20/11/2013

22 novembre 1963, le passage du deuil

 

Mercredi 20.11.13 - 17.05h

 

Je suis comme des centaines de milliers de gens qui ont vécu ça, même si je n’avais que cinq ans et demi : je me souviens exactement où j’étais, dans quel coin de notre cuisine familiale, près du transistor beige, revenant de l’école, lorsque ma mère, le visage défait, m’a annoncé l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy. Je ne savais pas qui était cet homme, mais à voir la tristesse de ma mère, j’ai cru qu’il s’agissait de quelqu’un de la famille. Le soir, nous avons vu l’attentat à la télévision, en noir blanc, il y avait quelque chose de terrible et de glacé : j’ignorais à cet âge ce qu’était la mort.

 

JFK est loin d’être mon président préféré, j’ai même lu beaucoup d’horreurs sur lui, de quoi nous détourner du mythe, mais cela est venu beaucoup plus tard : ce 22 novembre 1963, comme des dizaines de millions de personnes sur la planète, je me suis senti orphelin. L’Amérique, avant cette date, c’était mon costume de cow-boy, déjà des séries TV, les immenses voitures aux grandes ailes, le pays du rêve et du possible. L’assassinat de Dallas a cassé en moi, si tôt dans ma vie, cette mythologie. Dès les jours qui ont suivi, en allant à l’école, je vois exactement avec qui, nous jouions à celui qui a tué Kennedy, nous étions celui qui sait, déjà nous parlions de mafia, celui qui était derrière Ruby qui avait tué Oswald, nos imaginaires explosaient.

 

Un peu plus tard, en tout cas pas avant 1966, il y a eu un aîné qui s’est pointé, une sorte d’Augustin Meaulnes que nous admirions pour sa carrure et ses airs d’aventurier. Sur le chemin de l’école, au milieu des chantiers, il nous assurait qu’il savait tout, détenait toutes les preuves, d’ailleurs venait de passer le week-end à Chicago, où il avait échappé de justesse à la mafia. Ayant sauté une année, j’étais l’un des plus jeunes de la classe, et ce providentiel grand frère me fascinait. Jusqu’au jour où, les yeux étincelants, nous prenant par le collet, il triomphait : « C’est Johnson, oui Johnson le commanditaire, je le sais, j’ai toutes les preuves, d’ailleurs je retourne à Chicago samedi ! ». Et nous allions notre chemin, pestant contre ce salaud de Johnson, d’ailleurs il avait une sale tête, et sa victime, le président défunt, était tellement beau.

 

1968, rebelote. L’année des assassinats. Robert Kennedy, le frère, et Martin Luther King. Là, j’avais dix ans, j’étais devenu depuis fin 1965 (de Gaulle contre Mitterrand) un passionné de politique, j’étais sur le point de finir l’école primaire, et je n’ai pas du tout vécu ces nouveaux drames avec la même intensité émotionnelle que celle du 22 novembre 1963. Ils en étaient en quelque sorte la réplique, la répétition, la récurrence. Et puis, tant d’autres sollicitations en cette année-là : Jeux Olympiques de Grenoble en février avec les victoires de Killy, mai 68 vécu en écoutant la radio, dans ma chambre, voyage au Cap Nord avec ma famille l’été, Jeux de Mexico à la fin des vacances, de quoi banaliser la violence américaine.

 

Fin 68, Richard Nixon a été élu, je l’ai admiré, et ne me suis pas du tout réjoui de sa démission en août 74. Mais cela, c’était de la politique, des choix que j’approuvais. Cela, alors que j’avais grandi, relevait de la raison. Alors que Kennedy, pour moi comme pour la planète entière, avait fonctionné comme un mythe. La beauté, la gloire, la mort. Destin d’Achille, qui serait court mais glorieux. En attendant de parler de tout cela, tout à l’heure, avec Daniel Warner, à Genève à chaud, demeure en moi, si présent, si vivace, le souvenir de la tristesse sur le visage de ma mère, puis sur celui de tant de personnes, des femmes surtout, comme le passage d’un deuil dans l’insouciance de l’enfance.

 

Pascal Décaillet

 

17:05 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (42) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Comme des millions de gens sur la planète je me souviens parfaitement de ce que je faisais au moment de l'annonce de cet assassinat.

J'étais interne dans un collège. Nous étions réunis dans la grande salle d'études et le supérieur, la mine défaite, nous a invité à faire une prière à la mémoire du président Kennedy.

Nous n'étions que des pré-ados et des ados mais je me souviens très bien que nous sentions, loin de nos familles, que l'heure était grave.

Comme pour des millions de gens ordinaires de cette planète, cette barbarie, dans un pays qui servait de modèle comme de rempart contre "les rouges", était irréelle. Le parfum du drame qu'elle contenait avait traversé l'Atlantique en un temps record.

Ce n'est que bien plus tard que j'ai compris que cet assassinat marquait, en fait, la fin du rêve américain tel qu'il avait cours depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.

Ce n'est que bien plus tard, à l'image de millions de personnes, que j'ai compris que JFK n'était ni un modèle de fidélité et de probité (une filiation de bootlegger laisse des traces), mais il incarnait la jeunesse et une certaine insouciance typique de cette époque où le Elvis le disputait aux Beatles, aux Beach Boys et autres, avec tout ce que cela comportait de joie de vivre.

Nous ne savions pas ce soir-là que les mêmes forces obscures allaient définitivement ravager toutes les illusions d'une Amérique moderne, et porteuse de la concrétisation du rêve né le 4 juillet 1776, à San Francisco puis à Atlanta 5 ans plus tard avec les assassinats de Bobby Kennedy et MLK. Deux idéalistes qui auraient pu donner à l'Amérique moderne un tout autre visage que ceux qui les ont remplacé, à commencer par Nixon. Non pas le Nixon de politique étrangère, plutôt réaliste, mais le Nixon de politique intérieure, ultra réactionnaire et tordu dans ses méthodes.

Tout cela nous ne le savions pas ce soir du 22 novembre aux environs de 20h GMT, mais nous l'avions, confusément, perçu.

Ce 22 novembre 2013, à la même heure, j'aurai une pensée émue en me souvenant de cette prière et, à coup sûr, où que je sois je respecterai une minute de silence à la mémoire de cet homme qui incarnait un renouveau qui n'a jamais vu le jour et qui a été si lâchement abattu.

Écrit par : Patrick Dimier | 20/11/2013

"Le soir, nous avons vu l’attentat à la télévision, en noir blanc, "

Non, impossible. Le seul film rendu public - celui de Zapruder - ne l'a été que des années plus tard. En 1969 il a été vu par le public du procès de Clay Shaw intenté par Garrison alors que le procureur a dû soumettre le cas à un juge parce que Time Life ne voulait pas céder le film pour visionnement. Et sauf erreur le grand public n'a pu le voir qu'en 1975.


"« C’est Johnson, oui Johnson le commanditaire, je le sais, j’ai toutes les preuves, d’ailleurs je retourne à Chicago samedi ! »."

