30/09/2013

Elections à Genève : le culot hallucinant du Matin

 

Sur le vif - Lundi 30.09.13 - 09.09h

 

Gros coup de colère, ce matin, en lisant dans un quotidien orangé dont la politique et la citoyenneté sont bien la dernière préoccupation, que Genève viendrait de vivre une campagne sans débats. Parce que, selon le politologue Pascal Sciarini, "les médias ont été fortement occupés par le drame de la mort d'Adeline".

 

Tout dépend, M. Sciarini, quels médias on veut bien prendre la peine de consulter. Je n'ai, pour ma part, ni dit un seul mot ni écrit une seule ligne pendant les cinq jours émotionnels du drame. Pas un mot d'appel à la vengeance, pas un mot dans ce débat qui s'amorçait sur la peine de mort. Pendant que tous - à commencer justement par le Matin - s'y engouffraient, nous avons multiplié, sur Léman Bleu, les débats thématiques avec les candidats au Conseil d'Etat et des panels de candidats au Grand Conseil. Nous avons présenté aux citoyens électeurs des dizaines de nouveaux visages, et continuerons de le faire jusqu'à jeudi soir. Nous avons découvert en eux des parcours de vie, des approches citoyennes, des visions du monde: ce sont eux, tous partis confondus, qui feront la Genève de demain.

 

Pendant ce temps, dans le même Matin, des torrents d'émotionnel sur l'affaire, dévorant toutes les paginations, et pas un mot sur la politique. Pas un mot sur les grands clivages d'un canton en campagne: mobilité, logement, finances, dette, chômage, formation, emploi des jeunes. Sur ce dernier thème, et notamment celui des jeunes en rupture, nous avons même mené quatre débats ! Et le même Matin a le culot hallucinant de venir nous dire qu'il n'y a pas eu campagne à cause du drame d'Adeline ! Mais Chers Confrères, assumez au moins vos choix, votre politique rédactionnelle, et ne venez pas parler de ce que vous ne connaissez pas: l'animation du débat citoyen. Avant de décréter qu'il y a eu campagne ou non, encore conviendrait-il d'écouter les candidats, tous bords confondus, leur donner la parole, les présenter au public, analyser leurs préoccupations.

 

Bien sûr qu'à Genève, il y a eu campagne. Bien sûr que, sur de nombreux sujets, la dialectique politique s'opère avec vivacité: circulation en ville, traversée du lac, traversée de la rade, emplois de solidarité, préférence cantonale, emploi local, encouragement aux PME, fiscalité, formation, valorisation de l'apprentissage, sécurité, polices de proximité, aide aux personnes âgées, etc. Simplement, ces sujets, il faut les ouvrir. En étudiant les dossiers et en laissant parler les candidats. Ce travail, le Matin ne l'a tout simplement pas fait. C'est son droit, chaque journal est libre de ses options. Mais venir dire, ou faire dire, qu'il n'y a pas eu campagne, il y a là un cynisme - ou une inconscience citoyenne - qui dépassent toutes les bornes.

 

Pascal Décaillet

 

09:09 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Imprimer |  Facebook | |

27/09/2013

Populistes ! Et alors ?

 

Chronique publiée dans le Nouvelliste - Vendredi 27.09.13


 
« Populisme » : le mot magique. Le mot qui rassure le notable, dans la quiétude de ses certitudes. Le mot qui donne bonne conscience. Celui qui permet de jeter dans la marge les individus, les écoles de pensée, les partis qui vous gênent. Vous demeurez présentable, eux ce sont les Gueux. Vous restez « parti républicain », eux pas. Vous seriez, vous, « gouvernemental » pour l’éternité, eux jamais. Au fond, aujourd’hui, dès qu’un mouvement surgit, sachant parler aux gens le langage qui est le leur, ne censurant ni leurs vrais problèmes ni leurs souffrances, au lieu de tenter de comprendre le succès de ce parti, on se rétracte, on plisse le front, on fronce le sourcil, on prend de grands airs, graves et pénétrés, et on déclare : « Je ne discute pas avec ces gens-là, ce sont des populistes ».


 
Eh bien je dis qu’on a tort. On ne résoudra jamais rien avec des étiquettes, celle-là n’ayant au demeurant rien d’offensant : ce mot-là, étymologiquement, vient du peuple, il indique une proximité, une clarté, parfois en effet un langage un peu cru, mais enfin il n’est écrit nulle part que la politique ne doive être qu’une affaire de clercs ou de notables, de mandarins pérorant dans un salon, à l’heure du thé et des petits biscuits. Prenez le parti radical : il fut un temps où il avait ce délicieux parfum de cassoulet, d’ail et de vin blanc, quelque chose de mijoté et de fraternel, je crains qu’avec ses nouveaux amis libéraux il ne se soit un peu perdu dans les salons, il le paiera un jour.


 
Alors, il se défend, le bourgeois raisonnable. Il nous fait toute une leçon sur la différence entre populaire et populiste, une autre sur les vertus cardinales de la démocratie représentative, une troisième sur le droit supérieur, et plus il parle, plus il donne l’impression, non de défendre une vérité, mais un pré-carré, le sien, celui de ses semblables, l’univers des convenables, surtout pas les Gueux. Là aussi, ils ont tort. Parce que le peuple n’est pas dupe. Il est largement assez mûr pour juger si tel parti lui convient ou non, dépasse ou non les bornes, s’inscrit ou non dans un dialogue républicain, mérite ou non de siéger dans un Parlement ou dans un gouvernement. Il n’a pas besoin, le peuple, que les partis concurrents s’époumonent en publicités négatives, diabolisations, ostracisme de tel ou tel mouvement, candidat comme eux aux suffrages des électeurs, nous rabâchant à longueur de journées qu’il s’agit de populistes.


