16/05/2013

Conseil municipal d'hier: la faute première

 

Sur le vif - 16.05.13 - 08.45h

 

Il n'est pas admissible, dans l'enceinte d'un Parlement municipal, ni de n'importe quel législatif ou délibératif, que des élus arborent des banderoles, aussi respectables soient les causes défendues. La banderole, c'est le langage de la rue. Dans un Parlement, l'outil de l'élu, c'est d'argumenter sur un sujet donné, à l'ordre du jour, en respectant son tour de parole.

 

Quelles qu'aient pu être, en réaction à cela, les errances ou approximations, ou même les énormités d'un conseiller municipal, la faute chronologiquement première hier, au Municipal de la Ville de Genève, c'est de confondre le Parlement avec la rue, le démos avec le pléthos. On ne vient pas siéger pour manifester. Ce comportement, de la part de la gauche municipale, dénote une grave méconnaissance de la nature même de la démocratie parlementaire, l'éternelle primauté du militantisme revendicateur sur la fonction institutionnelle de leur rôle. Cette gauche-là, d'essence libertaire et désordonnée, n'a rien compris à la République.

 

En cela, moi qui ai souvent été sévère avec le Président, là, je comprends parfaitement la position, hier soir, de M. Rielle.

 

Pascal Décaillet

 

08:45 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Un parlement qui devient la rue? et si la retransmission en directe des séances plénières jouait un rôle premier dans cette évolution?

Écrit par : olivier | 16/05/2013

Le véritable péché originel est de transformer les " Jardin d'Eden "qu'étaient les parlements genevois, en place du Cirque avec l'effet d'être en campagne électorale permanente grâce aus caméras de tolérance .
pas mal de députés ne s'adressent plus à leurs collègue mais directment au telespectateur , le reste du temps, ils zappent sur I.PAD et autre mobile qui leurs permettent comme dans un taxi ou un lupanar de connaître en temps réel le montant de la prestation.

Écrit par : briand | 16/05/2013

La faute c'est lorsqu'un conseiller municipal du MCG traite de pédophiles de jeunes homosexuels. Et il ne s'agit pas là d'errances ou d'approximations, mais de l'homophobie la plus crasse, la plus tenace. Le reste est péché véniel puisque vous voulez employer un vocabulaire chrétien.

Écrit par : THEVOZ | 17/05/2013

Les commentaires sont fermés.