20/01/2014

9 février : ils disent tous la même chose !

 

Sur le vif - Lundi 20.01.14 - 10.40h

 

Dans le Matin, dans le Temps, dans la Tribune de Genève, exactement la même rhétorique. Trois journaux, une seule ligne: celle du Conseil fédéral, du PLR et du patronat. La similitude des arguments est tellement hallucinante qu'elle devrait constituer un cas d'école, à étudier dans les cours de journalisme.


Dans ces trois journaux, dont deux sont aux mains des mêmes maîtres, et le troisième un peu aussi, que nous dit-on ? Qu'il ne faut surtout pas voter l'initiative de l'UDC, mais qu'elle soulève les bonnes questions. Il ne faut surtout pas la voter, mais il est vrai que la Suisse a un problème avec son immigration. Surtout pas la voter, mais le problème désigné par l'UDC est réel. Surtout pas la voter, mais le Conseil fédéral a tardé à prendre des mesures de compensation en faveur des résidents sur le marché du travail. Surtout pas la voter, mais nos autorités devront aller encore beaucoup plus loin.



Trois journaux, une seule et même vision. Trois journaux, la même doxa. Trois journaux au service des mêmes milieux. Trois journaux qui n'osent surtout pas s'en prendre au Conseil fédéral, ni au grand patronat. Trois journaux qui nous disent exactement la même chose. Et Nicolas Dufour, dans le Temps, qui se permet, d'une chiquenaude, de traiter de "mesquinerie" la position des partisans. Ils ont raison, mon bon Monsieur, mais ils ne faut surtout pas voter pour eux, car ils sont fondamentalement mesquins. Mais nous, qui sommes des esprits supérieurs, que rien ne peut ravaler à la mesquinerie, nous devons comprendre ce qu'il y a de bon chez ces brutes, sans pour autant leur donner raison.



Eh bien moi je dis qu'il y en a marre. Marre de cette grisâtre uniformité de la presse en Suisse romande. Et, tandis qu'une formidable Nickellerie Pédestre, emmenée par un ancien conseiller d'Etat genevois, nous promet de sauver le Temps (traduisez, le maintenir en mains bien obédientes, bien patronales et bien libérales), l'heure sonne, au contraire, à la genèse en Suisse romande d'un journal traduisant d'autres valeurs que celle de l'alignement, d'autres postures que celle de la génuflexion, d'autres modèles que celui de l'argent facile et de la spéculation. Et, pourquoi pas, se mettre un peu à l'écoute - la vraie, pas la simulée, M. Dufour - des Gueux et des Mesquins, des Oubliés et des Laissés pour compte.

 

Allez, disons-le: un journal à la fois conservateur et profondément social, aimant les gens, fuyant les mondanités, joyeux et populaire, où la plume serait reine, l'audace encouragée. Un condensé de noires solitudes et de désespérances, avec entre les auteurs un seul lien: celui du regard assumé, et de l'écriture souveraine.

 

Pascal Décaillet

10:40 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (31) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Ce que vous décrivez, est une constatation qui saute aux yeux de chaque citoyen en tant soit peu averti.

Pour faire bonne mesure, il faudrait ajouter à la bande des trois un quatrième larron qui n'est autre que la SSR et particulièrement nos chaînes romandes.

Écrit par : Exprof | 20/01/2014

Ayant déjà financé le retour de "La Suisse", journal mort et enterré depuis, je ne peut que vous encourager à prendre la décision de lancer un journal comme vous le décrivez, conservateur.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 20/01/2014

Sauf le Temps, qui va bientôt disparaître, la presse romande est opportuniste. Elle a engagé des journalistes dans l'air du temps, qui ânonnent les poncifs habituels tels que vous les avez relevés dans votre billet, à quelques heureuses exceptions près. Mais je ne pense pas que cette presse influence tellement les gens qui vont voter. Si l'initiative est refusée, c'est que les Suisses ont eu la trouille des conséquences économiques. Le chantage de l'Europe aura payé.
Cela dit, les Cassandre ne gagnent jamais. Les Français ont eu l'occasion de lire "Mein Kampf" mais n'ont pas voulu voir la réalité en face. Se cacher la tête dans le sable est tellement plus confortable...

Écrit par : Géo | 20/01/2014

Comme dans tout roman policier, en particulier ceux d'Agatha Christie, la bonne question est de savoir à qui profite le crime, ici l'abandon du pays?

Depuis 2008, les banquiers de la place financière zurichoise violent abondamment toutes les lois, y compris celles de nos plus farouches adversaires, les gros bas de New-York et de Londres. Or qui était aux commandes opérationnelles de ces mastodontes? Des anglo-américains, tous issus de la plus brillante école de filouterie financière, Goldman Sachs & Co. Les mêmes que ceux qui vous pulvérisent la finance mondiale pour le profit d'une poignée de renégats.

Qui manipule les incompétents du conseil fédéral, les mêmes complets gris de la bahnof strasse et qui se retrouvent, comme par hasard, à la tête de la FINMA aujourd'hui même!