 
Au fond, ce mot, populiste, est régulièrement sécrété comme une incantation par ceux qui, ayant mal géré la Cité, ayant perdu le pouls de la population, sentent poindre la défaite. Alors, au lieu de se battre dans la campagne, nous parler d’eux-mêmes, de leurs valeurs, ils ne parlent plus que de leurs adversaires. Les noircissant, pourtant, ils les propulsent. Rien ne vaut un mauvais garçon pour distraire le bourgeois. Ne parlons pas de la bourgeoise, les enfants ici nous lisent.


 
Pascal Décaillet

 

09:54 Publié dans Chroniques éditoriales Nouvelliste | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Imprimer |  Facebook | |

23/09/2013

Par pitié, du sang neuf !

 

Sur le vif - Lundi 23.09.13 - 09.37h

 

L'enjeu des élections, dans treize jours à Genève, est beaucoup plus simple que tous les enfumages que tentent de nous prodiguer les sortants.

 

Il y a, justement, un pouvoir sortant. Une alliance. Qui fonctionne depuis trois quarts de siècle, et souhaiterait se maintenir quelques millénaires encore, dans la moiteur des cousinages, le partage des postes et prébendes. Alors, pour se maintenir (et sans doute se maintiendra-t-elle, d'ailleurs, tant ses moyens, notamment financiers, ses liens avec un patronat qui stipendie sa campagne, sont considérables), elle nous sort de grands discours, non sur la politique, mais sur la morale, utilisée comme paravent.

 

Arborant de grands airs sombres et sourcilleux, elle nous balance : "Nous sommes les partis gouvernementaux! ". Ben oui, c'est juste une tautologie, puisqu'ils sont encore, ce lundi 23 septembre, au gouvernement. Comme si on était "gouvernemental" par onction divine, par essence, et non par mandats du peuple, régulièrement renouvelés ! Ils nous disent: "Les autres sont des populistes". Je veux bien. Mais pourquoi eux, sans rien sacrifier à leurs idées, ne sont-ils pas davantage, ces dernières années, allés vers le peuple, justement, avec un langage clair, compréhensible par tous, et non leur jargon de clercs et de juristes ? Cette arrogance de leur communication, parler aux gens d'en haut, comme prêtres en chaire à l'époque du latin, se retournera tôt ou tard contre eux. Les citoyens veulent être représentés par des pairs, non pas une cléricature de mandarins.

 

La vérité de cette campagne, c'est qu'il y a des sortants qui sont là depuis la nuit des temps, et entendent prolonger à l'infini ce délice nocturne de leur domination, et, comme dans toute démocratie du monde, des gens qui, du dehors, aspirent à entrer. Verts libéraux, par exemple, qui apportent beaucoup de fraîcheur et d'idées concrètes dans la campagne. Mais plein d'autres, aussi. MCG, bien sûr: on vient de passer deux législatures à les traiter de Gueux, on aurait peut-être mieux fait de prêter l'oreille à certaines de leurs revendications, notamment sur la protection de l'emploi local. Ou encore UDC. Ou encore Ensemble à Gauche. Ou encore Pirates. Ou encore PBD. Et jusqu'à M. Jenni, qui sur la mobilité tient un discours autrement solide que celui de la ministre sortante.

 

Moi je dis que dans les postulants de l'extérieur, soit pour le Parlement, soit pour le Conseil d'Etat, existe dès aujourd'hui une vraie relève. A chacun de faire ses choix, nous verrons bien le 6 octobre. Mais une chose est sûre; continuer comme ce gouvernement calamiteux de la législature 2009-2013, c'est foncer dans le mur.

 

 Pascal Décaillet

 

09:37 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

22/09/2013

Les bétonneurs et le signal de Bernex

 

Sur le vif - Dimanche 22.09.13 - 16.14h

 

Nous nous garderons bien sûr de projeter sur l’ensemble du canton une simple décision du corps électoral de Bernex. Mais tout de même. A peine les députés ayant accepté, en toute fin de législature et pour donner un accessit au conglomérat des sortants, un Plan directeur cantonal qui nous fait miroiter des milliers de logement à l’horizon 2030, voilà que Bernex refuse 178 nouveaux logements à Lully, sur le territoire de la commune. Il s’agissait d’ériger des immeubles sur un terrain occupé par des maraîchers et des villas mitoyennes. PDC, PLR et MCG étaient favorables au projet. L’Alternative bernésienne et l’UDC, pour le référendum. Le peuple a tranché.

 

Et s’il tranchait un peu plus souvent, le peuple ? Les premiers concernés par la qualité d’un paysage, l’ambition d’un urbanisme, la densité de population, ce sont bien les habitants de nos différentes communes. Parce que ce paysage, ce sont eux, à vie, qui l’auront dans le regard. Cet urbanisme, c’est pour eux et autour de leurs besoins qu’il doit être conçu. La densité de constructions, puis de population, ce sont eux qui vont en apprécier les délices ou en supporter les outrances. En cela, la majorité qui sort des urnes ce dimanche à Bernex, et qui va contre pas mal de notables du lieu, a valeur d’exemple.

 

Parce que le Plan directeur que nous laissent en héritage les autorités cantonales sortantes, c’est avant tout une pure projection intellectuelle, une pure prospection sur la croissance, et c’est surtout fait pour accorder beaucoup de jouissance et de bonheur aux corporations de la construction et de l’immobilier. Il serait intéressant de demander aux habitants de l’ensemble du canton, ou alors des 45 communes, à l’issue d’un vaste débat populaire, ce qu’ils pensent du Grand Genève de l’horizon 2030, bétonné à l’extrême, juste parce qu’il faudrait accepter comme une fatalité le principe d’explosion démographique. Messieurs les bétonneurs, Bernex nous a donné ce dimanche un signal.

 

Le Signal, n'est-ce pas une spécialité bernésienne ?

 

Pascal Décaillet

 

16:14 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les yeux en amendes

 

Sur le vif - Dimanche 22.09.13 - 09.30h

 

Nous avions sorti, il y a deux semaines, l'affaire du rapport de l'ICF (Inspection cantonale des Finances) sur le Service des Contraventions. Aujourd'hui, le Matin dimanche nous en dit un peu plus: l'Etat ne reverse pas aux communes l'argent des amendes. A cause d'un problème....... informatique !


