07/09/2013

Les 125 ans d'un grand parti


Édito publié ce matin en première page du Giornale del Popolo 


 
Le parti socialiste suisse, qui va fêter ses 125 ans cet automne, est un grand parti de notre pays, dont il a largement contribué à écrire l’Histoire. Son trajet, depuis sa création, le 21 octobre 1888, à Berne, par la Conférence ouvrière suisse, épouse au fond le destin de la nation, ses moments de bonheur et de prospérité, comme les années Tschudi avec son tempo réformateur de l’AVS, mais aussi les périodes de division et d’immenses tensions, comme la grève générale de novembre 1918. Parti gouvernemental au niveau fédéral depuis 1943, deux représentants depuis 1959, présent dans tous les combats, nous ayant donné de grandes figures. Oui, nous devons beaucoup à cette famille politique.
 


Quand on scrute l’Histoire politique suisse, on a toujours l’impression que tout se cristallise dans la seconde partie du dix-neuvième siècle, cette période folle entre le Sonderbund (1847), immédiatement suivi par la naissance de la Suisse moderne (1848) et la Grande Guerre (1914). C’est là que se créent, au niveau national, nos partis politiques, mais aussi nos grands journaux, là que se préparent les fronts du vingtième siècle.


 
Le parti socialiste suisse est né d’un centralisme fédéral. Il est créé d’en haut. Ce qui n’est le cas ni chez les radicaux, ni chez les catholiques conservateurs, qu’on appellera beaucoup plus tard (1971) le PDC. Nous avions expliqué ici même, pour les 100 ans du PDC suisse, à quel point il avait fallu, dans le Congrès fondateur de Lucerne, fédérer des traditions cantonales incroyablement disparates, n’ayant au fond en commun que la souche catholique et la volonté de revanche du Sonderbund.


 
Chez les socialistes suisses de la fin du dix-neuvième siècle, on accepte d’autant mieux l’idée unitaire qu’on est très minoritaire : premier élu au National en 1890, dix-huit élus en 1911, avec pour la première fois un groupe parlementaire. Accueil de Lénine en pleine Première Guerre mondiale, refus du budget militaire en 1917, Comité d’Olten en 1918 et appel à la grève générale. Cette grève, du 12 au 14 novembre, dans l’immédiate foulée de l’Armistice et sur contexte de Révolution allemande, est l’un des événements majeurs de notre destin national. La bourgeoisie, traumatisée par l’idée d’une Suisse aux mains des Soviets, a tenté pendant des décennies d’en étouffer l’historiographie. Elle a évidemment eu tort : la vérité revient toujours.


 
Toujours est-il que les premières élections à la proportionnelle en 1919  (l’une des revendications du Comité d’Olten) permettent aux socialistes de doubler leur représentation au National : ils passent de 20 à 41 sièges. Pas encore mûrs pour être gouvernementaux, mais assurément appelés à se glisser dans le cercle des responsabilités, l’élaboration des lois : c’est ainsi, dans l’Histoire suisse, qu’en douceur, avec le temps, les partis issus de la marge et de la protestation, entrent dans le système. Cette faculté de récupération des oppositions est un trait de génie de notre culture politique.


 
Dans les années suivantes, l’ascension continue. Très bon résultat aux élections fédérales de 1931, refus du Front commun avec les communistes en 1933, prise du pouvoir (démocratique !) à Genève la même année, autour de Léon Nicole (exclu du parti en 1939), victoire aux élections de 1943, et cette même année, premier conseiller fédéral, le Zurichois Ernst Nobs. À partir de là, à part quelques années d’absence au milieu des années 50 suite à la démission de Max Weber, les socialistes seront toujours au cœur du pouvoir, passant à deux conseillers fédéraux en 1959, dont l’immense Tschudi (1959-1973), que j’ai eu l’honneur d’interviewer à Bâle, chez lui, pour ses 80 ans, et qui a tant fait pour nos assurances sociales.


 
La suite, on la connaît, c’est une Histoire qui nous est plus proche, beaucoup d’entre nous l’ont même vécue : psychodrame de 1983 suite à la non-élection d’une femme, la Zurichoise Lilian Uchtenhagen, à laquelle l’Assemblée fédérale préfère le Soleurois Otto Stich, menaces de quitter le Conseil fédéral, finalement le parti choisit d’y rester. Trente ans après, toujours deux conseillers fédéraux, la Bernoise Simonetta Sommaruga et le Fribourgeois Alain Berset.


 
Je n’ai esquissé, ici, que quelques repères dans l’Histoire du parti national, n’entrant pas dans les diversités cantonales (les Tessinois en savent quelque chose !), tentant tout au plus de montrer la remarquable trajectoire d’intégration de ce parti au cœur de notre vie politique et de nos institutions. Assurément, le parti socialiste suisse sera encore de longues années avec nous. Avec des hauts et des bas, des querelles internes, de grandes personnalités à Berne, dans nos villes et nos cantons. Souhaitons-lui un excellent anniversaire. Enrichissons-nous de sa présence, dans la nécessaire dialectique qu’exige notre démocratie.
 
 
Pascal Décaillet
 
 

09:26 Publié dans Editos Giornale del Popolo | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Lu dans 24 heures à propos de Peter Bodenmann :
"...la célébration du 125ème anniversaire du PS, il en pense pis que pendre. A cette occasion, il publie dans le journbal syndical "work"un diagnostic cinglant du socialisme en Suisse et en Europe. Son titre ? "la gauche est vieille et le dépassement du capitalisme est mort pour l'instant !"
Un peu plus loin : "Quinze ans de Moritz Leuenberger au CF et notre politique énergétique n'est plus qu'une plaisanterie fatiguée..."

Voilà quelqu'un qui sait parler du PS...

Écrit par : Géo | 07/09/2013

Il est incontestable que la Suisse doit beaucoup de son équilibre au parti socialiste suisse. Mais au parti socialiste "d'avant".

A certaines de ses grandes figures qui avaient à coeur dans la défense de leurs intérêt de défendre et préserver aussi la cohésion nationale.

Cela est malheureusement terminé, le parti socialiste est devenu depuis la question européenne un parti qui n'a plus aucun respect pour les fondements nationaux et ne cherche sur ce point plus que la division.

Entre ceux qui ont mis sur pied les fondements de l'AVS en Suisse et les idéologues bobos que l'on voir défiler aux plus hauts postes (particulièrement à Genève) et dont on ne sait plus vraiment qui ils défendent à part eux-mêmes et les salaires mirobolants qu'ils encaissent, il n'y a de mon point de vue plus aucun rapport.


Quel rapport entre le gauchisme internationaliste d'une sandrine salerno qui attaque le secret bancaire alors que c'est précisément ce secret bancaire qui lui permet de toucher un salaire à 6 chiffres et les socialistes de l'administration fédérale qui inconnus et par amour du pays mirent patiemment sur pied un système de protection financier pour les plus âgés dans notre pays(avs). A mon avis il n'y a aucun rapport entre eux, aucun, strictement aucun.

A mes yeux le parti socialiste d'aujourd'hui ne mérite plus aucune once du respect que je lui portais jadis.

Écrit par : quidam | 07/09/2013

Les commentaires sont fermés.