronat dans la campagne, on ne jure que par la libre circulation déifiée, sans entraves. Jouir du marché, sous-enchérir, libéraux sur l’étiquette, libertaires pour engager ou dégager. Et ça gueule, chez les Gueux, mais justement ce sont des Gueux, alors qu’ils gueulent. A mi-législature déjà, ce cirque est terminé, on reconnaît au plus haut niveau la primauté de l’emploi aux résidents, dans le Petit Etat, le Moyen Etat, le Tiers Etat, on se fout d’ailleurs du tiers comme du quart, on pique aux Gueux leur idée originale, en réalité on commence à paniquer : c’est cela, cette inconsistance, cette arrogance, oui cela le Marécage. Et de cela, en effet, il pourrait bien y avoir, le 6 octobre, une certaine sanction. Au profit de l’original.

 

C’est ce mouvement de fond qui compte, l’absence de charpente de ceux qui sont actuellement aux affaires. Leur côté juste clanique. Famille. Copains. Il y a quelque chose, profondément, qu’ils n’ont pas vu venir. Le 6 octobre, l’addition viendra.

 

 

Pascal Décaillet

 

18:44 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Une prophétie qui prendra tout son sens le jour où elle s'accomplira! Ils ne pourront plus dire qu'ils ne savaient pas !

Écrit par : J-F Girardet | 01/02/2013

Tonnerre de Brest ( Merci Hergé, Haddock et les autres)
Terrible constat, texte brillant, à la hauteur du grand "Flic" Jean Sanchez, qui mérite un éclairage précis. Notre jeune conseiller d'État a pris la peine de rejoindre un culte protestant, il y a quelques dimanches et prendre la parole. Les "cinq talents" Une parole lourde de sens, dès lors qu'il admettait, prendre en compte ces erreurs et les analyser... mais jamais il ne prit la peine d'annoncer qu'il effectuait une correction ! Votre texte cher Pascal, montre le reflet de l'arrogance qui caractérise les partis...gouvernementaux de droite, dit "historique". Un désastre, aucune remise en question ou prolongement dans une forme d'introspection !
Il est bon de remarquer que le bilan "Ville" du soldat Ryan PLR semble se raccrocher aux illuminations de Noël. Faudra-t-il passer à l'échafaud les grands "Flics" et autres "Managers" avant que l'on se rende à une évidence.
Le copinage tire à sa fin et il s'agit d'accepter d'apprendre avec humilité dans un autre secteur que celui de Martigny c/o Pascal C. Quel désastre !
Respect à Jean Sanchez pour son courage et son humilité !

Écrit par : tempestlulu | 01/02/2013

Faut pas rêver....un peu comme en Egypte...changer un cheval borgne contre un aveugle. La Terre a beau tourner, au bout du tour, on se retrouve au même endroit.

Écrit par : Duval | 01/02/2013

Oui, vous avez raison ! Mais ce n'est quand même pas une découverte que de voir les partis "gouvernementaux" et leurs membres utiliser le pouvoir à des fins personnels. Le pouvoir grise, le pouvoir corrompt, le pouvoir transforme. C'est d'ailleurs ce qui me fait craindre que même en changeant les équilibres, le pouvoir et ses particules fines continuent de couvrir la cité d'une poussière trop souvent nauséabonde, quelle que soit la direction du vent.

Quant à l'addition, oui elle viendra. Mais ne vient-t-elle pas pour tout le monde, à un moment ou à un autre. Cela s'appelle - peut-être - l'alternance.

Écrit par : Michel Sommer | 02/02/2013

Série Noire: Allo, Police:
Pour Golay tapez 1, Pour Cerutti tapez 2, Pour Sanchez tapez 3 Pour Stauffer tapez 1 et puis 2 et puis 3, pour frontalier vous êtes tapé, pour inquiet , recommencez.

Écrit par : briand | 02/02/2013

@briand: C'est amusant mais c'est pas brillant! C'est grâce à ce genre de posture que l'on fossoie les partis gouvernementaux depuis 2005!
Il n'aura pas fallu 10 ans au MCG et à ses stratèges, qui ne sont pas toujours les plus visibles, pour toucher d'abord puis couler ceux qui croyaient naviguer à bord de l'invincible!

@ Sommer: le problème n'est pas de découvrir mais d'exploiter. Les anglais n'ont pas découvert l'Amérique mais ils ont su exploiter. Les espagnols ont cru pouvoir leur tenir tête et vaincre. Leur arrogance leur a fait perdre toute prise sur l'Amérique du Nord, celle qui compte et qui, aujourd'hui, est anglo-saxonne.
Il en ira de même à Genève. Pour le cercle de la Terrasse, au MCG il n'y a que des gueux qui ne méritent que dédain. Pour la FER, il faudra repasser. Quant au PS il peine à virer sa cuti et finira avec une rougeole carabinée. Les Verts, quant à eux, déraillent complètement en pensant que la culture des courges sauvera la république. Même une épicière bio ne s'y retrouvera pas!
On comprend assez rapidement donc que si ce n'est pas une découverte, ce qui l'est en revanche c'est l'état des écuries d'Augias.
Le plus curieux dans tout ça c'est que c'est le MCG, qui n'a rien à protéger, qui donne le LA.
Vu ce qui débarque au MCG et ce qui va certainement encore y arriver, les gouvernementaux vont se trouver assez rapidement dans une curieuse équation. Soit ils construisent une alliance de la dernière chance. Genre ce qu’ils ont fait à Vernier, où le seul objectif était de bouter dehors le maire en place. Ce type d'exercice n'a qu'une portée partielle et de courte durée. A l'échelon supérieur cela risque fort de tanguer suffisamment pour que le frêle esquif se transforme radeau grâce au peuple qui, médusé, l'aura condamné au naufrage! La première victime annoncée étant le soldat Ryan qui ne parvient même pas à se refaire une santé dans les EMS!
Tout cela est sans compter l'assaut du Potemkine sur la gauche de la rade, ni la règle à calcul dont l'UDC et le PDC auront bien besoin pour savoir s'ils sont encore en jeu ou devenus spectateurs.
Effectivement, nous courons tout droit vers l’alternance et la seule question qui compte est de savoir lesquels auront su tirer les marrons d’un feu si habilement allumé par le MCG.
D'ici à ce que la réponse tombe, bien de l'eau passera à travers le jet d'eau et les erreurs de manœuvres auront alimenté le cimetière des éléphants.

Écrit par : Grigori Efimovitch | 04/02/2013

je dirais surtout que sans chaise le PLR a le c... parterre!

Écrit par : géopolis | 04/02/2013

52ans, à la retraite .... Puis au MCG avec d'autres collègues flics retraités ...
J'appelle cela du parasitisme social ! Après avoir profité du système par des avantages suréalistes, vous continuez à vivre aux crochet de la société bien planqués dans votre retraite tout en faisant de l'obstruction systématique avec vos potes du MCG !
Et les autres partis laissent faire !
À quand la fin des privilèges sans cette république ?

Écrit par : Galileo | 06/02/2013

Les commentaires sont fermés.