11/09/2013

Libertaires ou inconscients ?

 

Coup de Griffe - GHI - Mercredi 11.09.13

 

Je serais infiniment heureux qu’on m’explique au nom de quoi les cyclistes, ou en tout cas nombre d’entre eux, ne s’estiment pas liés par le principe du feu rouge. Pourquoi les voitures, les scooters devraient-ils s’arrêter, et pas eux ? Cette transgression est, avant toute chose, dangereuse pour eux-mêmes : fragiles, ils sont les plus vulnérables en cas de collision. Mais aussi pour les autres : l’automobiliste qui doit planter ses freins parce qu’un inconscient à vélo surgit devant lui.

 

Pire : parce qu’on ne peut pas me repérer (un radar ne peut saisir une plaque cycliste), j’enfreins la loi. Ce raisonnement, digne de la jungle, fait fi de la libre acceptation de la limite, en conscience de l’intérêt général. C’est le degré zéro du Contrat social, l’individualisme libertaire érigé en roi. Détestable.

 

Pascal Décaillet

 

 

15:00 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

J'ai fait beaucoup de vélo dans ma jeunesse, j'ai donc toujours beaucoup de respect et d'égard pour les cyclistes sur la route.

Pourtant une question me turlupine depuis quelque temps, suite à un incident : Qui contrôle si les cyclistes connaissent le code de la route ?

Engagée (au volant de ma voiture) dans un giratoire, je vois surgir sur ma droite une cycliste adulte qui me coupe la route. Je plante sur les freins et évite l'accident, mais je subis les insultes de ladite personne : "Sauvage ! La priorité vous connaissez ?"

J'en suis restée tellement soufflée que je n'ai pas pu lui répondre.

Écrit par : cybermamy | 11/09/2013

Il y a bien longtemps que je me pose la même question. Ils sont tellement nombreux à griller tout ce qui est rouge que je suis surpris quand - par extraordinaire - il y en a un qui s'arrête.

Méfiez-vous de ceux qui respectent le code de la route. Un accident est si vite arrivé...

Écrit par : Michel Sommer | 11/09/2013

Ayons une pensée émue pour les chauffeurs de taxi, qui subissent ces abrutis asociaux à longueur de journée...

Écrit par : Géo | 11/09/2013

Il y aurait tant à dire...
Je réponds déjà à cybermamy (j'adore votre pseudo). La règle en matière de giratoire pour les cyclistes est bel et bien de rejoindre le centre. C'est pas terrible, mais il n'y a pas de solution idéale. Le giratoire est extrêmement dynamique pour des véhicules motorisés de taille et de puissance semblable. En revanche c'est plus délicat avec les petits et les gros.
Ensuite, je m'inscrit en faux sur la propension des cyclistes à ne pas respecter les règles de la circulation.
En tant que professionnel, je conduis des taxis depuis plus de 36 ans, et je suis extrêmement reconnaissant aux cyclistes d'anticiper, voir de griller les feux. Ils libèrent l'espace et gardent la maîtrise de leur véhicule qui a besoin d'un minimum de force d'inertie pour être stable.
Je salue donc la tolérance de nos autorités à leur égard.
Ces chevaliers du bitume sont des exemples de responsabilisation personnelle. De part leur fragilité ils ne peuvent tout simplement pas prendre de risques inconsidérés et leurs infractions rendent service.
On dirait presque que les autres usagers de la route sont jaloux de cette liberté. Et bien tant mieux, voilà qui devrait les inciter à tenter l'expérience et valider les projections de transfert modal que le rapport "Mobilités 2030" appelle de ses voeux.

Écrit par : Pierre Jenni | 11/09/2013

Le qualificatif qui sied à ces énergumènes est le suivant:

Cycloterroriste !

Le support politique qu'ils reçoivent est simplement hallucinant et le sentiment d'impunité qui anime un grand nombre d'entre-eux est simplement stupéfiant.

A quand la frappe préventive :-) Coordonnée celle-ci !

Écrit par : tempestlulu | 11/09/2013

Pour ceux qui pensent que les crises économiques sont cycliques ,eh bien non, elles sont cyclistes.
Le MCG ne s'y trompe pas ,ses chauffards de taxis serrent de près les "pédales"
Plus belle la Campagne électorale?

Écrit par : briand | 11/09/2013

D'accord mais pourquoi seulement eux?
Les voitures mal stationnées, sur le trottoir ou sur une piste cyclable par exemple, les motocycliste sur ces mêmes pistes cyclables et pour TOUT le monde le non respect des limitations de vitesse. Mettez un radar mobile invisible et vous pourrez amender sur une artère dégagée 50% des conducteurs qui ne respectent pas la limitation à 50 ou à 60 km/h. Ou à 120 km/h sur autoroute.
(J'ai fait l'expérience avec un radar sur une route en montée: 1 véhicule sur 2 allumait ses feux de frein avant le radar.)

Idem pour les feux rouges où il n'y a pas de radar.

