10/04/2013

Torrents de haine

 

Chronique publiée dans Lausanne Cités - Mercredi 10.04.13


 
Libre à chacun de nous d’aimer ou non Margaret Thatcher. Quittant ce monde, elle laisse une mémoire divisée sur son action politique, les uns l’adulent comme une femme d’Etat incomparable, les autres la conspuent pour la dureté de son cœur, à l’heure des choix. Mais une chose, clairement, ne va pas : dès l’annonce de son décès, lundi 8 avril, 14h, sur nos blogs et nos réseaux sociaux de l’arc lémanique, les torrents de haine et de fiel, le manque de respect devant la mort. L’explosion vengeresse, expectorée, d’une violence blanche, celle que rien ne retient, comme une lettre de cachet pour la damnation.


 
Quelque chose ne va pas, parce que l’annonce d’un décès, même celui de votre pire ennemi, doit vous inspirer, au moins un temps, une période de vide et de recueillement. Il ne s’agit pas de Mme Thatcher. Il s’agit du mystère de la mort. Aujourd’hui, la sienne. Demain, celle de nos proches, un jour la nôtre. On ne crache pas sur un cadavre. Et aucun de nous, humains, n’a à statuer sur l’avenir céleste ou infernal des âmes. Cela n’est pas de notre ressort.


 
La palme ? Elle revient au caricatural Mélenchon, promettant l’Enfer à la défunte, dans ce vocabulaire de manichéisme, avec sa noirceur populiste, où il est passé maître. Assurément, en disciple de Saint Dominique au Tribunal de l’Inquisition, notre homme eût été à son aise. L’index en érection vers le mal absolu.



Pascal Décaillet

 

 

12:20 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Exiger le silence ou les éloges est indigne de la démocratie. Mme Thatcher était une figure publique de dimension mondiale. Certains se chargent d'en faire un éloge appuyé, d'autres se chargent de rappeler ses turpitudes. Tous suivent leurs propres agendas, politique, idéologique, social. Nous avons évolué depuis les temps où le décès d'un dirigeant s'accompagnait d'une immédiate hagiographie. Mme Thatcher a eu le courage de ses convictions et la chance de pouvoir les mettre en pratique. Ses opposants ont exactement les mêmes droits, même, surtout au jour de son décès.

Écrit par : david laufer | 10/04/2013

non david ! je ne partage pas du tout votre point de vue. Il y a un temps pour le silence, le respect. Puis vient après le temps du bilan, des invectives, des règlements de compte. A tout mélanger on perd le sens de la juste mesure et c'est un problème de notre société contemporaine.
Au moins je sais que Mélenchon croit en quelque chose... à l'existence de l'enfer, c'est déjà ça !

Écrit par : uranus2011 | 10/04/2013

Bien, bien… mais sur Saint Dominique, il y a débat, qui fut certes prêcheur contre les Cathares notamment, mais inquisiteur, c'est moins sûr… C'est, Bernard Gui, l'un des plus célèbres inquisiteurs, qui qualifie A POSTERIORI Dominique de « premier inquisiteur ».
Dominique est mort en 1221 et le premier "inquisiteur", tel que nommé. fut Conrad de Marbourg, en 1231.

Écrit par : Jacques Daniélou | 10/04/2013

M. Décaillet, votre sermon est fondé sur une idée noble et civilisée, mais ne relève-t-il pas d'un discours moralisateur qu'en d'autres occasions vous avez maintes fois récusé?
Au-delà des gesticulations politiciennes des Mélanchon et autres récupérateurs, il faut bien constater la colère vengeresse d'une large frange populaire, en Angleterre, en Irlande aussi, contre M. Thatcher. Sur les réseaux sociaux britanniques , elle s'est exprimée dès l'annonce du décès par des formules de joie, des appels à la fête, des imprécations, des "Rust in pieces", des voeux pour l'enfer et des encouragements à Satan...
Même s'il est circonscrit socialement, c'est un courant profond, vous diriez peut-être "tellurique", une haine nourrie de souffrances vécues, ou ressenties, par une partie du peuple qui à tort ou à raison se sent victime de la politique thatcherienne.
En d'autres circonstances, helvétiques, vous défendez farouchement, à raison, cette expression populaire, parfois sourdement émotionnelle, parfois nourrie de craintes ou de rejet, contre la morale intellectuelle et politiquement correcte de certaines élites. Dans le cas des réactions populaires à la disparition de M. Thatcher, vous voilà dans le rôle inverse.
Ajoutons, s'il faut parler du respect face à la mort, que M. Thatcher elle-même n'en a guère fait preuve, ni envers Bobby Sands et ses compagnons, ni en célébrant à coups de "rejoyce!" la mort de marins argentins, ni en méprisant les victimes de son ami Augusto Pinochet, ni en insultant celles de l'apartheid en traitant Nelson Mandela de "terroriste". La rancoeur ne s'éteint pas avec la mort, hélas.

Écrit par : Georg Schneiter | 11/04/2013

@Georg : la mort de Bobby S. n'est due qu'à lui-même et à sa propre responsabilité . la grève de la faim n'est qu'un chantage et j'ai autant d'admiration pour M.T. qui a su y résister que pour B.S. qui et allé au bout de sa revendication. Mais - encore une fois - sa mort, c'est lui qui l'a choisie et personne d'autre !

Écrit par : uranus2011 | 11/04/2013

@uranus: d'abord, je constate que vous ne mettez pas en cause l'essentiel de mon propos, et focalisez le vôtre sur un unique exemple ponctuel. Ensuite, vous interprétez mes lignes de façon excessive puisque je n'ai jamais écrit que M. Thatcher fut responsable de la mort de Bobby Sands et de ses compagnons (même si sa politique en Ulster pourrait être citée à charge). Je me suis borné à dire qu'elle n'a pas eu, face à ces décès, le respect que M. Décaillet, et d'autres avec lui, invoquent comme sacré et donc réclament en sa faveur.

Écrit par : Georg Schneiter | 13/04/2013

M. Decaillet, votre propos aurait été plus crédible si vous n'aviez pas attendu le décès de Mme Thatcher pour le rendre public. N'auriez-vous pas pris connaissance des "torrents de haine" qui se sont déversés sur ces blogs tdg à l'occasion des décès de Chavez et d'Heyssel, pour ne pas parler de Ben Laden...?

Et vous croyez que Mélechon croit à l'enfer? En fait l'enfer a été sa maladie d'Alzheimer. Surtout pour ses proches. L'Alzheimer, une sorte de rouille cérébrale.

Écrit par : Johann | 13/04/2013

Les commentaires sont fermés.