07/04/2013

Sibylle, le récit d'une enfant déracinée

stepczynski_bettina_150x100.png 

Notes de lecture - Dimanche 07.04.13 - 16.56h

 

Une écriture si simple, si limpide. Le présent historique comme temps unique du récit, sur 149 pages. Une histoire hors du temps : juste le sous-titre du roman, « Une enfant de Silésie », et une « note de l’auteure » de quelques lignes, à la toute dernière page, pour nous rappeler ce que fut, en 1945, l’exode de ces centaines de milliers d’Allemands de Pologne, reflués vers l’ouest au moment de la défaite, Günter Grass en a si bien parlé. Hors de cela, c’est juste l’histoire de Sibylle, une enfant de cet exil, l’histoire de sa famille, celle de ce père, qui ne revient de captivité qu’à la fin du récit, et pas nécessairement pour longtemps.

 

« Sibylle » est un récit troublant. Je ne sais rien de l’auteur, Bettina Stepczynski, sinon qu’elle est née en 1974, a étudié les lettres, est mère de trois enfants et vit à Carouge, comme l’indique la deuxième de couverture. Non, je ne sais rien d’elle, si ce n’est que nous avons affaire à un écrivain, ce qui n’est pas exactement le cas de toute personne commettant un ouvrage, même dans l’ordre de la fiction.

 

« Sibylle » est un récit d’exil, il commence dans le fracas des trains dans lesquels on s’entasse et qu’il ne faut pas rater, et s’achève dans l’apaisement d’une vie qui s’éteint. Sibylle jeune fille en caractères droits, en alternance avec Sibylle gravement malade, dans l’attente du terme, dans un corps plus penché, pas vraiment italique, mais reconnaissable. Oui, juste un corps plus penché.

 

Il se trouve, comme je l’ai noté une fois ici, que j’ai vécu, dans ma jeunesse, chez un Allemand de Silésie, il y a si longtemps. Rescapé du front de l’Est, il avait franchi l’Elbe in extremis pour ne pas tomber aux mains des Rouges, et, tout près du fleuve, juste « du bon côté », en Basse-Saxe, avait construit de ses mains (auxquelles il manquait trois doigts) la maison de briques rouges où il passait ses soirées à me raconter ses souvenirs. Je l’écoutais passionnément, dans cet allemand difficile qui était le sien, mouillant des gutturales que Badois ou Bavarois conservent dans leur dureté. Il lui arrivait de jurer en polonais. En lisant Sibylle, je n’ai cessé de penser à lui.

 

Retour au style. Bettina a la phrase courte, et la syntaxe pourtant liée, où la succession d’indépendantes, loin de hacher le récit, lui donne souffle et rythme, dans un présent continu où les phrases s’enchaînent comme naturellement. Dans cette Allemagne du Nord où la famille de Sibylle a trouvé refuge, il y a des scènes de campagne, des étés de foins à ramasser, des hivers sibériens où les cristaux de glace s’agglutinent aux fenêtres, des cachettes pour enfants dans les recoins d’une ferme, la conscience terrible d’être les perdants. Là d’où ils viennent, ils ne seront plus chez eux. Oui, Sibylle est une déracinée. Peut-être pas avec la rude fierté d’un héros de Barrès, ni de Jules Roy. Non, juste une enfant de l’exil, parmi des centaines de milliers d’autres.

 

L’une de mes meilleures amies, prof de français au Collège, m’a demandé de lui conseiller des récits qui, peut-être, pourraient intéresser, par la qualité de leur écriture, des jeunes gens de 15 à 19 ans. Je lui ai recommandé « Sibylle ». A vous aussi, si par hasard vous passez par là.

 

Pascal Décaillet

 

*** Sibylle, une enfant de Silésie. Par Bettina Stepczynski. Editions d'autre part. 2013. 149 pages.

 

 

16:56 Publié dans Notes de lecture | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Plein succès pour ce bouquin en espérant que ceux lisant cette histoire et je pense aux jeunes dont l'âge est indiqué dans l'article comprennent enfin ou se situe la différence entre un tri de déchets occultant les vraies valeurs de la vie .Tris qui malgré tout a réussit à transformer une partie des citoyens de Suisse -Romande en maniaks obsessionnels de la pureté de l'univers
Certains anciens ayant connu l'époque sombre appludissent à tout rompre devant un peuple qui se plie a une certaine élite .Certains parmi eux ayant critiqué la facilité avec laquelle les gens ont été emmenés dans les camps .Du moins jugée ainsi et en observant la manière dont on dirige si facilement les humains vers des containers grâce au chantage obessionnel d'amendes pour les faire obéir,il n'y a pas de quoi être vraiment fier en Helvétie .Ce qui aidera sans doute mieux pour les ceux qui critiquent toujours, à comprendre comment d'autres se sont fait avoir avant eux.
Ceux ayant fait 39-45 sont ébahis de la docilité du citoyen a ne même pas réagir,nos matronnes grands mères auraient pris plus d'un Vert par le collet pour le faire ramer lui en premier c'est sûr

Écrit par : lovsmeralda | 08/04/2013

Les commentaires sont fermés.