25/10/2013

Serge Dal Busco : la braise et le feu

SDo_TG_7.9.09_communes.jpg 
Sur le vif - Vendredi 25.10.13 - 10.31h

 
Les progrès de Serge Dal Busco, en matière de communication, ont été foudroyants depuis le début de la campagne. Je parle vraiment, ici, de techniques très précises pour marquer des points dans le discours, toutes choses qui d'ailleurs s'exercent et s'apprennent.
 

J'ai déjà souligné ici son excellente prestation, seul face caméra, dans la "Minute pour convaincre" de la TG: il y laisse paraître son envie, sa chaleur, densifie le message sous la pression du timing, fonce vers l'essentiel, performe. Dans mes ateliers avec mes étudiants, sur l'art d'habiter la prise de parole, je prendrai cette séquence en exemple.


Et puis, l'incandescence d'une réplique: "Je ne suis pas un bétonneur, je suis un bâtisseur". Spontané, ou préparé pour être casé au bon moment, juste dans l’occasion guettée, ce que les Grecs appellent le "kaïros" ?
 

Enfin, l'homme se corrige. On lui balance un petit pamphlet sur son abus du mot "solution", il en tire immédiatement les conséquences.
 

Demeure, certes, la lourdeur d'un glossaire terriblement révélateur ("partis gouvernementaux", "partis responsables", "action", "compromis", "construction"), où l'homme en fait beaucoup trop pour bien nous induire à penser qu'il est adulte, raisonnable et sait travailler en équipe. Là, il camoufle quelque chose. Sans doute - j'y reviendrai - la vraie nature de son ambition politique, que nous ne tarderons pas à découvrir après quelques mois d'état de grâce: totale, intransigeante, personnelle, solitaire. Le feu. Celui qu'il tente de dissimuler, ou d'atténuer, par le verbe, mais jaillit dans les braises de son regard.
 
 
 
Pascal Décaillet
 
 

10:31 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Serge Dal Busco est à n'en pas douter un bon candidat, mais il est aussi un entrepreneur et un chef d'entreprise. Beaucoup d'entre-nous attendent de lui qu'il apporte une vision entrepreneuriale de la gestion d'un département qui sera le sien à l'Etat. Il est rompu à la politique des marchés et celle des contrats et par dessus le tout, il sait ce que signifie le respect des délais.

Il a aussi appris son métier au travers des difficultés et parfois des échecs. Il possède une expérience du monde du travail hors de la sphère politique qui manque cruellement à beaucoup de ses collègues.

Son expérience serait un atout indéniable pour le prochain gouvernement, mais il faudra que l'ardeur de l'entrepreneur et l'autorité qui va avec ne prennent pas trop le dessus.

L'attitude posée qu'il a adoptée dans les dossiers de Bernex lui ont valu à juste titre de l'estime.

Un peu de braise dans certains dossiers figés ne ferait certainement aucun mal et allumer une nouvelle dynamique auprès des collaborateurs serait une bonne chose.

Écrit par : tempestlulu | 25/10/2013

Les commentaires sont fermés.