03/05/2013

Tenez bon, Monsieur Hollande !


Sur le vif - 03.05.14 - 13.20h


Je ne regrette pas une seule seconde le temps de M. Sarkozy. Et je continue de soutenir François Hollande. Pas son gouvernement, en tout cas pas sur tout. Pas ses choix. Mais cet homme-là, aujourd'hui tellement vilipendé, notamment par une insupportable droite orléaniste revancharde, tient le coup, contre vents et marées. Désolé si je suis très minoritaire à le penser, mais ça force le respect. Et c'est justement pour cela qu'il a été élu. Pour cinq ans, et pas pour démissionner à la première tourmente, ni proposer une "Sixième République" aux premiers vents contraires. Il a été élu, par le suffrage universel de ce pays, pour incarner la nation, tenir, et peut-être même souffrir avec elle. C'est cela le secret de ce système, annoncé d'un bout à l'autre par le général de Gaulle en 1946, dans son Discours de Bayeux. L'équation d'un homme avec une nation.



C'est cela, depuis la réforme de 1962, un Président de la République. Cette incarnation-là, en un homme, et jusqu'à prendre des coups, est la grande avancée de la Cinquième République, sans doute celle qui réconcilie les institutions issues de la Révolution avec ce qui existait avant. Alors, désolé, Mesdames et Messieurs les pourfendeurs de François Hollande, mais cet homme est élu pour cinq ans. Il doit tenir jusqu'au bout. En attendant, il se bat. Je ne sache pas qu'il ménage ses efforts pour ce qu'il considère comme l'intérêt supérieur du pays. Je comprends parfaitement qu'on combatte ses options, moi aussi certaines d'entre elles m'excèdent, mais il faut respecter la fonction. Il est le Président de la République française, élu au suffrage universel. Dans quatre ans, les Français, peut-être, le sanctionneront. Un mandat se juge sur son ensemble, pas après la première année.


Pascal Décaillet



13:20 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

oui, oui ! mais on peut quand même, en observateur, constater la capacité de l'homme à exercer la charge qui lui incombe. Force est de constater qu'il (F.H.) est victime en tout premier de sa propre attitude pendant la campagne. Involontairement ou non, il a laissé penser, laissé croire, laissé taire, juste pour prendre le pouvoir. Sa motivation, ancrée dans sa campagne a été de démolir le président sortant plus que de construire, en toute honnêteté intellectuelle un vrai programme (en disant tout , tout de suite , sans ne rien cacher!). Mais c'est connu, en politique, celui qui joue franc-jeu n'est jamais élu, alors....Sur le fond, oui, le vrai bilan se fera à l'horizon de 5 ans, puisque c'est là le seul horizon des politiques, celui de la prochaine campagne électorale.

Écrit par : uranus2011 | 03/05/2013

Pascal, y a pas à dire un vrai valaisan

Alors il faut se la coincer aussi, meme si elle se prend dans la braguette, à propos du Conseil d'Etat de Genève. Heureusement la démocratie exemplaire va élire une brochette d'ON VA VOIR CE QU'ON VA VOIR.

Écrit par : Sur le tard | 03/05/2013

FH n'a été élu que par rejet de Sarkozy. Si la droite française avait pensé un peu plus loin que le bout de son nez, c'est un autre François qui serait Président de la République.

Je ne veux pas dire qu'il aurait été meilleur, mais certainement pas pire que FH dont la seule promesse tenue (et la seule qu'il tiendra) est le "mariage pour tous". Economie ? Néant. Réforme des collectivités publiques ? Néant. Maintien des emplois en France ? Néant.

Pour paraphraser les Guignols de l'info : "Putain, (encore) 4 ans" !

Écrit par : Pascal | 03/05/2013

Cher Pascal,

Je partage votre analyse sur F.H., il doit juste mieux définir sa politique, sont cap et si tenir. En 1 an rien ne peut être résolu et être définitif. Il doit cependant choisir son camp, soit social démocrate, soit la gauche militante et composer un gouvernement qui va dans ce sens et non être tiraillé par les deux tendances.