Comme nous l'avions annoncé, Pierre Maudet, ministre de tutelle du Service des Contraventions, sera auditionné demain par la Commission de contrôle de gestion du Grand Conseil, présidée par le bon docteur Buchs.


Pierre Maudet a-t-il tenté ce bloquer la sortie du rapport ? La question, demain, devra lui être posée par les commissaires. Si ces derniers, en tout cas, plutôt que de se laisser tétaniser par l'exécutif, entendent assumer l'une des responsabilités amirales du Parlement: le contrôle de l'action du gouvernement et de l'administration.

 

Parce que l'autre hypothèse, c'est la Chambre d'enregistrement. Ou la temporisation lâche et muette. Parce que peut-être, dans deux semaines, il y aurait une échéance. Laquelle, déjà ?

 

Pascal Décaillet

 

09:30 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

20/09/2013

Celui qui communique - Et celui qui informe

 

Vendredi 20.09.13 - 19.03h

 

Je m’exprime ici, comme hier et avant-hier, sur les conséquences politiques du drame qui secoue Genève, et l’organisation de la communication. L’un des acteurs majeurs étant à la fois ministre chargé de la sécurité et candidat à réélection, premier tour dans deux semaines. Cas d’école, comme je l’ai déjà relevé, qui sera sans doute décortiqué, plus tard, dans les séminaires de communication de crise.

 

Après une semaine d’incroyables flottements, où le pouvoir exécutif s’est illustré comme voulant sauver les meubles, se protéger lui-même, chercher des responsables dans le seul échelon administratif (et surtout pas politique, donc surtout pas lui-même), tout cela jusqu’à réduire au silence, hier matin 07.35h, le chef de la psychiatrie aux HUG qui devait s’exprimer à la RSR, ce matin, enfin, nous avons une communication absolument impeccable, signée Olivier Jornot, Procureur général, accompagné de François Schmutz, chef de la Police judiciaire. Enfin, nous avons eu des faits, de la clarté, l’indication d’une direction, d’une chronologie et d’un calendrier dans l’enquête. Ces deux Messieurs ne sont pas venus les mains vides. Ils nous ont apporté des informations, c’est bien le moins quand on convoque ce perpétuel exercice de mise en scène du pouvoir qui s’appelle une conférence de presse.

 

Le contraste avec le bric-à-brac improvisé par le Conseil d’Etat vendredi dernier est saisissant. Il y avait là, en plus de M. Hiler, deux conseillers d’Etat n’ayant au fond rien de précis à nous dire. Seule était perceptible l’émotion, au reste fort légitime, qui les touchait ce jour-là, comme elle nous touchait tous, à Genève. Mais en termes d’informations, strictement rien. Et avoir ouvert les feux avec une haut fonctionnaire tétanisée (elle le sera bien plus encore, juste après, dans Forum), dénuée d’autorité sur le sujet, augmentait cruellement le sentiment de non-dit et d’improvisation. Pire encore : pendant que le pouvoir exécutif s’exprimait, nous parvenait un communiqué totalement laconique du Ministère public, en retrait. Il était difficile, dès ce moment-là, pour l’observateur avisé, de ne pas percevoir les premier éléments d’une rivalité entre le ministre de la Police et le Ministère Public, qu’un article de la Tribune de Genève, hier, a très bien mise en lumière.

 

Ce matin, après une semaine de silence, une donnée d’informations absolument impeccable de MM Jornot et Schmutz. D’abord, ces Messieurs ont préparé leur apparition, soigneusement. Ils se sont parfaitement partagé les rôles, le Procureur apparaissant comme le patron de l’enquête, le chef de la PJ s’exprimant, avec clarté et précision, sur le détail des opérations de police. Là aussi, terrible contraste avec MM Maudet et Unger, vendredi dernier, personne ne comprenant exactement ce qui relevait de l’un ou de l’autre. On le sait maintenant, du moins « on » organise toute la communication pour charger le Département du sortant, mais vendredi dernier, jour du drame, le public regardant cette prestation de deux ministres sur Léman Bleu était bien incapable de savoir ce qu’était la Pâquerette, qui la gérait, etc.

 

Et puis, ce matin, M. Jornot n’est pas venu avec la langue de bois, cela n’a d’ailleurs jamais été dans ses habitudes. Il établit clairement la primauté de l’enquête pénale, celle dont il est responsable, sur « l’enquête administrative » diligentée par le Conseil d’Etat, et confiée à Bernard Ziegler. Et il ajoute, M. Jornot, que dans cet exercice où un gouvernement enquête au fond sur lui-même, le Conseil d’Etat aura l’obligation de lui signaler les cas qui pourraient relever de la justice pénale. Par cette précision, loin d’être innocente, le Procureur nous rappelle une nouvelle fois qu’il est le patron.

 

La donnée d’informations de ce matin nous a, pour la toute première fois depuis l’éclatement du drame, donné ce qui manquait tant jusqu’à maintenant : des faits. Là aussi, contraste avec la politique de communication du pouvoir exécutif, dont il est tellement clair qu’elle est organisée à fins de trouver, dans l’échelon administratif, des fusibles. Pire : la mise en cause de la Commission des visiteurs de prison du Grand Conseil apparaît comme un dérivatif bien léger.

 

Voilà où nous en sommes ce soir, au-delà des grandes interviews données à la presse de Tamedia, dans lesquelles il est difficile de ne pas décrypter les intentions de se sauver soi-même. En chargeant à gauche et à droite. C’est peut-être de bonne guerre. Mais il appartient  à ceux qui font métier de lire les actes et les paroles du pouvoir, de ne pas en être dupes.

 

Pascal Décaillet

 

19:03 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

19/09/2013

Pierre Maudet : la loi du silence

 

Sur le vif - Jeudi 19.09.13 - 09.59h

 

Je m'exprime ici, comme hier, sur les conséquences politiques du drame qui secoue Genève, l'organisation de la communication, sur l'affaire, par un gouvernement à deux semaines des élections, et dont le ministre chargé de la sécurité se représente. Cas d'école.

