28/01/2014

Il fait si chaud sous les jupes du convenable

 

Sur le vif - Mardi 28.01.14 - 09.47h

 

« Inquiets, nos lecteurs ne suivent toutefois pas l’UDC » : ce titre à la grande opération de propagande qu’on camoufle derrière le mot « sondage », il est tellement « Tribune de Genève » que nous aurions pu parier depuis des semaines sur son libellé. Tellement prévisibles, les agneaux !

 

Tout l’esprit, toute l’idéologie de ce journal sont là : combattre par tous les moyens le premier parti du pays et tout ce qui émane de lui, soutenir avec vassalité le PLR et le PDC, comme par hasard la majorité du pouvoir exécutif à Genève, ceux qui tiennent sans partage les organisations patronales, les cordons de la bourse, les annonces dans les journaux. Une fois de plus, se ranger derrière l’officialité au pouvoir, sous les jupes du convenable et du raisonnable, se boucher le nez dès que surgit un signal tellurique de changement, jailli du peuple.

 

Oui, tout est dans ce titre. Tout un condensé de cette rhétorique des opposants, que nous démontons ici depuis des semaines : il y a lieu d’être inquiet, nous répètent-ils, les problèmes pointés sont les bons, mais surtout ne votons pas l’initiative. Je suis malade, j’ai sous la main le bon médicament, alors bien sûr je le balance à la poubelle. Logique, non ?

 

S’ensuit une double page démonstrative, aussi propagandiste que les méthodes de la SSR lorsqu’elle publie les « sondages » de Claude Longchamp, lesquels se plantent régulièrement lors de ce genre d’initiative.

 

Que voteront les Suisses le 9 février ? À la vérité, nous n’en savons strictement rien. C’est dans l’ultime ligne droite, donc juste maintenant, que tout se joue. Face aux divisions de Panzers du grand patronat, avec leurs millions engloutis dans la campagne, les pages complètes d’annonces dans les journaux, les services de propagande du Conseil fédéral dont l’administration a camouflé le vrai problème de la pression migratoire en Suisse, nos concitoyens sont des hommes et des femmes libres.

 

Ils voteront ce qu’ils voudront. Telle est la puissance de notre système suisse, où l’intime conviction du citoyen, ou de la citoyenne, ne s’en laisse conter par personne. Telle est la beauté de notre démocratie : les propagandes font fureur, c’est le jeu, mais le souverain vote en conscience. Pour notre part, quelle que soit l’issue du verdict, nous l’accepterons. Dans tous les cas, le problème d’un excès des flux migratoires sur la Suisse demeurera : il faudra bien, un jour ou l’autre, lui trouver des solutions.

 

En attendant, laissons dormir les sondages : ils sont à la démocratie ce que néant est à la vie : juste un désir de non-être et de dilution du réel, comme un cauchemar d’hiver. Il fait si chaud, à la rude saison, sous les jupes du convenable.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

09:47 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (25) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Bonjour,
Quel que soit le résultat, les fonctionnaires bernois feront ce qu'ils veulent. Un exemple, la loi d'application sera rejetée aux calendes grecques comme bien des objets votés ces dernières années. On a tendance a oublier une force qui n'est pas celle des médias, ni de l'économie encore moins du politique.... c'est l'inertie incroyable de la pléïade de fonctionnaires peuplant la capitale. Ceux-ci, loin d'être efficaces, se rejettent les objets à traîter comme une patate chaude. Sans oublier le fameux du lundi matin, qui a comme mission de trouver quel est l'objet qui pourrait emm...er le bon peuple et en faire soit une loi, soit une ordonnance, bref une conne.ie vexatoire (phares allumés de jour par ex), il y a bien des possibilités de s'insurger contre ce monstre qu'est la bureaucratie bernoise.

Écrit par : Pfenninger | 28/01/2014

Si je vous comprends bien, vous êtes l'un des rares journalistes, sinon le seul, à ne pas vous laissez manipuler par la propagande outrancière d'Economiesuisse et de ses séides.

Je partage en outre votre avis sur la liberté du citoyen. Mais l'intime conviction n'est pas une garantie contre les erreurs de jugement. Le peuple peut bien voter ce qu'il veut à la condition expresse d'en assumer pleinement les conséquences, quelles qu'elles soient.

Écrit par : Michel Sommer | 28/01/2014

Ah les sondages ! merveilles de manipulation des esprits ou comment influencer les indécis en donnant le sens du courant pour être sûr de ne pas avoir à trop ramer. Et peu importe le résultat ce sera aux mêmes têtes que l'on demandera d'expliquer - a posteriori - pourquoi leur pronostic n'a pas marché !
Pour ma part je n'y ai jamais prêté attention d'autant plus que lorsque j'ai la malchance d'être sondé je prends un malin plaisir à répondre n'importe quoi.
Tout comme le matraquage unidirectionnel des média qui m'incite plutôt à aller dans l'autre direction !

Écrit par : uranus2011 | 28/01/2014

Pas la peine de suivre les recommandations d'Economiesuisse pour s'opposer à une initiative dont personne n'a douté un seul instant de l'inspiration uniquement xénophobe, ce qui vient d'être confirmé par les initiants qui ciblent maintenant les musulmans - cela devient ridicule.

Les délires paranoïaques que l'on entend ces jours renvoient l'image malheureuse d'une "Suisse moisie". Or, notre attire du monde et, franchement, je trouve ça rassurant et plutôt positif.

L'article du Temps - décrié par Les Observateurs et d'autres, dont le chroniqueur ici j'imagine - explique assez bien le problème et les solutions qu'il va falloir trouver rapidement. S'il y a un débat à avoir, c'est bien celui-ci. Par exemple, je viens de lire un long commentaire de quelqu'un de l'Agefi qui a au moins le mérite de placer le débat dans une perspective sensée.

