23/05/2013

Feue la Régente

 

Sur le vif - Jeudi 23.05.13 - 13.06h

 

Le Parti socialiste en Ville de Genève dresse aujourd'hui son bilan de mi-législature. Disons-le tout de suite: ce bilan est bon. Notamment à l'exécutif, avec deux magistrats de qualité. Tout au plus pourrait-on souhaiter, de la part de Sami Kanaan, une vision (ou une communication) moins administrative, plus visionnaire. Mais cela est compensé par la classe de l'homme, sa tenue, son respect des gens.



Quant à Sandrine Salerno, après avoir été il y a six ans la Dauphine de Manuel Tornare, voire la Régente à l'ombre du soleil, elle s'affirme en cette deuxième législature comme la locomotive du Conseil administratif. Elle est morte, la Régente, la chrysalide a laissé naître quelque chose d'autre, de plus puissant et plus légitime.

 

Mme Salerno est courageuse, ne craint pas de déplaire, déploie une politique servie par une vision. On partage ou non ses options, bien sûr. Mais au moins ces dernières sont claires, on sait à qui on a affaire, c'est franco, sur la table, à des milliers de lieues marines des atermoiements, de la langue de bois ou de l'illisibilité. Assurément, la ministre en Ville de Genève a l'étoffe d'une conseillère d'Etat.



Il m'est parfaitement égal que mes propos déplaisent à une certaine droite, notamment celle de l'Argent roi et de la spéculation. Homme de droite moi-même, mais certainement pas de cette droite-là, je respecte toute personnalité habitée par le souffle républicain, et se battant sincèrement pour ses idées, dans l'intérêt général. Mme Salerno, M. Kanaan en font éminemment partie.

 

Pascal Décaillet

 

 

13:06 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Avant cette dithyrambe salernienne, peut-être auriez-vous été bien inspiré de considéer les dégâts qu'elle provoque chez ceux qui ont le malheur d'être sous ses ordres. Là, ce n'est ni la régence, ni la royauté, ni d'ailleurs la vision. C'est juste l'obscurantisme, l'iniquité et la dictature.

Écrit par : Déblogueur | 23/05/2013

@ Déblogueur - Je dois hélas porter à votre connaissance que le mot "dithyrambe", en français comme en grec, est du genre masculin.

Écrit par : Pascal Décaillet | 23/05/2013

Oups... Force est de reconnaître que vous avez raison sur le genre du dithyrambe...

En revanche, pas d'ambiguïté sur celui de la tyrannique Salerno. Encore une fois, avant les éloges partant cette dame aux nues, eût-il été intéressant, voire judicieux, de prendre l'avis de ceux qui subissent ses mauvaises manières - et il-elle-s sont nombreux-euses...

Écrit par : Déblogueur | 23/05/2013

@deblogueur portant pas partant aux nues :

Écrit par : briand | 23/05/2013

Elle bien évolué, c'est vrai.

Le dossier Naxoo lui permettra de fixer des galons supplémentaires sur ses épaulettes.

Après les échecs Rochat, Künzler, elle est condamnée à réussir, il en va de l'avenir des femmes en politique dans ce canton.

Écrit par : geogakakis | 26/05/2013

Les commentaires sont fermés.