30/10/2013

"Sondage" : de qui se moque la TG ?

 

Sur le vif - Mercredi 30.10.13 - 15.08h

 

Une parodie. Une duperie du public. Tels sont les mots, les seuls qui vaillent, pour qualifier le « sondage » que nous propose aujourd’hui, avec tambours et trompettes, en une, puis sur la double page 2 et 3, la Tribune de Genève. Il y a tant et tant à dire sur cette mise en scène, cette mise en page aussi, mais ce qui provoque le plus la colère, c’est l’illusion d’objectivité scientifique derrière laquelle se camoufle le journal.

 

Soyons clairs : la TG est un journal privé, elle est totalement libre de rouler pour qui elle veut, aucun problème. Elle peut commenter, éditorialiser, pamphlétiser tant qu’elle veut, c’est son droit. Mais se livrer, sur la base d’un échantillonnage aussi insignifiant de sondés, à cette disposition de graphiques impeccables, très attirants pour l’œil, les mêmes que pour les résultats de votations, voilà qui induit en erreur le lecteur, lui donne le sentiment d’une vérité chiffrée, alors qu’il n’en est rien. Tout cela, à J-11 de l’élection du Conseil d’Etat. Car enfin, le grand public ne fait que parcourir les journaux, son œil est retenu par la titraille et par les graphiques, il peut aisément prendre comme vérité révélée ce qui n’est que pures spéculations. Elles sont tellement plaisantes à l’œil, ces deux pages, qu’on dirait les résultats de l’élection, dans l’édition du lundi 11 novembre prochain !

 

Comment un quotidien aussi sérieux que la TG, qui jouit à Genève d’une situation quasiment monopolistique, peut-il, sans provoquer dans sa propre rédaction un immense éclat de rire, venir nous dire que la somme des sondés est de 327 lecteurs, « et, afin que l’échantillonnage corresponde à la composition en âge et en sexe du lectorat de la Tribune, il été réduit à 213 personnes ». Que signifie cette « réduction » ? Que signifie ce charabia ? Que signifie ce taux chétif, insignifiant, de 213 personnes ?

 

Pire : on prend ça, on le balance comme argent comptant, et on titre, sur tout la largeur : « Derrière Maudet et Longchamp, la bataille fait rage ». Et on nous catapulte un septuor d’élus, dont, comme par hasard, les cinq de l’Entente. Et on nous annonce une bataille serrée pour la septième place. Et on sonde même le public sur l’identité du futur Président, ce qui est vain puisque le choix en revient au collège. Et on peaufine et parachève l’impression que les jeux sont faits, qu’il n’est plus nécessaire d’aller voter : allez, circulez, bonnes gens, vous n’êtes plus citoyens, non, vous n’êtes plus que des sujets. Plus besoin de voter. La cléricature de la TG s’en est occupée pour vous. Saint François et Saint Pierre vous bénissent. On se retrouve dans cinq ans. Et surtout, petit peuple, d’ici là, continuez à bien nous faire rire.

 

Pascal Décaillet

 

15:08 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Pascal, j'adore vos commentaires d'homme libre et indépendant. Vous avez une fois de plus raison de blâmer la TDG qui se moque effectivement de nous. Oui nous le peuple, beaucoup trop compatissant à mon point de vue. Allons donc voter en masse non d'une pipe.

Écrit par : jacques joray | 30/10/2013

Alors que rien ne prouve qu'il s'agit de 213 personnes. Il s'agit de 213 réponses. Il suffit de changer d'adresse IP pour répondre plusieurs fois, et même 213 fois si l'on veut :-)

Cordiales salutations.

Écrit par : SANCHEZ Jean | 30/10/2013

4 ans et demi ! Et pas 5. Te voilà soulagé ?

Un vrai sondage aurait impliqué au moins deux mille personnes tirées aleatoirement, pour avoir des marges d'erreur acceptables.

Écrit par : Pierre Weiss | 30/10/2013

Pour un sondage réellement fiable, voir mon article très objectif du jour, relégué pour l'occasion sous la rubrique 'Tous les blogs'.
Avec mes meilleurs sentiments.

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 30/10/2013

N'ai pas vu celui-ci car je ne regarde pas les sondages. Il existe encore des personnes qui croient à cela ?

La TG était, au passé un très bon journal, avec des très bons journalistes et aussi des très bons correcteurs :-). Difficile de parler d'un journal privé qui appartient à Edipresse non ? Je me trompe ?

Écrit par : Jmemêledetout | 30/10/2013

Si vous avez assisté au débat d'hier soir à Uni Dufour, vous aurez vu que Hodgers en premier, Stauffer ensuite et finalement... le public dans la salle ont protesté contre le rédacteur en chef de la Tribune de Genève pour sa façon complètement tendancieuse de poser des questions incluant des jugements de valeurs très discutables.

Evidemment rien de tel avec les 5 candidats de l'Entente... pour qui c'est champagne, massage et petits fours à volonté.

Et quand Stauffer a informé le public des 8 blessés au couteau et du mort par balles de la nuit du 26/27 octobre (il y à 4 jours) qui n'ont pas été mentionnés dans les journaux (dont bien sûr la Tribune de Genève) alors là on évacue le sujet...

Du "grand journalisme impartial" (je me marre).

Bientôt, on ne sera pas surpris si une institution comme la Croix Rouge en viendra à prodiguer des soins aux blessés d'un camp tout en achevant à la baillonnette ceux de l'autre champ.

Écrit par : La censure règne en Suisse | 31/10/2013

bonjour La censure règne en Suisse

Pas d'autre prétention qu'un clin d'oeil! J'aime bien votre "baillonnette".

Bonne journée

Roland Bourdin

Écrit par : Roland Bourdin | 31/10/2013

Pas tant d'étonnements, la "voix de son maître" ne fait que son travail et ceci est en général le rôle des moyens d'informations "privés" et malheureusement aussi de ceux qui appartiennent a l'état, donc rien de nouveau.

Écrit par : José Gonzalez | 31/10/2013

Merci pour vos remises à l'heure, il faut donc tous les jours remettre l'ouvrage sur le métier et écrire, dénoncer toute cette désinformation. Quelle fatigue, quelle énergie dépensée, mais combien nécessaires. Merci encore de vos analyses remarquables et de votre pugnacité.

Écrit par : Danièle Gutowski-Zumofen | 01/11/2013

La seule solution: cesser d'acheter la TG!

Écrit par : Vincent Barbey | 03/11/2013

Les commentaires sont fermés.