12/10/2013

PFU : réponses insatisfaisantes à la TG

 

Sur le vif - Samedi 12.10.13 - 10.47h

 

Les réponses données par Pierre-François Unger à la TG, ce matin, sont totalement insatisfaisantes. On y sent prioritairement le besoin de dégager l'échelon politique de sa mission de contrôle, et de charger le SAPEM, qui dépend d'un autre Département (Sécurité).



Et puis, on ne peut s'approprier les HUG, avec toute la bienveillance paternelle d'un ministre de tutelle, lorsqu'il s'agit de valoriser ce qui va bien, et rappeler glacialement qu'ils sont un établissement autonome, lorsqu'un drame se produit. Double discours. Duplicité.


Enfin, se contenter de dire "J'ai trouvé ça bizarre", suite à sa visite de la Pâquerette, ne convient pas. Un ministre ne trouve pas bizarre. Il avalise, ou il corrige. "Trouver bizarre", c'est reconnaître que des zones dépendant de son autorité, lui échappent.

 

Pascal Décaillet

10:47 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

L'apport de votre fermeté est nécessaire. C'est un des éléments manquants qui ont participé au drame.
Cette fermeté a sans doute aussi manqué à Adeline qui a accepté son rôle tout en ayant des intuitions que sa situation allait mal tourné, raison pour laquelle elle aurait cherché une autre place.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 12/10/2013

Bizarre, vous avez dit bizarre....!

La gestion de l'ensemble du système doit être revue et les réponses apportées par le monde politique en général dans plusieurs dossiers en sont une confirmation lourde de sens.

Il y a là, clairement, un problème de gouvernance des institutions. Les choses vont vites est notre système de gestion n'est plus à même de relever tous ces défis de manières simultanées.

Les fonctionnaires ne sont pas tous et de loin s'en faut, "mauvais" , mais l'encadrement à haut niveau n'est plus à même de gérer de manière professionnelle ou stratégique certains dossiers sensibles.

Nous avons par héritage et certainement pas en usant des "bonnes pratiques" laissé placer ça et là divers "amis, collègues" à des postes où les capacités et l'envergure managériales n'ont pas été mesurées.

La gouvernance n'est pas le sujet le plus simple, mais il demande une dose d'humilité qui semble faire défaut à certains magistrats !

Nous voilà rattrapés de la manière la plus brutale qui soit ! Il va falloir corriger sans être égocentrique et plutôt mesurer sur des bases saines les prochaines actions !

Ce pose maintenant la question de la confiance que nous devons apporter à nos élus dans la suite de la gestion de ce dossier en particulier.

L'encouragement à ce rendre aux urnes, pour élire, voir même si nécessaire pour sanctionner ne fais plus l'ombre d'un doute.

Il ne faut plus s'abstenir lors des prochaines échéances électorales sinon ce sera reparti pour 5 longues années !

Écrit par : tempestlulu | 12/10/2013

Les commentaires sont fermés.