12/09/2013

La haine - Quelle haine ?

 

Coup de Griffe - Lausanne Cités - 12.09.13
 

Il y a, en Suisse, trois grandes familles politiques. La gauche. La droite PLR-PDC. Et puis, une autre droite, nationale ou populaire, voyez j’évite bien de dire nationaliste et populiste, regroupée sous la bannière de l’UDC. Mais avec d’autres visages protestataires : MCG à Genève, Lega au Tessin.
 
Cette troisième famille constitue entre un quart et un tiers de l’électorat. Une personne sur quatre, voire sur trois, que vous croisez dans la rue ! Que vous l’aimiez ou non, elle existe, elle est là, et pour un sacré bout de temps. N’imaginez pas qu’elle ne relèverait que d’une parenthèse, d’un cauchemar passager.
 
Ce Tiers-État, il faut voir comme on en parle. Avec quelle haine, quels excès : tous les électeurs de ces partis, à en croire la gauche bien pensante et la droite de bénitier, ne seraient que xénophobes, racistes, fascistes. Alors que l’immense majorité d’entre eux ne sont rien de tout cela.
 
Ces électeurs, qui sont-ils ? Des compatriotes ayant fait le choix d’une politique en effet conservatrice, ce qui jusqu’à nouvel ordre ne relève pas du Code pénal. Attachés à la souveraineté du pays, ce qui n’est pas un crime. Défenseurs du patrimoine et souvent du paysage, désireux d’un minimum de régulation des flux migratoires, ce qui est une option parfaitement défendable. On partage leurs idées ou on les combat, nous sommes en démocratie. Mais commencer par les insulter, c’est le degré zéro de la politique.
 
 
Pascal Décaillet

 

08:35 Publié dans Coups de Griffe Lausanne Cités | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

"Et puis, une autre droite, nationale ou populaire..."

Oui, mais votre droite nationale ne se gène pas non plus d'insulter et les autres partis et les électeurs des autres partis. Et selon vos termes, c'est le degré zéro de la politique.

Écrit par : Amiel | 12/09/2013

On croit rêver! Si je suis parfaitement d'accord sur le fond avec vous, je ne pense pas vivre dans le même canton à la lecture de la dernière phrase.

Ce que je vois sur les stands politiques de cette campagne, ce sont des tracts. Les seuls qui comparent les Conseillers d'Etat à des singes viennent des populistes.

Ce que je lis sur les blogs, entre allusions homophobes, comparaison d'un magistrat avec Pinocchio, et autres du même degré élevé de respect, viennent très fréquemment de ces partis là.

Je crois que c'est Confucius qui disait que les invectives ne blessent que leurs auteurs, mais venir aujourd'hui dénoncer la hauteur quasi nulle du débat politique en plaçant les populistes comme victimes, c'est un petit sommet en soi.

Genève ne possède pas un Tiers-parti, mais un tiers genevois. Et cela depuis avant la démocratie moderne. Parfois, des partis parviennent à faire le quorum, de Vigilant au MCG, là où d'autres, Alliance Démocratique, HAD, etc, n'y arrivent pas. Ce n'est pas un question de durée, car ce tiers là existera toujours à Genève. Pour avoir un point de vue de l'intérieur d'un parti institutionnel, je n'ai pas remarqué cette idée du "cauchemar passager".... mais vous devez être mieux informé que moi!

Écrit par : olivier | 12/09/2013

"Une personne sur quatre, voire sur trois, que vous croisez dans la rue ! "

Vu qu'à Genève une personne sur deux que vous croisez dans la rue est étrangère, cela ne fait plus que une sur 8 voire sur 6...

Écrit par : Johann | 12/09/2013

Je trouve vraiment surprenant de votre part d'accuser les partis en place, quelle que soit leur orientation, de placer l'insulte au rang de programme électoral.

Les programmes présentés sont généralement d'une telle indigence intellectuelle qu'il est naturellement beaucoup plus facile de "dégommer" ses adversaires que d'argumenter sur les questions cruciales qui se posent dans notre république.

Et ceux qui ne sont nulle part, ni à gauche, ni à droite et encore moins au centre n'ont vraiment rien à envier à quiconque en ce qui concerne l'invective et la politesse.

En revanche de dois avouer qu'ils ont une certaine habileté - que je considère comme nocive - pour laisser croire qu'avec eux, tout va changer. La panacée, quoi.

On en reparle dans cinq ans ?

Écrit par : Michel Sommer | 12/09/2013

Cher M. Décaillet,

Si je peux m'accorder avec vous sur un point c'est celui-ci: les ELECTEURS du MCG ne sont pas des gens haineux, pour la plupart. Simplement des mécontents qui se laissent entraîner par des discours charismatiques et des "solutions" simplistes.

Si je puis oser une comparaison qui, j'en conviens, frôle le point Godwin, les Allemands n'étaient pas tous des tueurs sanguinaires en 1945 non plus.

Mais quand vous présentez le MCG comme une victime de la haine, j'en suis baba.

Voilà un parti qui à longueur d'année, par la bouche de ses principaux ténors, provoque, tente d'exploiter les haines et les peurs inavouées qui se terrent en chacun de nous.

Quand de temps en temps ils obtient ce qu'il mérite, à savoir une réaction outrée, ce serait lui la victime?

Je suppose que c'est avec ce genre de logique qu'à Zurich on paie 29'000.- par mois pour un délinquant et pas un kopeck pour ses victimes.

Je ne vous félicite pas!

Écrit par : Daniel Zaugg | 13/09/2013

Les commentaires sont fermés.