08/01/2014

Infrarouge : circulez, le pouvoir a parlé !

 

Sur le vif - Mercredi 08.01.14 - 00.34h

 

En apparence, rien à redire. En ce début d’année, les rois à peine tirés, la SSR invite le président de la Confédération. L’homme est courtois, très agréable, bien préparé, précis, percutant. Didier Burkhalter en très bonne forme. A part un épisode niais et déplacé sur son épouse, en guise de Points de vue et images du monde, en fin d’émission, le propos fut intéressant.

 

Le problème, c’est que nous sommes à quatre semaines et cinq jours d’une votation amirale. Dans laquelle M. Burkhalter – il l’a clairement annoncé dans ses vœux – a l’intention de jouer le rôle de chef de l’opposition à l’initiative de l’UDC « contre l’immigration de masse ». A ce rôle de leader, je ne vois pour ma part aucun inconvénient. Le président de la Confédération n’est pas un eunuque, il défend la politique du Conseil fédéral, sa place est dans l’arène, pour convaincre. Je n’ai donc aucun reproche à adresser à M. Burkhalter. Il fait son job.

 

Mais là, pendant plus d’une heure, il est mis en vedette. Même avec de rares contradicteurs (François Schaller, excellent), c’est lui qu’on voit, lui qu’on écoute, lui qu’on retient. Encore mieux mis en valeur, par ce jeu de dialectique d’enluminure, qu’au fond, s’il était seul.

 

Bref, ce soir M. Burkhalter, lui d’ordinaire si réservé, a fait son show. Et il l’a fait sur le principe même de cette réserve dont il se réclame. Quel homme sobre, chantaient les chaumières, oubliant que la sobriété était sur scène. Mise en scène cistercienne du mystère.

 

Ce soir, la SSR a offert plus d’une heure d’antenne au camp du non. Elle nous annonce un grand débat, d’ici quelques jours. Mais l’équilibre – le vrai – exigerait qu’un partisan du oui bénéficie sans tarder de la même plateforme que celle du militant en chef du Conseil fédéral, et dans la foulée du patronat, et de toute l’officialité politique suisse dominante, ce soir.

 

Cette émission d’équilibre n’aura pas lieu. Parce que la SSR est à la botte du Conseil fédéral. Tout simplement.

 

 

Pascal Décaillet

 

00:34 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Pas vu. Je n'ai donc pas alimenté le taux d'écoute de la TSR ce soir.

Mais votre article m'incite à aller voir demain sur la rediff net pour apprécier de visu, je vous cite : "toute l’officialité politique suisse dominante, ce soir" ;)

Ca doit valoir son pesant de cacahuètes en gardant les oreilles grandes ouvertes pour les miettes qui seront accordées à d'autres.

L'équilibre tient à peu de choses parfois, à la promotion qui est faite à une émission TV. A vous donc de faire en sorte que nous ne passions pas à côté de celle de l'opposition.

Écrit par : Jmemêledetout | 08/01/2014

Hier soir (à noter que M. Burkhalter "n'était pas en campagne !!!!!!!", comme depuis plusieurs semaines presque quotidiennement dans la presse, (récemment le chef de l'ODM, le lendemain Jacques Bourgeois) la tactique des opposants à l'initiative a été la même : faire peur, effrayer le public sur les conséquences possibles en cas d'acceptation.
... On ne sera plus les premiers dans la recherche.... La clause guillotine... Les salaires vont chuter.... Les prix vont augmenter... le choix va se réduire... etc.
Ces gens vivent complètement coupés de la réalité. Ont-ils seulement été une fois dans leur vie en recherche d'emploi, ont-ils dû chercher à se loger ces derniers temps ou chercher une place de crèche, leurs jeunes cherchent-ils désespérément une place d'apprentissage, ont-ils dû faire des trajets quotidiens debout dans des trains bondés ou passer des heures dans des embouteillages, leurs enfants doivent-ils aller à l'école dans des classes avec trop d'élèves au détriment de la qualité de l'enseignement ?
Non bien sûr, mais on continue à nous marteler le message mainstream "oui à l'ouverture sans contrôle des frontières", droit venu de la Bahnhofstrasse et de ses intérêts financiers. A ce titre, la brochure de vote sera certainement très intéressante.
J'espère que le résultat du vote du 9 février permettra à ces "théoriciens de pacotille" de redescendre sur terre et de voir enfin la réalité des choses, telle que nous la vivons toutes et tous au quotidien.
Mais à voir l'artillerie lourde en action contre l'initiative, j'ai quelques doutes...