Écrit par : serge | 28/01/2014

L'UDC est-elle vraiment le premier parti de Suisse? En termes de places dans des Exécutifs, elle est nettement derrière PLR et Socialistes.

Écrit par : Grégoire Barbey | 28/01/2014

Les sondages devraient être interdits dès le moment où la population reçoit son bulletin de vote jusqu'aux résultats. Point barre.

Écrit par : Jmemêledetout | 28/01/2014

Vous découvrez "qui commande"?

Combien de fois Tribune de Genève a donné aux entrepreneurs associés une pleine page avec photo et article favorablement biaisé ?

Ce que ressentent les lecteurs favorables à l’initiative en lisant Tribune de Genève aujourd'hui, les gens engagés à gauche l'éprouvent tous les jours.

Par dessus le marché, on les bassine en leur disant que ce journal est sans idéologie.

Bien que dépendant des commandes publicitaires, Le Temps a eu le courage de publier des informations que Tribune de Genève n'a pas le courage de présenter.

C'est à cette aune qu'on évalue la qualité d'une rédaction.

La choucroute géante à la rue Tartempion, ça va un moment.

Écrit par : schlueb | 28/01/2014

"Ils voteront ce qu’ils voudront"... Avec le matraquage des médias, je dirais que le résultat sera quand même un peu biaisé. On peut avoir quelques doutes avant de voter en sachant que si on dit oui, on est un raciste, xénophobe, inculte, voulant jeter l'économie dans le marasme le plus complet. C'est clair que quand toute la Suisse sera dans la situation du Tessin, ce matraquage sera inutile, mais ce sera trop tard.

Écrit par : Loren Stravinski | 28/01/2014

@ M. Décaillet
.
Les citoyens voteront ce qu'ils voudront. Certes. Mais les cantons voteront aussi ce qu'ils voudront.
.
Sur le fond, est-ce qu'un taux de chômage de 2.5 % chez les suisses de Suisse est un échec global ? Les citoyens et les citoyens de chaque canton apprécieront.
.
A propos, une fois l'ALCP mis à bas, que fera t'on des 25'000 suisses de France voisine qui n'auront plus le droit d'y résider sauf à obtenir, à l'égal des maliens et ukrainiens, un titre de séjour au bon vouloir de l'administration française.
.
Je ne résiste pas à la tentation de vous mettre le lien de l'un des zélateurs de ces blogs, avec le commentaire de quelques uns de ses groupies. Amusant ou effrayant. Je vous laisse vous faire votre opinion.
.
www.autreregard.blog.tdg.ch/archive/2013/10/23/la-libre-circulation-fonctionne-t-elle-deja-avec-le-kosovo-2.html

Écrit par : CEDH | 28/01/2014

@ Loren Stravinski

"Avec le matraquage des médias"...

Il existe des contre-médias très sérieux. Seulement encore faut-il les faire connaître et se donner les moyens de les faire connaître.

Si les gens se donnaient la peine d'aller lire ce véritable CONTRE-RAPPORT sur la libre-circulation des personnes que constitue l'essai "LA CROISSANCE ECONOMIQUE DE LA SUISSE, UN DRAME POLITIQUE CACHE" alors peut-être les choses changeraient.

vous le trouverez ici :

http://www.adimante.ch/


Les citoyens de ce pays devraient peut-être commencer à se poser la question de savoir pourquoi l'information qu'on leur sert est gratuite... et devraient se demander qui donc l'a payé à leur place... parce que l'information, une information digne de ce nom cela coûte cher à fabriquer...

Écrit par : adimante | 28/01/2014

Voici des documents qui aident à comprendre l’enjeu de souveraineté de cette votation historique, afin d’assurer un futur indépendant pour la Confédération suisse. Et tout d’abord un texte relatif à l’initiative à lire, à faire lire et… aussi à redistribuer ! :

DOCUMENTS EN FAVEUR DE L’INITIATIVE CONTRE L’IMMIGRATION MASSIVE ( vers. XXVI/2014 )

1 Les pays industrialisés reconnus (Canada, USA, Japon, Inde, etc.) disposent tous d’une politique d’immigration. Elle leur permet de lutter contre l’immigration illégale, le travail au noir, le dumping salarial, la précarisation des conditions de vie dans le pays, la criminalité et le chômage montants. Invoquer la libre circulation UE comme principe fondamental pour refuser ce droit de contrôle aux Suisses est irrespectueux de la part de nos élus politiques. Aujourd’hui, les accords bilatéraux privent la Suisse d’une capacité de mise en œuvre d’une politique d’immigration autonome, non conforme à la volonté de Bruxelles.

