09/05/2013

Deux poids, deux mesures

 

Coup de Griffe publié dans Lausanne Cités - 08.05.13


 
Ils se précipitent là, comme des pachydermes, avec leurs tonnes de poids balourds, pour tomber sur Micheline Calmy-Rey. Quelle grand crime a-t-elle commis, cette ancienne présidente de la Confédération ? Celui d’avoir parlé ! Elle estime que l’élection du Conseil fédéral par le peuple est une bonne chose. Et simplement, en citoyenne, le dit. Elle n’est de loin pas la seule socialiste de cet avis : le plus célèbre, en Suisse romande, est Pierre-Yves Maillard.


 
Micheline Calmy-Rey parle, haro sur la sorcière. Mais qu’un certain Pascal Couchepin, qui occupa exactement les mêmes fonctions qu’elle, vienne s’épancher sur une page complète du Temps, accompagnée d’une interview vidéo où on ne peut pas dire que les questions aient été particulièrement insolentes, tout le monde trouve ça normal. Couchepin partout, chronique de Couchepin, coup de gueule de Couchepin, pensées de Pascal. A titre personnel, j’aime beaucoup. Mais enfin, pourquoi aurait-il plus le droit à la parole que son ancienne collègue ?


 
Pour une raison simple : dans l’affaire de l’élection du Conseil par le peuple, il représente le courant dominant. Ceux qui, surtout, ne veulent rien changer. Le consensus des partis aujourd’hui au pouvoir, tous contre l’UDC. Alors, vous pensez, ses apparitions, elles seront toutes les bienvenues. Pendant qu’on brûlera Micheline, on encensera Pascal.


 
 
Pascal Décaillet

 

19:38 Publié dans Coups de Griffe Lausanne Cités | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

ça serait un Couchepin qui tiendrait ce langage... On trouverait ça normal ! :-(

Écrit par : Rochat Patrice | 09/05/2013

Je dois dire que je me fiche de tout le mal que pourrait subir l'inutilité socialiste que représente parfaitement Calmy-Rey. Qu'a-t-elle créée par elle-même, quelle entreprise a succès employant des milliers de salariés?

Quant à Couchepin, c'est un médiocre individu, un politicien qui a bien compris Machiavel et qui a toujours était dans le parti dominant ce qui lui a permis de tirer à lui les sunlights et de se faire dorloter par une Presse sournoisement complice. Qu'a-t-il créé par lui-même, quelle entreprise a succès employant des milliers de salariés? Je ne lis rien de lui ou ne l'ai plus vu à la TV depuis qu'il a quitté le Conseil Fédéral.

Leurs ré-incarnations pourront difficilement être pires.

La censure des commentaires par la Presse règne en Suisse

Écrit par : La censure des commentaires par la Presse règne en Suisse | 10/05/2013

C'est son droit.

Écrit par : chauffat albert | 10/05/2013

Mais finalement c'est pas tant la personnalité de MCR qui m'embête dans cette histoire, mais plutôt le fait qu'en tant que Romande et ancienne conseillère fédérale, qu'elle ignore complètement la place des minorités linguistiques dans le projet de l'UDC. Certains socialistes ont bien dit qu'ils soutenaient le principe mais que le projet ficelé par l'UDC est mauvais. C'est là où je n'arrive pas à comprendre MCR...

Pour sa part Couchepin a autant, si ce n'est plus, de détracteurs que MCR...

Écrit par : Arnaud | 10/05/2013

@censure: Tout ce qui est excessif est insignifiant. Votre diatribe, outre le fait qu'elle manque sérieusement de fond, n'apporte rien à un débat pourtant essentiel en démocratie.C'est regrettable car notre langue, pour autant que l'on se donne la peine de l'employer correctement, regorge de formules très rudes et efficaces sans pour autant être insultantes.

Je ne suis ni socialiste, ni radical et je n'ai guère apprécié ces deux magistrats lorsqu'ils étaient en fonction pour des raisons strictement politiques. Malgré cela je ne me permettrais jamais de les insulter comme vous le faites. En dehors des règles de politesse élémentaires, vous devriez savoir que l'insulte retombe toujours sur celui qui la prononce et améliore l'image de la cible. En politique on combat, durement des idées mais on respecte ceux qui les défendent, sans quoi on ne peut pas attendre d'eux qu'ils nous respectent.

Les deux exemples récents sont Mess. Freysinger et Perrin que leurs adversaires ont vilipendés éhontément et que le Souverain a adoubés dans la joie et l'allégresse, faisant revenir le boomerang à la face de ceux qui l'avaient lancé.

Le sujet de l'élection du conseil fédéral vaut mieux que des propos de caniveaux.
A titre personnel, je pense que celles et ceux qui soutiennent l'initiative, comme notre hôte, Mme Calmy-Rey et M. Maillard (personnalités pour lesquels j'ai un réel respect) ont tort. Non point que je sois contre le suffrage universel, ce qui est le cas de M. Couchepin, dont je n'apprécie guère la suffisante arrogance propre aux vaniteux.

Je suis pour le principe mais contre l'initiative car elle est destructrice de la cohésion fédérale qui nous uni pour quelques temps encore.

Pour que cette élection ait un sens, il faut que les latins (francophones et italophones et ladins) soient correctement représentés, c'est-à-dire 3 sièges contre 4 au seuls germains.

Le système suisse est un chef-d'oeuvre de mécanique politique et toute intervention doit y être faite avec précaution. Le seul motif valable étant d'en augmenter la performance mais jamais pour flatter des égos individuels voire individualistes.

Le plus grand écueil de cette réforme est précisément d'accroître les ressentiments entre des communautés qui ont une vision sociétale différente et dont l'union ne peut plus reposer sur des calculs machiavéliques orchestrés par des apprentis sorciers lors de soirées de longs couteaux qui relèvent plus de la boucherie que de l'art du filet Wellington où la croûte enrichi la viande et vice-versa.

C'est pour cela qu'il faut mettre un terme à ces viles pratiques et que cette élection par le Peuple est nécessaire.

Mais il y a un intérêt encore supérieur, celui de la cohésion. Les coups de buttoirs portés à toutes les institutions contribuent à ce climat délétère, comme ceux contre l'armée par exemple, suffisent largement à détruire ce qui nous soude sans aller y ajouter une préséance juste inacceptable de 5 germains versus deux latins.

Je suspecte même l'UDC de faire cette proposition pour faire échouer son initiative, le système actuel leur convenant bien!

Tel est mon point de vue et je regrette vraiment qu'aucun média télévisuel ou radiophonique ne nous donne la parole, à nous citoyens, la cantonnant à des politiciens dont l'égo est tellement exposé aux projecteurs qu'il en bruni.

Cordialement,
Patrick Dimier

Écrit par : Patrick Dimier | 10/05/2013

"vous devriez savoir que l'insulte retombe toujours sur celui qui la prononce et améliore l'image de la cible."

+1000. La personne se juge plus elle-même que la personne "jugée".
A ressortir à l'occasion...

Écrit par : Johann | 10/05/2013

Les commentaires sont fermés.