11/12/2013

Kamasutra byzantin

 

Coup de Griffe - Lausanne Cités - Mercredi 11.12.13
 
 
« Directive transversale sur l’élaboration de directives transversales ». Kamasutra ? Non : Chancellerie de la République et Canton de Genève ! Ce délicieux petit bijou de jargon bureaucratique illustre à merveille jusqu’où peuvent aller nos chers fonctionnaires, cantonaux ou fédéraux, lorsqu’ils évoluent en roue libre, hors des sentiers que doit leur tracer le politique.


 
Servir l’Etat est une noble tâche. La plupart s’y emploient avec courage et détermination. Mais tous doivent garder à l’esprit une idée maîtresse : le fonctionnaire travaille au service de la population, et non le contraire. Son activité doit être orientée vers des objectifs d’utilité publique, et fuir la tentation de tourner en rond. Lorsque l’Etat ne s’intéresse plus qu’à lui-même, c’est Byzance, dans le très mauvais sens du terme.


 
L’affaire de la « directive transversale », c’est le serpent qui se mord la queue. Le fonctionnaire qui se regarde dans un miroir. Il appartient à ceux qui les dirigent, l’autorité politique élue, de leur fixer des caps enthousiasmants, au service du public, avec des objectifs clairs, et de pourchasser tout excès bureaucratique. Aimer l’Etat, c’est le vouloir simple et efficace. La directive transversale ne sert pas l’Etat, elle le dévoie et le ridiculise. En cela, elle fait le jeu de ses ennemis, libéraux ou libertaires, qui voudraient tant le dissoudre et n’en faire qu’à leur guise.
 


Pascal Décaillet


 

17:34 Publié dans Coups de Griffe Lausanne Cités | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Vous risquez de me dire que je radote mais je tiens à rappeler que la nouvelle constitution, eh oui encore elle, rend obligatoire la publication de TOUTES LES DIRECTIVES. Cette publication permettra non seulement de dénicher les vagabondages administrativo-juridiques ou juridico-administratifs (inversion de notion obligatoire pour respecter la transversalité) mais surtout de les attaquer lorsqu'elles tenteront de biaiser la base légale ou que la pratique recommandée viole le droit supérieur.

On comprend dès lors mieux que le conseiller d'Etat Maudet ait anticiper l'arrivée de l'office du médiateur public, qui sera vraisemblablement une médiatrice, au départ. A croire qu'il est le seul à avoir compris le changement de constitution dans l'ancien gouvernement. Pour ce qui est de la chancellerie je prendrai un joker!

L'annonce de cette directive transversale permettant la transversalité ressemble furieusement à un titre de Kafka.

Si elle permet d'éviter des erreurs de timbrage ça sera déjà ça!

Écrit par : Patrick Dimier | 12/12/2013

Les commentaires sont fermés.