Tout le monde oublie que ces géants n'ont plus de Suisse que le nom de leur raison sociale. Le réels intérêts qui les animent sont ailleurs et de la Suisse comme pays, ils n'en n'ont tout simplement rien à battre. Pire elle les gêne dans leurs stratégies toutes plus bancales les unes que les autres et qui finissent par créer une telle suspicion à l'égard de notre pays que ceux qui nous ont fait confiance, souvent depuis plus d'un siècle, se voient mis à la porte par ces deux établissement que sont le CS et l'UBS.

Au lieu de protéger ces personnes, voire ces familles, le conseil fédéral, comme Pétain, préfèrent capituler sans combattre.

Il est fort regrettable que l'UDC ait aussi mal monté son initiative pour une élection du conseil fédéral par le peuple car plus équilibrée elle avait toutes les chances de passer et nous voyons tous aujourd'hui que ces personnes ne sont en réalité que les marionnettes d'intérêt qui dépassent largement l'intérêt des Suisses et Suissesses.

Pour toutes ces raisons, celles et ceux qui veulent sauver ce qui peut encore l'être, il faut voter OUI!

Le Non c'est la porte d'entrée grande ouverte à l'adhésion à l'UE. Le fait qu'une vice présidente de la Commission, anglaise de surcroit, viennent à vouloir nous faire la leçon est bien la démonstration que ce qui fait réellement trembler l'UE c'est que le peuple suisse montre à tout le monde que lorsqu'il est consulté, c'est la Suisse et sa souveraineté qui priment et pas les intérêts plus ou moins avouables de la place financière zurichoise.

N'oublions pas Le proverbe africain qui dit:
LE LION MALADE REÇOIT AUSSI DES COUPS DE PIEDS DE L’ÂNE.

Écrit par : Gérard Blanc | 20/01/2014

Oui, cela fait un bon moment que je râle après ces copiés-collés de dépêches ou d'articles dans tous nos journaux romands, bourrés de fautes jusque dans les titres, chapeautés par le même Dieu depuis qu'ils ont perdu leur indépendance.

Comme je l'ai déjà suggéré plusieurs fois, et comme le dit aussi Victor-Liviu DUMITRESCU, nous avons besoin d'un journal et d'un journaliste indépendant qui a des c......s, pardonnez-moi l'expression et qui, même si nous ne sommes pas toujours d'accord avec lui, ne se laisse influencer que par son bon sens, son expérience de terrain, sa culture, sans être soumis à des lobbys !

Alors qu'attendez-vous M. Décaillet, des fonds ?

Nos trois journaux sont devenus la honte du journalisme, mais nous ne sommes pas le seul pays dans ce cas. Dans certains autres, pourtant, certains journalistes ont eu le courage de se réunir et d'opérer.

Pourquoi pas ici ?

Cessez de vous lamenter sur ce qui existe et agissez pour nous proposer un journalisme différent. A l'ère du net, ce ne devrait pas être un problème. Encore une fois, de nombreuses autres personnes vous suivront si vous osez.

A part ça, j'ai comme la sensation que vos bonnes résolutions de fin d'année étaient d'écrire un article sur le sujet par jour jusqu'aux votations :-)))

Et ce n'est pas une mauvaise chose. Les oubliés et laissés pour compte vous en seront reconnaissants.

Écrit par : Jmemêledetout | 20/01/2014

Votre engagement met un peu de lumière dans notre pays d'aveugles. On peut toutefois se demander si le débat actuel au sujet de l'immigration de masse en Suisse n'est pas qu'une péripétie insignifiante par rapport d'une part à l'invasion commerciale chinoise (aujourd'hui : rachat - fût-il partiel - de Peugeot), dont on parle peu, et d'autre part à l'Accord de partenariat translatlantique (TTIP / TAFTA), qui se trame en douce, hors de l'intérêt des médias et des institutions démocratiques.

Écrit par : Eugen Billard | 20/01/2014

"agissez pour nous proposer un journalisme différent. A l'ère du net, ce ne devrait pas être un problème" Il y a "Les Observateurs" et Pascal Décaillet y publie ses billets. Mais il y a un problème sur ce site : beaucoup de lignes contradictoires. On y défend les quenellistes et les Juifs dans un même élan d'enthousiasme. La droite catholique française ultra-réactionnaire tient le haut du pavé au détriment des valeurs culturelles de notre pays...

Écrit par : Géo | 20/01/2014

@jmemêledetout, vous avez raison!
Je suis certain qu'il y a de la place pour un vrai journal d'opposition non marxiste en Suisse romande. Le Courrier rempli très bien son office d'opposition de gauche et sa parution est utile au débat démocratique. Je le dis avec d'autant plus de facilité que ce n'est pas du tout ma vision du monde. Mais c'est précisément à force de vouloir une vision unifiée que se perd la démocratie. Merci donc au Courrier d'exister et à ceux qui s'expriment dans ses colonnes d'animer ce débat essentiel si l'on ne veut pas finir bâillonnés.
Il y a donc largement de la place pour une publication de ce journal très marqué à gauche. Ce journal ne défendrait pas le pendant de l'extrême gauche, l'extrême droite, mais tout simplement les milieux souverainistes qui entendent défendre l'identité de cette démocratie, sa force et son avenir.

