15/07/2013

Trop facile, Madame Künzler !

 

Sur le vif - Lundi 15.07.13 - 08.45h

 

L'argument le plus irrecevable de Mme Künzler, hier, dans le journal d'Ariane Dayer: en substance, "On m'attaque, parce que je suis une femme".



Non Madame, désolé, ceux qui vous attaquent mettent en cause votre politique, vos choix dans les domaines de la circulation, votre noire passion pour la congestion et l'immobilité, votre gestion des transports publics, votre rejet viscéral du transport privé, allant jusqu'à faire culpabiliser les automobilistes, alors que le libre choix du mode de transport a été voté par le souverain.



Ceux qui vous attaquent le font sur ces bases-là. et nulle autre. En aucun cas la question du sexe n'a été abordée. Nous attaquons d'ailleurs tout autant des hommes lorsque leurs politiques nous semblent néfastes à l'intérêt commun, et disons le plus grand bien de femmes. Par exemple, Mmes Keller-Sutter, Emery-Torracinta ou Salerno.



Désolé, Mme Künzler, mais le petit jeu de la victimisation féministe ne passera pas. Même s'il a dû, infiniment, ravir la rédactrice en chef du Matin dimanche.

 

Pascal Décaillet

 

08:45 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Entre vous (que j'apprécie beaucoup) et le jeune Grégoire Barbey, je ne sais plus à quel "sein" me vouer ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 15/07/2013

La réaction de Mme Künzler ne nous rassure pas quant à sa lucidité.

Écrit par : Mère-Grand | 15/07/2013

Depuis le temps que les genevois élisent des femmes à différents niveaux, s'ils n'en voulaient pas cela se saurait! Donc l'argument d'être ostracisée parce que femme ne tient pas. Mais un peu de victimisation à trois mois des élections, cela peut rapporter quelques pièces jaunes...

Écrit par : hommelibre | 15/07/2013

"Mais un peu de victimisation à trois mois des élections, cela peut rapporter quelques pièces jaunes..." ainsi qu'un rire de même couleur.

Cela dit il suffit de passer avec son véhicule vers la passerelle Wilsdorf pour se rendre compte des dégâts occasionnés par la politique de Mme Künzler. C'eût été M. Kunzler que cela n'y changerait rien.

J'aime beaucoup le vert à la campagne, mais en ville, cette couleur commence par me devenir allergisante...

Et dire qu'Alphonse Allais proposait de bâtir les villes à la campagne...

Écrit par : Michel Sommer | 15/07/2013

@ Michel: merci pour le "rire de même couleur". Je n'avais pas osé...- :-)

Ce que l'on voit en ville de Genève c'est que tout le monde est bloqué: privé, TPG. Le sentiment fort est que cela est voulu pour pousser l'exaspération jusqu'au sentiment d'impuissance et à l'acceptation de nouvelles mesures restrictives de la circulation. Je conviens que Genève n'est pas facile à gérer, mais la volonté positive semble manquer.

Écrit par : hommelibre | 15/07/2013

Madame Künzler doit recourir à ce type d'arguments car elle n'ose pas utiliser le meilleur argument qu'elle aurait. Si je ne m'abuse, c'est précisément le "libre choix du mode de transport", voulu par le souverain, qui est pointé du doigt par les experts qui se penchent sur les causes de notre immobilité.

Car en fait, Mme Künzler ne fait que réaliser le mandat absurde dont le peuple l'a chargée: construire l'ensemble "voie de tram/bus - piste cyclable - voie pour les voitures - file de places de stationnement" en autant d'endroits que possible. Et elle a déjà, fort heureusement, le bon sens de ne pas creuser de canal le long de chaque route pour permettre le passage de mouettes...

Écrit par : Raphaël Baeriswyl | 15/07/2013

J'aime les femmes d'actions
J'aime les femmes qui dirigent et surtout qui réfléchissent.
J'aime aussi les hommes qui dirigent et qui réfléchissent.
Le sexe n'a rien a voir là-dedans.
Juste votre incompétence et votre manque de réflexion.
Je sais de quoi je parle, j'habite rue école de médecine, cela vous dit quelque chose ?
Bonne journée
Pierre Blanchot

Écrit par : Blanchot | 16/07/2013

Les commentaires sont fermés.