Daniel Sormanni

Écrit par : Daniel Sormanni | 03/05/2013

Pas d'accord avec votre position. La vision que vous développez: "pour incarner la nation, tenir, et peut-être même souffrir avec elle". Vision monarchiste et Bonapartiste s'il en est. Vision presque magique même. Admettons que la France ait besoin d'une personnalité de cette trempe: dans ce cas il n'est pas certain que Hollande soit le bon casting. Le divorce d'avec la population est d'ailleurs manifeste, les sondages cinglants sur tous les points. La parole et le discours de Hollande n'incarne pas la nation: écoutez le bien, il est constamment en construction du personnage, il n'EST pas le personnage.

La critique du pouvoir est un des fleurons de la démocratie et un acquis fondamental des Lumières et de la Révolution. Il n'y a pas lieu d'attendre 5 ans pour user de ce droit.

Je rejoins Uranus: il s'est piégé lui-même par sa campagne. Tout le monde n'est pas De Gaulle.

Écrit par : hommelibre | 03/05/2013

@ hommelibre - Bien sûr qu'on peut le critiquer. Et on ne s'en prive pas. Mais lui n'a pas pour autant à démissionner, encore moins à précipiter le pays dans une "Sixième République" qui pourrait bien ressembler beaucoup à la Quatrième. Il est le chef de l'Etat, pas celui du gouvernement. Il peut infléchir sa politique, la modifier même, changer de Premier ministre, remanier les différents cabinets. Mais lui, sauf raison majeure, doit rester. Il incarne la permanence et la continuité pour une période donnée. Cinq ans, Pas un jour de plus. Pas un jour de moins.

Écrit par : Pascal Décaillet | 03/05/2013

Sur ce strict point de vue institutionnel, d'accord. La démission ne doit advenir que dans des situations d'une extrême gravité, pas simplement par désaveu d'une ligne politique. Sans quoi, je vous rejoins là, il n'y a plus d'Etat.

Écrit par : hommelibre | 03/05/2013

D'où ce mot magnifique de Charles de Gaulle sur Albert Lebrun, le dernier - et bien impuissant - président de la Troisième République: "Pour qu'il fût un chef d'Etat, il manquait juste deux choses: qu'il fût un chef; qu'il y eût un Etat".

Écrit par : Pascal Décaillet | 03/05/2013

Soyons reconnaissant à Fromage mou. Après lui, on sera débarrassé du socialisme pour longtemps...

Écrit par : Géo | 03/05/2013

Argumentation recevable au 20ème siècle, à l'ère pré-numérique de sous-information. Mais certainement plus en 2013 quand on sait ce que l'on sait... !

Écrit par : Puck | 03/05/2013

"Mais cet homme-là, aujourd'hui tellement vilipendé, notamment par une insupportable droite orléaniste revancharde, tient le coup, contre vents et marées."

Il me semble que les charges les plus cruelles viennent plutôt de ses "alliés", non ? Accessoirement de 75 % des Français.

Cela dit, Normal 1er a tellement nié la crise face à Sarkozy qu'il a fini par y croire et aujourd'hui, face à la réalité, il se retrouve dans les plumes d'une poule qui a trouvé un couteau.

Écrit par : Giona | 04/05/2013

Je rejoins Géo.

Après la saignée Hollande, le socialisme aura démontré à tous son inutilité crasse.

Écrit par : la censure règne en Suisse | 06/05/2013

FH n'est pas socialiste. FM l'a été de 81 à 83. Un autre siècle.
Quel Etat de l'UE nationalise avec Bruxelles et des caisses vides? Aucun.
FH est social-démocrate.
La France qui a jeté Sarko après un an semble le regretter.
Après le socialisme, elle a essayé le modèle français teinté de libéralisme, ça a échoué, si elle voue aux gémonies le modèle scandinave, il ne lui restera que l'extrémisme de droite ou de gauche : le chaos à l'italienne.
A lire certains commentaires ici et sous la plume de journalistes qui sans jamais développer un argument fondé commentent les commentaires de commentaires, je me dis que s'ils en viennent à espérer une crise institutionnelle pour faire remonter les ventes de leur média, ils font un mauvais calcul.

Écrit par : lanzmann | 06/05/2013

La France adore les moeurs politiques qui font de bons spectacles télévisuels. Ceux qui consistent à inviter des personnalités connues, dont une ou moins qui tiendra le rôle du f* de m* et à tout faire pour qu'ils s'empêchent mutuellement de parler. Quand à s'écouter ... Je ne crois pas que TF1 soit implanté dans les pays du nord de l'Europe.

Écrit par : Mère-Grand | 06/05/2013

Les commentaires sont fermés.