 

Vous allez voir, comme par hasard, dans les jours qui viennent, un incroyable fardeau de charges s'accumuler contre la Pâquerette, dont la direction va bien sûr sauter. Espoir du pouvoir politique concerné et soumis à réélection: établir, en s'appuyant dès le 9 octobre (trois jours après le 6) sur l'expertise d'un ancien confrère, que le degré de responsabilité était administratif, non politique, et qu'on en tire les conséquences en coupant une ou deux têtes.

 

On se montre comme celui qui nettoie les Écuries d'Augias, en se dédouanant soi-même de toute responsabilité. Procédé classique, déjà utilisé dans l'affaire de l'informatique de l'Etat, en train de l'être dans celle du rapport de l'ICF sur le Service des Contraventions, promise à le demeurer dans la gestion politique des Services industriels. Est-il besoin de rappeler que Pierre Maudet est, avant toute chose, un formidable communicateur ?

 

Dans l'affaire du drame qui secoue Genève depuis vendredi, après un premier moment de flottement, le ministre s'est ressaisi et organise avec un rare savoir-faire l'information, ou plutôt la gestion du silence, autour de la crise. Il contrôle tout, bétonne tout, impose le mutisme absolu à l'ensemble des collaborateurs de son Département. Toute parole autorisée ne doit émaner que de lui, ou de personnes agréées par lui.

 

Ce qui s'est passé ce matin à la RSR le révèle avec éclat. Mon confrère Simon Matthey-Doret avait invité pour sa tranche 07.30h - 08.00h le directeur de la psychiatrie aux HUG. 07.35h, une certaine gêne: le journaliste annonce que l'invité s'est fait interdire d'antenne par sa hiérarchie. En lieu et place, les justifications maladroites du nouveau directeur général des HUG, Bertrand Levrat, proche du pouvoir, à qui il doit sa récente nomination.

 

Dans d'autres secteurs dépendant de Pierre Maudet, de la prison à la police en passant par les chefs de service, la loi du silence est implacable. Républicain, je n'y suis pas nécessairement opposé: je trouve normal que la communication émane du pouvoir politique élu, et que les fonctionnaires demeurent sur la réserve. Mais à ce point d'étouffement de toute parole qui pourrait gêner, à commencer par la très grande expertise du numéro un de la psychiatrie aux HUG, il y a là l'amorce d'un pouvoir personnel. Voilà sans doute ce qui nous attend pour la législature 2013-2018. Tout le pouvoir, toute la parole, à une petite clique, autour de MM Maudet et Longchamp, entourés de quelques affidés puissamment fidèles et loyaux, dans la noirceur des cabinets et le bruissement du silence.

 

Pascal Décaillet

 

09:59 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Imprimer |  Facebook | |

18/09/2013

Maintenir Bernard Ziegler est une erreur

 

Mercredi 18.09.13 - 17.04h

 

Je m’exprime ici sur les suites du drame de vendredi, ses conséquences politiques, la manière dont le gouvernement réagit.

 

La conférence de presse de vendredi après-midi a été catastrophique. Deux magistrats jetés là, en plus de David Hiler, la parole d’abord donnée à une haut fonctionnaire terrorisée et n’ayant manifestement pas autorité pour parler. Tout cela pour nous annoncer la nomination de l’ancien conseiller d’Etat Bernard Ziegler pour l’enquête interne. Pire : pendant que les conseillers d’Etat tentent d’occuper le terrain de la parole, le Ministère public publie un communiqué, laconique et en retrait par rapport aux événements. On veut bien que les pouvoirs soient séparés, on avait pourtant cru il y a quelques mois à la magie d’un duo, elle s’effondre. N'avait-elle été là, par temps calme, que pour le vernis de la communication ?

 

Dimanche, sur le site de la Tribune de Genève, le criminologue Martin Killias rappelait la demande de suivi et d’évaluation de la Pâquerette, en 1986. Cette demande avait été refusée. Le Conseil d’Etat de l’époque, élu en novembre 1985 comportait un certain Bernard Ziegler, chef du Département de Justice et Police. Quels que fussent ses liens organiques avec l'institution mise en cause, sa présence à l'époque au gouvernement le récuse naturellement.

 

Il n’est pas question, ici, de mettre en cause une seule seconde l’intégrité de M. Ziegler, reconnue dans toute la République. Mais confier une enquête administrative à un ancien magistrat exécutif, ayant occupé une fonction au moment de cette demande d’évaluation, n’est pas une bonne décision. Ni sur le fond, ni politiquement.

 

Pire encore : donner à M. Ziegler le 9 octobre comme délai de remise de son rapport, alors qu’une échéance électorale majeure se profile le 6, c’est donner l’image de la peur, du bétonnage dans l’urgence. Comme s'il fallait se protéger soi-même. De quoi ?

 

Pascal Décaillet

 

17:04 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

13/09/2013

Nulle alliance n'est malsaine

 

Chronique publiée dans le Nouvelliste - Vendredi 13.09.13


 
« Alliance malsaine » : c’est ainsi que se trouve qualifiée la convergence de vues entre UDC et socialistes concernant l’idée d’obliger les banques à se scinder en deux, d’une part la gestion traditionnelle, de l’autre les risques de l’investissement. « Malsaine », à cause de cette vision du camembert politique que nous avons tous en tête, de gauche à droite les socialistes, les Verts, le PDC, le PLR, l’UDC. Vu comme ça, en effet, on se demande par quel saut périlleux les deux extrêmes arriveraient à travailler ensemble.