Il y a actuellement, sur la toile, des systèmes de levée de capital qu'emploient de plus en plus des citoyennes et citoyens qui ne parviennent à se faire financer, précisément par celles et ceux qui mènent le monde en coulisse.

De plus je suis certain que notre hôte pourrait compter sur des contributeurs de tous horizons qui donneraient à ce journal une coloration citoyenne qui fait cruellement défaut aujourd'hui.

Rendons tout de même hommage à la TG qui nous abrite et nous permet d'échanger ces idées. En particulier JF Mabut qui est un défenseur de l'expression citoyenne et qui a été l'initiateur de cette plateforme.

Cordialement vôtre,
Patrick Dimier

Écrit par : Patrick Dimier | 20/01/2014

Mesdames et Messieurs les contempteurs de la presse locale, des autorités locales, cantonales et fédérales, un poil d'introspection ne vous ferait pas de mal. Vous vous déchaînez sur les gens qui ne sont pas de votre bord comme si vous aviez le monopole de la vérité. Vous nous ressassez à longueur de blogs votre aversion de l'Europe, votre glorification de la Suisse, ce paradis bientôt perdu selon vous par l'aveuglement des élites (Que vous avez pourtant portées au pouvoir par vos votes), à aucun moment vous ne proposez quoi que ce soit qui pourrait aller dans le sens d'une amélioration du fonctionnement de l'Europe. Serait-ce si catastrophique que l'Europe fonctionne bien, mieux ? Il est affligeant de vous voir et vous entendre critiquer et chercher des poux dans la paille européenne et garder pour votre seul profit l'oseille helvétique.

L'entêtement est cependant mauvais conseiller. Il empêche de voir ce qui peut être conservé et ce qui peut être amélioré dans une structure. C'est que font les chefs d'entreprise et les politiciens à chaque instant.

Aussi bien, au lieu d'espérer secrètement que l'Europe se casse la gueule en affirmant ensuite que c'était inévitable, dites à l'Europe comment elle devrait fonctionner, à votre avis si vous en avez un. Se draper dans l'arrogance de la démocratie directe avec pour seul but d'en revenir à une Europe parcellisée et divisée ne peut pas constituer une solution raisonnable à terme.

Écrit par : Michel Sommer | 20/01/2014

Michel Sommer @ On imagine vraiment la petite clique de Bruxelles très ouverte aux conseils des Suisses. Surtout Viviane Reding...
A part ça, non, je n'ai pas voté pour les gens au pouvoir actuellement.

Écrit par : Géo | 20/01/2014

L'immigration de masse me fait moins peur que le rachat, par les oligarques russes et les émirs du Golfe, de tout ce qui a de la valeur chez nous : les grands hôtels, les belles propriétés du bord du Léman et ailleurs, les entreprises etc. Dans quelques années, ils diront probablement :"Ici nous somme cnez nous, on fait ce qu'on veut, vos lois on s'en tape le c.. au lustre".

Écrit par : Brunette | 20/01/2014

Les Suisses romands copient les Français jusque dans la haine des riches. Toutes les villes sont dirigées par les socialistes ou les communistes qui se prétendent écolos. Il est donc normal que les riches suisses laissent la place aux riches qui n'ont pas peur de s'afficher, les Arabes, les Russes, les Chinois. Cela ne fait que commencer. Vous avez vu l'attitude de notre radio nationale qui enquête sur Johnny pour le dénoncer à la pire racaille socialo tendance pitbull ? Alors de quoi vous étonnez-vous ?

Écrit par : Géo | 20/01/2014

" à aucun moment vous ne proposez quoi que ce soit qui pourrait aller dans le sens d'une amélioration du fonctionnement de l'Europe. Serait-ce si catastrophique que l'Europe fonctionne bien, mieux?"

Mais si, mais si... je pense que beaucoup de personnes ici seraient d'accord que l'ue soit tout simplement démocratique: élection de la "commission" par le peuple, droits d'initiative et de référendum...

Mais vous êtes bien naïf si vous pensez que les "élites" veulent "améliorer" quoi que ce soit. Même en Suisse ces "élite" voudraient se débarrasser ou limiter nos droits.

On aura compris qu'il faut un empereur ou un Kaiser pour éviter la "parcellarisation" du continent...

