16/03/2013

Guy Mettan et les Marais du passé

 

Sur le vif - Samedi 16.03.13 - 18.43h

 

La majorité dont rêve Guy Mettan (18.34h, RSR) pour avoir un budget (PLR + PDC + Verts) n'est pas celle de l'avenir, mais celle du passé ! Tout ce Marais de début de législature, qui a rendu bien illisible la politique genevoise. La majorité qui fait peur à Guy Mettan, parce qu'elle pulvérise ce pivot du centre, c'est bel et bien l'axe PLR-UDC-MCG. Puissent ces trois partis tenir jusqu'au bout, malgré les tentatives de pressions et d'achats que ne manqueront pas d'opérer, sur chaque député individuellement, ce Conseil d'Etat aux abois, l'un des moins convaincants depuis la guerre.

 

Pascal Décaillet

 

 

18:43 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Pour que vous soyez entendu, il faudrait que le PLR soit lui-même solide à l'interne, or ce n'est pas le cas, il est aussi faible dans sa détermination que le gouvernement dans son action.

Certes ce conseil d'Etat est d'une faiblesse inquiétante, mais ces deux seuls personnages forts, Pierre Maudet et dans une certaine mesure, François Longchamp, n'auront jamais le courage de faire sauter le verrou PDC. Quand bien même son actuel représentant est aussi fiable qu'une planche pourrie, le PDC reste, dans les esprits des PLR les plus frileux, plus "conventionnel" que l'aile souverainiste du parlement. Ce faisant, ces PLR-là oublient totalement que les genevois sont très fatigués des abandons successifs de leurs intérêts à long terme par cette coalition qui ressemble de plus en plus à ces aguillages de la fin de la IVe république.

Pour recomposer une alliance plus marquée et déterminée dans l'action en faveur des genevois, il faut aussi un président de parti plus convainquant que celui qui mène la barque PLR actuellement. Il nous donne l'impression de ne pas être en mesure de régler la cadence entre les rameurs ex-Lib et les ex-Rad.

En dernier lieu, il faut aussi admettre que des deux alliés potentiels à ce réaménagement, l'une donne des signes inquiétant de prises d'eau avec une présidente qui ne fait plus illusion et l'autre reste inféodé à son embarrassant géniteur qui reste trop "popu" pour le PLR "rue des Granges/Place de la Synagogue".

Il n'en demeure pas moins que votre approche est la bonne, espérons aussi que l'excellent Dal Busco creuse l'écart avec son co-listier à la Harley Davidson, aussi bagousé et blouson noir que le napolitain du MCG.

Au final, il faut dire qu'un futur conseil d'Etat Maudet-Longchamp-Poggia-Dal Busco-Leyvrat aurait une sacrée puissance de tir!

Notre "cinque stelle" à nous.

Restons dans cet espoir!

Écrit par : geopolis | 16/03/2013

L espoir fait vivre !

Écrit par : Barthassat Luc | 16/03/2013

Cette situation bloquée fait penser au Congrès américain, avec des républicains obstinés à paralyser l'action politique en refusant d'augmenter les impôts des plus riches, et des démocrates incapables de gouverner, de trouver des accords. C'est plutôt inquiétant, à l'échelle si petite de notre canton... Personnellement, j'adhère, une fois n'est pas coutume, à la position du PDC. Je trouve que nous avons bien besoin de politiques raisonnables et modérés pour respecter les devoirs de l'Etat et doter enfin Genève d'un budget!
Le PLR prend aussi un risque en s'alliant aux populistes, celui de leur donner une visibilité qui va l'éclipser lui-même. Dommage qu'il y ait peu, dans ce parti, de personnalités dites "humanistes" et éclairées comme l'ont été Gilles Petitpierre, Martine Brunschwig-Graf, Guy-Olivier Segond, ...Une vraie hauteur de vues. A vrai dire, il y en a, et elles ont été élues au gouvernement (Longchamp, Maudet)... mais parmi les députés, s'il y en a, on ne les entend pas beaucoup. Espérons que les lignes vont encore bouger et que Genève saura bientôt où elle va.