2 Sur recommandation du Grand Capital, l’EU fédérale a édité la directive concernant le détachement des travailleurs étrangers sur un modèle ultralibéral permettant la mise en concurrence des peuples à l’intérieur des frontières européennes (salaires pratiqués selon le niveau dans le pays du lieu de travail additionné des charges sociales pratiquées dans le pays d’origine). Ce principe fondamental, lié à la libre circulation, est un rouage indispensable de cette machine «Europe» destinée à soumettre les peuples. Issu du «Pacte de l’Euro», il démantèle la capacité de résistance des peuples européens face à la domination du capitalisme en les réduisant économiquement et socialement. En 2005, lors des votations sur les accords bilatéraux, notre classe dirigeante ne nous a pas expliqué les conséquences de ces dispositions européennes. Elle a préféré mettre l’accent sur des mesures soi-disant accompagnatrices qui se sont révélées finalement volontairement inappliquées, eu égard au respect des règles de l’UE fédérale (motion de la Conseillère nationale Viola AMHERD qui n’a pas été reçue).
Pourquoi la Suisse a-t-elle imposé aux entreprises du gros-œuvre de la construction le modèle de « la responsabilité solidaire des entreprises face à l’immigration de masse due à la libre circulation » ?
Réponse : notre classe politique dogmatique, eu égard aux accords bilatéraux qu’elle ordonne en accord avec Bruxelles, applique la politique élaborée par cette dernière. Ainsi dès le milieu de l’année 2013, la Suisse a mis en pratique une nouvelle disposition de cette directive européenne, relative à la responsabilité solidaire aux seules entreprises de construction (plus tard ce sera le tour des autres branches économiques, en fonction du souhait de Bruxelles). Cela sans débat en Suisse et bien avant que cette responsabilité solidaire fasse l’objet d’un accord définitif et clair entre les 28 membres de l’UE… Dans l’UE fédérale, elle n’entrera en vigueur probablement qu’en 2016, a souligné Mme Annick LEPETIT, porte-parole PS rapportant ces propos du groupe des députés socialistes français à Bruxelles !
En Suisse à travail égal on tend à donner un salaire égal. Or maintenant, en raison de la directive européenne, la concurrence est déloyale ; car il est possible de verser à un travailleur européen détaché en Suisse un salaire et des charges sociales inférieures de plus de 30% à ce qu’elles sont pour les travailleurs fixes. Avec cette distorsion résultant des accords bilatéraux, comment les entreprises utilisant du personnel établit en Suisse peuvent-elles encore garantir de bonnes conditions sociales à leurs collaborateurs, face à des concurrents/dirigeants cupides desserrant leurs responsabilités sociales et dévalorisant ainsi économiquement les formations et le travail de la population de notre pays ?
Des mesures d’accompagnement futures, maintes fois, annoncées par la Suisse et /ou par l’UE fédérale ne règleront rien… en accord avec le Grand Capital. Ainsi en Suisse, le contrôle de l’immigration massive en votation constitue le moyen de rajustement uniforme du niveau de vie du pays, actuellement menacé par une pratique de concurrence déloyale d’origine européenne autorisée par les accords bilatéraux dans notre économie.

3 Avant les accords bilatéraux avec l’UE fédérale, la Suisse disposait d’une économie qui fonctionnait déjà… clients et entreprises commerçants auparavant par-dessus les frontières, sans accords bilatéraux. Un bon produit s’impose de lui-même. N’ayons crainte de remettre en cause ces accords bilatéraux : les produits de qualité renverseront toujours toutes les barrières pour arriver vers une clientèle séduite et ainsi s’imposer. Retrouvons le goût du bien commun qui se perd, protégeons la solidarité nationale en danger et soutenons la paix sociale à travers la répartition de l’aisance, 1er rôle social des entreprises.

4 Etre contre l’immigration de masse, c’est surtout permettre l’entrée d’immigrants aidant à renforcer le bien-être du pays, face à une politique d’ouverture non maîtrisée par l’UE. Cela en répartissant mieux les revenus entre tous – gage de la paix sociale - et par une lutte efficace contre : le travail au noir, l’immigration inégale, la criminalité, le dumping salarial, le chômage montant et la précarisation des conditions de travail en imposant aux travailleurs entrants en Suisse des salaires et des prestations sociales agréés par les partenaires sociaux suisses.

5 Le contrôle des immigrants ne compliquera pas le recrutement de main-d’œuvre étrangère. Au contraire, il va l’optimiser en permettant d’accueillir en nombre les travailleurs dont nous avons besoin, sans exhumer le statut de saisonnier dépassé. Cela contrairement aux affirmations des personnes favorables à l’UE fédérale.

6 Le contrôle de l’immigration ne demandera pas plus de travail administratif que la situation actuelle ne l’exige, puisque les travailleurs étrangers doivent déjà aujourd’hui régulariser leurs rapports de travail. Seuls les papiers échangés différeront de ceux actuellement. Dans un même temps une baisse des effectifs de police et un regain de respect du savoir-vivre et des mœurs suisses pourraient être appréciés par tous...

7 Etre contre l’immigration de masse ne permettrait-il pas de renégocier avec l’UE fédérale ? Et même si, en raison de la clause guillotine, tout l'édifice bilatéral s'écroulerait, cela constituerait-il vraiment une menace rédhibitoire pour notre économie? Soyons pragmatiques : la Suisse est un petit hors-bord économique et non un pétrolier. Multiplions des accords économiques respectueux avec des pays d’Asie. Il y a là-bas un avenir pour notre Etat-nation.

8 Une politicienne a dit que le contrôle de l’immigration est un poison pour la Suisse. Elle ne considère pas la grande quantité de mauvais cholestérol que nos accords bilatéraux avec l’UE fédérale déversent dans notre économie, sang de notre pays : dumping salarial, risque de coûts accrus du chômage, démographie et insécurité ainsi qu’incivilité montantes, perte de notre culture et de nos valeurs, pollution grandissante, augmentation des fréquences d’expertises des véhicules, obligation d’allumer les phares, contraintes sans valeur ajoutée pour devenir « euro-compatible », etc. Le peuple suisse supporte beaucoup d’obligations jugées inutiles. Il souffre de la baisse de sa qualité de vie, de ses routes surchargées, de ses trains bondés, de ses écoles et de ses hôpitaux débordés !