Même si c'est plus tard que 1966, comment a-t-il eu les preuves? Car il a eu raison avant tout le monde.

Ce qui ne me laisse pas de m'étonner, c'est la presse officielle qui soutient encore mordicus la thèse du tireur unique. La tdg... ou Alain Frachon du Monde qui se permet d'insulter Oswald. Les morts évidemment ne vont pas lui intenter un procès. Mais est-ce du journalisme? Non, de la propagande digne d'un pays totalitaire, sans esprit critique, car il y a cinquante ans, c'était un coup d'Etat. Et ceux qui l'ont commandité sont toujours au pouvoir.

Pourquoi a-t-il été assassiné? Lisez ceci et vous aurez une partie de la réponse :

http://www.jfklibrary.org/JFK/Historic-Speeches/Multilingual-American-University-Commencement-Address/Multilingual-American-University-Commencement-Address-in-French.aspx

Lisez et réfléchissez.

Écrit par : Johann | 21/11/2013

L'assassinat ayant eu lieu en début d'après midi à Dallas, cela correspondait en fait au début de soirée en Suisse (un peu tard pour rentrer de l'école ?),J'ai le souvenir du reportage d'un match de hockey de l'équipe suisse (peut-être suisse-allemagne ?), interrompu par l'annonce de l'attentat et du bouleversement produit des les esprits déjà marqués par les événements de la guerre froide.
JFK restera un de ses présidents plus admiré en Europe qu'aux USA ce qui démontre que les sensibilités sont ici et là-bas souvent très différentes.

Écrit par : uranus2011 | 21/11/2013

Je suis formel: je rentrais de l'école. Et ça n'était pas le soir, mais midi. Donc clairement, le lendemain, le 23 novembre. Tout aussi formel pour les images de Dallas le soir (du 23, sans doute, en effet).

Écrit par : Pascal Décaillet | 21/11/2013

"Tout aussi formel pour les images de Dallas le soir (du 23, sans doute, en effet)."

De Dallas, oui, certainement. Du lieu de l'attentat. Pas de l'attentat lui-même. Tous les films ont été confisqués par le FBI ou le Secret Service (et au moins un, jamais montré). Celui de Zapruder a échappé à la rafle, car très rapidement le caméraman a été interviewé à la télévision et il devenait plus difficile d'escamoter le film. Qui a quand même été tripatouillé pour faire disparaître ce qui s'était réellement passé, notamment l'arrêt de la voiture qui a permis d'ajuster le tir fatal de trois quart face. Zapruder témoigne que Kennedy a été touché à l'avant droit de la tête et il fait le geste. Prix du film: 150'000 USD. L'équivalent de près d'un million de dollars d'aujourd'hui.
Time Life a publié des photos du film en inversant leur ordre pour faire croire à un tir par l'arrière.


Le décalage horaire doit être de 7h00. L'attentat a eu lieu à 12h30. Donc 19h30 ici.

Écrit par : Johann | 21/11/2013

"JFK est loin d’être mon président préféré, j’ai même lu beaucoup d’horreurs sur lui,"

Et ça continue. Les fouille-merde sont toujours à l'ouvrage. Sa maladie, son infidélités, ses liens avec la maffia, son père, sa tribu, etc.

Avez-vous lu le discours de Kennedy en lien ci-dessus?

Écrit par : Johann | 21/11/2013

@ Johann - Défilé de limousine en noir-blanc, sûr et certain au soir du 23, avec mouvements de foule. Moment terrible où la tête éclate, là vous avez sans doute raison.

Écrit par : Pascal Décaillet | 21/11/2013

Merci à Johann. Ce billet a provoqué un grand malaise chez moi, j'avais l'impression d'un souvenir construit de la part de l'auteur. Ma mère était venue nous avertir le soir que le président Kennedy avait été assassiné. Et tout le monde était bouleversé...

L'Amérique était vue à l'époque comme non seulement sauveur de l'Europe contre la barbarie nazie, mais le seul rempart contre l'invasion par les barbares soviétiques, qui maintenaient en permanence 150 divisions à la frontière prêtes à nous foncer dessus. Il y avait eu l'épisode des missiles à tête nucléaire à Cuba, et tout le monde savait que nous étions passé à deux doigts de la guerre nucléaire, et de l'hiver du même nom...
Il n'y avait pas d'idiots du GssA à l'époque, seul avantage...

Écrit par : Géo | 21/11/2013

"@ Johann - Défilé de limousine en noir-blanc, sûr et certain au soir du 23, avec mouvements de foule. Moment terrible où la tête éclate, là vous avez sans doute raison."

Défilé dans les rues de Dallas, oui certainement. Alors nous sommes d'accord.
Y avait-il déjà les premières télévisions couleur fin 1963? Apparemment non.

http://www.linternaute.com/histoire/categorie/evenement/61/1/a/48939/la_couleur_arrive_sur_les_ecrans_de_television_francais.shtml


"Il y avait eu l'épisode des missiles à tête nucléaire à Cuba, et tout le monde savait que nous étions passé à deux doigts de la guerre nucléaire, et de l'hiver du même nom..."

Une grande victoire soviétique et c'est Kennedy qui a évité la guerre contre l'avis des faucons du pentagone qui voulaient frapper l'urss l'estimant encore en état d'infériorité militaire. Les soviétiques ont laissé Kennedy tirer toute la gloire de la résolution de la crise. Cela faisait partie du deal. Mais les soviétiques ont obtenu ce qu'ils voulaient. Et c'est aussi pourquoi Kennedy a été considéré comme un traitre par l'extrême droite... ce qui a aussi conduit à son assassinat.

Les autres raisons de son assassinat : fiscalité des compagnies pétrolières, droit d'impression des billets de banque.

Écrit par : Johann | 21/11/2013

@ Johann - Nous avons acheté notre première TV couleur pour les J.O. de Sapporo, début 1972. Ma TV de novembre 1963 était notre bonne vieille TV noir-blanc, qui mettait une minute à s'allumer (avec un espèce d'ombilic au centre), et... une minute à s'éteindre ! Elle a bercé mon enfance. Mon plus vieux souvenir politique ne date d'ailleurs pas de novembre 1963, mais d'avril 1961.

Écrit par : Pascal Décaillet | 21/11/2013

@Johann Je suis épaté que vous puissiez nous dire avec autant de précision ce qui a causé la mort du 35e président des Etats Unis! Je pense que vous devriez proposer un cycle de conférences, elles auraient du succès.

Plus sérieusement les causes de ce lâche attentat tourne principalement autour de relations ambigües avec des milieux interlopes qui, très certainement ont été à l’œuvre pour lui permettre d'atteindre la fonction. Ce d'autant qu'une fois installé il s'est démarqué des mécanismes douteux des dits milieux.

N'oubliez pas non plus la composition de son Cabinet avec son frère Bobby à la justice et les enquêtes proches d'aboutir au moment des faits. C'est d'ailleurs ces séquelles là qui ont provoqué l'assassinat de Bob Kennedy en 1968.

