22/09/2013

Les bétonneurs et le signal de Bernex

 

Sur le vif - Dimanche 22.09.13 - 16.14h

 

Nous nous garderons bien sûr de projeter sur l’ensemble du canton une simple décision du corps électoral de Bernex. Mais tout de même. A peine les députés ayant accepté, en toute fin de législature et pour donner un accessit au conglomérat des sortants, un Plan directeur cantonal qui nous fait miroiter des milliers de logement à l’horizon 2030, voilà que Bernex refuse 178 nouveaux logements à Lully, sur le territoire de la commune. Il s’agissait d’ériger des immeubles sur un terrain occupé par des maraîchers et des villas mitoyennes. PDC, PLR et MCG étaient favorables au projet. L’Alternative bernésienne et l’UDC, pour le référendum. Le peuple a tranché.

 

Et s’il tranchait un peu plus souvent, le peuple ? Les premiers concernés par la qualité d’un paysage, l’ambition d’un urbanisme, la densité de population, ce sont bien les habitants de nos différentes communes. Parce que ce paysage, ce sont eux, à vie, qui l’auront dans le regard. Cet urbanisme, c’est pour eux et autour de leurs besoins qu’il doit être conçu. La densité de constructions, puis de population, ce sont eux qui vont en apprécier les délices ou en supporter les outrances. En cela, la majorité qui sort des urnes ce dimanche à Bernex, et qui va contre pas mal de notables du lieu, a valeur d’exemple.

 

Parce que le Plan directeur que nous laissent en héritage les autorités cantonales sortantes, c’est avant tout une pure projection intellectuelle, une pure prospection sur la croissance, et c’est surtout fait pour accorder beaucoup de jouissance et de bonheur aux corporations de la construction et de l’immobilier. Il serait intéressant de demander aux habitants de l’ensemble du canton, ou alors des 45 communes, à l’issue d’un vaste débat populaire, ce qu’ils pensent du Grand Genève de l’horizon 2030, bétonné à l’extrême, juste parce qu’il faudrait accepter comme une fatalité le principe d’explosion démographique. Messieurs les bétonneurs, Bernex nous a donné ce dimanche un signal.

 

Le Signal, n'est-ce pas une spécialité bernésienne ?

 

Pascal Décaillet

 

16:14 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Il y aura donc un PLQ, ce qui aura pour unique conséquence un report des travaux de 3 ans, au minimum.
La parcelle concernée, libre de constructions et située en zone à bâtir depuis 60 ans, ne nécessitait pas sur le plan légal l'engagement de cette lourde procédure dont le seul "mérite" est de permettre aux référendaires, voisins immédiats, de gagner du temps.
Tous les moyens ont été bons, au cours de la campagne, pour masquer cette vérité et pour faire peur à tous les habitants de la commune.
Ce n'est pas plus compliqué que cela.
Cela étant, c'est vrai, ce sera en revanche compliqué, même si cela paraît incroyable, de convaincre la population genevoise qu'elle a intérêt à loger ses propres enfants...
Je m'y emploierai car la cause est juste, tout simplement.

Écrit par : Serge Dal Busco | 22/09/2013

Il en va de cette consultation comme d'autres de ce dimanche, le mécanisme de la peur a fonctionné à plein.

Au Tessin l'interdiction du niqab n'empêchera pas les tessinois de se faire niquer par les fédéraux lorsqu'il s'agit de défendre leur économie.

Le Oui sur les épidémies n'empêchera jamais des conseillers fédéraux complètement piqués d'arriver au pouvoir pour notre plus grand malheur.

Dans ce dernier cas, il faut construire du logement, tout le monde est d'accord mais pas sur sa commune. Qui se fait berner?

Oui au signal mais pas avec une bougie!

Écrit par : Dominique Vergas | 22/09/2013

Quand le temps viendra à la construction, car il viendra. J'ai bien peur que la commune de Bernex n'ai plus le contrôle de sa densité et Lully risque peut être de se trouvé entouré d'immeuble dont la densité dépassent largement celle opposée.

Dramatiquement nos enfants devrons patientez quelques années de plus pour trouver des logements descend.

Pour ma part, même si je respecte le vote populaire je continuerais à promouvoir la construction de logements afin qu’enfin les prix baissent.

Maintenant la vrais question à se posé est : Combien d'habitant Genève peut-elle accueillir ?

Écrit par : Florian Gander | 22/09/2013

Ainsi Monsieur Dal Busco nous montre son vrai visage : foin de démocratie, le peuple sera contourné et les bétonneuses passeront.

Monsieur Dal Busco, PDC tendance insipide, est un pion : celui de la France voisine, de celle qui gueule que Genève ne loge pas ses enfants... alors que cela est faux : Genève construit de quoi loger ses enfants et même plus. Genève ne loge pas ses immigrés, ce qui n'est pas la même chose et qui peut se résoudre autrement, sans appeler les croates à la rescousse.

Le plan directeur est dicté par nos voisins...et n'est bien sûr pas soumis au référendum.

Mais....

Il y un mais. Tous cela demande de l'argent. De l'argent des genevois. Les fonds frontaliers donnés à la France, France qui dorénavant se sert dans nos poches. L'accord de janvier 1973 qui prévoit cette aide au développement ne passera pas la législature.

Le peuple le mettra à bas.

Écrit par : CEDH | 22/09/2013

Au-delà de la problématique "d'accord il faut des logements mais pas à côté de chez moi" je voudrais bien savoir si les appartements qui devaient être construit étaient bien destinés à loger les habitants de Genève à petits revenus, genre employés de vente Migros, Coop, Denner et tous les emplois qui ont des salaires de 3500-4000 fr. et c'est beaucoup plus courant que l'on pense. C'est ça la vraie question et personne n'en parle pour ce lotissement de Lully.

Écrit par : grindesel | 22/09/2013

J'ai entendu M. Dal Busco. C'est inquiétant.

Sur l'économie, la fiscalité, etc., il annonce pour tout programme : "je vais discuter avec les milieux de l'économie".

Franchement, pas besoin d'aller au Conseil d'Etat pour ça. Les milieux de l'économie, qui sont contre le Conseil d'Etat, sont déjà représentés au Grand Conseil. Ils ont un journal, des relais d'opinions efficaces, etc. Normal.

Pourquoi n'aborde-t-il LA question politique en matière fiscale = sur qui va porter l'effort?

Sur l'aménagement du territoire, c'est pire encore. Et M. Décaillet vient, après d'autres, de nous le rappeler.

En matière d'éducation, un récent débat, nous a montré qu'il n'en faisait pas sa priorité. Soit.

Les difficultés des représentants PDC au CE se révèlent plus qu'elles ne s'annoncent.

Écrit par : Neuville | 23/09/2013

Monsieur Dal Busco l'avoue... La parcelle en question est constructible depuis 60 ans... Et en 60 ans, on a pas trouvé le temps de faire un PLQ ?? On ne peut pas vraiment dire non plus que la parcimonie des logements est une nouveauté genevoise !! Et bien là, parcqu'en période électorale, il faut foncer et se priver d'un processus établi et reconnu... Et bien non cher Monsieur, ce vote vous informe que pour construire DalBuscoCity au nord de la route de Chancy, il vous faudra suivre les règles du jeu... C'est la vie...

Écrit par : Philippe Mathenet | 23/09/2013

Intéressant de voir que le MCG par Florian Gander compte aussi des anti-croissance.

La question est de savoir quel est le poids politique de M. Gander dans le MCG.

Écrit par : dominique Vergas | 23/09/2013

Les commentaires sont fermés.