28/08/2013

Chasse aux sorcières

despot.jpg 

Coup de Griffe - Lausanne Cités - Mercredi 28.08.13


 
Tout le monde connaît Slobodan Despot, longtemps actif dans le canton de Vaud, à l’Âge d’Homme puis patron de Xenia, sa propre maison d’édition. Un esprit libre, audacieux, une figure. Un éveil, une curiosité littéraire d’exception. La gauche le déteste, parce qu’il n’est pas exactement des leurs. La droite convenable, gouvernementale et en cravate s’en méfie, parce qu’il est fou, et que la folie ne figure pas dans leur programme de législature.
 
Et là, tout ce beau monde se réveille et vocifère, parce qu’Oskar Freysinger a confié à Despot un mandat externe de communication. Comme si le diable avait engagé le diable. Vous pensez, hurlent-ils, un copain ! À ces belles âmes, nourries soit de la plus doucereuse des candeurs, soit de la plus tenace des mauvaises fois, nous conseillons d’aller se renseigner sur l’entourage de nos conseillers d’Etat de Suisse romande, tous bords confondus. Et de revenir statuer sur le critère de « copinage ».
 
Qu’un magistrat socialiste engage un socialiste dans son état-major personnel, monnaie courante. Que les radicaux fassent de même, nul ne s’en émeut. Mais Freysinger-Despot, ça ne passe pas. Pure censure de quelques-uns, rien d’autre. Ces gens-là, qui se proclament d’ouverture, ont la tolérance bien sélective. Elle ne se pratique qu’à ceux qu’ils agréent. Parce que leurs idées ne les gêne pas.
 
 
Pascal Décaillet

 

08:45 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Pugnace et tellement pertinent !

Nous conseillons d’aller se renseigner sur l’entourage de nos conseillers d’Etat de Suisse romande, tous bords confondus. Et de revenir statuer sur le critère de « copinage ».

Écrit par : tempestlulu | 28/08/2013

Cela porte un nom, le Despotisme .

Écrit par : briand | 28/08/2013

Bravo Briand.

De plus ce n'est pas avec la vente des livres d'Oskar Freysinger que son éditeur Slobodan Despot a fait fortune. Il faut bien vivre. Une âme socialiste cet Oskar Freysinger!

Écrit par : Noëlle Ribordy | 28/08/2013

Certes, les medias et quelques ésprits (comme le précédent) pourront s'y prendre au nom de famille, mais ca ne suffiras pas à éteindre la lumière de l'ésprit pertinent, généreux et honnête.

Écrit par : Manuela | 28/08/2013

Il est absolument scandaleux que Le Temps ait annoncé la nouvelle en indiquant que O. Freysinger engageait un chargé de communication "serbe" (Slobodan Despot est Suisse naturalisé d'orgine serbo-croate).

S. Despot s'est d'ailleur abondamment moqué sur Facebook de la manière dont la nouvelle a été traitée par Le Temps.

Mais l'heure n'est peut-être pas à la rigolade : indiquer uniquement et simplement l'origine ethnique d'une personne alors qu'elle est de nationalité suisse frôle au mieux la discrimination, au pire le racisme. Si S. Despot était des parents Juifs ou Africains, ç'aurait été également relevé par Le Temps ?!..

Écrit par : Nicolas Popoff | 28/08/2013

Je ne connais pas personnellement Slobodan Despot et si je partage pas forcément ses prises de positions, j'aime la franchise avec laquelle il le fait et comme on dit, je me battrai pour qu'il puisse continuer à le faire. Il doit être instinctif et brillant, ce sont les plus dangereux, alors Anastasie l'a dans le collimateur, c'est normal. Et en plus, le bougre est édité par Causeur !
http://www.causeur.fr/john-galliano-racisme,23789

Écrit par : Malentraide | 28/08/2013

Ô Temps, ô mœurs...

Écrit par : Michel Sommer | 28/08/2013

Il est assez cocasse que la gauche et son porte-voix reprochent à OF d'engager un "serbe" alors que cette même gauche reproche constamment à l'UDC de mentionner la nationalité des personnes. Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Telle doit être la devise de la gauche.

Écrit par : Pavel | 29/08/2013

Les commentaires sont fermés.