24/05/2013

Richard Wagner, 200 ans, pas une ride

wagner+02.jpg
 

Chronique publiée dans le Nouvelliste - Vendredi 24.05.13


 
Ma première rencontre avec Richard Wagner date du premier de mes nombreux séjours en Allemagne, en 1971. Pour un pré-adolescent amoureux de musique, au tout début de ses découvertes dans ce domaine, ce fut un choc. Plus de quatre décennies plus tard, mon étonnement premier demeure : celui d’une musique surgie de nulle part ailleurs, ne faisant écho à aucune antériorité. Les premières notes de Mozart rappellent (entre autres) Haydn, les débuts de Beethoven font penser à Mozart, l’univers de Bach et celui de Haendel – si puissamment différents soient-ils – usent de codes musicaux communs qui nous amènent, non à les confondre, mais tout au moins à les comparer.


 
Avec Wagner, rien de cela. L’œuvre surgit. Je sais, nombre de musicologues, s’appuyant sur les premières œuvres, celles qui précèdent les dix opéras immortels, s’emploient à nous démontrer le contraire, notamment  la richesse de l’héritage beethovenien. Mais enfin, prenez la première grande œuvre, le Vaisseau fantôme, composé à l’âge de trente ans (1843) : dès l’ouverture et jusqu’à la note ultime, le fracas, le ressac et jusqu’à la tempête d’un nouveau style. Nous ne sommes que seize ans après la mort de Beethoven, un demi-siècle après celle de Mozart, mais cette musique-là relève d’un autre univers, d’autres altitudes, d’autres abysses, d’autres imaginaires. Richard Wagner n’est pas le musicien que je préfère : il est beaucoup plus que cela. Il est l’homme de l’œuvre totale (paroles, musiques, décors, tout de lui !), le magicien qui invente un monde. De peu d’artistes, on peut dire cela.


 
J’ai vieilli avec Wagner. Adolescent, sur mes vinyles, je me passais en boucle les ouvertures et les tubes : Tannhäuser, Liebestod dans Tristan, Chevauchée de la Walkyrie, Maîtres-Chanteurs. Nourris de mes voyages en Allemagne, de ma grotte de Linderhof, de mes passages à Bayreuth et Nuremberg, je cultivais une image trop romantique de cet homme unique, oui je crois que je cédais au cliché Wagner. Plus tard, entre vingt et trente ans, j’ai lu les textes de ses livrets, en allemand, creusé son rôle politique autour des événements de 1848. Et, seulement après la trentaine, j’ai commencé à entrer dans l’aspect physique, corporel de l’œuvre : l’écoute attentive des parties chantées, notamment les solos et les duos. Cette dernière approche, qui m’aurait parue ennuyeuse à dix-sept ans, est aujourd’hui celle qui m’occupe le plus. Sur l’époustouflante chaîne musicale Mezzo, je ne manque pas un Wagner.


 
Demeure la puissance d’une œuvre. Originale, « ursprünglich ». La totalité d’une pensée artistique. Le duo final de la Walkyrie avec son père. La puissance, après les Lumières et l’Aufklärung, après l’occupation napoléonienne, du retour aux mythes fondateurs de la culture allemande. Disons que tout cela pourrait s’appeler le génie d’un homme. Et que, le désignant ainsi, nous n’aurions encore rien dit du tout.


 
Pascal Décaillet

 

10:15 Publié dans Chroniques éditoriales Nouvelliste | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Oui, Wagner est un grand homme. Il a fondé les grands spectacles modernes.

Écrit par : Rémi Mogenet | 24/05/2013

Bravo pour ce panégyrique !
En ce qui me concerne, la musique de Wagner n'a jamais réussi à me toucher aux tripes.
Peut-être parce qu'à l'âge de quinze ou seize ans on m'a "infligé", au grand théâtre de Genève, l'écoute de Parsifal. Dire que ce fut ennuyeux n'en donne qu'une pâle et très incomplète description...

Écrit par : Michel Sommer | 24/05/2013

Avec ce compositeur c'est ou tout ou rien, on l'aime ou on ne le digère pas, mais jamais d'indifférence. Merci de rappeler qu'il faut bien des années pour en saisir toute la plénitude de l'oeuvre et qu'à chaque époque , il y a une perception, une vision différente.

Écrit par : uranus2011 | 24/05/2013

Quelle merveille chaque fois renouvellée de revoir la scène des hélicos et du Napalm dans Apocalypse Now de Coppola avec en bande sonore la Chevauchée de Walkyries.

Écrit par : Odeur du Napalm au petit matin | 26/05/2013

Les commentaires sont fermés.