Il n'y a guère de doute que se sont les milieux les plus réactionnaires qui ont éclanche le compte à rebours début 1963.

Ce qui abonde dans votre sens c'est trois choix qui constituent autant de paramètres nécessaires à la réussite de la funeste entreprise:
La ville sa configuration, le parcours qui offrait une balistique idéale et enfin le véhicule, qui rendait la cible prisonnière et donc immanquable.

Malgré tout cela, il n'en demeure pas moins que les conséquences de cet assassinat auront été un changement profond et durable du profil des candidats à la présidence avec plus de bas que de hauts, notamment par la fin de la suprématie de la Nouvelle Angleterre à cette fonction et donc la perte d'influence de l'élite progressiste.

Trois exceptions: Carter le brave géorgien producteur de cacahuètes issu de la bible belt. Reagan le Californien, charmeur en diable, faisant passer la roublardise avant la rhétorique et qui n'utilisa cette dernière que pour terrasser l'ennemi juré, l'URSS démontrant un sens politique hors du commun.
Bill Clinton, mid-westerner typique. Tout aussi charmeur que Reagan, moins fin tacticien mais d'un opportunisme politique qui a permis aux Etats-Unis de ne pas tomber dans les pièges tendus par les ultra conservateurs de Scull & Bones emmenés par Bush Senior.

Je l'ai dit dans mon commentaire précédent, l'assassinat de JFK a bel et bien marqué la fin du rêve américain tel que dessiné par FDR près de 20 ans plus tôt. C'est certainement un des éléments qui fait que 50 ans plus tard, ceux qui étaient vivants au moment de l'événement s'en souviennent comme si c'était hier!

Écrit par : Patrick Dimier | 21/11/2013

Johann@ Encore une fois, le grand n'importe quoi.
1. "Une grande victoire soviétique". Démonstration ?
2. "Cela faisait partie du deal". Et quel deal, siouplait ?
3. "les soviétiques ont obtenu ce qu'ils voulaient" Ils voulaient quoi ?
4. "ce qui a aussi conduit à son assassinat. Les autres raisons de son assassinat : fiscalité des compagnies pétrolières, droit d'impression des billets de banque."

Hmmmm! Ouala, ouala ! Et en %, cela donne quoi ? 34.5% pour "Kennedy a été considéré comme un traitre par l'extrême droite", 35.5% pour "fiscalité des compagnies pétrolières", 30% pour "droit d'impression des billets de banque" ?

Vous n'avez pas peur du ridicule, Johann, c'est le moins que l'on puisse dire...

Écrit par : Géo | 21/11/2013

- Coups de feu à 12h30,
- autopsie dans l’après-midi,
- mise en bière en début de soirée, puis chargement du cercueil dans Air Force One,
- avant le décollage pour Washington, le Vice-Président Johnson, passager d’Air Force One avec son épouse et toute la suite du président assassiné, demande à être assermenté,
- on demande à Jackie Kennedy d’officier comme témoin de cette assermentation, ce qu’elle accepte,
- on lui demande de changer de robe afin que le sang du Président assassiné ne trouble pas le grand moment du couple Johnson – elle refuse et veut au contraire que le sang de son mari (en plus de son cercueil) soit témoin de ce qui arrive,
- Air Force One décolle, et Jackie Kennedy se rend compte alors qu’elle n’a plus de maison,
- en effet, le soir même, c’est le couple Johnson qui atterrit dans le jardin de la Maison Blanche, alors que les enfants Kennedy, qui entendent l’hélicoptère arriver, n’ont pas encore été informés de la mort de leur père.

Ces événements prouvent une chose. C’est que les grands récits mythiques relatent des événements véridiques. La mythologie n’a rien à envier à la réalité. Seulement 50 ans après l’assassinat de JFK (ou déjà 50 après), les faits sont tout aussi clairs, et tout aussi flous, que l’assassinat d’Agamemnon.

Écrit par : Raphaël Baeriswyl | 21/11/2013

@ Raphaël Baeriswyl - Magnifique - Vous prenez la dimension du mythe.

Écrit par : Pascal Décaillet | 21/11/2013

Raphaël Baeriswyl @ On connaît cette théorie et ce ressentiment contre Johnson, le brillant politicien sudiste battu aux primaires par le brillant yankee...

Il n'y a pas besoin de réfléchir très longtemps pour comprendre qu'en de telles circonstances, il est vital pour les USA de ne connaître aucune vacance de pouvoir. Quant au couplet sur les enfants qui croient voir arriver leurs parents, est-ce ainsi que l'on fait de la politique ? De qui voulez-vous vous moquer ?

Écrit par : Géo | 21/11/2013

Le 22 novembre 63 c'était le jour de mon anniversaire. J'avais 10 ans et à cause de l'attentat ma fête a passé à la trappe. L'évènement était plus important pour tout le monde sauf pour moi. Kennedy m'a volé la vedette bien malgré lui mais si il avait vécu personne ne peut dire ce qui serait advenu du monde. Tout ça c'est du blabla...

Écrit par : norbertmaendly | 21/11/2013

Comme tous, je me rappelle parfaitement ce moment! Pourtant après toutes les lectures je suis toujours mitigée! Mais je crois qu'en effet, le monde a passé à côté d'une évolution et d'un vrai changement. Confirmé par la mort de Bobby.
A l'époque, les Riches étaient vraiment une -classe- à part, inaccessibles!
Je me dis que cette famille Kennedy richissime qui s'est mise au service de l'Etat; même en temps de guerre, était porteuse de promesses pour de véritables équités entre les citoyens. A l'époque le modèle américain était reconnu et envié cela aurait donc eu vraiment une incidence sur le monde entier. J'ai beaucoup aimé hier soir entendre Bobby Kennedy donner son avis sur l'apartheid lors d'un voyage en Afrique du Sud. Cela m'a rappelé ce que M. Maurer a dit sur la Chine, lors de son voyage cette année (50ans après).
(En substance; BK "l'Afrique du sud doit trouver des solutions et ce n'est pas à nous de leur dire ce qu'ils doivent faire, nous avons assez de choses à faire chez nous!")Un beau modèle de souveraineté respectée, qui n'a pas vieillit pour certain, mais qui est écrasé par les majorités actuelles.

Écrit par : Corélande | 22/11/2013

"l'Afrique du sud doit trouver des solutions et ce n'est pas à nous de leur dire ce qu'ils doivent faire, nous avons assez de choses à faire chez nous!"

Reste à savoir la RAZ aurait changé sans les pressions extérieures. C'est peu probable, les Afrikaners ayant une tête de bois à côté de laquelle le Bernois de l'Oberland, c'est du papier mâché...
Et précisément, les Kennedy ont donné des droits aux Afro-américains chez eux, et ils sont devenus de plus en plus influents...
De plus, le danger soviétique devenant de moins en moins important et les Cubains ayant quitté l'Angola, il devenait de plus en plus important de régulariser la situation.
Et les Kennedy ont été assassinés. Par les racistes blancs ?

