23/10/2013

Parkings P&R : n'ayons pas peur du peuple !

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 23.10.13

 

Pas question de cofinancer les parkings P&R en France voisine : c’est l’avis de 8340 Genevois, qui ont signé le référendum du MCG contre ce crédit, approuvé fin août par le Grand Conseil, et voulu par une grande majorité de la classe politique. Un beau dimanche donc, le corps électoral du canton tranchera, et ce sera très bien ainsi : cela s’appelle la démocratie.

 

Et c’est là que le bât blesse : on dirait qu’elle fait peur, cette démocratie. A qui ? A cette fameuse majorité de la classe politique, justement, celle du Grand Conseil sortant qui avait voté ce crédit, comme tant d’autres, sans trop prendre la température de la population. Ces gens-là, disons les perdants du 6 octobre, le jour où le MCG annonçait son nombre important de signatures (lundi 21 octobre), n’ont immédiatement eu qu’un réflexe : hurler à quel point ce référendum était nul, le MCG nul, tous des nuls.

 

Auraient-ils peur du peuple, ces gens-là ? Faut-il leur rappeler que l’exercice de la démocratie directe (initiatives, référendums) ne relève en aucune manière d’une tare, mais qu’il est au contraire l’essence même, la vitalité d’un système suisse que tant de nos voisins nous envient ? Et puis, ces 8340 signataires, ils n’auraient rien compris ? Allons, Messieurs, réveillez-vous, faites campagne, combattez le référendum avec des arguments, et, le jour venu, acceptons tous le résultat. Soyons démocrates, c’est ce qui nous réunit.

 

Pascal Décaillet

 

15:38 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Ironiquement, les aboyeurs du MCG, qui pestent systématiquement contre les nuisances circulatoires provoquées par les frontaliers, sont ceux qui rejettent l'idée de cofinancer des parkings pour laisser leurs véhicules chez eux.

Personne n'a peur du peuple, ni d'ailleurs du MCG qui, une fois de plus, se tire des balles dans le pied en plus de se contredire, encore et toujours.

Qui peut être dupe de tels arguments? Les électeurs? Sûrement pas... Et puis, les aboyeurs du MCG rouspètent à tort et à travers contre les dépenses inutiles... Et qui en provoque une de plus (un scrutin, ça coûte)? Eux, bien entendu.

Votre papier, c'est vraiment prendre vos lecteurs pour des imbéciles.

Écrit par : Frontalbard | 24/10/2013

@Frontalbard

"Personne n'a peur du peuple, ni d'ailleurs du MCG qui, une fois de plus, se tire des balles dans le pied en plus de se contredire, encore et toujours."

Au contraire c'est très cohérent de leur part. Si on règle, au moins en aprtie, l'afflux de plaques FR jusqu'au centre-ville en co-financant les P+R, cela rend de facto la présence fronalière moins visible.

Un tel cas réduit le mécontentement et le ressentiment anti-fronatliers, fond de commerce de ce parti de secundos qui parlent et se bat soit-disand au nom des Genevois (mais qu'il n'hésite pas à vouloir faire passer l'étranger résident, avant le Genevois de souche exilé sur FR ou Vaud). Cela réduirait de facto l'engouement pour les slogans simpliste et malsain du MCG.

Ne pas co-financer les P+R = maintenir l'afflux de plaques FR = maintenir la "visibilité de la présence frontalières = maintenir le mécontentement = maintenir ce qui fait exister ce parti.

Écrit par : Pierre Roche | 24/10/2013

Les commentaires sont fermés.