Écrit par : Johann | 20/01/2014

@ michel sommer: si quelqu'un fait bien montre d'autisme politique c'est bien celles et ceux qui espèrent que l'UE va respecter la Suisse! Elle n'est pas même capable de respecter l'idéal qui l'a portée sur les fonds baptismaux en 1957!
D'espoir de démocratie en 57 elle est successivement passée d'autocratie des deux super puissances locales (F/D) à une sorte d’oligarchie élitiste qui a, habilement su flatter un petit, le Portugal, en lui donnant le poste convoité par les grosses cylindrées continentales mais qu'il était impossible d'accorder à l'un ou l'autre pour des raisons évidentes de géopolitique.

Au lieu d'ouvrir des droits aux citoyennes et citoyens de ce continent, ces cliques n'ont eu de cesse de les rétrécir pour les réduire à une peau de chagrin.

Si vous pensez que de tels objectifs sont compatibles à la fois avec le respect des Institutions suisses et surtout avec leur intégration dans le système UE, c'est que vous ne faite de la lecture politique qu'en dilettante.

Toute observation sérieuse de la progression du plan orchestré par les "trous noirs" de la politique européenne vous aurait permis de comprendre que sans une résistance effrénée de nos droits nous passerons dans la broyeuse européenne.
Nous avons une nouvelle chance, c'est le réveil des consciences en Grande Bretagne grâce l'UKIP; en France où le FN n'est pas pénalisé dans ses résultats électoraux par un système inique qui le prive d'une représentation juste et équitable sur son propre sol; en Hollande où les citoyennes et citoyens fiers de leurs acquis ne sont plus décidés à les brader; au Danemark où également les revers de la politique ultra laxiste de l'UE va connaître un cuisant retour de manivelle.

Contrairement à ce que veulent nous faire accroire tous les marionnettistes de service, qui veulent faire croire à un réveil de l'extrême droite, c'est à une formidable raz de marée citoyen auquel il faut s'attendre lors des prochaines élections européennes. C'est précisément pour cette raison qu'il faut voter OUI à l'initiative UDC. Notre résistance encouragera les citoyens de l'UE en leur montrant que si on s'en donne les moyens la décision finale peut nous appartenir.

Écrit par : Patrick Dimier | 20/01/2014

Michel Sommer@ Lisez le billet de Philippe Barraud. Peut-être vous éclairera-t-il mieux que nous...
http://commentaires.blog.24heures.ch/archive/2014/01/21/la-prosperite-sans-immigration-de-masse-c-est-possible-854932.html

Écrit par : Géo | 21/01/2014

un peu hors sujet, mais... quelqu'un a-t-il vu ceci ?

http://www.tdg.ch/suisse/cff-prevoient-acheter-trains-conformes-loi/story/25348581?track

800 millions pour des rames qui ne sont pas d'accès pour handicapés ?

Quelle vision économique d'avenir ! Et en dépit de la loi ! On y apprend aussi que ces rames mises en service en 2014 seront changées en 2019. 800 millions mis à la poubelle pour seulement 5 ans d'utilisation.

Je sens que l'une de mes intentions de vote va changer aussi vite que ce train roule.

Heureusement que "120 secondes" m'a alertée, je n'avais pas vu passer cette info, ni visiblement les blogueurs de la Tribune, au moins je l'aurai apprise par la voie de l'humour.

Écrit par : Jmemêledetout | 21/01/2014

@lmemeledetout: Oui je l'ai lue avec attention et cela m'a conforté dans l'idée que, bien malheureusement, nos conseillers fédéraux ne sont plus les maîtres de leurs département. Les hauts fonctionnaires ont pris la place et nous arrivons, tout naturellement à ce genre de dérive gravissime.

C'est d'autant plus grave dans ce cas-là que cela touche les plus faibles et surtout les plus dépendants lorsque ce que le préambule de notre constitution n'est pas respecté. La société s'observe et avance à l'aune des plus fragiles et non des plus forts.

N'ayant pas encore voté, j'ai pu prendre le bon aiguillage. Merci d'avoir alerté sur ce sujet.

cordialement,
P. Dimier

Écrit par : Patrick Dimier | 21/01/2014

Bonjour à tous :-)

A propos frontières, savez-vous qu'à chaque fois que vous mettez un pied (une main serait plus juste) sur un blog de la tdg vous passez respectivement par l'allemagne, les états-unis, l'angleterre pour finir à Paris ?...sans oublier câblecom et bien d'autres...

Écrit par : absolom | 21/01/2014

@Patrick Dimier

Merci de votre écho. C'est une aiguille dans une meule de foin, en rapport à la façon dont sont traités les invalides, personnes âgées dans ce pays par toutes les instances en place ainsi qu'en ce qui concerne la dilapidation généralisée de l'argent du contribuable . Si vous saviez comme cela me démange d'ouvrir un blog... mais pas ici. J'attends un journal composé de journalistes et de citoyens dans lequel les élus et politiciens seraient exclus, exceptés interviews, permettant de dénoncer des faits prouvés par pièces si besoin était et non du blabla à la solde de lobbys médiatiques.