Écrit par : Géo | 22/11/2013

L'attentat perpétré contre J.-F. Kennedy a clairement eu lieu le 22 novembre aux environs de 19h30, heure suisse. Je me rendais au Grand Casino d'alors pour célébrer les 75 ans de l'Ecole supérieure de commerce de Genève, si mes souvenirs sont exacts. Et si j'affirme qu'il s'agit du 22 novembre, c'est que le lendemain, je célébrais mon vingtième anniversaire.

Cela dit, l'assassinat de ce président catholique a représenté un événement majeur dans la vie des Etats-Unis ; un président ayant donné une formidable impulsion à toute une nation qui avait vu en lui un avenir plus radieux que d'habitude. L'histoire ne lui a pas donné raison.

Écrit par : MIchel Sommer | 22/11/2013

" Coups de feu à 12h30,
- autopsie dans l’après-midi,
- mise en bière en début de soirée, puis chargement du cercueil dans Air Force"

On réécrit l'histoire?
Le corps a été kidnappé dès 14h00 arme au poing alors que la loi imposait une autopsie au Texas.
L'autopsie a été effectué à partir de 19h00 à Washington, hôpital de la marine par des incompétents, désignés pour cette raison et obéissant aux ordres de laisser tomber quand ça devenait sérieux. Ils ont quand même réussi à retirer une balle du corps. Dûment consignée, puis escamotée puisque ça ne collait pas avec la fable du tireur unique.

Géo, vous êtes pathétique. Pourquoi faut-il toujours faire vos devoirs à votre place? Vous me décevez beaucoup.

1. "Une grande victoire soviétique". Démonstration ?
Sans tirer un seul coup de feu ils ont gagné sur toute la ligne.

2. "Cela faisait partie du deal". Et quel deal, siouplait ?
L'accord conclu entre les deux K.

3. "les soviétiques ont obtenu ce qu'ils voulaient" Ils voulaient quoi ?
a) Protéger Cuba contre une agression us. Qui n'a pas eu lieu à ce jour.
b) Allez je vous mets sur la piste : Turquie, Jupiter... Vous êtes un grand garçon.

4. "ce qui a aussi conduit à son assassinat. Les autres raisons de son assassinat : fiscalité des compagnies pétrolières, droit d'impression des billets de banque." Hmmmm! Ouala, ouala !

Je vous laisse à vos pourcentages débiles, pour conclure qu'il s'était fait des ennemis irréconciliables parmi des oligarques et des ploutocrates suffisamment puissants pour avoir fomenté l'assassinat et s'en être tiré sans dommage. Et qui continuent à servir la soupe du "lone nut" dans la plupart des médias (Le Monde, tdg, etc.). L'article de la tdg du week-end dernier est un tissu de mensonges et d'omissions.

Il n'y a qu'une chose de ridicule : l'ignorance du dossier.

Avez-vous lu le discours de JFK en lien ci-dessus?


"@Johann Je suis épaté que vous puissiez nous dire avec autant de précision ce qui a causé la mort du 35e président des Etats Unis!"

L'ai-je dit?


"autour de relations ambigües avec des milieux interlopes"

Cela fait partie de la fable. Et de l'écran de fumée pour détourner l'attention des vrais commanditaires. Vous savez qui est Mac Wallace, oui? Vous savez qui est John Kinser et Josefa Johnson et ce qu'il leur est arrivé?

Écrit par : Johann | 22/11/2013

Franchement, Johann, si c'est tout ce que vous avez à nous sortir, pas la peine de faire un tel cirque. Et de me traiter de pathétique. Ce qui me fait marrer, c'est que bien qu'à l'évidence, le crime de Dallas ait pu être commandité par la mafia, les Cubains ou les racistes type Wallace (je l'avais mis dans mon commentaire précédent), il n'est pas du tout exclu que ce soit le fait de Lee Oswald tout seul, ancien marine viré parce que communiste. Et possesseur d'un carcano à 19.80 dollars parce qu'il n'était pas riche. L'argument du "journaliste" Jocelyn Rochat dans son torchon pour la télé est que le FBI aurait dû s'en apercevoir parce qu'il était seul. C'est juste le contraire dans la réalité. Voir l'affaire Dekhar en France. Qui l'avait prévu, malgré son lourd passé ?

Ce n'est pas vous, quoi qu'il en soit, qui en savez plus que nous sur l'affaire Kennedy, voilà au moins une chose sûre. "Pathétique" chez vous relève de la projection...

Écrit par : Géo | 22/11/2013

De plus en plus pathétique, LHO communiste? Dans vos rêves. Agent de l'ONI. Cours de russe payés par les Marines. Envoyé en mission en URSS. Aucun problème à son retour alors qu'il a travaillé à une base d'U2. Dossier fiscal classé secret défense. Fréquente Guy Banister et David Ferrie à la Nouvelle Orléans et les cercles anti-castristes. Puis De Morenschildt un russe blanc lié à la cia, suicidé à la veille de sa convocation devant la seconde commission. Un fusil dont la télescope est déréglé. Alors que le premier fusil retrouvé est un Mauser. L'analyse des 3 douilles - bien alignées sur le sol - prouve que deux d'entre elles n'ont pas servi a tiré des balles. N'importe qui a pu se faire passer pour Hidell et commandé un fusil débile, alors que ni vu ni connu vous pouvez vous procurer une meilleure arme au Texas.

Il est trop fort ce LHO! Il a réussi par télépathie sans doute à faire passer le président devant l'immeuble où il travaillait, puis faire ralentir - voire stopper - la voiture afin d'ajuster immanquablement le tir fatal! Et il s'est téléporté pour pouvoir tirer de trois quart face la dernière balle. Trop fort!

Trop forte la mafia ou/et les cubains! Ils ont réussi à tripatouiller le film de Zapruder pour qu'on ne comprenne pas ce qu'il s'est réellement passé et en plus ils ont manipulé la commission warren pour échapper à toute poursuite. Et ils ont changé comme des grands sans se faire remarquer le panneau Stemmons Freeway... touché par une balle.

Ainsi donc vous ignorez qui est Malcom Wallace (ou Mac Wallace)... que vous confondez avec George Wallace. C'est triste.


"Dekhar en France"

Il a assassiné un président?


"Ce n'est pas vous, quoi qu'il en soit, qui en savez plus que nous sur l'affaire Kennedy, voilà au moins une chose sûre."

Il n'y a qu'une chose de ridicule : l'ignorance du dossier.

