16/10/2013

Fusibles, fusibles, fusibles !

 

Sur le vif - Mercredi 16.10.13 - 15.44h

 

A Genève, dans le Département dirigé successivement pas Isabel Rochat et Pierre Maudet, malgré un effort surhumain de ce dernier pour peaufiner et lisser la communication, on ne compte plus les dysfonctionnements. Dans ce Département, comme dans celui de Pierre-François Unger, comme il faut bien protéger l’échelon politique de tutelle, entendez le ministre, nous sommes en train d’assister à l’une des plus belles valses depuis les frères Strauss : la valse des fusibles.

 

Le principe est vieux comme le monde : pour se protéger, le responsable politique fait sauter les fonctionnaires intermédiaires. On commence par en bas, et si cela ne suffit pas, on fait remonter le courant vers les fusibles plus hauts dans la hiérarchie. Il était cousu de fil blanc, lors de la conférence de presse du Conseil d’Etat avec Bernard Ziegler, qu’une série de fusibles allaient être sacrifiés. C’est toujours la même mise en scène, ces conférences de presse, la même liturgie de pouvoir, avec ces airs très graves, ces regards sombres, l’annonce de ces « audits », de ces « enquêtes administratives », dont tout observateur averti sait qu’elles n’ont de finalité que de protéger l’élu, en détournant l’attention vers les fonctionnaires.

 

Aujourd’hui, on apprend la démission de Sandra Favre, la directrice de l’Office cantonal de la détention. Une personne qui était contestée à l’interne, et aidée de deux tuteurs pour s’imposer. Dans le même secteur, on nomme aujourd’hui un nouveau directeur par intérim au SAPEM, le Service d’application des peines et mesures dont on a tant parlé cet automne. Chez M. Unger, on suspend la directrice de la Pâquerette, s’imaginant par là qu’on va exonérer de toute responsabilité la présidence des HUG, et la direction politique au DARES, donc M. Unger lui-même. Fusibles, fusibles, fusibles.

 

Idem aux Services industriels de Genève, qui dépendaient aussi de Mme Rochat, puis M. Maudet. Des dizaines, peut-être des centaines de millions perdus dans les investissements en éoliennes, on vire le directeur général, M. Hurter, on annonce des « investigations » internes tous azimuts, histoire de sauver la présidence (PLR) et surtout l’autorité politique de tutelle.

 

Idem, vous le verrez, au Service des Contraventions, qui dépendait aussi de Mme Rochat, puis de M. Maudet, et sur lequel nous avons dévoilé il y a deux semaines l’audit de l’ICF (Inspection cantonale des finances). D’abord, « on » a tout fait pour que ce document explosif ne soit connu du public qu’après les élections (l’AGENCE DECAPROD l’a finalement sorti le vendredi 4 octobre, avant-veille du scrutin), et là aussi, on fera porter la responsabilité aux fonctionnaires.

 

Bien sûr, les chefs de service doivent répondre de leurs actes. Mais l’autorité politique élue est investie d’une mission de contrôle. Lorsque se multiplient les cas où elle a failli à cette mission, c’est peut-être vers elle qu’il faut commencer à se tourner dans la recherche des responsabilités. Parce que toujours se défausser sur ses subordonnés, toujours noyer le poisson avec des enquêtes administratives, des audits internes, des investigations, ça commence à sentir le procédé. Fusibles, fusibles, fusibles. Il y a un moment où a besoin de lumière. Et à tous les étages, SVP.

 

Pascal Décaillet

 

15:44 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Unger est en vacances...

Écrit par : Pierre Jenni | 16/10/2013

Vous êtes gentil à l'égard des responsables politiques. Et vous ne commentez pas le dernier communiqué de M. Maudet, dont la teneur (démission pour raison de santé et sans lien avec le drame de la Pâquerette) montre qu'il nous prend pour de parfaits imbéciles! Ses électeurs laisseront-ils passer cela le mois prochain? Personnellement, déja écoeuré à l'extrême par l'assassinat d'Adeline, ce communiqué imbécile me donne la nausée!