Écrit par : Amélie Roche | 17/03/2013

J'ai regardé une partie des débats du budget! Vous voudrez bien m'excuser, mais j'ai apprécié l'alliance du PLR avec le MCG cela confine à une preuve d'intelligence, en tout les cas pour la majorité des contribuables qui payent des impôts. Et a choisir entre un PDC qui implose et un MCG qui explose, mon choix est fait. Ce mouvement qui depuis une dizaine d'année est entré en politique, nous a fait plutôt du bien! Certe son "géniteur" comme cité plus haut dans les commentaires est atypique pour un politicien. Mais je dois lui reconnaitre des qualités depuis qu'il fait partie d'un gouvernement exécutif de la ville d'Onex. Beaucoup avait prévu un clash du "trublion de la République".... Force est de constater que tel n'est pas le cas! Mieux, tout les commentaires que j'entends son plutôt positif sur son mandat exécutif!

Alors pourquoi pas un Eric Stauffer en version exécutive cantonale! La reflexion vaut le detour. Après la déconfiture de ce gouvernement (démissions de Mark Muller précédée par Daniel Zapelli) constat d'échec chez Isabel Rochat et la verte Michèle Kunzler.

L'entrée au gouvernement d'un Mauro Poggia et d'un Eric Stauffer n'a rien pour me déplaire, au contraire ils permettrons aux partis traditionnels de faire leurs introspection!

L'heure du changement à sonnée à Genève, à tout le moins pour le citoyen que je suis.

Écrit par : Sylvain B. | 17/03/2013

Cher Monsieur Sylvain,
Merci pour votre message. Je ne sais pas si en octobre le peuple me donnera la possibilité d'acceder à l'executif cantonal. Mais soyez assurer que je continuerai à défendre la ligne politique du MCG avec les mots clefs:
- Une économie forte, pour un social éfficace!

Le MCG n'a jamais soutenu la politique arrosoir de la gauche, mais nous n'oublions pas les plus démunis d'entres nous!

Bien à vous
Eric Stauffer

Écrit par : Eric Stauffer | 17/03/2013

@Sylvain B.
Le valais vient d'ouvrir la voie à un gouvernement tel que vous le souhaitez et que bien des genevois n'osaient peut-être élire.

La nouvelle donne constitutionnelle, pour autant que le PLR et le PDC en comprennent les règles, est ici à Genève le moyen de faire sauter le verrou de ces accords secrets qui assuraient la main mise des "gouvernants" sur l'Exécutif.

Si le PLR et le PDC, au minimum ceux qui les dirigent, comprennent qu'il y a une chance d'avoir un gouvernement fort en s'apparentant au tandem MCG/UDC au 1er tour et en s'alliant aux meilleurs pour le 2e tour, Genève a de réelles chances de tourner la page des ces gouvernements mous ballottés par l'indécision et mouillés par des arrosages automatiques qui coutent une fortune à la république.

Vous l'avez dit, Eric Stauffer nous montre un tout autre visage dans son costume d'exécutif de la deuxième ville du canton. Il nous montre surtout qu'il sait composer et qu'il est "gouvernementalo" compatible, ce que n'était pas parvenu à faire M. Cerutti à Vernier. Laissons à ce dernier qu'il avait affaire à un duo-pack prêt à tout, même aux pires bassesses. La preuve la cabale montée de toutes part par les verts et les caviardo-socialistes à l'issue du 1er tour, sachant qu'ils avaient un vil complice qui n'était mou que pour gouverner mais d'une redoutable malice pour détourner la volonté du peuple.

Nous sommes nombreux à penser comme vous et nombreux à remercier l'excellent Freisinger d'avoir fait sauter le verrou qui bloquait toute alternance en Valais.

Écrit par : Adeline Kaiser | 17/03/2013

Les commentaires sont fermés.