9 Les politiciens suisses affirment que la paupérisation grandissante, résultant de la concentration du capital et du pouvoir en main d’un tout petit nombre, est causée par la crise économique. Aussi pour y voir plus clair, il y a lieu d’évoquer une suite vraisemblable :
En même temps que cette course effrénée à la concentration des richesses et du pouvoir, Economie Suisse nous propose d’engager les femmes pour lutter contre l’immigration de masse. A première vue, cette proposition séduisante permet aussi à certains ménages – de la classe moyenne - de rester à flot en envoyant épouses et mères de famille au travail. Certes, l’émancipation des femmes joue un rôle important, ainsi que l’offre croissante d’emplois dans le secteur des services où l’activité est moins pénible que dans l’industrie. Mais cette féminisation du travail est surtout dictée par la nécessité… d’atteindre les buts économiques visés. Grâce à cela, demain les salaires pourront à nouveau baisser et le supplément de revenu deviendra à terme insuffisant pour prendre en charge les frais de garde d’enfant(s) …, comme c’est d’ailleurs déjà le cas aujourd’hui en Espagne et au Portugal.
Puis, lorsque ce levier financier sera totalement exploité, il nous sera proposé un deuxième mécanisme d’adaptation : tous ceux qui le pourront allongeront leurs temps de travail. D’autres, de plus en plus nombreux, cumuleront deux ou trois emplois exigeant chacun au moins 20 ( ?) heures de présence. Le troisième mécanisme sera alors la ponction de l’épargne et le recours massif au crédit simple ou hypothécaire gagé sur la résidence principale, dont la valeur ne cesse(ra) d’augmenter… jusqu’à l’effondrement de l’immobilier et le rachat des plus beaux morceaux par…, devinez qui ?
C’est ainsi que le dépouillement et l’asservissement des peuples s’obtient pour le Grand Capital, au nez et à la barbe des honnêtes travailleurs, des bien-intentionnés, des ignorants et des simples d’esprit, tous collaborant à leur insu. Aujourd’hui, les armes sont essentiellement économiques : la pauvreté (réduction de la force du peuple) et la dette (asservissement du peuple)… Aussi il faut être conscient que, durant cette dernière décennie en Europe, les actions du Grand Capital, agissant à travers les organes de l’UE fédérale, ont été couvertes de succès retentissants : il dispose désormais d’une vaste zone territoriale et d’une population à coûts de production de plus en plus faibles, avec des systèmes sociaux différents aux services des populations qui seront finalement déclarés contraires aux règlements économiques européens que la Bruxelles fédérale développe…

Lire les « PRINCIPES DE RICARDO », chapitre 7, d’après l’essai de Robert TORRENS : (…) le taux de profit ne peut jamais hausser qu’en raison d’une baisse des salaires.

10 Pour réduire un peuple en esclavage, on pénètre son territoire, on s’installe chez lui et on lui confisque ses droits, en particulier celui de battre monnaie. De façon inavouée, l’Europe fédérale poursuit la dissolution des Etats-nations en imposant des pratiques de coûts de main-d’œuvre inégaux, appauvrissant ainsi les Européens et permettant de dévaloriser les places de travail existantes en Suisse ! Cette misère montante est révoltante. Un oui le 9 février prochain en faveur de l’initiative contre l’immigration massive permet à la Suisse de reprendre le contrôle des salaires et des charges sociales pratiqués par les Suisses et par les travailleurs européens détachés en Suisse.

11 Selon l’AFP, en France actuellement, un débat sur la limitation de l’immigration fait colère. Au-delà de ce thème récurrent inscrit au programme du Front National depuis longtemps, c’est maintenant l’UMP et son Président, M. Jean-François COPE, qui s’en emparent. Déclarant cette question « trop sérieuse pour être laissée à la gauche et aux démagogues de l’extrême droite », il dépose 41 propositions pour « reprendre le contrôle ». Dans un document de travail d’une trentaine de pages, le groupe de travail UMP coordonné par M. Hervé MARITON déroule des propositions qu’il veut « concrètes, fermes, et justes, inspirées des meilleures pratiques des grandes démocraties occidentales ». L’objectif, explique sans détour le député de la Drône au Journal Le Point, est de mettre en place une immigration non plus subie mais choisie. Un principe fondateur qui rappelle à s’y méprendre le projet porté par M. Nicolas SARKOZY en… 2006. « Nous ne voulons pas d’une immigration subie, nous voulons une immigration choisie », avait-il déclaré alors qu’il était ministre de l’Intérieur.
Cette thématique fait également l’objet d’un rapport que la gauche au pouvoir conduit non sans quelques fuites provoquant une situation facétieuse entre le Président Hollande et son Premier Ministre… Ces évènements peuvent être compris grâce à Internet. Observez l’évolution de la France, comprenez le lien intime entre immigration non contrôlée et insécurité montante, conséquences des volontés de l’Europe fédérale et de ses mécanismes révélés fin 2013 à un peuple de France impuissant face à Bruxelles.

12 …
• Comprendre les motivations de l’actuelle UE imposant une Europe fédérale. Etre conscient des volontés de dissolution des Etats-nations poursuivies par l’UE.
• Comprendre la différence entre l’Europe fédérale actuelle et une autre Europe respectueuse des peuples et de leurs différences : l’EUROPE DES ETATS-NATIONS.
• M. David CAMERON (Angleterre) veut réformer l’immigration légale …
• Volonté d’indépendance affichée par la Catalogne vis-à-vis de l’Espagne.
• Emeutes en Grèce… ; Trajectoire des Français et de la France… ; Révolte des fourches en Italie…
• Confiscation des dépôts bancaires (bail-in) à Chypres, et demain ailleurs ...
• Consulter les sites Web suisses et européens concernés et leurs blogs, etc.