Écrit par : Johann | 22/11/2013

Je supposais que vous aviez vu le Temps présent sur ce sujet, critiqué si fortement par Jocelyn Rochat. Il y avait tout de même pas mal d'arguments en faveur d'un seul tireur. Le calibre du carcano est de 6.5. Je vais aller vérifier mais cela m'étonnerait que cela corresponde à un mauser, c'est un calibre vraiment particulier. Et il n'y a aucun doute sur les balles.
Tout le délire sur l'autopsie, les manques de ceci ou de cela, vient du fait que les gens croient transposer l'histoire d'aujourd'hui sur l'histoire de 1963. Vous connaissez pourtant le scandale des révisionnistes de la commission Bergier sur l'histoire suisse durant la dernière guerre mondiale. 20 millions dépensés pour salir la Suisse et Serge Klarsfeld, ce chercheur de nazis qui nous recommande de tout jeter à la poubelle... Les experts de la police ne travaillaient pas comme les Experts des séries télévisées actuelles...

Mais franchement, je trouve cet échange assez ridicule. Moi, que vous traitez de pathétique, je ne suis qu'un simple citoyen avec un peu de culture politique, parce que cela m'intéresse. Je suis conscient que jamais je ne pourrai trouver tout seul qqch de nouveau sur l'affaire JSK. Ce qui est pathétique, c'est de croire que vous pouvez savoir tout sur cette affaire que personne n'arrive plus à démêler juste à partir de quelques recherches livresques...

Sur le fusil mauser et sa munition : http://fr.wikipedia.org/wiki/7,92mm_Mauser

Écrit par : Géo | 22/11/2013

" LHO communiste? Dans vos rêves ".

" Fréquente Guy Banister et David Ferrie à la Nouvelle Orléans et les cercles anti-castristes. "

" Cours de russe payés par les Marines. Envoyé en mission en URSS. "

Wikipédia dit tout le contraire de Johann. LHO était bien un marxiste convaincu et il est bien parti en URSS par amour à l'idéologie communiste. Bien qu'il fut déçus par la suite de ce pays trouve son salut idéologique à Cuba dont le modèle Castriste lui plaisait. Bref je passe sur le reste cliquez sur le lien pour la suite. Je veut bien que Wikipédia n'est pas non plus la vérité absolue, mais généralement les infos sont assez cohérentes et documentés. Alors choisir entre Wikipédia ( que Johann utilise aussi quand ça l'arrange ) ou Johann qui gobe comme vérité absolue tout ce qui peur se rapporter à un complot ( mafia, CIA, extra-terestre etc...) et que tout le reste ne peut qu'être faux mon choix est vite fait.

D.J

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lee_Harvey_Oswald

Écrit par : D.J | 22/11/2013

Même Philippe Labro qui était sur place en 1963, pense aujourd'hui qu'il n'y avait qu'un seul tireur! Et puis s'il n'avait pas fait si beau, la voiture aurait été fermée....etc... avec des -si- on refait toujours l'histoire!
C'est le grand mal du temps, vouloir refaire l'histoire alors que ceux que nous devons croire se sont ceux qui l'ont faite, qui étaient là!
Tout a été figé ce jour-là, nous le ressentons aujourd'hui encore, ce n'est pas pour rien! Cet évènement a changé la -face du monde-! C'est comme ça la vie! Alors s'énerver ou dénigrer pour faire passer ses arguments ne sert à rien, ni personne!

Écrit par : Corélande | 23/11/2013

Toutes les arguties n'ont d'intérêt que pour découvrir les veules qui ont orchestré cette vilénie. Le reste n'est que plans sur la comète.

Allez à Arlington un 22 novembre et vous ressentirez, peut-être, que cette Nation est en deuil quelle que soit le millésime.

Aucun doute que celui-ci avait une résonance particulière. Vous aurez certainement noté que seuls les deux héritiers politiques de JFK ont déposé une gerbe. Même le fade et palot Carter, n'était convié.

Les démocrates, depuis ce jour-là, ont peur pour leurs présidents.

Ça aussi c'est palpable et si vous avez été présent le jour de la première prestation de serment de Bill Clinton et plus encore Barrack Obama, vous l'auriez perçue de la foule présente.

Ce sont des faits, tout simplement.

Le reste, nous ne pouvons que regretter que dans une démocratie aussi importante les armes, ou leur simple menace, règlent le tempo politique.

Écrit par : Patrick Dimier | 23/11/2013

"Le reste, nous ne pouvons que regretter que dans une démocratie aussi importante les armes, ou leur simple menace, règlent le tempo politique."
Obama a été assassiné ? Curieux, il me semble que j'en aurais entendu parler...

Écrit par : Géo | 23/11/2013

Il serait peut-être temps aussi de ne plus sombrer devant cette admiration béate du jeune et beau président Kennedy. Il n'était plus si jeune à l'aune de ce pays et il était plus séduisant par son pouvoir que par son physique (je ne suis pas une femme mais je revendique le droit de m'exprimer sur la beauté masculine, vu le contexte actuel). Il était tellement séduisant qu'il lui fallait de la chair fraîche tous les jours et n'était pas regardant sur les méthodes pour l'obtenir...
Mais cela n'a pas vraiment d'importance, nous sommes sûrement tous d'accord. Disons que cela passerait mal aujourd'hui, DSK en sait quelque chose.

Non, le problème de Kennedy, c'est le Vietnam. C'est à partir de cette décision que tout a commencé à aller mal pour les USA. De pays hyper-respecté et admiré et aimé par nous Européens, pour des raisons plus qu'évidentes et qui font que je ressens vraiment de la haine pour ceux qui osent critiquer Hiroshima et Nagasaki (de ne pas le faire aurait coûté la vie à deux millions de jeunes soldats américains; il me semble qu'ils avaient assez payé le prix de NOTRE liberté...), les USA ont commencé à se révéler égoïstes et à jouer des cartes en solitaires. Ils ont manoeuvré pour que les Français soient jetés d'Indochine parce qu'ils pensaient eux résoudre le problème nationalistico-communiste en deux coups de cuillères à pot.
Et ça, c'est une erreur de John F. Kennedy. Je ne l'ai lu nulle part...

Écrit par : Géo | 23/11/2013

R.Reagan n'était pas -USdémocrate- que je sache! Pas plus que John Lennon.
Le "tout-mélange" n'est pas un bon critère pour se faire un avis! Tout comme chez nous, les crimes aux couteaux; qui ne sont pas exécutés avec des armes militaires, mais cela restent des crimes!
Aux dernières nouvelles parisiennes la fameuse arme qui a fait feu n'avait pas d'objet politique, mais relevait plutôt d'une impossible intégration. Se sont les hommes ou les analystes, voire les historiens, qui veulent donner l'orientation qui sert leurs arguments.

