26/11/2013

Présences totalement déplacées

 

Sur le vif - Mardi 26.11.13 - 13.06h

 

Le membre d'un Parlement - fût-il appelé "délibératif" - n'a pas à manifester devant l'enceinte d'un cénacle auquel il appartient. S'il veut changer le cours des choses, il doit le faire dans le chemin démocratique pour lequel il a été élu: tenter, de l'intérieur du cénacle, de renverser une majorité qui le contrarie.


Encore plus choquante: la présence, hier dans la manif, de quatre membres de l'exécutif de la Ville. La rue n'est pas leur place. Ils doivent tenter, de l'intérieur du système, de renverser une majorité législative qui les dérange.


Bref, pour être parfaitement clair, si syndicalistes, membres des commissions du personnel de la Ville, sympathisants de la société civile, etc, avaient parfaitement leur place hier après-midi devant l'Hôtel-de-Ville, les élus municipaux et exécutifs de la Ville ne l'avaient pas.

 

Pascal Décaillet

 

13:06 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

sauf peut-être en tracteur ou caméra au poing singeant la Police du côté des Paquis.

Écrit par : briand | 26/11/2013

Cette situation ne se produit qu'avec les formations qui prennent la démocratie en otage.

Pendant plus de 70 ans ce courant politique a eut pour habitude de s'appuyer sur la démocratie pour accéder au pouvoir et de s'asseoir dessus une fois qu'il le détenaient.

Le malheur à Genève est que sa plus grosse commune est aussi celle qui occupe le centre de son territoire et partage son patronyme avec la République qui la coiffe.

Il s'en suit, chez une partie de ses élus une sorte de schizophrénie qui les portent à croire qu'ils peuvent être Vizir à la place du Vizir.

Ce phénomène s’amplifie avec la taille de l'égo qui, vu la situation géographique précédemment décrite, tourne à l'égo-centrisme.

Le résultat est une accumulation de fausses notes qui porte à croire que Pagani nie les règles, par violon d’Ingres. Ce qui n'arrange bien évidemment pas le tableau.

Il est peut-être devenu nécessaire de lancer une initiative constitutionnelle qui entraine une refonte totale du territoire, ce que n'a pas su faire la constituante.

En l'état on ne peut que dire de Pagani: is no good!

Écrit par : Patrick Dimier | 26/11/2013

Mise aux points: selon les incorrectuptibles, façon vieux observateurs: le point Godwin est atteint lorsque l'intervenant à bout d'argument balance dans la Nazinformulation , mais s'agissant de la Corée du Nord le point Cul devrait s'imposer aux tout à l'égo façon qui Dimier ?

Écrit par : briand | 26/11/2013

correctif : ils étaient 3 membres du CA.

Écrit par : kupers | 26/11/2013

La prochaine fois, c'est promis, nous vous demanderons poliment l'autorisation d'exercer notre droit de manifester, puisque vous vous en instituez surintendant...

Écrit par : Pascal Holenweg | 26/11/2013

"Pendant plus de 70 ans ce courant politique a eut pour habitude de s'appuyer sur la démocratie pour accéder au pouvoir et de s'asseoir dessus une fois qu'il le détenaient."

oui, on verra, l'histoire nous le dira...
good luck...

Écrit par : D. Park | 27/11/2013

Les commentaires sont fermés.