Puis toujours au sujet de cette initiative, encore des documents permettant de saisir les actions de l’Union Européenne actuelle, son « pacte pour l’Euro» et l’enjeu de souveraineté nationale pour nous les Suisses :
http://www.lecontrarien.com/la-dissolution-de-letat-nation-18-12-2013-edito
http://www.contrepoints.org/2013/12/31/151797-suisse-une-prosperite-en-trompe-loeil
http://dessousdebruxelles.ellynn.fr/spip.php?article146 et http://www.ideologie-europeenne.fr/
http://www.dailymotion.com/video/x19q8n6_nigel-farage-antonis-samaras-vous-etes-une-marionnette-de-goldman-sachs-15-01-14_news et http://dessousdebruxelles.ellynn.fr/spip.php?article184

Enfin, pour connaître comment, dès 1992, nos politiciens ont modifié la Constitution pour retirer au peuple suisse sa souveraineté et pourquoi maintenant ils ne peuvent que s’en remettre aux exigences de l’UE, voici trois articles et une vidéo. Notamment pour comprendre cette sorte de grande alliance de notre classe politique supérieure qui, quittant le contrat social qui unissait le peuple suisse, ses partis politiques et la Confédération suisse, se légitime par l’idéologie «économiste» et par les règles européennes de déséquilibre économique qu’elle autorise, à la satisfaction du Grand Capital et de l’Europe fédérale :
http://leblogalupus.com/2013/12/31/la-democratie-suisse-a-lepreuve-de-la-mondialisation/
http://lilianeheldkhawam.wordpress.com/2013/09/05/la-democratie-suisse-devoyee/
http://www.adimante.ch/extrait.jset?uid=1 et http://www.youtube.com/watch?v=jGqMSj-lj8M

Et demain, lorsque les politiciens ambitionneront de nous limiter ou de nous retirer notre droit de referendum sous prétexte d’abus, ils mettront un terme à plus de 700 ans d’indépendance de la Nation Suisse et de son peuple souverain. Soyons lucides dès maintenant !

Écrit par : TS | 28/01/2014

Je m'aperçois que j'ai l'honneur d'être cité par "CEDH", pour mon billet sur le Kosovo. Le lien ne fonctionne pas, je le répète ci-après en lui souhaitant meilleure fortune.

Ainsi donc, Monsieur ou Madame hésite entre amusant ou effrayant le fait que l'on négocie âprement des accords avec l'UE, que l'on fait voter au peuple, qui les accepte, mais qu'en réalité la plus grande des arrivées d'étrangers provient d'un pays qui n'est pas dans l'Europe et pour lequel nous n'avons rien négocié ni voté.

En effet, chacun jugera.


http://autreregard.blog.tdg.ch/archive/2013/10/23/la-libre-circulation-fonctionne-t-elle-deja-avec-le-kosovo-2.html

Écrit par : Danijol | 29/01/2014

Je remercie Danijol pour avoir porté à notre connaissance de l'exacte syntaxe de son historique articulet. Pour ceux qui n'auraient pas cliqué sur le lien, on y lit :
.
"Mais voilà que dans ce palmarès des nationalités se glisse ce chiffre : 13'000 Kosovars sont arrivés en Suisse également ! Là, je sursaute. Je n'accepte pas."
.
L'allégation sur les kosovars est manifestement erronée. J'y arrive. Mais je tiens auparavant comme étant de mon devoir d'attirer l'attention des lecteurs sur la parfaite bonne foi de Danijol. Il ne ment pas, il est honnête, mais il divague.
.
En effet, il n'y a pas eu, pendant les 12 mois cités par Danijol, immigration en Suisse de 13'000 kosovars. Dès lors que pendant les mêmes douze mois 13'000 serbes ont quitté le territoire suisse.
.
Croyez-vous qu'il y a eu un échange de population comme celui que Danijol veut imposer aux suisses de France voisine ? Croyez-vous que 13'000 serbes ont quitté avec armes et bagages la Suisse et que 13'000 kosovars ont déferlé sur la Suisse ?
.
Bien évidemment que non. L'explication est plus prosaïque : 13'000 serbes (de plus) sont, pour l'administration suisse, devenus kosovars ensuite de l'indépendance du Kosovo. Et c'est tout.
.
Alors oui je trouvais amusante et effrayante, c'est selon, la contribution de Danijol. Mais aujourd'hui c'est l'effroi qui triomphe. En effet, il persiste et signe en affirmant juste ci-dessus :

"... mais qu'en réalité la plus grande des arrivées d'étrangers provient d'un pays qui n'est pas dans l'Europe et pour lequel nous n'avons rien négocié ni voté."
.
Pire encore, il amplifie puisque l'immigration imaginaire de 13'000 kosovars est toujours moindre que celle des 16'000 portugais qu'il nous rapportait dans son articulet historique !
.
Je le crois de bonne fois tant la ficelle est grosse. Par contre, il m'inquiète.
.
.
Je cite, in extenso, l'historique articulet de Danijol :

"La libre circulation des personnes fonctionne-t-elle aussi avec...le Kosovo?
.
Il y a des chiffres comme ça qui vous tapent à l'œil. Tellement que vous diversifiez les sources d'information pour vous assurer qu'il n'y ait pas d'erreur, et que vous finissez même sur le site de l'Office fédéral des migrations pour en avoir la certitude.
.
Je veux parler de l'immigration en Suisse, en particulier celle venant du Kosovo. Selon les derniers chiffres donc, sortis hier, l'immigration en Suisse a augmenté massivement. Cela, on s'en doutait. On s'en était aperçu, même. En particulier à Genève puisque en quelques années 30'000 Genevois ont dû partir à l'extérieur du canton pour se loger. Ils ont assurément été remplacés à l'intérieur...
.
L'augmentation est de 3,3% par rapport à l'année précédente. C'est un pourcentage élevé, qui risque bien de perdurer ainsi. En analysant le détail, l'on voit que près de 6'000 Français sont venus en Suisse, 7'000
Italiens, 8'000 Allemands et carrément 16'000 Portugais. Jusque là, rien que de très normal, ma foi.