Écrit par : Corélande | 23/11/2013

"nous nous sommes montrés persévérants et patients dans nos efforts en Nouvelle-Guinée occidentale"
Très beau discours, en effet, que Johann m'a permis de découvrir. Celui ou ceux qui l'ont écrit méritent nos félicitations. Ce qui ne veut pas dire que J.F.K. ne l'a pas approuvé, ou même inspiré en grande partie.
Malheureusement la phrase que je cite ci-dessus, m'a choqué: tous les efforts des Américains ont consisté à transférer l'ancienne colonie néerlandaise à un nouveau maître indonésien en fermant les yeux sur une mascarade de "Vote of Free Choice" que les victimes ont toujours dénoncé comme un "Vote de no choice" (les votants étant principalement des marionnettes qui nouveau maître, et non pas la population, bien en peine de voter d'ailleurs, étant donné le niveau d'alphabétisation et les difficultés du terrain).
Le bénéfice de ces soi-disant "efforts" a été l'attribution des concessions minières aux Américains exclusivement. Une tragique occasion perdue de faire de l'ensemble de la Nouvelle-Guinée réunifiée avec la partie est, devenue plus tard l'Etat indépendant de Papouasie Nouvelle-Guinées, un exemple de décolonisation par affranchissement de l'ensemble de l'île de ses anciens maîtres.

Écrit par : Mère-Grand | 23/11/2013

@Géo:
1) Le sujet m'intéresse uniquement sous l'angle d'une comparaison avec des récits mythologiques. Je ne vois pas de quelle "théorie", ou de quel "ressentiment" vous parlez, et cela ne m'intéresse pas.
2) Vu le ton du message que vous m'adressez, je n'entends pas débattre avec vous. D'ailleurs, je ne répondrai pas dans l'hypothèse où vous réagiriez à ce message.
3) Johnson n'avait pas besoin d'être assermenté tout de suite, car la mort du Président suffisait à transférer la Présidence au Vice-Président. Ainsi, il ne pouvait pas y avoir vacance de pouvoir puisque Johnson n'était pas mort. Si Johnson a été mis à l'abri immédiatement après les tirs sur Kennedy, c'est d'ailleurs précisément parce qu'en cas de décès de Kennedy, Johnson devenait président ipso facto.
4) Puisque vous me posez la question, je ne me moque de personne. Mais j'admets que, étant moi-même très lent, j'ai toujours eu une vive admiration pour les gens qui n'ont "pas besoin de réfléchir très longtemps pour comprendre".

@Johann:
1) Le sujet m'intéresse uniquement sous l'angle d'une comparaison avec des récits mythologiques.
2) Vu le ton de vos interventions sur ce billet, je n'entends pas débattre avec vous. D'ailleurs, je ne répondrai pas dans l'hypothèse où vous réagiriez à ce message.
3) Je ne pense pas "réécrire l'histoire" en mentionnant une autopsie à Dallas. Comme vous le signalez, c'est bien à Dallas que l'autopsie devait avoir lieu puisque l'assassinat d'un président n'était pas encore un crime fédéral. Les autorités médico-légales locales ont bien commencé une autopsie, raison pour laquelle elles n'ont pas voulu rendre la dépouille avant d'avoir terminé.

Écrit par : Raphaël Baeriswyl | 23/11/2013

Correction: Le mot "act" doit remplacer celui de "vote" dans ma phrase concernant ce que j'appellerais la "recolonisation" de la Nouvelle-Guiniée occidentale.

Écrit par : Mère-Grand | 23/11/2013

Mère-Grand : "la phrase que je cite ci-dessus, m'a choqué"

Oui, et vous êtes bien le seul à l'avoir relevé.
Et apparemment le seul aussi à avoir lu ce discours. Parce que cette promesse de politique pacifique a été complètement retournée par ses successeurs.


"de ne pas le faire aurait coûté la vie à deux millions de jeunes soldats américains"

N'importe quoi. La Japon n'a pas capitulé à cause des bombes atomiques, mais parce que les Soviétiques avaient commencé à envahir la Mandchourie. La sainte trouille des rouges. Et les USA voulaient être les seuls à traiter avec les Japonais.


"Il y avait tout de même pas mal d'arguments en faveur d'un seul tireur."

Ben oui, puisque sont reprises les "conclusions" de la Commission Warren.
Mais vous me décevez encore beaucoup Géo. Vous n'avez par remarqué comme une petite contradiction dans la présentation des faits qui disqualifie complètement toute la manipulation?


"Et il n'y a aucun doute sur les balles."

Ah oui? Aucun doute? Vous êtes sûr? Voyons :
1) la balle fatale
2) la balle magique
3) la balle qui a raté sa cible et blesse Tague par ricochet
4) la balle encore dans le corps de Connally (témoignage d'un chirurgien ayant opéré le gouverneur du Texas - vidéo disponible sur internet)
5) la balle retirée du corps de Kennedy à Washington durant l'autopsie (document disponible sur internet)
6) la balle qui a été ramassée par un policier sur Elm Street
7) la balle qui a frappé le panneau Stemmons Freeway.
Et bien sûr vous savez comment, où et par qui a été retrouvée la balle magique.

Bienheureux ceux qui n'ont aucun doute!


"Johann qui gobe comme vérité absolue tout ce qui peur se rapporter à un complot ( mafia, CIA, extra-terestre etc...) et que tout le reste ne peut qu'être faux mon choix est vite fait."

MDR! J'aime quand vous faites votre auto-portrait.

Mais vous proférez deux mensonges. Où ai-je écrit que c'était un complot de la mafia ou extra-terrestre?

Il y a des preuves de ce que j'avance. Oswald n'ayant tiré aucun coup de feu ce jour-là, wikipedia reprend simplement l'imposture de la commission warren en émettant ça et là des bémols vite oubliés. Et wiki ment quand il donne 13h15 pour Tippit.


"LHO était bien un marxiste convaincu et il est bien parti en URSS par amour à l'idéologie communiste."

Oswald marxiste? Je ne savais pas que l'ONI et la CIA engageaient des marxistes. Montrez-nous donc les feuilles d'impôt d'Oswald. Elle ne sont peut-être pas sur wikipedia... Et à propos de salaire...

En 1978, un comptable de la CIA a témoigné devant le HSCA qu'Oswald avait été recruté par la CIA "dans le but exprès d'une mission d'agent double en URSS". Le projet RX-XIM évidemment vous ignorez.

Votre ignorance rend vos propos tout simplement ridicules.

Et aussi wikipedia qui se réfère si souvent au rapport de la commission warren oublie bien à propos les témoignages pourtant publiés par cette même commission et qui décrivent Oswald comme tout sauf un marxiste ou un communiste, mais qui admire le général Lee...

Pour Banister, par qqn de la Nouvelle Orléans qui a enquêté à la NO :

http://22november1963.org.uk/jim-garrison-oswald-banister-new-orleans

Et pour comprendre les contradictions entre Lee et Harvey :

http://harveyandlee.net/Marines/Marines.html

Et de toute façon, cela a dû vous réjouir qu'un communiste comme Kennedy, "wanted for treason" soit assassiné. Un "marxiste" qui tue un "communiste", ça se fête!


"3) Je ne pense pas "réécrire l'histoire" en mentionnant une autopsie à Dallas. Comme vous le signalez, c'est bien à Dallas que l'autopsie devait avoir lieu puisque l'assassinat d'un président n'était pas encore un crime fédéral. Les autorités médico-légales locales ont bien commencé une autopsie, raison pour laquelle elles n'ont pas voulu rendre la dépouille avant d'avoir terminé."