Écrit par : Jmemêledetout | 21/01/2014

"Qu'il ne faut surtout pas voter l'initiative de l'UDC, mais qu'elle soulève les bonnes question
Lire le dernier billet du Libéral Eggly.
"Aussi bien, au lieu d'espérer secrètement que l'Europe se casse la gueule en affirmant ensuite que c'était inévitable,"
Comme, par exemple, l'ancien Premier Ministre de la France Michel Roccard, ami de François Hollande, dont vous avez peut-être suivi l'entretien avec notre spécialiste des interviews de personnalités, à la TSR. Il est vrai qu'au lieu d'"espérer", il ne faisait que "prédire". Quant aux améliorations elles exigeaient pour lui une nouvelle écriture du pacte.

Écrit par : Mère-Grand | 21/01/2014

Au moins on peut faire des économies! Un 20 minutes et on en sait aussi peu qu'en achetant la trilogie!
Quel gâchis, on nous prend vraiment pour des crétins, et pourtant que d'erreurs de la part de ces gens qui nous toisent de haut: français approximatif, millions et milliards confondus, sans parler du faux usage du billion,etc...Heureusement que je produis des vins de meilleur qualité que leurs articles, sinon j'aurais fait faillite depuis longtemps...

Écrit par : Eric Leyvraz | 21/01/2014

Et puis, ce jour cette manip. par UBS interposée qui consiste à foutre les boules à d'aucuns en leur annonçant que les prix de l'immobilier vont se casser la figure de sitôt, alors que 10 lignes plus loin, il est question d'une hausse de 2% pour l'année en cours…

Et puis, cette autre annonce pour nous dire que tout d'un coup tout va très bien Mme la Marquise au royaume du 2e pilier...

C'est vraiment pas le moment de tirer la prise, comme disent certains !

Écrit par : petard | 21/01/2014

Excellent billet de Michel Bory, romancier, aujourd'hui 22/01 dans 24 heures. Moins bon de Jacques-André Haury qui oublie purement et simplement que le parti socialiste est le parti des fonctionnaires, et que donc les fonctionnaires sont très socialistes. Ce n'est pas par hasard qu'ils ne sont pas rigoureux envers les tricheurs...

Écrit par : Géo | 22/01/2014

Et si la Suisse disait OUI en masse ?
Imaginez que tous les eurosceptiques s'unissent et qu'enfin l'Empire éclate ...
Quelle joie énorme d'être le petit qui a vaincu le grand ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 22/01/2014

Les Suisses ont beaucoup trop la trouille pour accepter cette initiative. Ils ont la tête bien profondément enfoncée dans le sable et l'arrière-train bien offert aux manipulateurs PLR et PS...

Écrit par : Géo | 22/01/2014

"Quelle joie énorme d'être le petit qui a vaincu le grand ..."! Ce que le Président Helvétique 2013, M. Maurer, n'a cessé de répéter l'année dernière... David contre Goliath! Revoyez tous ses discours!
M. Nigel Farage et bien d'autres parlementaires UE n'attendent que ça; "le trou dans le mur pour que la maison s'effondre" TSR 19.30 d'hier soir!
Derrière, le 22-25 mai il y a les élections européennes, et ce coup de massue suisse sera salvateur car les européens n'ont aucun moyen de s'exprimer, et ils comptent sur nous!

Écrit par : Corélande | 22/01/2014

Allez chiche, ce soir EM nous offre un duplex avec Nigel Farage pour un avis élargi de ce que sont les immenses problèmes de l'immigration non contrôlée en Europe à cause de la libre circulation?
Bonne nouvelle nous aurions moins de regrets de payer notre redevance 2014
la TSR ferait enfin son boulot d'information équitablement.

Écrit par : Corélande | 22/01/2014

@Corélande

Je ne suis pas sûre que nous ayons beaucoup plus de moyens de nous exprimer contre l'UE excepté cette votation, mais c'est déjà ça.

Et j'ai déjà allumé pour une fois ma TV tôt, histoire de ne pas rater cet exemple d'équité :-)))

Écrit par : Jmemêledetout | 22/01/2014

Et si la Suisse disait OUI en masse ? une très bonne question

Écrit par : Grossir | 22/01/2014

Voici des documents qui aident à comprendre l’enjeu de cette votation, afin d’assurer un futur indépendant pour la Confédération suisse. Et tout d’abord un texte relatif à l’initiative à lire, à faire lire et… aussi à redistribuer ! :

VOTATION DU 9 FEVRIER 2014 INITIATIVE CONTRE L’IMMIGRATION MASSIVE

1 Les pays industrialisés reconnus (Canada, USA, Japon, Inde, etc.) disposent tous d’une politique d’immigration. Elle leur permet de lutter contre l’immigration illégale, le travail au noir, le dumping salarial, la précarisation des conditions de vie dans le pays, la criminalité et le chômage montants. Invoquer la libre circulation UE comme principe fondamental pour refuser ce droit de contrôle aux Suisses est irrespectueux de la part de nos élus politiques. Aujourd’hui, les accords bilatéraux privent la Suisse d’une capacité de mise en œuvre d’une politique d’immigration autonome, non conforme à la volonté de Bruxelles.

