Dame de fer - Mots de fiel

Imprimer

 

Sur le vif - Lundi 08.04.13 - 15.04h

 

On peut aimer ou non Mme Thatcher, l'admirer ou non. A chacun son opinion. Mais il y a une chose qui m'échappe: le manque de respect devant la mort. Même mon pire ennemi, si j'apprends son décès, je commence par me recueillir et à penser à lui. Tout cela pour dire quoi ? Que la vulgarité de certaines réactions, depuis une heure, condamne davantage leurs auteurs que leur objet.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent 4 commentaires

Commentaires

  • Quant à moi, si j'apprends le décès de mon pire ennemi, je commence par me réjouir. Ensuite...à voir.
    Il ne faut pas aller trop vite.

  • je croyais que les politiques n'avaient que des adversaires, pas des ennemis !
    je partage votre indignation devant certaines réactions. Il est vrai qu'il est plus facile de 'cracher' sur une personne disparue que de remettre en question certains préjugés.

  • vous avez raison Pascal!
    claire-marie

  • @ Décaillet,

    Effectivement.

Les commentaires sont fermés.