L'autopsie n'a pas commencé à Dallas. Le Secret Service ne leur ont pas laissé le temps. Seuls les médecins et non les médecins légistes ont eut le temps d'examiner le corps. Leurs observations sont en contradiction avec l'autopsie réalisée à Washington.


"Même Philippe Labro qui était sur place en 1963, pense aujourd'hui qu'il n'y avait qu'un seul tireur!"

Et alors? Urbain 8 pensait que le soleil tournait autour de la Terre.

Écrit par : Johann | 23/11/2013

Johann@ Vous nous prouvez que vous faites à merveille ce que vous savez faire : vous enferrer. Prouvez-nous que les thèses du Temps présent sont fausses. L'argument du mauser était simplement idiot : il n'y a pas de fusil mauser tirant du 6.5 mmm. La balle unique : la balle carcano traverse 91 cm de bois.
Jusqu'à cette démonstration, je croyais que la balle la plus puissante jamais créée était la GP 11 de mon Fass 57, ce que l'on m'avait appris en 71 lors de mon ER à Losone...50 cm de sapin, la GP 11.
Lee Harvey Oswald revenait du Mexique, où il avait rencontré des Cubains pro-castristes. Kennedy avait déjà essayé d'assassiner plusieurs fois Fidel Castro. Qui pourrait leur reprocher de vouloir assassiner Kennedy ? Kennedy était non seulement un salaud, mais un fils de salaud - nazi - mafieux. Son père déclarait urbi et orbi : "avec tout le fric que j'ai mis pour élire mon fils, j'aurais pu faire élire mon chauffeur..."
Sauf que John F Kennedy a très vite oublié la notion de retour d'ascenseur. Ajoutons à la sauce que la CIA collaborait avec la mafia pour les assassinats politiques, très nombreux à l'époque. Et donc, Cuba...
Jusqu'à preuve du contraire, LHO unique tireur. Ruby ? Il savait qu'il était condamné par un cancer et était proche de la mafia...
L'hypothèse de la mafia était la plus probable. N'oubliez pas que cet abominable salopard de Edgar Hoover se faisait enchoser par ses petits mignons payés par la mafia, et que Edgar Hoover détestait John Kennedy. Déjà qu'il était hétérosexuel, hein...
La prochaine fois, on parlera de Edgar Hoover, de l'espion russe qui a inspiré La création du personnage de James Bond et Pearl Harbour...

Écrit par : Géo | 24/11/2013

Wikipedia :"Ian Fleming s'est principalement inspiré d'un agent double serbe travaillant pour les nazis et les Britanniques du nom de Dusko Popov qui à l'origine était un agent du Royaume de Yougoslavie."
Popov s'était rendu aux USA durant la guerre et les Allemands lui avaient demandé de se renseigner sur les défenses de Pearl Harbour. Il en avait déduit que les Allemands voulaient fournir ces renseignements à leurs alliés de l'Axe pour attaquer cette base et il a essayé d'en parler à Edgar Hoover. Celui-ci l'a à peine écouté et renvoyé sèchement. Hoover détestait les séducteurs hétéros (je rappelle que Popov a servi de modèle pour James Bond) et n'a pas transmis les informations sur Pearl Harbour, avec les conséquences que l'on sait.
Kennedy n'était donc pas le premier à être détesté pour cause d'hétérophobie de la part de Hoover. Il n'est pas inutile de rappeler quelques fois que l'homophobie peut avoir des sources objectives...

Écrit par : Géo | 24/11/2013

@Géo
"en 71 lors de mon ER à Losone"
Vous êtes donc bien un jeune-homme pour moi, car j'y ai passé en '55.
P.S. Ce commentaire n'est pas destiné à l'ensemble des blogueurs. Je n'ai fait qu'utiliser l'occasion de dire un bon jour à quelqu'un avec qui j'ai trouvé un souvenir commun, ce qui ne m'était encore jamais arrivé.
P.S. 2 Mon commentaire sur la Nouvelle-Guinée n'a par contre pas trouvé d'écho de la part d'un connaisseur de cette tragédie et de ses suites. Une forme de solitude est le prix à payer lorsque l'on ne "suite pas la même route qu'eux", c'est-à-dire qu'une certaine majorité. Certains anciens auront reconnu un emprunt à Brassens dans la phrase précédente.

Écrit par : Mère-Grand | 24/11/2013

Ce commentaire n'est pas non plus destiné à l'ensemble des blogueurs...
Je ne vous voyais pas grenadier, Mère-Grand. Merci pour votre outcoming...
En fait, il y avait à Losone beaucoup d'intellectuels, beaucoup plus que ce qu'imaginent la plupart des gens. J'ai fait un cours de répète avec un avocat simple soldat devenu conseiller d'état à Genève, par exemple...
A Losone, mon caporal était l'historien Philippe Bender, et le caporal Phillot, devenu le commandant de la cp gren mont 7 est aujourd'hui à la tête de la chambre du commerce de Fribourg. Un de mes camarades était FR, devenu policier infiltré dans les réseaux colombiens et par eux découvert. Il a survécu aux balles qu'il a pris à cette occasion et j'ai entendu parler de lui comme détective privé dans l'affaire Luca. Ma compagnie était dirigée par le capitaine Fahrni, qui payait ses galons après avoir passé du temps au Vietnam pour étudier de près les formes modernes de combat. Il a dirigé l'entreprise Sulzer AG de nombreuses années.
J'ai revu le lieutenant qui dirigeait ma section au Col de la Chaux lors de ma première patrouille des Glaciers en 1984. Cela lui a fait qqch de voir que le cancre de sa section faisait cette course. Il faut dire que c'est lui qui a poussé le commandant de la 5 à m'envoyer en cours alpins, ma zone de compétence...
Et j'ai découvert qu'un de mes excellents professeurs à l'Institut de Géologie de Neuchâtel, qui enseignait la minéralogie et le métamorphisme, était aussi passé par Losone après une matu latin-grec, comme moi.
Cela change des poncifs du Gssa, non ?

Écrit par : Géo | 25/11/2013

"écho de la part d'un connaisseur de cette tragédie et de ses suites."
Philippe S ? Corne d'aurochs ?