C'est l'Europe et les accords bilatéraux, votés par le peuple. Peut-être d'ailleurs que ce même peuple reviendra en arrière en février prochain, on verra bien. Mais en tout cas, rien d'étonnant, et je confesse volontiers avoir une belle proximité avec l'ensemble de ces pays, et même un certain amour pour l'un d'eux.
.
Mais voilà que dans ce palmarès des nationalités se glisse ce chiffre : 13'000 Kosovars sont arrivés en Suisse également ! Là, je sursaute. Je n'accepte pas. Bien plus que les Allemands, juste un peu moins que les Portugais, en fait. En quel honneur? Y a-t-il encore une guerre là-bas pour que nous nous sentions à nouveau obligés de les accueillir à tour de bras? Avons-nous signé des accords bilatéraux également dont
j'ignorerais l'existence ou le vote?
.
Oh je vois déjà arriver les traditionnels défenseurs de tous les peuples trouver toutes les bonnes raisons du monde pour les faire venir parmi nous, important également leurs coutumes qui se soldent souvent, in fine, par des morts comme certains faits divers récents en témoignent. Ou alors, les crimes d'honneur et l'abjecte absence de respect pour la femme. Mais cela,
moi, je n'en veux pas.
.
Nous avons accepté, au terme d'une longue bataille, des accords bilatéraux avec l'Europe. Avec certains pays donc, pas le Kosovo. Je me sens trahi. Si vous avez ce même sentiment, manifestez-le aussi, et votons. En ce qui concerne cette problématique, seule l'UDC tient la route. N'ayez crainte, il m'arrive de la critiquer aussi, comme je l'ai vertement fait pour son soutien au nucléaire. Mais pour le coup, merci à elle. Tenez, justement, ajoutons une femme à notre Conseil d'État le 10 novembre.
.
Il en manquera, en plus."
.
Cet articulet n'a pas, sur la prétendue migration massive des kosovars en 12 mois et sur le site de Danijol, été contredit par :
anne.g
pierre à feu
corélande
jmemêledetout
Jedisçajedisrien
Géo

Écrit par : CEDH | 30/01/2014

Je remercie Danijol pour avoir porté à notre connaissance l'exacte syntaxe de son historique articulet. Pour ceux qui n'auraient pas cliqué sur le lien, on y lit :
.
"Mais voilà que dans ce palmarès des nationalités se glisse ce chiffre : 13'000 Kosovars sont arrivés en Suisse également ! Là, je sursaute. Je n'accepte pas."
.
L'allégation sur les kosovars est manifestement erronée. J'y arrive. Mais je tiens auparavant comme étant de mon devoir d'attirer l'attention des lecteurs sur la parfaite bonne foi de Danijol. Il ne ment pas, il est honnête, mais il divague.
.
En effet, il n'y a pas eu, pendant les 12 mois cités par Danijol, immigration en Suisse de 13'000 kosovars. Dès lors que pendant les mêmes douze mois 13'000 serbes ont quitté le territoire suisse.
.
Croyez-vous qu'il y a eu un échange de population comme celui que Danijol veut imposer aux suisses de France voisine ? Croyez-vous que 13'000 serbes ont quitté avec armes et bagages la Suisse et que 13'000 kosovars ont déferlé sur la Suisse ?
.
Bien évidemment que non. L'explication est plus prosaïque : 13'000 serbes (de plus) sont, pour l'administration suisse, devenus kosovars ensuite de l'indépendance du Kosovo. Et c'est tout.
.
Alors oui je trouvais amusante et effrayante, c'est selon, la contribution de Danijol. Mais aujourd'hui c'est l'effroi qui m'envahit. En effet, Danijol persiste et signe en affirmant, une fois de plus :

"... mais qu'en réalité la plus grande des arrivées d'étrangers provient d'un pays qui n'est pas dans l'Europe et pour lequel nous n'avons rien négocié ni voté."
.
Pire encore ! Il amplifie ses divagations puisque l'immigration imaginaire de 13'000 kosovars est toujours moindre à celle des 16'000 portugais qu'il nous rapportait dans son historique articulet !

Je le crois de bonne foi tant la ficelle est grosse. Par contre, il m'inquiète.
.
.
Je cite, in extenso, l'historique articulet de Danijol :

"La libre circulation des personnes fonctionne-t-elle aussi avec...le Kosovo?
.
Il y a des chiffres comme ça qui vous tapent à l'œil. Tellement que vous diversifiez les sources d'information pour vous assurer qu'il n'y ait pas d'erreur, et que vous finissez même sur le site de l'Office fédéral des migrations pour en avoir la certitude.
.
Je veux parler de l'immigration en Suisse, en particulier celle venant du Kosovo. Selon les derniers chiffres donc, sortis hier, l'immigration en Suisse a augmenté massivement. Cela, on s'en doutait. On s'en était aperçu, même. En particulier à Genève puisque en quelques années 30'000 Genevois ont dû partir à l'extérieur du canton pour se loger. Ils ont assurément été remplacés à l'intérieur...
.
L'augmentation est de 3,3% par rapport à l'année précédente. C'est un pourcentage élevé, qui risque bien de perdurer ainsi. En analysant le détail, l'on voit que près de 6'000 Français sont venus en Suisse, 7'000
Italiens, 8'000 Allemands et carrément 16'000 Portugais. Jusque là, rien que de très normal, ma foi.