Écrit par : Martin Leu | 16/10/2013

Il est évident que beaucoup de missions se délèguent, mais la mission de contrôle des tâches déléguées est une mission primaire du chef. Le chef est responsable, primairement et exclusivement:
- de ce qu'il fait lui-même de par sa position de chef (en particulier les décisions qu'il prend es qualités), et
- du contrôle de ce qu'il ne fait pas lui-même (délégation), ou de ce dont il a seulement la surveillance.

Dès lors, en cas de dysfonctionnement, un audit doit nécessairement porter aussi sur les actions de contrôle effectuées (ou pas) par le chef. Cela ne signifie pas qu'il est responsable de tout. Non, non. Seulement de contrôler. Mais ce contrôle, il doit le faire vraiment, et être en mesure de prouver qu'il l'a fait.

J'ai la désagréable impression que de nombreux services de l'Etat évoluent à l'écart de tout contrôle.

Écrit par : Raphaël Baeriswyl | 16/10/2013

Monsieur,

Certes, mais les fusibles dans le domaine pénitentiaire ne datent pas de l'arrivée d'I. Rochat ou P. Maudet, mais déjà sous l'ère de L. Moutinot, les démissions et mauvaises gestions étaient courantes, voire mensuelles.

Face à ce constat de "chienlit" qui perdure depuis au moins 6-7 ans, la responsabilité revient également à tous les députés qui n'ont pas jugé utile de proposer un changement légal pour qu'enfin on puisse gérer le domaine pénitentiaire.

Écrit par : Philippe C. | 16/10/2013

"Et à tous les étages, SVP."

Exactement. On dirait aussi que l'incompétence se trouve à tous les niveaux. Car qui a nommé ces directeurs et autres chefs de service? Sur quelles bases? Parce que c'étaient des femmes? Par accointances politiques? Si qqn est responsable d'une nomination qui se révèle catastrophique, il ne faut pas aller chercher la responsabilité en bas et vous avez bien raison. Je me pose des questions quand qqn passe une partie de son temps à peaufiner sa communication en vue d'une (ré)élection (répondre par courriel après 23h00 par exemple) plutôt que de se concentrer uniquement sur ses dossiers quand des "dysfonctionnements" sont avérés.


"J'ai la désagréable impression que de nombreux services de l'Etat évoluent à l'écart de tout contrôle."

N'est-ce pas aussi le rôle du Grand Conseil?

Écrit par : Johann | 16/10/2013

Oui, oui virons-les tous, les députés aussi et mettons des tous neufs à la place dans cette salle qui n'a même pas d'accès pour handicapé. Et dans 5 ans, on s'apercevra qu'ils ont fait pareil, mais au moins on aura essayé, hein ? :-)))

Moi je suggère la video-conférence pour les débats, ça leur évitera d'en venir aux poings ou... aux verres d'eau.

Bon soyons sérieux 2 minutes : Une personne responsable, c'est :

Ne pas se culpabiliser, assumer ses erreurs et les réparer. C'est-à-dire être adulte.

Or, que voit-on ? Des enfants d'école maternelle qui disent "C'est l'autre qu'a fait tout, c'est pas moi".

Vous croyez vraiment que les suivants seront différents ? Toute la société est basée sur la culpabilité qui est le pire ennemi de la responsabilité, depuis la petite enfance.

Que fait un coupable ? Il nie
Que fait un responsable ? Il assume.

J'ai l'impression qu'on pourra payer de nos deniers des fusibles neufs pendant longtemps.

A moins que... l'on ne se réveille d'un long sommeil ou que la planète explose.

Écrit par : Jmemêledetout | 16/10/2013

Il faut PLAINDRE les "fusibles"d'être mis à mal de la sorte par le système politique et en particulier par une forme d'arrogance politique de tout azimut !

Il faut relever que le magistrat en charge de la sécurité à de la peine à se rendre compte et accepter qu'il est faillible et mal entouré à différents échelons. (Il a choisi, il faut qu'il assume)

Il est aussi vrai que les problèmes auxquels il fait face ne datent pas d'hier !