Écrit par : Géo | 25/11/2013

@Géo
"Je ne vous voyais pas grenadier, Mère-Grand. Merci pour votre outcoming…"
Ce n'est pas étonnant, avec le pseudo que j'ai choisi et l'ensemble des préjugés qui courent sur les "intellectuels". Ainsi quand je disais, surtout à la plage ;-) que j'étais prof, je ne pouvais être que prof de gym, bien évidemment.
Quant à mon incorporation, j'ai eu l'occasion une ou deux fois d'y faire allusion dans un blog ou l'autre. Mais je n'en ai jamais fait un "outcoming", car je n'y voyais rien de déshonorant ni de gênant. Je peux d'ailleurs "avouer" que je suis devenu grenadier presque par hasard, parce que lors du recrutement quelqu'un a dit qu'il n'y avait pas (beaucoup) de marche à pied dans cette unité. Et comme je détestais la marche … et que j'étais très sportif … Je me suis rendu compte après coup que la marche était remplacée autant par la course à pied que par les transports en camion.
Quant à l'idée que nous nous faisons des autres, elle est souvent tellement partielle, par nécessité, ou fausse, par préjugés, que nos biographies vaudraient presque la peine d'être écrites. Un presque "outcoming" pour vous: comme Aschwanden, le dernier champion olympique de judo que nous avons eu, j'ai fait de la trompette et de la danse classique pendant mes études, avant d'être, une fois et très modestement, champion suisse de judo par équipe.
Je m'arrête, car ma carrière de touche-à-tout est loin de s'arrêter là. En fait je pense que, comme je l'ai dit plus haut, nous sommes nombreux à avoir, plus ou moins visibles, suivant l'âge aussi, de très nombreuses couches de vie que celle-ci rend petit à petit invisible. Et lorsque nous les évoquons, c'est un peu comme pour les pelures d'oignons que l'on soulève une après l'autre, quelques larmes (de nostalgie) sont le prix à payer.

Écrit par : Mère-Grand | 25/11/2013

"Johann@ Vous nous prouvez que vous faites à merveille ce que vous savez faire : vous enferrer."

Plié de rire. Merci, Géo!


" Prouvez-nous que les thèses du Temps présent sont fausses."

Comment? Vous me décevez beaucoup Géo. Où est votre esprit critique? La démonstration qui nous est faite s'auto-détruit elle-même. Vous ne l'avez pas remarqué? Allez, je vous laisse une chance de vous rattraper. Réfléchissez un tant soit peu au lieu de tout gober.


" L'argument du mauser était simplement idiot : il n'y a pas de fusil mauser tirant du 6.5 mmm."

Exact, le Mauser est un 7.65 qui a été retrouvé au TSBD. Avant le MC. Dont rien ne prouve que LHO l'ait jamais eu en mains. Je dis bien des preuves.

"La balle unique : la balle carcano traverse 91 cm de bois.
Jusqu'à cette démonstration, je croyais que la balle la plus puissante jamais créée était la GP 11 de mon Fass 57, ce que l'on m'avait appris en 71 lors de mon ER à Losone...50 cm de sapin, la GP 11."

C'est bien d'être naïf. Refaites l'expérience. Et on en reparle après.


"Lee Harvey Oswald revenait du Mexique, où il avait rencontré des Cubains pro-castristes."

Aucune preuve. Les photos prises devant les ambassades sov. et cub. ne montrent pas LHO.


"Kennedy avait déjà essayé d'assassiner plusieurs fois Fidel Castro."

La cia, pas JFK. Le 22.11 Jean Daniel était avec Castro. Aussi en mission pour JFK. Vous devriez vous renseigner sur la réaction de Castro au lieu de dire n'importe quoi. JFK a sauvé Castro en interdisant à la cia d'envahir l'île.


" Qui pourrait leur reprocher de vouloir assassiner Kennedy ?"

Aucun intérêt. HS.


" Kennedy était non seulement un salaud,"

Pourquoi n'avez-vous pas lu le discours en lien ci-dessus?


" mais un fils de salaud - nazi - mafieux."

Personne n'est responsable de ses parents.


" Son père déclarait urbi et orbi : "avec tout le fric que j'ai mis pour élire mon fils, j'aurais pu faire élire mon chauffeur...""

C'était un connard.


"Sauf que John F Kennedy a très vite oublié la notion de retour d'ascenseur."

Où sont les preuves que JFK ou RFK ait collaboré avec la mafia?


" Ajoutons à la sauce que la CIA collaborait avec la mafia pour les assassinats politiques, très nombreux à l'époque. Et donc, Cuba..."

Si vous vouliez dire avec les anti-castristes, nous sommes d'accord.


"Jusqu'à preuve du contraire, LHO unique tireur."

Le problème c'est qu'il n'y a aucune preuve qu'il ait tiré un seul coup de feu ce jour-là. Vous ne connaissez évidemment pas Milteer. C'est un peu fatiguant quand qqn ne connaît pas le dossier ou juste ce que la cw ou les médias veulent lui enfiler et qu'il gobe tout sans aucun sens critique.


"Ruby ? Il savait qu'il était condamné par un cancer et était proche de la mafia..."

Pour la mafia, c'est exact, pour le cancer, c'est une fois en détention que son cancer a été "découvert". Et là aussi vous oubliez ses liens avec le fbi et le reste. Vous oubliez le témoignage de Mercer. Vous oubliez le propre témoignage de Ruby. Pardon vous ne pouvez pas oublier ce que vous ne connaissez pas.


"L'hypothèse de la mafia était la plus probable."

La mafia était dans l'impossibilité de faire ralentir la voiture ou de trafiquer le film de Zapruder. Ou de couvrir les assassins.


" N'oubliez pas que cet abominable salopard de Edgar Hoover se faisait enchoser par ses petits mignons payés par la mafia, et que Edgar Hoover détestait John Kennedy. Déjà qu'il était hétérosexuel, hein..."

Là on est d'accord! D'où le fait que le fbi a fait disparaître de nombreuses preuves y compris l'histoire du télex. Allez, dites-mois que vous connaissez l'histoire du télex du fbi! Ca me ferait tellement plaisir.


"La prochaine fois, on parlera de Edgar Hoover, de l'espion russe qui a inspiré La création du personnage de James Bond et Pearl Harbour..."

Ca, ce n'est pas mon rayon. Désolé.

Comme je suis gentil avec vous et que vous adorez les documentaires, je vous en propose un passé sur France2 il y près de 20 ans...

http://www.youtube.com/watch?v=UKjM3Nmu-SA

Et aussi :

http://www.youtube.com/watch?v=lvNJeRGmmVw

Ca peut même vous mettre sur la voie démontrant que le docu de la tsr est une imposture.

Écrit par : Johann | 30/11/2013

Johann@ Allez vous faire foutre. Vous ne valez pas le temps qu'il faut pour vous répondre. Tous vos arguments se résument à ça : "La démonstration qui nous est faite s'auto-détruit elle-même. Vous ne l'avez pas remarqué? Allez, je vous laisse une chance de vous rattraper. Réfléchissez un tant soit peu au lieu de tout gober."
Ben voyons...

Écrit par : Géo | 01/12/2013

"Allez vous faire foutre."

Quel tempérament!
Plié de rire! J'y vais de ce pas.


"Ben voyons..."

Non, vous n'avez rien vu. J'espère que les autres personnes qui ont vu ce docu auront compris que c'est de la poudre au yeux. Il s'agit d'utiliser son cerveau.

Et vous auriez dû faire plus confiance à votre instructeur militaire qu'à de si mauvais prestidigitateurs. Profitez,c'est bien la seule fois où je ferai un compliment à un militaire.

Écrit par : Johann | 01/12/2013

Les commentaires sont fermés.