C'est l'Europe et les accords bilatéraux, votés par le peuple. Peut-être d'ailleurs que ce même peuple reviendra en arrière en février prochain, on verra bien. Mais en tout cas, rien d'étonnant, et je confesse volontiers avoir une belle proximité avec l'ensemble de ces pays, et même un certain amour pour l'un d'eux.
.
Mais voilà que dans ce palmarès des nationalités se glisse ce chiffre : 13'000 Kosovars sont arrivés en Suisse également ! Là, je sursaute. Je n'accepte pas. Bien plus que les Allemands, juste un peu moins que les Portugais, en fait. En quel honneur? Y a-t-il encore une guerre là-bas pour que nous nous sentions à nouveau obligés de les accueillir à tour de bras? Avons-nous signé des accords bilatéraux également dont
j'ignorerais l'existence ou le vote?
.
Oh je vois déjà arriver les traditionnels défenseurs de tous les peuples trouver toutes les bonnes raisons du monde pour les faire venir parmi nous, important également leurs coutumes qui se soldent souvent, in fine, par des morts comme certains faits divers récents en témoignent. Ou alors, les crimes d'honneur et l'abjecte absence de respect pour la femme. Mais cela,
moi, je n'en veux pas.
.
Nous avons accepté, au terme d'une longue bataille, des accords bilatéraux avec l'Europe. Avec certains pays donc, pas le Kosovo. Je me sens trahi. Si vous avez ce même sentiment, manifestez-le aussi, et votons. En ce qui concerne cette problématique, seule l'UDC tient la route. N'ayez crainte, il m'arrive de la critiquer aussi, comme je l'ai vertement fait pour son soutien au nucléaire. Mais pour le coup, merci à elle. Tenez, justement, ajoutons une femme à notre Conseil d'État le 10 novembre.
.
Il en manquera, en plus."
.
Cet articulet n'a pas, sur la prétendue migration massive des kosovars en 12 mois et sur le site de Danijol, été contredit par :
anne.g
pierre à feu
corélande
jmemêledetout
Jedisçajedisrien
Géo

Écrit par : CEDH | 30/01/2014

Je remercie CEDH pour son analyse. Cependant, mon billet a été fait suite au communiqué de l'OFS qui indiquait que :

"Sont arrivés en Suisse en 2012 :

- 16'000 Portugais
- 13'000 Kosovars
- 8'000 Allemands
etc. "

En tout état de cause cependant, je viens de consulter (et enregistrer, cette fois) le tableau de la population des Balkans en Suisse à fin 2012, le voici (hors Slovénie et Croatie bien entendu, chiffres arrondis) :

- Albanie : 1'500
- Monténégro : 2'100
- Bosnie-H. : 34'000
- Kosovo : 80'000
- Serbie : 99'000

Cela relativisera peut-être vos affirmations de divagation.

Merci.

Écrit par : Danijol | 30/01/2014

@ Danijol

Le même communiqué de l'OFS indiquait le départ de 13'000 serbes.

Cela, vous prenez soin l'occulter aujourd'hui encore. Comme vous êtes de bonne foi et croyez ce que vous écrivez, force est d'entrevoir que s'est développé en vous une tendance à écarter tout fait réel qui ne soutient pas votre thèse.
.
J'imagine bien que le fait qu'il soit agit d'un immigration administrative de 13'000 kosovars et d'une émigration administrative de 13'000 serbes, pour cause de changement dans l'enregistrement administratif fédéral de nationalité (indépendance du Kosovo), vous ait échappé. Cependant, aujourd'hui, votre raisonnement est devenu celui d'un homme qui a une conviction inébranlable qu'il ne veut abandonner même si elle est manifestement contraire aux faits. Inquiétant.

Mais bon si cela peut vous aidez à vivre la situation difficile qui est la votre c'est un point positif. Sauf qu'à terme cela ne va améliorer votre situation. J'en viens à espérer, pour vous, que vous soyez de mauvaise foi.

Quoiqu'il en soit vos lecteurs se ferons une opinion quant à votre bonne ou mauvaise foi et quant à la validité de vos raisonnements complexes, comme vous prétendez en exposer sur votre blog, dès lors que vous échouez à articuler trois idées.

Bonne journée

Écrit par : CEDH | 30/01/2014

CEDH @ votre agressivité ne trompe personne. Cela sent le mauvais perdant, et cela sent mauvais tout court. Je ne m'abaisserais pas à dire nauséabond, le mot fétiche des gens comme vous...

Écrit par : Géo | 30/01/2014

@ CEDH : Je recherche ardûment la page que j'avais vue sur le Télétexte, je n'ai malheureusement pas eu la présence d'esprit de l'enregistrer, je crains que ce soit perdu. Un lien n'était en tout cas pas fait, et je suis formel.

Par contre vous, vous ne dites mot sur les chiffres que j'ai rappelés dans mon commentaire précédent qui nous donnent plus de 200'000 personnes des Balkans en Suisse. Si ce n'est pas une forme de libre circulation, ça...

J'arrête ici notre échange, l'hospitalité de M. Décaillet aura des limites et il se trouve que je tiens moi aussi mon blog sur lequel votre commentaire aurait eu toute sa place, comme mes réponses bien sûr.

Écrit par : Danijol | 30/01/2014

@ Géo

Il est vrai que vous êtiez l'un de ceux qui ont supporté Danijol dans ses errances cognitives.

Écrit par : CEDH | 30/01/2014

@ Géo

Vous vous méprenez. Je ne saurais être perdant. Si l'initiative est refusée je ne serais pas perdant puisque je m'oppose à cette initiative contraire à l'intérêt commun.

Et si elle est acceptée (par le peuple ET les cantons) l'explosion des complications administratives et juridiques pour les entreprises et les particuliers (pensez aux seuls suisses de France voisine perdant tout droit de séjour et ruinés au vu de l'effondrement de l'immobilier) sera telle que je pourrais augmenter le niveau de mes honoraires.

Écrit par : CEDH | 30/01/2014

"ruinés au vu de l'effondrement de l'immobilier"
Désolé, mais cela aussi révèle un manque de sérieux dans l'analyse. Tout au plus, la maison qu'ils auront achetée et qui a doublé de valeur en quelques années vaudra un peu moins...
A part ça, cela m'étonne de votre part, parce que d'habitude vous écrivez sur des sujets de droit sur lesquels vous êtes à l'évidence très compétent. Vous donniez l'impression d'un grand professionnalisme alors que vos dernières interventions sont largement en dessous.

