04/08/2013

Eveline et Didier

 

Sur le vif - Dimanche 04.08.13 - 12.56h

 

Le président du PDC attaque Didier Burkhalter, mais protège EWS.

Les PLR attaquent EWS, mais protègent Didier Burkhalter.

Pour ma part, les choses sont claires:


1) Mme EWS pratique une politique catastrophique, notamment dans l'affaire des successions avec la France, et en allant s'afficher avec un Pierre Moscovici, tout heureux de faire paravent et diversion à son propre rôle dans l'affaire Cahuzac. Les PLR et UDC ont donc totalement raison de l'attaquer.



2) M. Burkhalter, dont l'engagement pour les bilatérales est correct et conforme à la volonté du souverain, a commis une faute politique en laissant son secrétaire d'Etat, M. Rossier, entrer en matière sur une saisine possible de la Cour européenne de justice pour arbitrer les litiges entre la Suisse et l'UE, pour ce qui concerne les bilatérales. Cela a un fumet de juges étrangers, ça n'était vraiment pas le moment, surtout dans le contexte actuel, de délivrer un tel message. Cela, je suis persuadé que nombre de PLR, qui défendent leur conseiller fédéral, en sont intérieurement conscients. Cette bourde n'est de loin pas comparable avec l'accumulation des fautes de Mme EWS, mais le président du PDC, à Saas Balen, a eu raison de la dénoncer, Ce que nous faisons ici, au demeurant, depuis le premier jour.



En résumé, les comportements de ces deux conseillers fédéraux, à des degrés de gravité divers, laissent à désirer, et ne sont pas ceux que la population attendrait, en période de crise et d'attaques venues de toutes parts. Il nous est arrivé, depuis 1848, d'être dirigés par un meilleur collège.

 

Pascal Décaillet

 

12:56 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Jolie description du "duo politique" du CF ... !
Simple, amusant, tellement vrai.

Écrit par : MBA | 04/08/2013

permettez-moi de corriger votre dernière phrase trop complaisante.

S'il est difficile de remonter comme vous le faites à 1848, le système étant tout de même assez différent, il est raisonnable de dire que de mémoire de vivant, la Suisse n'a jamais connu de conseil fédéral aussi pauvre en réflexion et aussi peu cohérent.

La faute est collective mais connait deux instigateurs principaux, Recordon et Darbellay. L'un par bête obsession dogmatique, l'autre par calcul personnel.Les deux sans vision politique de l'intérêt supérieur du Pays.

Deux personnages de très piètre qualité tant éthique que politique. A ne pas réélire en 2015, mais cette décision appartient au peuple, à personne d'autre. Veillons à ce que, le moment venu, il soit renseigné de façon impartiale!

Écrit par : Dominique Vergas | 04/08/2013

Et vous parliez de puissantes analyses... En voici une.

Écrit par : Déblogueur | 04/08/2013

Pour ma part je trouve qu'il y a trop de femmes dans ce fameux Conseil Fédéral.
Si c'est pour être encore plus incompétentes que les hommes, je dit non.

Herr Blocher, revenez vite !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 04/08/2013

Oui mais alors soyez juste et jusqu'au bout! Darbellay est un des responsables de la mise en place d'une EWS. C'est facile maintenant de faite l'autruche pour lui et d'aller attaquer dans le camp d'à côté. Que n'a-t-on pas entendu les gens reconnaitre à quel point ce complot-manipulateur de décembre 2007 coûte maintenant très chère à notre pays.
Et qu'il aurait fallu ces dernières années en homme à poigne. Nous l'avions et les comploteurs parlementaires l'on viré! Alors maintenant allez chercher pourquoi.....derrière tout cela.....un vrai travail de journaliste!

Une chose est sûre on ne serait pas dans cette "mouise" et toujours à se défendre contre les attaques sournoises. M. Maurer a été clair dans son discours pour la fête nationale, la ligne UDC de toujours est toujours de mise. Et si on ne s'en était pas éloigné... Comme la majorité des Votants de l'automne 2007 l'avait sollicité?

Désormais, que les responsables en paient le prix fort!

Écrit par : Corélande | 04/08/2013

Au fil des billets, je vous sens partagé.
D'un côté, vous faites l'éloge des énarques, ceux qui ont prouvé par leur endurance et leur parcours un attachement à des valeurs incarnées par le parti qu'ils ont choisi de représenter.
Et de l'autre, vous attendez le messie. Des caractères, des tronches comme Delamuraz et autres idoles que l'on encense un peu vite post mortem.
J'y vois une contradiction. Et une dimension manque. L'humain. Ses faiblesses, son égo, ses besoins.
Observez un peu les candidats sous cet angle. Analysez leurs prises de position comme vous le faites dans ce billet.
Quel que soit le niveau, la structure est la même. Les magistrats d'un exécutif doivent jongler entre les sensibilités du parti et donc de l'électorat et la collégialité qui défend l'intérêt supérieur du pays, du canton ou de la commune.
Mais surtout ils tiennent à rester en place. Pour différentes raisons plus ou moins nobles.
Je me réjouis qu'avec l'âge, la sagesse aidant, vous commenciez à analyser tout ce beau monde sous un autre angle.
Rassurez-vous, vous resterez le MC local. Mais vous gagnerez un autre public sans perdre vos fans.

Écrit par : Pierre Jenni | 04/08/2013

La voix de l'un ou l'autre Conseiller fédéral, n'est-elle pas de facto, voire de jure la voix de l'ensemble du Conseil fédéral ? Faut-il dès lors en conclure que c'est le Conseil fédéral in corpore qui n'est pas à sa place. Mais le dire ainsi revient à affirmer que l'Assemblée fédérale s'est trompée dans les grandes largeurs en élisant ces sept sages !

Croyez-vous vraiment qu'une élection par le peuple permettrait de suppléer aux marchandages de l'Assemblée fédérale avant chaque élection de nouveaux Conseillers fédéraux. J'ai quelques doutes.

Au fond, la politique suisse (et étrangère) se résume à des luttes d'influence, à des prêtés pour des rendus, à des marchandages plus ou moins avouables grâce à des pions que l'on pose ou dépose au gré des intérêts parfois très personnels de quelques-uns.

Le Conseil fédéral ne serait-il qu'un jeu d'échecs à 7 cases ?

Écrit par : Michel Sommer | 05/08/2013

Les commentaires sont fermés.