 
Cette notion d’alliance malsaine, dans un système comme la France, a toute sa pertinence. Tout, depuis le début de la Cinquième République, le scrutin uninominal à deux tours, majoritaire, est organisé pour le grand choc de deux fronts : jusqu’ici, la gauche et la droite (encore que la montée du Front National nous amène à voir, déjà aujourd’hui, les choses autrement). Et en effet, dans cette logique majorité/opposition, on voit mal le PS et l’UMP s’allier au Palais Bourbon. Mais en Suisse, rien de cela : les quatre partis gouvernementaux historiques (radicaux, PDC, socialistes, UDC) sont arrivés au fil de décennies au Conseil fédéral (radicaux 1848, catholiques conservateurs 1891, socialistes 1943, etc.), chacun a creusé son sillon pour lui-même, et non dans une logique d’alliance. Il n’y a donc pas, véritablement, sous la Coupole, un bloc de droite contre un bloc de gauche.
 


Et puis, il y a le fond. Dans certains domaines, comme justement le rapport à l’argent spéculé, de puissantes convergences peuvent exister entre les conservateurs de la droite nationale et les socialistes. Car Blocher, avec les milliards de sa fortune personnelle, a passablement faussé l’image de l’UDC, dont l’immense majorité de l’électorat n’est justement constitué ni de nababs, ni de notables. Sans doute l’électeur moyen de l’UDC est-il même, en 2013, moins aisé, et assurément moins caviar, que pas mal de socialistes. Une chose est sûre : dans ces deux familles politiques existe, majoritairement, un rejet commun du principe d’argent facile et de capitalisme de casino. Oui, il existe en Suisse une droite à la fois conservatrice et sociale, populaire et joyeuse, attachée au pays, au patrimoine, à la protection de la nature, aux paysages, aux valeurs de travail et de famille, qui n’a pas grand-chose à voir avec le boursicotage en col blanc. Pourquoi, sur la question précise de la séparation des activités des banques, cette droite ne ferait-elle pas un bout de chemin avec la gauche ?
 


Je dis « joyeuse ». Je pense à ce magnifique mot allemand de « Gemeinschaft », difficilement traduisible, qui représente notre bonheur de partager un paysage, des coutumes, une culture politique. Rien à voir avec le communautarisme. Ce serait même le contraire : la totalité nationale, vécue dans le partage, au-delà des différences.


 
Pascal Décaillet
 

09:24 Publié dans Chroniques éditoriales Nouvelliste | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

12/09/2013

La Traversée du Dessert

 

Sur le vif - Jeudi 12.09.13 - 09.29h

 

C'est fou comme ça tombe bien, pour une Entente genevoise bien apeurée à l'approche des élections, cette miraculeuse étude des milieux patronaux pour une flamboyante traversée du lac, horizon 2030, qui ne coûterait rien aux contribuables.

Ca tombe à pic, parce que ça permet de faire passer pour ringarde une initiative de l'UDC sur la petite traversée, celle de la Rade. La ridiculiser, mais juste avec du vent, juste une étude pour 2030, qui n'engage à rien, sinon qu'elle arrive à point nommé, en période électorale.

Bien entendu, les élus de l'Entente n'étaient au courant de rien. Bien entendu, il n'y a aucune espèce de passerelle entre la FER, la CCIG et les partis de l'Entente. C'est d'ailleurs ce que tout le monde a cru percevoir à la Rentrée des Entreprises.
 

Pascal Décaillet

 

09:29 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

La haine - Quelle haine ?

 

Coup de Griffe - Lausanne Cités - 12.09.13
 

Il y a, en Suisse, trois grandes familles politiques. La gauche. La droite PLR-PDC. Et puis, une autre droite, nationale ou populaire, voyez j’évite bien de dire nationaliste et populiste, regroupée sous la bannière de l’UDC. Mais avec d’autres visages protestataires : MCG à Genève, Lega au Tessin.
 
Cette troisième famille constitue entre un quart et un tiers de l’électorat. Une personne sur quatre, voire sur trois, que vous croisez dans la rue ! Que vous l’aimiez ou non, elle existe, elle est là, et pour un sacré bout de temps. N’imaginez pas qu’elle ne relèverait que d’une parenthèse, d’un cauchemar passager.
 
Ce Tiers-État, il faut voir comme on en parle. Avec quelle haine, quels excès : tous les électeurs de ces partis, à en croire la gauche bien pensante et la droite de bénitier, ne seraient que xénophobes, racistes, fascistes. Alors que l’immense majorité d’entre eux ne sont rien de tout cela.
 
Ces électeurs, qui sont-ils ? Des compatriotes ayant fait le choix d’une politique en effet conservatrice, ce qui jusqu’à nouvel ordre ne relève pas du Code pénal. Attachés à la souveraineté du pays, ce qui n’est pas un crime. Défenseurs du patrimoine et souvent du paysage, désireux d’un minimum de régulation des flux migratoires, ce qui est une option parfaitement défendable. On partage leurs idées ou on les combat, nous sommes en démocratie. Mais commencer par les insulter, c’est le degré zéro de la politique.
 
 
Pascal Décaillet

 

08:35 Publié dans Coups de Griffe Lausanne Cités | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

11/09/2013

Libertaires ou inconscients ?

 

Coup de Griffe - GHI - Mercredi 11.09.13

 

Je serais infiniment heureux qu’on m’explique au nom de quoi les cyclistes, ou en tout cas nombre d’entre eux, ne s’estiment pas liés par le principe du feu rouge. Pourquoi les voitures, les scooters devraient-ils s’arrêter, et pas eux ? Cette transgression est, avant toute chose, dangereuse pour eux-mêmes : fragiles, ils sont les plus vulnérables en cas de collision. Mais aussi pour les autres : l’automobiliste qui doit planter ses freins parce qu’un inconscient à vélo surgit devant lui.

 

Pire : parce qu’on ne peut pas me repérer (un radar ne peut saisir une plaque cycliste), j’enfreins la loi. Ce raisonnement, digne de la jungle, fait fi de la libre acceptation de la limite, en conscience de l’intérêt général. C’est le degré zéro du Contrat social, l’individualisme libertaire érigé en roi. Détestable.