Je persiste à prétendre que ce catastrophisme n'est pas crédible, alors qu'il est évident qu'on ne peut pas continuer tranquillement sur la même courbe d'expansion. Les dirigeants commencent à comprendre qu'ils ont complétement déconné en prétendant qu'une Suisse à 10 millions d'habitants non seulement ne leur faisait pas peur mais que l'idée leur plaisait. Peut-être vont-ils au boulot en hélicoptère, sait-on jamais ? Mais comment peut-on faire voter la LAT qui veut réduire drastiquement les zones constructibles et loger deux millions d'habitants de plus en Suisse ? Totalement aberrant. Ces gens, nos dirigeants, sont complétement paumés, incompétents et à la masse.

Écrit par : Géo | 30/01/2014

@Géo

Votre prévision de croissance démographique est aléatoire. A vous suivre, il y aura 444 % de musulmans en 2084 (ou quelque chose comme cela). En fait, tout dépend de la situation économique européenne et beaucoup de pays de l'UE ont atteint le fond de la piscine.

Quant aux suisses de France voisine, ils seront ruinés au vu de l'effondrement de l'immobiler. Certes, celui qui a acheté il y a lontemps ne le sera pas. Mais celui qui a acheté plus récemment sera "underwater". Du chômage dans la famille (et le chômage augmentera) et il sera incapable de payer ses traites et privé de sa maison. Et une maison de plus sur le marché pour mieux faire baisser les prix. Et encore plus de propriétaires "underwater".

De plus, se pose une lancinante question, à laquelle vous et vos pairs ne répondez jamais. Nos compatriotes perdrons leur droit de séjour ALCP en France sans avoir un droit acquis de séjour.

Que fera la France ? Maintiendra-elle sa loi nationale qui assimile les suisses aux européens ? Je ne le crois pas. Nos compatriotes seront soumis au droit ordinaire. Il devront, à l'instar des ukrainiens et des maliens, quémander un titre de séjour à une administration française débordée. Titre de séjour que les autorités délivrerons selon leur bon vouloir.

Au vu d'un délai qui pourrait atteindre 3 ans, peut-être pourraient-ils en profiter pour devenir français.

En tous les cas, au vu de la migration de retour de nos compatriotes, l'idée que le marché du logement genevois sera détendu est un leurre.

Écrit par : CEDH | 30/01/2014

CEDH @ Voilà que vous me parlez de Musulmans ? de 444% en 2084 ? Vous avez fumé quoi ? C'est du brutal...
Les Suisses de France voisine : honnêtement, comme le 99% de mes compatriotes, je m'en fous. En plus, ils ne s'inscrivent pas en France et sont pour la plupart clandestins, à ce que l'on entend. Donc...
S'ils reviennent en Suisse, les Genevois se verront obligés de cesser leurs sempiternelles querelles à la française donc stériles et de les loger. Donc, ce sera un effet positif de plus de cette initiative UDC...
Après, il y aura encore Ecopop, pour laquelle je me réjouis de voter. Ne serait-ce que pour emm... Yves Rossier, arrogant, prétentieux n°2 du DFAE et arrivé à ce poste sans respecter les procédures légales.

Écrit par : Géo | 30/01/2014

@ Géo

"444 % de musulmans en 2084". C'est le type résultat aberrant auxquels on arrive lorsque l'on prolonge linéairement une tendance dans le futur sans imaginer qu'au cours du temps les choses changent. Et c'est exactement ce que font les partisans de l'initiative en extrapolant le fait que l'immigration continuera telle qu'elle est depuis 2007 pendant des décennies. Je vous rappelle que les portugais, par exemple, avaient cessés d'immigrer en Suisse (ou ailleurs) dans la deuxième moitié des années 1990, retournant au Portugal, Portugal devenue terre d'immigration. Un tel phénomène se reproduira tant ces pays du sud ont touché le fond. Le plus malheureux pour eux c'est que retournerons les moins qualifiés et les plus âgés. Nous garderons les plus qualifiés et le plus jeunes.

Géo se fout des suisses résidents de France voisine. J'en prend bonne note. C'est bon à savoir. Et vous remercie pour votre franchise.

Par contre, ce n'est pas 99 % de nos compatriotes qui s'en foutent. Je vous signale que les suisses de l'étranger, qui ne doivent pas s'en foutre, représentent un peu plus de 10 % des suisses (732'000 à être immatriculé fin 2013 alors que les suisses de Suisse sont 6'192'000, fin septembre 2013).

Ne seriez-vous pas un neo-suisse binational tendance MCG ? Pas mal pour vous, les suisses ruinés et le marché immobilier effondré vous pourrez acheter à bon prix et aller vous y établir en tant qu'européen.

Écrit par : CEDH | 31/01/2014

CEDH @ Nuance : je me fous des 20'000 Suisses établis autour de Genève. Ce n'est pas vraiment la même chose. Sauf erreur, ce chiffre a été cité par vous, dans un de ces nombreux billets. Et je m'en fous parce qu'ils ne s'inscrivent pas en France et bouffent à tous les râteliers. Suisse de l'étranger, je l'ai été pendant 20 ans. Et je ne suis pas bi-national, j'ai horreur de cette idée. Je ne vote pas MCG ni UDC. Mais je me pose des questions pour les prochaines élections, parce que décidément, pour qui d'autre voter? Les Radicaux-libéraux, partis des traders fous et des banquiers véreux, ainsi que des spéculateurs sans scrupule de l'immobilier ? Pour les verts libéraux, plus gauchistes que les écolos pastèques ? Le PDC du guignol en Harley Davidson et du chasseur valaisan ?
Vous votez pour qui, qu'on rigole ?

Écrit par : Géo | 31/01/2014

Les commentaires sont fermés.