Cependant l'humilité lui manque et cela devient hautement visible.

Nous sommes bien loin du catalogue des mesures de la lamentable conférence de presse avec Me Ziegler et des effets d'annonce des "mesure immédiates" !

Au final qui aurait fait mieux au sein de ce gouvernement ?

Écrit par : tempestlulu | 16/10/2013

Est-ce que cela veut dire que les fonctionnaires n'ont aucune part de responsabilité? Est-ce systématiquement au gouvernement de démissioner, en cas de dysfonctionnement? Sincèrement, j'ai le sentiment qu'il n'y pas là, d'observation objective mais une volonté de nuire à ceux que vous nommez la "garde noire", rumeur et bientôt légende urbaine genevoise.

Écrit par : de Clavière | 17/10/2013

Votre commentaire soulève évidemment un problème de fond visant la fonction même de chef de département. Que les contrôles y soient mal définis, peu fréquents et inefficaces, la réalité le montre ! La vraie question qui est sous-jacente à ces situations c'est la notion de compétence à exercer une fonction que l'on accepte. Et là les bras m'en tombent : en effet on constate que les chefs, les responsables ne sont là que pour postuler-se faire nommer- et toucher leur salaire. A la première grosse tuile , hoops, voilà qu'on se fait mettre en congé maladie. Ceci en dit long sur cette mentalité de personnes qui veulent bien accepter un poste mais surtout pas les exigences qui sont liées de facto à l'exercice de ce pouvoir (tant convoité mais si lourd - eh oui - à exercer). C'est une crise de compétences et de comportements qui est là mise en évidence. Elle concerne autant les fonctionnaires que les élus politiques.

Écrit par : uranus2011 | 17/10/2013

@Monsieur Décaillet comme j'ai ri en lisant votre titre.Il me parait tout de même plus gentil que celui d'* agités *.Terme que j'utilise gentiment d'ailleurs quand je viens lire les blog TDG
Genève a toujours fait bande à part mais si l'on sait que Neuchâtel et Genève marchent main dans la main il existe de fortes chances que l'agitation soit contagieuse et que d'autres pètent les plombs .
On en a déjà fait l'expérience quand on sait la taxe au sac être d'origine Genevoise.
Mais oui sous l'emphase de vacances passées dans notre région ceux qui sont responsables de nombreux maux colérique des habitants non pollueurs ,sont tout simplement des Genevois ce qui fait que fusiblement parlant les Neuchatelois ne sont pas en reste
toute belle journée pour vous et merci pour votre blog

Écrit par : lovsmeralda | 17/10/2013

@Jmemêledetout
@Philippe C.

Vos propos sont pertinents.

Quant on voit que le système déraille, il faut le reprendre à bras-le-corps. La Pâquerette et son corollaire n'est pas une invention de Pierre Maudet. À sa place n'importe quel ministre n'aurait pas fait mieux.
Ce qui est intéressant, c'est que maintenant l'Etat a reconnu sa faute et qu'il se remet en question.

Écrit par : petard | 17/10/2013

Mais, Cher Monsieur, vous savez bien que les fusibles sont indispensables pour éviter qu'une installation parte complètement en fumée.

Il m'est arrivé de jouer à l'électricien dans ma maison, parfois de perdre et d'être sauvé par un fusible. Sans lui je ne serais peut-être plus de ce monde. Et dans quel état aurais-je laissé ma maison ?

Écrit par : Michel Sommer | 17/10/2013

@Michel Sommer

L'installation en question ne semble plus en conformité au sens des normes électriques en vigueurs. Il s'agirait dès lors de faire faire des travaux et de mettre à jour cette installation défaillante.
Mais on ne simule pas une remise en état en installant des fusibles plus gros !!! ou du papier d'aluminium !!! pour éviter de payer les réparations.

Le bréviaire de l'électricien est formel ! On en bricole pas !

Écrit par : tempestlulu | 17/10/2013

Les commentaires sont fermés.