11/07/2013

Voici venu le Temps des blancs bonnets

9010647-jacques-duclos-was-a-leader-of-the-french-communist-party-from-the-30-s-to-the-60-s.jpg
 

Sur le vif - Jeudi 11.07.13 - 08.58h

 

Au sommet de sa forme, le Temps donne la parole en page 6 à l'Ambassadeur de France en Suisse, qui nous assure que tout va bien: dans l'affaire des successions, la France ne s'est pas montrée pressante, souligne l'éminent diplomate. Et elle a respecté la souveraineté suisse.



Si c'est l'Ambassadeur de France en Suisse qui l'affirme, et si c'est dans le Temps, nous voilà évidemment rassurés. Nous considérons donc comme définitivement close toute polémique, nous nous abstiendrons désormais de toute velléité dubitative sur le sujet.



Et, puisque l'Ambassadeur s'appelle M. Duclos, nous nous coifferons d'un blanc bonnet - voire d'un bonnet blanc - avant de déterrer une quelconque hache de guerre.

 

Pascal Décaillet

 

08:58 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Au delà de votre réaction à cet article, que je qualifierais d'épidermique, on doit pourtant avouer que l'ambassadeur dit un certain nombre de choses qui ne sont pas dénuées de sens. Ainsi, la France aurait préféré dénoncer l'accord de 1953... Et elle souhaite que ses ressortissants payent des impôts justes, sans être au bénéfice de doubles exemptions. En tant que pays souverain, c'est son droit, non?

Et qu'y a-t-il de si irritant dans ces positions?

Finalement, la République se dirige vers des solutions fiscales à l'américaine. Les Etats-Unis, en effet, imposent leurs citoyens quel que soit leur lieu de résidence et ceux qui résident en Suisse paient des impôts dans leur pays d'origine, par différence, pour autant que ceux qu'ils dont ils doivent s'acquitter en Suisse soient inférieurs à ceux qu'ils paieraient aux Etats-Unis.

Soit dit en passant, en France, cette idée date de Sarkozy.

Écrit par : Nicolas D. Chauvet | 11/07/2013

Je vous remercie, M. Chauvet, de votre précieux sens de l'humour, qui vous a amené à nous concocter une réponse au parfait diapason de la tonalité de mon papier.

Écrit par : Pascal Décaillet | 11/07/2013

La Suisse est souveraine et ne veut pas de fiscalité à l'américaine. Obama impose son diktat au Monde et se dit démocrate. Où est l'erreur?
Quant à la France, si elle se calque sur les USA, elle me peine. Est-elle en manque d'idées, de cerveaux, de brillants politiciens pour se référer aux lois américaines? Pauvre France.
Quant à Sarkozi, avec ses attaques contre la Suisse lors de ses discours devant un parterre de dirigeants de l'Europe, lui aussi me peine. "Plus de secret bancaire, disait-il". Le secret bancaire existe tant que les Suisses se prononceront pour lui tandis que Sarkozy n'existe plus. Il n'est plus Président.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 11/07/2013

EWS se couche une fois de plus ... je suis sur qu'elle n'ara pas le même courage ... celui de ne plus se présenter aux élections fédérales.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 11/07/2013

Les commentaires sont fermés.