24/08/2013

La Suisse a-t-elle une politique européenne ?

 

Édito publié ce matin en une du Giornale del Popolo - Samedi 24.08.13


 
La question est simple : la Suisse a-t-elle un ministre des Affaires étrangères ? Réponse : oui, il s’appelle Didier Burkhalter, et s’est montré très actif cette semaine, en inaugurant la traditionnelle Conférence des Ambassadeurs, et surtout en tentant, mercredi, de donner un nouveau souffle à notre politique européenne. La Suisse a donc un ministre, magnifique. Mais a-t-elle pour autant une politique étrangère, notamment en matière européenne ? Là, la réponse est beaucoup plus complexe, et va chercher dans les limites d’un homme dont nul ne nie la sincérité de son attachement au pays, mais dont le charisme et la puissance de persuasion n’apparaissent pas comme les qualités premières. C’est dommage, parce que le rôle d’un ministre n’est pas seulement de peaufiner le travail en cabinet, mais de convaincre à grande échelle : Delamuraz, par exemple, avait cette fibre.


 
Ainsi, mercredi soir, à la Radio Suisse Romande, Didier Burkhalter apparaissait comme un homme pointilleux et précis, habile même peut-être, mais toujours aussi étriqué et décevant lorsqu’il définissait le champ à convaincre, ce que les spécialistes appellent l’horizon d’attente : cet espace, défini au plus large, n’est jamais donné comme étant le peuple suisse, pourtant souverain, mais au mieux c’est la Commission de politique extérieure du National ! Toujours, dans la tête du conseiller fédéral, cette hyper-représentation du Parlement, comme si ce dernier n’était que le seul théâtre d’opérations de notre politique. Un cercle fermé, caucasien comme chez Brecht, tracé à la craie, avec son éternel jeu de miroirs, mais dont la Suisse profonde, celle des millions d’électeurs et citoyens, se trouve coupée. On dirait que M. Burkhalter ne vit et n’existe que dans ce décor-là, celui des commissions parlementaires, au mieux le plénum, le tout sous la molasse sacrée de la Berne fédérale.


 
Mercredi toutefois, Didier Burkhalter a tenté de convaincre sur une échelle plus large. Il a dévoilé les intentions du Conseil fédéral en matière européenne : poursuivre la voie bilatérale, avec un mandat de négociation Berne-Bruxelles sur la question institutionnelle. Surtout, le ministre veut ignorer le débat qui a enflammé une partie de la classe politique suisse cet été, notamment du côté de l’UDC et du PDC : la question des juges étrangers. Pour rappel, les négociateurs du DFAE, à commencer par le secrétaire d’Etat Yves Rossier, sont entrés en matière pour que la Cour européenne de justice puisse être instance d’arbitrage, entre la Suisse et l’Europe, sur l’application des bilatérales. Tollé dans une bonne partie de la droite du pays, tous partis confondus, je dis bien tous.


 
Toujours mercredi soir à la RSR, le ministre s’embrouillait dans les arguments techniques pour tenter de nous convaincre que l’avis de la Cour européenne ne serait pas final. Assurément, l’argutie ne portera pas : la question des juges étrangers, qu’on remonte ou non à 1291 (je refuse pour ma part de m’ancrer dans une mythologie aussi lointaine), est très sensible au cœur et au patriotisme des Suisses. Elle ne passera pas. Sous-estimer la puissance de ce symbole, de la part d’un ministre, est une erreur, et le président du PDC suisse, Christophe Darbellay, a eu parfaitement raison de défendre l’indépendance et la souveraineté de notre pays. Il l’a fait dans un langage clair, calme, résolu, qui conforte sa position d’adversaire de M. Burkhalter, au sein de la famille de droite. La Suisse sait désormais, sur les questions de souveraineté, qu’elle peut compter sur un autre parti que l’UDC. Et d’ailleurs aussi, à titre plus ou moins avoué, sur d’innombrables membres du propre parti de M. Burkhalter !


 
Le pire, c’est qu’à l’issue de l’exercice, destiné à nous montrer à quel point M. Burkhalter avait le soutien du Conseil fédéral, on n’en sait toujours pas plus sur l’avenir de notre politique européenne ! Le contenu du mandat de négociation n’est pas public, on sait juste que la voie bilatérale va se poursuivre. Mais franchement, qui en aurait douté ? Au final, un ministre assurément respectable, mais qui devra prendre, dans les mois qui viennent, la dimension nationale de sa mission de conviction et de communication. Ça n’est pas le domaine où il excelle le plus. Allez, disons-le comme cela, pour terminer sur un euphémisme. Belle fin d’été à tous !


 
Pascal Décaillet

 

08:58 Publié dans Editos Giornale del Popolo | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Toujours darbellay la girouette! Alors pour être complet, nous dirons que dans son discours du 1er août, M. Ueli Maurer a bien dit: "....que sous des juges étrangers la Suisse ne peut que perdre!" Donc au CF nous savons qu'il n'y a pas unanimité et que M. Maurer l'a certainement déclaré haut et fort puisqu'il l'a subtilement inséré dans son discours pour la fête nationale, s'adressant au "Souverain".
Le pire est devant nous....burkhalter président en 2014.

Écrit par : Corélande | 24/08/2013

La Suisse n'a - évidemment - pas de politique européenne. Composé d'un assemblage disparate de gestionnaires, ce gouvernement n'a ni vision, ni stratégie. Il est en constante réaction, sur ce dossier comme d'ailleurs tous les autres.... A l'exception peut-être de celui de la LaMal où il nous annonce des augmentations de primes de manière quasi-prophétique.

Écrit par : Déblogueur | 24/08/2013

Les commentaires sont fermés.