Écrit par : Johann | 11/09/2013

Les cyclistes sont comme tout le monde, ils ont droit de ne pas être plus intelligents qu'un autre utilisateur de la route ou de la chaussée ;)

De manière générale, j'ai observé que (sur le trottoir, sur la route, dans le bus, dans les magasins, aux guichets, aux feux) les gens n'ont plus de patience, alors dès qu'ils peuvent, ils avancent, poussent et s'imposent..
Les vélos oui, en passant tout droit, mais les motos aussi en roulant sur les bandes cyclables, les voitures en stationnant hélas aussi à l'entrée d'une piste...

C'est un triste phénomène global de notre société... genevoise en particulier.

Vélo, moto, voiture, chacun à son niveau abuse. Même le piéton. C'est dire!

Je dirai pour le-la cycliste, c'est que lorsqu'il-elle est physiquement lancé, le souffle régulier, le mollet bien chaud, les endorphines dans le sang, il-elle a encore plus de peine à s'arrêter... :/

Écrit par : Jacqueline Roiz | 12/09/2013

Monsieur Decaillet,

Merci de bien vouloir écrire "certains cyclistes" et non uniquement les "cyclistes", car pour ma part, je respecte le code de la route et d'autres également.

Il sied de constater qu'un certain nombre se sent libre de toute infraction à ce code, mais ce n'est pas la majorité. Maintenant s'il vous plaît de stigmatiser une partie de la population, libre à vous, mais c'est dommage.

Car celle-ci est facile, par exemple : j'ai chaque jour des scooters qui roulent sur la piste cyclable en me coupant la route, j'ai chaque jour des automobilistes qui oublient qu'un rétroviseur sert à regarder dedans en cas de changement de direction, sans parler des piétons qui traversent à l'extérieur des passages piétons sans regarder, mais malgré tout, je ne vais pas généraliser.

Bien à vous

Un cycliste genevois

Écrit par : cycliste respectueux | 12/09/2013

Les Genevois ne savent même pas (plus) utiliser correctement un trottoir. Plantés au milieu, ils bavardent en se moquant éperdument du reste du monde empêchant ainsi cette fluidité que l'on observe à Londres, Amsterdam ou Zürich - alors pour le reste...

Écrit par : Malentraide | 12/09/2013

Franchement, je me demande quel serait le taux d'accident si les cyclistes attendaient aussi le vert pour démarrer. Ils se feraient en tout cas gazer, ce qui m'est arrivé souvent. Moi je descends de mon vélo, le pousse comme piéton quelques mètres et hop!

En revanche, je n'ai strictement aucune compréhension contre ceux qui roulent sur les trottoirs, je demanderais plutôt une campagne de prunes massive.


@ Malentraide : Oui c'est fou ces gens qui s'autorisent de discuter sur un trottoir hein? On trace des marques comme sur les tapis roulants, à droite les statiques, à gauche ceux qui marchent?

Ah et au fait, on met où les vélos...?

Écrit par : JDJ | 15/09/2013

@ JDJ
Un exemple tiré du réel: l'autre jour, deux mères avec leurs poussettes tenaient conciliabule au MILIEU du trottoir, persuadées que leur état de procréatrices leur donnaient le droit d'ignorer le reste du monde. Je voulus les éviter quand un cycliste énervé (à la vue des deux mamans et de votre serviteur qui osaient occuper son trottoir ?) déboula sur ma droite. J'ai alors simplement fait remarquer à ces braves utilisateurs que le trottoir était encore un espace public régi par un code tacite de bienséance, du moins c'est ainsi que j'ai été éduqué. Pour discuter sur le trottoir, il suffit simplement de respecter la circulation des AUTRES usagers, mais le mot respect semble avoir été banni du comportement urbain à Calvingrad.
Bien à vous.

Écrit par : Malentraide | 19/09/2013

Les vélos ? Sur les trottoirs, bien sûr !

Écrit par : Malentraide | 19/09/2013

Si je comprend bien certains intervenants les cyclistes auraient priorité sur les piétons car les trottoirs sont à eux et priorité sur les voitures car plus légers et maniables ? la remarque de M. Jenni est hallucinante ."La règle en matière de giratoire pour les cyclistes est bel et bien de rejoindre le centre." car il laisse entendre qu'un cycliste aurait la priorité en entrant dans un giratoire.... mais il est vrai que le temps où les chauffeurs de taxi étaient un exemple est bien passé de mode !
Personnellement je trouve anormal et parfaitement inadmissible le comportement de certains cyclistes sur les trottoirs qui sont et doivent rester avant des lieux où l'on marche (et où - n'en déplaise à certains - on a encore le droit de s'arrêter pour discuter)

Écrit par : uranus2011 | 19/09/2013

PS: Pour répondre aux intervenants de mauvaise foi:
J'apprécie aussi de discuter sur un bout de trottoir. J'aime le faire sans risqué d'être percuté par un de ces khmers verts pédalant de droit divin (précision: je suis aussi un cycliste) là où ils n'ont pas droit de rouler. Il suffit de faire un ou deux pas de côté pour permettre aux autres piétons de circuler. Si ça heurte l'égotisme borné de certains utilisateurs genevois, je réitère ma proposition de voyages d'étude à Lucerne, Londres ou Amsterdam, là où j'aime emprunter les trottoirs, seul ou accompagné, silencieux ou en discutant, sans gêner ou être gêné grâce au civisme ou au simple bon sens des passants.

Écrit par : Malentraide | 19/09/2013

Les commentaires sont fermés.