2 Sur recommandation du Grand Capital, l’EU fédérale a édité la directive concernant le détachement des travailleurs étrangers sur un modèle ultralibéral permettant la mise en concurrence des peuples à l’intérieur des frontières européennes (salaires pratiqués selon le niveau dans le pays du lieu de travail additionné des charges sociales pratiquées dans le pays d’origine). Ce principe, lié à la libre circulation, est un rouage indispensable de cette machine «Europe» destinée à soumettre les peuples. Issu du «Pacte de l’Euro», il démantèle la capacité de résistance des peuples européens face à la domination du capitalisme en les réduisant économiquement et socialement. En 2005, lors des votations sur les accords bilatéraux, notre classe dirigeante ne nous a pas expliqué les conséquences de ces dispositions européennes. Elle a préféré mettre l’accent sur des mesures soi-disant accompagnatrices qui se sont révélées finalement volontairement inappliquées, eu égard au respect des règles de l’UE fédérale (motion de la Conseillère nationale Viola AMHERD qui n’a pas été reçue).
Pourquoi la Suisse a-t-elle imposé aux entreprises du gros-œuvre de la construction le modèle de « la responsabilité solidaire des entreprises face à l’immigration de masse due à la libre circulation » ?
Réponse : notre classe politique dogmatique, eu égard aux accords bilatéraux qu’elle ordonne en accord avec Bruxelles, applique la politique élaborée par cette dernière. Ainsi dès le milieu de l’année 2013, la Suisse a mis en pratique une nouvelle disposition de cette directive européenne, relative à la responsabilité solidaire aux seules entreprises de construction (plus tard ce sera le tour des autres branches économiques, en fonction du souhait de Bruxelles). Cela sans débat en Suisse et bien avant que cette responsabilité solidaire fasse l’objet d’un accord définitif et clair entre les 28 membres de l’UE… Dans l’UE fédérale, elle n’entrera en vigueur probablement qu’en 2016, a souligné Mme Annick LEPETIT, porte-parole PS rapportant ces propos du groupe des députés socialistes français à Bruxelles !
En Suisse à travail égal on tend à donner un salaire égal. Or maintenant, en raison de la directive européenne, la concurrence est déloyale ; car il est possible de verser à un travailleur européen détaché en Suisse un salaire et des charges sociales inférieures de plus de 30% à ce qu’elles sont pour les travailleurs fixes. Avec cette distorsion résultant des accords bilatéraux, comment les entreprises utilisant du personnel établit en Suisse peuvent-elles encore garantir de bonnes conditions sociales à leurs collaborateurs, face à des concurrents/dirigeants cupides desserrant leurs responsabilités sociales et dévalorisant ainsi économiquement les formations et le travail de la population de notre pays ?
Des mesures d’accompagnement futures, maintes fois, annoncées par la Suisse et /ou par l’UE fédérale ne règleront rien… en accord avec le Grand Capital. Ainsi en Suisse, le contrôle de l’immigration massive en votation constitue le moyen de rajustement uniforme du niveau de vie du pays, actuellement menacé par une pratique de concurrence déloyale d’origine européenne autorisée par les accords bilatéraux dans notre économie.

3 Avant les accords bilatéraux avec l’UE fédérale, la Suisse disposait d’une économie qui fonctionnait déjà… clients et entreprises commerçants auparavant par-dessus les frontières, sans accords bilatéraux. Un bon produit s’impose de lui-même. N’ayons crainte de remettre en cause ces accords bilatéraux : les produits de qualité renverseront toujours toutes les barrières pour arriver vers une clientèle séduite et ainsi s’imposer. Retrouvons le goût du bien commun qui se perd, protégeons la solidarité nationale en danger et soutenons la paix sociale à travers la répartition de l’aisance, 1er rôle social des entreprises.

4 Etre contre l’immigration de masse, c’est surtout permettre l’entrée d’immigrants aidant à renforcer le bien-être du pays, face à une politique d’ouverture non maîtrisée par l’UE. Cela en répartissant mieux les revenus entre tous – gage de la paix sociale - et par une lutte efficace contre : le travail au noir, l’immigration inégale, la criminalité, le dumping salarial, le chômage montant et la précarisation des conditions de travail en imposant aux travailleurs entrants en Suisse des salaires et des prestations sociales agréés par les partenaires sociaux suisses.

5 Le contrôle des immigrants ne compliquera pas le recrutement de main-d’œuvre étrangère. Au contraire, il va l’optimiser en permettant d’accueillir en nombre les travailleurs dont nous avons besoin, sans exhumer le statut de saisonnier dépassé. Cela contrairement aux affirmations des personnes favorables à l’UE fédérale.