Écrit par : A. Piller | 08/01/2014

Seul un "Oskar Freysinger" aurait mis au tapis M. Burkhalter hier soir. Relire avec modération les réactions de OF dans le Matin lors du dépôt de l'initiative.

www.lematin.ch/suisse/udc-propose-cordon-sanitaire-protege-travail/story/10888967

Écrit par : Aurélien | 08/01/2014

A la botte du CF...ou peut être aussi à la botte des multinationales, vous savez celles qui leurs payent la pub pour les médic et autres nespresso!

A partir de là on a tout dit!

Mais allez voir les parlementaires qui se dévouent également! Trop drôles! Ils reconnaissent d'avoir passé des promesses d'arrivants de 8-10 milles( à l'époque de la votation Schengen c'était leur argument poids lourd) à 80 et bientôt 100 milles en moins de 10 ans,(les prévisions annoncées pas l'UDC à la même époque)et de dire en vous regardant bien, mais y a pas de soucis notre économie en a besoin! (donc les mêmes que ci-dessus).


Vos problèmes de logements, de saturation des voies, de manques d'infrastructures en tout genre, d'étouffement dans les villes, de soucis pour l'entrée dans la vie active des jeunes et j'en passe, ils s'en foutent comme de l'an 40 en vous disant qu'il ne faut pas répendre la peur.....!!!!! (Yannick Buttet).

Écrit par : Corélande | 08/01/2014

"100 milles en moins de 10 ans" Ambigu. Il s'agit en gros de 80'000 PAR AN sur 10 ans...

Écrit par : Géo | 08/01/2014

Corélande@ Conférence débat sur la Libre circulation ou retour des contingents le 7 janvier à 18h à l'hôtel du Mt-Blanc à Morges.
On y va pousser une grosse bouèlée ?

Écrit par : Géo | 08/01/2014

Horreur et damnation ! C'était hier !

Écrit par : Géo | 08/01/2014

Oui Géo 80-100 milles par an, donc vite un million en moins de 10 ans.
le 7 janvier c'et déjà passé ? Oups!
Nous avons Blocher à Conthey le 21 février.
Dans les réunions-débat les opposants se font laminer et s'énervent. (Y.Buttet hier soir à Monthey)

Écrit par : Corélande | 08/01/2014

Vous vous êtes probablement trompé de chaîne cher Pascal Décaillet! Hier soir, sur le plateau d'INFRAROUGE , face au président, il y avait plusieurs contradicteurs. Aux côtés de "l'excellent François Schaller", il y avait un certain Guy Parmelin, UDC de son état, mais peut-être dormiez-vous à ce moment là ? Sans parler des voix de gauche plutôt critiques elles aussi.....! A chacun sa lecture. A chacun sa déontologie. A chacun son impartialité. Au téléspectateur de choisir ! Et ne manquez pas notre prochain rendez-vous la libre circulation - mercredi 22 janvier en direct dès 20h15 sur RTS 1 - (je compte sur votre fidélité cher Pascal!) :-)

Écrit par : Esther Mamarbachi | 08/01/2014

@EM. On s'en fout de la TSR elle vit grassement de notre redevance et ne donne pas une information impartiale.
Madame vous êtes la première à interrompre vos interlocuteurs quand ils sont
positionnés côté peuple ou UDC.
Parlez-nous une fois de ce qui se dit au parlement européen,(merci Youtube) notamment par un Nigel Farage. (Lui aussi il est boycotté par la BBC)
Invitez un Etienne Chouard, un Philippe Fitoussi, un Pierre Hilard, ceux qui parlent de notre modèle démocratique honnêtement!
Faites votre boulot correctement et équitablement et après nous reviendrons prendre nos infos à la TSR qu'on paie assez chère par obligation uniquement.