 

Pascal Décaillet

 

 

15:00 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Imprimer |  Facebook | |

Oskar écrivain: révélateur et revigorant

Frontiere-FREYSINGER.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 11.09.13

 

Une très belle réflexion sur la frontière, le monde fini face aux espaces sans horizons, des citations de Rilke et Nietzsche, un style plus démonstratif et moins baroque que son dernier roman, que j’avais eu le plaisir de préfacer : « De la frontière », d’Oskar Freysinger, qui sort ces jours aux Editions Xenia, est un essai qui vaut le détour. Contrairement à son précédent livre, purement romanesque, on y retrouve, en plus de l’écrivain, un Oskar penseur et un Freysinger homme politique, attaché à une idée de frontière qu'adolescent, il avait voulu abolir, et qu’il a retrouvée, comme pas mal d’entre nous, en prenant de l’âge.

 

En attaquant ce livre, on a évidemment en tête le chef d’œuvre de Régis Debray, « Eloge des frontières » (Gallimard), dont on retrouve les thèmes. Mais autrement. Avec la plume d’Oskar, son regard à lui, sa fantaisie qui nous trimbale de la sublime « Panthère au Jardin des Plantes » de Rilke, qui scrute le monde de sa cage, à la Cour de Louis XIV, « ce forban qui réussit à convaincre toute une nation que son lever était un acte d’Etat », en passant par les Corneilles de Nietzsche. C’est la grande vertu de cet essai, et c’est toute la trempe d’écriture de cet auteur : le fil du raisonnement, constamment, laisse surgir la puissance de l’image. Procédé évocateur, et capteur d’attention.

 

La deuxième partie, clairement politique, s’emploie à démolir l’illusion multiculturelle, l’Union européenne, Schengen, se trompe hélas de place du Y dans le mot Libye (pages 54, 55), bref on y retrouve plus prosaïquement le conseiller national militant. C’est de bonne guerre. Au final, 78 pages bien écrites pour un essai révélateur et revigorant.

 

Pascal Décaillet

 

11:20 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

09/09/2013

Campagne: l'arrogance des sortants

 

Sur le vif - Lundi 09.09.13 - 09.21h

 

Certains candidats des partis gouvernementaux sortants, légèrement assoupis par des décennies de présence au pouvoir et de partage des prébendes, ne semblent pas exactement avoir compris une chose: nous sommes dans une période d'élections. Donc:

1) Une élection consiste à élire de nouvelles équipes, avec de nouveaux souffles, de nouvelles visions. Non à reproduire les politiques passées. Le moins qu'on puisse dire est que la législature finissante, littéralement à bout de souffle (au niveau gouvernemental), appelle à une immense respiration pour inventer autre chose, avec d'autres figures.

2) Il ne sert à rien de s'égosiller en martelant: "Nous sommes gouvernementaux". Nul parti n'est gouvernemental par essence, ni par loi divine. Il l'est, si une majorité du peuple souverain a élu un ou plusieurs représentants de ce parti dans un gouvernement. Rien d'autre que cela. Il n'y a donc aucune onction morale à être "gouvernemental", c'est juste le résultat d'une mécanique électorale. Remise en action tous les quatre (ou cinq) ans. Cela s'appelle la démocratie. A moins qu'on ne préfère la désignation censitaire, façon Restauration, entre gens du même monde. Avec l'argent du patronat pour faire la différence.

3) Le mépris des installés d'aujourd'hui face aux formations nouvelles, non gouvernementales ou même non parlementaires, dénote une conception bien étrange de la démocratie. Une élection consiste justement à tout remettre en jeu, et il est parfaitement sain que de nouveaux partis (Verts libéraux, PBD, Pirates, et autres) s'essayent à la bataille. A noter, en passant, que le candidat de l'un de ces partis, M. Seydoux, vient véritablement au front avec des propositions précises et concrètes. Notamment une réflexion innovante sur la rétribution de certaines activités. On peut les combattre, ces idées, mais au moins elles existent. Plutôt que de hausser les épaules, certains feraient bien d'affiner la précision et l'originalité de leurs propositions.

4) Il ne sert à rien de hurler que tel parti "n'a pas de propositions", alors que manifestement il en a, mais que les installés du pouvoir sortant, par un mécanisme de rejet et de déni, n'ont simplement jamais voulu les écouter. On verra bien, si le peuple les entend ou non. On n'a pas à lui dicter sa surdité. Surtout lorsqu'on s'appelle soi-même, depuis plus de sept interminables décennies, "l'Entente".

 

Pascal Décaillet

 

09:21 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

07/09/2013

Adieu ma mère, adieu mon coeur

algerie-francaise-4.jpg 

Sur le vif - Samedi 07.09.13 - 15.57h

 

Hier soir, sur la chaîne Toute l'Histoire, remarquable reportage sur quelques Français qui, début juillet 1962, ont choisi de rester en Algérie ! Alors que des centaines de milliers de leurs compatriotes, Pieds-Noirs comme eux, prenaient dans la précipitation le chemin de l'exil.


Ils ne sont bien sûr qu'une infime minorité à être restés. Certains par idéologie, comme ce Monsieur de près de 90 ans aujourd'hui qui avait, à l'époque française, soutenu le FLN, et dont certains camarades de combat figurent au nombre des guillotinés de 56-57, sous un Garde des Sceaux qui s'appelait François Mitterrand. Cf http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2011/01/01/mit... .



D'autres ont choisi de rester par viscéral attachement à la terre natale. Français d'Algérie, Algériens d'origine française, disent-ils. N'entendant pas trancher l'ambiguïté de cette double appartenance en retournant dans une Métropole qu'ils ne connaissaient même pas. Leur terre, leur patrie, depuis 132 ans, c'était le sud de la Méditerranée, pas le nord. Certains, en vertu d'une clause des Accords d'Evian, ont tenté de demander la nationalité algérienne, d'autres pas.



Deux périodes, très claires: pendant l'ère Ben-Bella (1962-1965), les choses se passent encore bien. Avec le mouvement d'arabisation lancé par Boumediène c'est autre chose. Mais enfin, ils sont restés, traversant cinquante ans d'Histoire d'Algérie post-coloniale, dont les terribles années 90, celles des massacres atroces et d'une véritable guerre civile entre armée et islamistes.



