27/11/2013

Une excellente répartition

 

Sur le vif - Mercredi 27.11.13 - 16.41h

 

A l’exception de la manifestation d’une crainte quant à l’avenir de l’École genevoise, je ne me suis jamais prononcé, ces dernières semaines, sur la répartition des Départements. Pour une raison simple : cette distribution est du ressort du nouveau Conseil d’Etat, non de celui des citoyens. Maintenant qu’elle est connue, je dirai avant toute chose ma satisfaction : à une ou deux bizarreries près (qui n’ont rien à voir avec les énormités de 2009), les compétences de chacun ont été respectées. On a l’impression, beaucoup plus qu’il y a quatre ans, d’avoir la bonne personne à la bonne place. Apparemment, l’équipe ne commet pas le péché originel de se construire sur les frustrations – ou le manque de courage – de certains de ses membres. Cette réussite est à saluer. J’ai souvent défini le Conseil d’Etat 2009-2013 comme l’un des moins bons de l’après-guerre. Ce premier signal donne l’impression d’un début de sortie de la spirale de l’inefficacité.

 

Ici, pas de revue de détail pointilliste. Disons simplement que la création d’un Département présidentiel est une bonne chose. Nous n’en dirons pas autant de ce rapprochement proprement ahurissant entre Sécurité et Économie, aussi amphigourique que Santé et Économie. Depuis Jean-Philippe Maitre, qui était un homme d’Etat, on ne sait à vrai dire plus trop que faire, en régime libéral, de ce Département de l’Economie, alors on le donne en susucre à un ministre de la Santé, pour tromper son ennui, et, beaucoup plus étonnant, à un ministre de la Police qui a déjà largement assez à faire comme cela. Volonté radicale de remettre un peu d’ordre régalien dans des domaines comme le Service du Commerce, réputé sinistré, ou sur celui de l’Inspection du travail et de la lutte contre la sous-enchère salariale, enjeu d’une votation fédérale amirale, celle du 9 février 2014 ?

 

Pour le reste, plusieurs bonnes nouvelles. Serge Dal Busco, poids lourd du nouveau collège et révélation de la campagne, a toutes les qualités pour faire un excellent ministre des Finances. Idem, Mauro Poggia qui hérite d’un Département rappelant les années Segond, autant dire les grandes années, avec un budget capital, réunissant l’Emploi, les Affaires sociales et la Santé. L’homme a une incomparable capacité de travail. Le moins qu’on puisse dire : il en aura besoin, et elle sera mise à rude épreuve.

 

Je ne m’étendrai pas sur les autres attributions, tout aussi bonnes, et n’ajouterai qu’un mot, pour Mme Emery-Torracinta : je ne cesse, depuis des mois, de demander que l’Ecole genevoise, qui est une belle et grande chose, soit dirigée par le représentant d’un parti « régalien », un parti d’Etat, avec une Histoire, une vraie, et dans son legs la trace de grands hommes, comme André Chavanne. Dans mon esprit, cela ne pouvait être que les radicaux (oui, pardonnez-moi, Murat, j’en suis encore, pour ce qui est à mes yeux vital, aux étiquettes d’antan) ou aux socialistes. Le nouveau Conseil d’Etat a choisi la seconde solution, avec une femme de valeur, de culture et de courage. Je ne puis que m’en féliciter. Surtout, cela écarte le spectre (qui m’a pas mal hanté) de la livraison du DIP à un élu de souche libertaire, ayant fait du jeunisme, de la réformette et de la mode l’essentiel de son blason. Bravo à Mme Emery-Torracinta. Et, en passant, chapeau à son époux, directeur d’école, qui accepte un renoncement.

 

En conclusion, je me sens de bien meilleure humeur qu’il y a quatre ans. Nouvelle équipe, structure cohérente, nouveau souffle. Bon vent à ce Conseil d’Etat. Puisse-t-il gouverner avec audace et sagesse, et surtout en tenant compte des signaux donnés par le souverain le 6 octobre, lors de l’élection du Parlement.

 

Pascal Décaillet

 

16:41 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Une excellente répartition, à une exception: Monsieur Hodgers au DALE. A mon point de vue, il est incompétent pour ce Département, lamentablement lâché par Monsieur Longchamp qui nous promettaient des logements pour nos enfants. Belles paroles pour endormir le bon peuple avant les élections.

Écrit par : jacques joray | 27/11/2013

Vous dites, à juste titre, que la conjonction de la sécurité et de l'économie vous fait bondir... En plus de la ourdeur de la sécurité, comment peut-on justifier de confier l'économie à quelqu'un qui n'a jamais travaillé dans le monde réel? Je veux dire le vrai monde du travail, pas celui des mandats électifs? Mais on constatera que l'énergie part chez Hodgers, ce qui évitera probablement à Maudet de rester au conseil d'administration des SIG et d'avoir à répondre de son soutien aux délires éoliens de son directeur général... En effet, Maudet est l'un des plus anciens membres de ce conseil, ce que tout le monde semble avoir oublié et le principal intéressé gommé de sa biographie.

Pour ma part, plus encore que vous, ce qui me fait bondir, c'est l'adjonction de l'emploi et du social à la santé... Moins pour une question de logique que de personne. Je peine à imaginer Poggia dans la peau d'un ministre de l'emploi, lorsque l'on connaît ses positions sur les frontaliers... Je peine aussi à le voir comme un responsable des affaires sociales ouvert et bienveillant.

Quant à Hodgers, qui ressemble furieusement à Maudet pour ce qui est de son âge et de ses connaissances du monde du travail, j'ai l'impression qu'il a été placé là ou son potentiel de nuisance sera le moins élevé.

Tout ça pour dire que je ne partage pas votre enthousisame, et de loin.

Écrit par : Déblogueur | 27/11/2013

Quelle déception! Ce gouvernement est du vrai carton pâte! on pose les mous/incompétents pour boucher les trous et les inadaptables là où précisément il ne fallait pas les poser.

Donner la présidence à un tiède n'arrangera rien non plus.

L'intervention de Mauro Poggia à Forum va en faire bondir quelques uns dans sa députation et outre le travail colossal à abattre dans le département pour rattraper la fainéantise de Unger, il va falloir engager des psy pour les députés MCG qui vont soudainement réaliser qu'ils ont porté un PDC au gouvernement.

Écrit par : Dominique Vergas | 27/11/2013

Le certificat de « poids lourd » est-il decerné à titre propédeutique ou est-ce déjà un diplôme final ?

Écrit par : Eugen Billard | 28/11/2013

Les commentaires sont fermés.