Écrit par : Corélande | 08/01/2014

@ Esther - Bien sûr qu'il y avait des contradicteurs. Mais la mise en scène mettait clairement en vedette M. Burkhalter. Il a eu son heure d'émission. D'où ma question : sur le même sujet (initiative UDC du 9 février), Infrarouge compte-t-elle octroyer un temps de parole ÉQUIVALENT à un partisan de l'initiative ? Cela, bien sûr, indépendamment du débat contradictoire que vous ne manquerez pas de mettre sur pied.

Écrit par : Pascal Décaillet | 08/01/2014

Sur le blog de Homme Libre, un hommage à un homme qui vient de mourir et qui dirigeait une très grosse entreprise avec des milliers de collaborateurs. Avant tout décision, il débattait avec son conseil de sage et utilisait une vieille technique inhérente à ces conseils, chez les Amérindiens. Celui qui parle tient le bâton et la parole, puis transmet le bâton à un autre. Personne ne parle sans le bâton. A la TV, les temps de parole accordés devraient être affichés, de manière à ce que tous puissent les voir.
La manière dont les modératrices - toujours des femmes, probablement parce qu'elles sont généralement beaucoup plus agressives que les hommes dans notre monde actuel...- gère les débats est souvent insupportable et parfois comique. Les "c'est tout de même MOI que je dirige les débats" de EM me font toujours rire.
Mais il faut relever que dans le débat de Morges, il y avait Sommaruga, Labouchère, Broulis, Thorens et Nidegger : temps égal de parole ???
Qu'est-ce que Nidegger va faire dans cette galère, si ce n'est se faire entuber ?

Écrit par : Géo | 08/01/2014

" A chacun sa déontologie. A chacun son impartialité. "

Ah ben, oui, évidemment. La déontologie et l'impartialité sont affaire de choix personnel. Chacun choisit ses critères.

Écrit par : Plouf | 08/01/2014

" A chacun sa déontologie. A chacun son impartialité. " Cela vient d'où, qui a écrit cela ? Toujours aussi à côté de la plaque, Plouf. Très bon pseudo, disons-le.

Écrit par : Géo | 08/01/2014

Petite manipulation des esprits par Mr le président : libre circulation des « travailleurs » répété en boucle au lieu de libre circulation des « personnes ». Une manière bien subtile de faire rentrer dans la tête des gens que seul les travailleurs passent la frontière…

Écrit par : Peter Bishop | 09/01/2014

@ Corélande
Une petite rectification:
Si le remarquable Nigel Farage n'est certes pas toujours en odeur de sainteté sur la BBC, je l'ai déjà vu intervenir sur une des chaînes de la télé d'Etat britannique comme ici:
http://www.youtube.com/watch?v=F2MxlLRKzDY
C'est David Cameron qui n'a pas souhaité débattre avec lui.
http://www.youtube.com/watch?v=1IjLPrzLeWA

Écrit par : Malentraide | 10/01/2014

J'ai ressenti de la gêne lors de l'intervention de Sandra Jean. 5 interminables minutes qui ont montré la faiblesse de la ligne adoptée ces dernières années par Le Matin. Les jeunes invités programmés juste après, avaient des questions plus intelligentes. Le même débat sur Arena était globalement d'un meilleur niveau.

Écrit par : meier | 11/01/2014

"Cela vient d'où, qui a écrit cela ?""

Mon cher Géo,

Relisez les commentaires de ce billet, ou utilisez la fonction de recherche textuelle de votre browser.

Jamais en retard d'une occasion de se taire...

Écrit par : Plouf | 11/01/2014

Oui, ils commencent (BBC) un peu! N'y a-t-il pas des élections européennes en mai 2014.....il serait temps? N.Farage est parlementaire UE depuis 1999 je crois!
Il serait temps que les gens en entendent parler.
Tant qu'à faire nos journaleux pourraient aussi faire du vrai journalisme et faire entendre ce qui se dit au parlement UE aux Suisses.
Beaucoup de gens ici se sentiraient en symbiose avec Farage et sûrement moins culpabilisés d'avoir un avis très majoritairement anti-UE!

Écrit par : Corélande | 11/01/2014

Les commentaires sont fermés.