Sublime reportage, principalement à Oran et Alger, mais aussi chez un paysan, exportateur d'olives. Certains de ces Français ont tenté d'aller vivre quelques années en Métropole. Mais la puissance d'attraction de la terre natale était trop grande: ils sont revenus en Algérie. Pour y vivre. Et pour y mourir.


Impossible, en voyant ces images et ces témoignages, de ne pas penser à Camus. Ou à Jules Roy: "Adieu ma mère, adieu mon coeur". Pour la vie. Et pour la mort.

 

Pascal Décaillet

 

15:57 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les 125 ans d'un grand parti


Édito publié ce matin en première page du Giornale del Popolo 


 
Le parti socialiste suisse, qui va fêter ses 125 ans cet automne, est un grand parti de notre pays, dont il a largement contribué à écrire l’Histoire. Son trajet, depuis sa création, le 21 octobre 1888, à Berne, par la Conférence ouvrière suisse, épouse au fond le destin de la nation, ses moments de bonheur et de prospérité, comme les années Tschudi avec son tempo réformateur de l’AVS, mais aussi les périodes de division et d’immenses tensions, comme la grève générale de novembre 1918. Parti gouvernemental au niveau fédéral depuis 1943, deux représentants depuis 1959, présent dans tous les combats, nous ayant donné de grandes figures. Oui, nous devons beaucoup à cette famille politique.
 


Quand on scrute l’Histoire politique suisse, on a toujours l’impression que tout se cristallise dans la seconde partie du dix-neuvième siècle, cette période folle entre le Sonderbund (1847), immédiatement suivi par la naissance de la Suisse moderne (1848) et la Grande Guerre (1914). C’est là que se créent, au niveau national, nos partis politiques, mais aussi nos grands journaux, là que se préparent les fronts du vingtième siècle.


 
Le parti socialiste suisse est né d’un centralisme fédéral. Il est créé d’en haut. Ce qui n’est le cas ni chez les radicaux, ni chez les catholiques conservateurs, qu’on appellera beaucoup plus tard (1971) le PDC. Nous avions expliqué ici même, pour les 100 ans du PDC suisse, à quel point il avait fallu, dans le Congrès fondateur de Lucerne, fédérer des traditions cantonales incroyablement disparates, n’ayant au fond en commun que la souche catholique et la volonté de revanche du Sonderbund.


 
Chez les socialistes suisses de la fin du dix-neuvième siècle, on accepte d’autant mieux l’idée unitaire qu’on est très minoritaire : premier élu au National en 1890, dix-huit élus en 1911, avec pour la première fois un groupe parlementaire. Accueil de Lénine en pleine Première Guerre mondiale, refus du budget militaire en 1917, Comité d’Olten en 1918 et appel à la grève générale. Cette grève, du 12 au 14 novembre, dans l’immédiate foulée de l’Armistice et sur contexte de Révolution allemande, est l’un des événements majeurs de notre destin national. La bourgeoisie, traumatisée par l’idée d’une Suisse aux mains des Soviets, a tenté pendant des décennies d’en étouffer l’historiographie. Elle a évidemment eu tort : la vérité revient toujours.


 
Toujours est-il que les premières élections à la proportionnelle en 1919  (l’une des revendications du Comité d’Olten) permettent aux socialistes de doubler leur représentation au National : ils passent de 20 à 41 sièges. Pas encore mûrs pour être gouvernementaux, mais assurément appelés à se glisser dans le cercle des responsabilités, l’élaboration des lois : c’est ainsi, dans l’Histoire suisse, qu’en douceur, avec le temps, les partis issus de la marge et de la protestation, entrent dans le système. Cette faculté de récupération des oppositions est un trait de génie de notre culture politique.


 
Dans les années suivantes, l’ascension continue. Très bon résultat aux élections fédérales de 1931, refus du Front commun avec les communistes en 1933, prise du pouvoir (démocratique !) à Genève la même année, autour de Léon Nicole (exclu du parti en 1939), victoire aux élections de 1943, et cette même année, premier conseiller fédéral, le Zurichois Ernst Nobs. À partir de là, à part quelques années d’absence au milieu des années 50 suite à la démission de Max Weber, les socialistes seront toujours au cœur du pouvoir, passant à deux conseillers fédéraux en 1959, dont l’immense Tschudi (1959-1973), que j’ai eu l’honneur d’interviewer à Bâle, chez lui, pour ses 80 ans, et qui a tant fait pour nos assurances sociales.


 
La suite, on la connaît, c’est une Histoire qui nous est plus proche, beaucoup d’entre nous l’ont même vécue : psychodrame de 1983 suite à la non-élection d’une femme, la Zurichoise Lilian Uchtenhagen, à laquelle l’Assemblée fédérale préfère le Soleurois Otto Stich, menaces de quitter le Conseil fédéral, finalement le parti choisit d’y rester. Trente ans après, toujours deux conseillers fédéraux, la Bernoise Simonetta Sommaruga et le Fribourgeois Alain Berset.


 
Je n’ai esquissé, ici, que quelques repères dans l’Histoire du parti national, n’entrant pas dans les diversités cantonales (les Tessinois en savent quelque chose !), tentant tout au plus de montrer la remarquable trajectoire d’intégration de ce parti au cœur de notre vie politique et de nos institutions. Assurément, le parti socialiste suisse sera encore de longues années avec nous. Avec des hauts et des bas, des querelles internes, de grandes personnalités à Berne, dans nos villes et nos cantons. Souhaitons-lui un excellent anniversaire. Enrichissons-nous de sa présence, dans la nécessaire dialectique qu’exige notre démocratie.
 
 
Pascal Décaillet
 
 

09:26 Publié dans Editos Giornale del Popolo | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

04/09/2013

La Suisse n'est pas gouvernée

 

Chronique publiée dans Tribune (Le Journal du PLR vaudois) - No 7 - Mercredi 28.08.13

 

Dans cette chronique, je vais faire plaisir aux lecteurs PLR, parce que je dirai du mal de Mme Widmer-Schlumpf. Mais je vais aussi m’attirer leur colère, parce que je dirai pis-que-pendre de M. Burkhalter. C’est ainsi lorsqu’on écrit : on froisse toujours un camp. Ou alors, il faut choisir un autre métier. Cireur de bottes, par exemple.