6 Le contrôle de l’immigration ne demandera pas plus de travail administratif que la situation actuelle ne l’exige, puisque les travailleurs étrangers doivent déjà aujourd’hui régulariser leurs rapports de travail. Seuls les papiers échangés différeront de ceux actuellement. Dans un même temps une baisse des effectifs de police et un regain de respect du savoir-vivre et des mœurs suisses pourraient être appréciés par tous...

7 Etre contre l’immigration de masse ne permettrait-il pas de renégocier avec l’UE fédérale ? Et même si, en raison de la clause guillotine, tout l'édifice bilatéral s'écroulerait, cela constituerait-il vraiment une menace rédhibitoire pour notre économie ! Soyons pragmatiques : la Suisse est un petit hors-bord économique et non un pétrolier. Multiplions des accords économiques respectueux avec des pays d’Asie. Il y a là-bas un avenir pour notre Etat-nation.

8 Une politicienne a dit que le contrôle de l’immigration est un poison pour la Suisse. Elle ne considère pas la grande quantité de mauvais cholestérol que nos accords bilatéraux avec l’UE fédérale déversent dans notre économie, sang de notre pays : dumping salarial, risque de coûts accrus du chômage, démographie et insécurité ainsi qu’incivilité montantes, perte de notre culture et de nos valeurs, pollution grandissante, augmentation des fréquences d’expertises des véhicules, obligation d’allumer les phares, contraintes sans valeur ajoutée pour devenir « euro-compatible », etc. Le peuple suisse supporte beaucoup d’obligations jugées inutiles. Il souffre de la baisse de sa qualité de vie, de ses routes surchargées, de ses trains bondés, de ses écoles et de ses hôpitaux débordés !

9 Les politiciens suisses affirment que la paupérisation grandissante, résultant de la concentration du capital et du pouvoir en main d’un tout petit nombre, est causée par la crise économique. Aussi pour y voir plus clair, il y a lieu d’évoquer une suite vraisemblable :
En même temps que cette course effrénée à la concentration des richesses et du pouvoir, Economie Suisse nous propose d’engager les femmes pour lutter contre l’immigration de masse. A première vue, cette proposition séduisante permet aussi à certains ménages – de la classe moyenne - de rester à flot en envoyant épouses et mères de famille au travail. Certes, l’émancipation des femmes joue un rôle important, ainsi que l’offre croissante d’emplois dans le secteur des services où l’activité est moins pénible que dans l’industrie. Mais cette féminisation du travail est surtout dictée par la nécessité… d’atteindre les buts économiques visés. Grâce à cela, demain les salaires pourront à nouveau baisser et le supplément de revenu deviendra à terme insuffisant pour prendre en charge les frais de garde d’enfant(s) …, comme c’est d’ailleurs déjà le cas aujourd’hui en Espagne et au Portugal.
Puis, lorsque ce levier financier sera totalement exploité, il nous sera proposé un deuxième mécanisme d’adaptation : tous ceux qui le pourront allongeront leurs temps de travail. D’autres, de plus en plus nombreux, cumuleront deux ou trois emplois exigeant chacun au moins 20 ( ?) heures de présence. Le troisième mécanisme sera alors la ponction de l’épargne et le recours massif au crédit simple ou hypothécaire gagé sur la résidence principale, dont la valeur ne cesse(ra) d’augmenter… jusqu’à l’effondrement de l’immobilier et le rachat des plus beaux morceaux par…, devinez qui ?
C’est ainsi que le dépouillement et l’asservissement des peuples s’obtient pour le Grand Capital, au nez et à la barbe des honnêtes travailleurs, des bien-intentionnés, des ignorants et des simples d’esprit, tous collaborant à leur insu. Aujourd’hui, les armes sont essentiellement économiques : la pauvreté (réduction de la force du peuple) et la dette (asservissement du peuple)… Aussi il faut être conscient que, durant cette dernière décennie en Europe, les actions du Grand Capital, agissant à travers les organes de l’UE fédérale, ont été couvertes de succès retentissants : il dispose désormais d’une vaste zone territoriale et d’une population à coûts de production de plus en plus faibles, avec des systèmes sociaux différents aux services des populations qui seront finalement déclarés contraires aux règlements économiques européens que la Bruxelles fédérale développe…

Lire les « PRINCIPES DE RICARDO », chapitre 7, d’après l’essai de Robert TORRENS : (…) le taux de profit ne peut jamais hausser qu’en raison d’une baisse des salaires.

10 Pour réduire un peuple en esclavage, on pénètre son territoire, on s’installe chez lui et on lui confisque ses droits, en particulier celui de battre monnaie. De façon inavouée, l’Europe fédérale poursuit la dissolution des Etats-nations en imposant des pratiques de coûts de main-d’œuvre inégaux, appauvrissant ainsi les Européens et permettant de dévaloriser les places de travail existantes en Suisse ! Cette misère montante est révoltante. Un oui le 9 février prochain en faveur de l’initiative contre l’immigration massive permet à la Suisse de reprendre le contrôle des salaires et des charges sociales pratiqués par les Suisses et par les travailleurs européens détachés en Suisse.