 

Une chose est sûre : la Suisse de 2013 n’est pas gouvernée. Elle est au mieux administrée, et encore elle l’est mal. D’un côté, une ministre des Finances qui passe son temps à capituler. De l’autre, un ministre des Affaires étrangères qui a laissé instiller la possibilité de juges étrangers. Dans les deux cas, nous avons affaire à de graves signaux d’abandon de notre souveraineté, et même de notre fierté nationale, parce que la Suisse n’a pas vocation de dominion, encore moins de sujet, ni de satellite, ni de protectorat. Non, la Suisse est un Etat indépendant, au même titre que ses voisins, elle doit être respectée comme tel. Le moins qu’on puisse dire est que nous n’en prenons pas le chemin.

 

Commençons par Mme Widmer-Schlumpf. Dans l’affaire de l’accord avec la France sur les successions, comme dans celle de l’accord américain, c’est toujours la même chorégraphie : on commence par la génuflexion, en s’imaginant qu’on va amadouer le partenaire, sous le seul prétexte qu’il donne de la voix. En clair, on se laisse impressionner. A cet égard, la triste comédie de Bercy, où une conseillère fédérale s’est rendue auprès du ministre français des Finances comme on chemine vers Canossa, et mon ami Pierre par-ci, et mon amie Eveline par-là, et cette odieuse évidence de la subordination de la Suisse dans l’affaire, notre pays n’a pas été grandi par cet épisode. Puisse le Parlement réserver à cet accord le même sort qu’à celui des Etats-Unis. Voilà pour la partie plaisante au lectorat PLR.

 

J’en viens à la seconde, celle qui implique le conseiller fédéral radical romand, oui l’héritier des Chevallaz, Delamuraz ou Couchepin. Comment M. Burkhalter, dont on dit qu’il dirige la diplomatie suisse, a-t-il pu laisser son Secrétaire d’Etat, le très contesté M. Rossier, entrer en matière sur la possibilité de saisine de la Cour européenne de justice pour trancher les litiges dans le domaine des bilatérales ? Pacte fédéral ou non (je ne remonte jamais, pour ma part, à des temps aussi lointains, où la part du mythe doit être dégagée), il est certain que l’opinion publique suisse ne veut pas de juges étrangers. Fussent-ils les meilleurs du monde, les plus éclairés, les plus sages. De la part du chef du DFAE, c’est une erreur politique, et le président du PDC suisse, Christophe Darbellay, a parfaitement raison de la condamner.

 

Alors, quoi ? On ne va pas changer les ministres en pleine législature, je sais. Encore moins les faire élire par le peuple, j’ai bien compris le récent verdict du souverain à ce sujet. Mais nous, les citoyens, les patriotes de ce pays, nous qui l’aimons, nous avons au moins le droit de dire notre colère. Face à ce gouvernement qui n’en est pas un. Face à ce règne de la prosternation, là où, au contraire, il faudrait avoir la raideur de la fierté, le regard droit du négociateur qui n’entend pas s’en laisser conter. Ainsi, sur les affaires fiscales, qu’attend le Conseil fédéral pour lancer une offensive ? Demander, à son tour, des comptes aux pays anglo-saxons sur leurs paradis fiscaux à eux. Tenir l’initiative, plutôt que subir, subir et subir encore. C’est pourtant cela, et rien que cela, la politique.

 

Pascal Décaillet

 

13:10 Publié dans Chroniques Tribune VD | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

01/09/2013

Religions : douceur et respect

 
Sur le vif - Dimanche 01.09.13 - 21.28h

 
J'ai voté contre l'initiative sur les minarets, qui m'avait littéralement exaspéré, et m'exaspère encore. Bien entendu, je respecte néanmoins le vote du souverain, c'est en ordre.


Mais je tiens à dire ici que je ne supporte pas la manière dont certains, dans ce pays, parlent de l'Islam. Ils n'y connaissent strictement rien, confondent tout, Islam en tant que tel et intégrisme, comme si on ramenait le message chrétien à Ecône. Ou le judaïsme à certains ultra-orthodoxes.


Catholique, j'ai eu très tôt une culture religieuse par un homme d'exception, le Père Collomb. Un prêtre catholique, disparu beaucoup trop tôt, qui nous initiait, entre 1965 et 1969, à l'ensemble des religions du monde. Eh bien cet homme n'a JAMAIS eu, sur d'autres religions ou mouvements spirituels que le christianisme, pas plus d'ailleurs que l'athéisme ou l'agnosticisme, le moindre mot de dévalorisation. Bien au contraire, il nous initiait FACTUELLEMENT à Moïse, Mahomet ou Bouddha avec une infinie douceur et un infini respect. Il était d'une pluralité cosmique. Il ne se passe pas un jour sans que je ne pense à lui.


Cette nécessité de douceur et de paix, je l'ai trouvée dans le texte de la motion de Guy Mettan, qui appelle à "une laïcité qui protège les religions, plutôt que de les opprimer". Sa lecture va faire enrager les ultra-laïcards du parti radical et de certaines associations autoproclamées, et jusqu'au cabinet noir de certains ministres, mais elle est juste et sage. Je soutiens cette motion, qui appelle à un "code de bonne conduite" et n'allume pas immédiatement d'inutiles incendies, dès qu'on parle de voile. Ou de kippa. Ou de croix.


Ne créons pas des problèmes là où il n'y en a pas. Genève se porte très bien sur la question de la coexistence des religions. Respectons ce fragile équilibre. Et renseignons-nous un peu sur les religions, les courants spirituels, leur Histoire. Avant de déterrer des haches de guerre.
 
 
Pascal Décaillet
 
 

21:28 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (35) | |  Imprimer |  Facebook | |