11 Selon l’AFP, en France actuellement, un débat sur la limitation de l’immigration fait colère. Au-delà de ce thème récurrent inscrit au programme du Front National depuis longtemps, c’est maintenant l’UMP et son Président, M. Jean-François COPE, qui s’en emparent. Déclarant cette question « trop sérieuse pour être laissée à la gauche et aux démagogues de l’extrême droite », il dépose 41 propositions pour « reprendre le contrôle ». Dans un document de travail d’une trentaine de pages, le groupe de travail UMP coordonné par M. Hervé MARITON déroule des propositions qu’il veut « concrètes, fermes, et justes, inspirées des meilleures pratiques des grandes démocraties occidentales ». L’objectif, explique sans détour le député de la Drône au Journal Le Point, est de mettre en place une immigration non plus subie mais choisie. Un principe fondateur qui rappelle à s’y méprendre le projet porté par M. Nicolas SARKOZY en… 2006. « Nous ne voulons pas d’une immigration subie, nous voulons une immigration choisie », avait-il déclaré alors qu’il était ministre de l’Intérieur.
Cette thématique fait également l’objet d’un rapport que la gauche au pouvoir conduit non sans quelques fuites provoquant une situation facétieuse entre le Président Hollande et son Premier Ministre… Ces évènements peuvent être compris grâce à Internet. Observez l’évolution de la France, comprenez le lien intime entre immigration non contrôlée et insécurité montante, conséquences des volontés de l’Europe fédérale et de ses mécanismes révélés fin 2013 à un peuple de France impuissant face à Bruxelles.

12 …
• Comprendre les motivations de l’actuelle UE imposant une Europe fédérale. Etre conscient des volontés de dissolution des Etats-nations poursuivies par l’UE.
• Comprendre la différence entre l’Europe fédérale actuelle et une autre Europe respectueuse des peuples et de leurs différences : l’EUROPE DES ETATS-NATIONS.
• M. David CAMERON (Angleterre) veut réformer l’immigration légale …
• Volonté d’indépendance affichée par la Catalogne vis-à-vis de l’Espagne.
• Emeutes en Grèce… ; Trajectoire des Français et de la France… ; Révolte des fourches en Italie…
• Confiscation des dépôts bancaires (bail-in) à Chypres, et demain ailleurs ...
• Consulter les sites Web suisses et européens concernés et leurs blogs, etc. XXIII/2014.

Puis toujours au sujet de cette initiative, encore des documents permettant de saisir les actions de l’Union Européenne actuelle, son « pacte pour l’Euro» et l’enjeu de souveraineté nationale pour nous les Suisses :
http://www.lecontrarien.com/la-dissolution-de-letat-nation-18-12-2013-edito
http://www.contrepoints.org/2013/12/31/151797-suisse-une-prosperite-en-trompe-loeil
http://dessousdebruxelles.ellynn.fr/spip.php?article146 et http://www.ideologie-europeenne.fr/
http://dessousdebruxelles.ellynn.fr/spip.php?article184

Enfin, pour connaître comment, dès 1992, nos politiciens ont modifié la Constitution pour retirer au peuple suisse sa souveraineté et pourquoi maintenant ils ne peuvent que s’en remettre aux exigences de l’UE, voici deux articles et une vidéo. Notamment pour comprendre cette sorte de grande alliance de notre classe politique supérieure qui, quittant le contrat social qui unissait le peuple suisse, ses partis politiques et la Confédération suisse, se légitime par l’idéologie «économiste» et par les règles européennes de déséquilibre économique qu’elle autorise, à la satisfaction du Grand Capital et de l’Europe fédérale :
http://leblogalupus.com/2013/12/31/la-democratie-suisse-a-lepreuve-de-la-mondialisation/
http://lilianeheldkhawam.wordpress.com/2013/09/05/la-democratie-suisse-devoyee/
http://www.youtube.com/watch?v=jGqMSj-lj8M

Et demain, lorsque les politiciens ambitionneront de nous limiter ou de nous retirer notre droit de referendum sous prétexte d’abus, ils mettront un terme à plus de 700 ans d’indépendance de la Nation Suisse et de son peuple souverain. Soyons lucides dès maintenant !

Écrit par : TS | 22/01/2014

"Nickellerie Pédestre": jolie trouvaille !

Et ça aussi, me plait bien : "... (on) nous promet de sauver le Temps (traduisez, le maintenir en mains bien obédientes, bien patronales et bien libérales... )" L'adjectif "obédientes" est excellent. Seul le happy few, dont moi, aura compris l'allusion.

Un bon bretteur, ce chevalier des Caillets. Je ne lis ses chroniques que très sporadiquement (on n'a pas le temps, hélas, de tout lire en seulement 24 heures par jour) mais à chaque fois j'y trouve de nouveaux signes que de plus en plus il a tout compris. A chaque fois il touché!

Écrit par : limier | 28/01/2014

Les commentaires sont fermés.