09/02/2014

Le pays réel

 

Sur le vif - Dimanche 09.02.14 - 16.24h

 

Contre le Conseil fédéral, contre le Président de la Confédération, en campagne dès son discours du Nouvel An, contre la majorité de la classe politique suisse, contre l’immense majorité des médias, et notamment la campagne d’obédience de la SSR, contre la propagande d’enfer du PLR et du patronat, le peuple suisse a parlé. Il ne s’est pas laissé impressionner. Il a écouté sa petite voix intérieure. Et, souverainement, il a tranché.

 

Cette votation restera dans les annales. Non seulement parce qu’elle redéfinit nos critères en matière d’immigration. Mais surtout, parce qu’elle inverse, au sein de la droite suisse, le rapport de forces entre les adeptes du libre-échange absolu et ceux d’un contrôle des flux. Au sein de la gauche, elle redéfinit les forces entre les bobos et les réalistes, à l’instar de nos compatriotes tessinois, livrés de plein fouet aux mouvements migratoires lombards. Du Sud des Alpes, ils nous disent qu’ils sont Suisses. Ils nous disent qu’ils ont une autre ambition qu’être une simple banlieue de Milan. Et nous devrions, nous leurs compagnons de destin à l’intérieur de ce pays que nous aimons, demeurer sourds à leur appel ?

 

Il ne s’agit pas, nous le répétons ici depuis le début, d’une votation contre les étrangers. Ils ont contribué à faire ce pays, et nous aideront encore demain. Nous leur disons notre estime et notre respect. Nous avions juste à choisir, comme l’immense majorité des pays qui nous entourent, à l’issue d’un vaste débat populaire, une certaine régulation, dont le champ d’application demeure à préciser, pour nos flux migratoires. Il n’y a là rien de xénophobe, rien de scélérat. Juste la décision de remettre la politique au milieu du village. Le primat du peuple souverain, et des cantons, face à une jungle laissée, pendant une décennie, à la seule merci de milieux de l’économie dont certains ont trop profité, pratiquant la sous-enchère. Ils en récoltent  aujourd’hui la sanction.

 

Ce 9 février 2014 marque aussi le grand retour d’un homme que trop de monde a cru bon d’enterrer un peu trop vite : il s’appelle Christoph Blocher, il a 73 ans, il fut conseiller fédéral avant d’être éjecté du Collège par un pronunciamiento que nous dénoncions ici le jour même, en décembre 2007.  Ce retour déplaira à nombre de beaux esprits. Tout comme le scrutin d’aujourd’hui. Tout comme le pays réel, lorsqu’il s’oppose au pays légal. Oui, je sais le champ de références historiques de ces deux mots. Je les assume. En demeurant plus que jamais, pour ma part, à l’intérieur d’une démocratie que j’aime et dont je ne souhaite que la vivacité créatrice. Là où les corps intermédiaires s’endorment, que la démocratie directe se réveille.

 

Ce pays réel, il serait souhaitable que les médias s’en soucient un peu plus. Lui prêtent d’avantage l’oreille. Au lieu de le bouder, de haut, là où ne règnent que les mondanités où l’on s’acoquine avec les puissants. Un peu plus de solitude, de courage, dans ce monde des éditorialistes de Suisse romande, n’eût pas été de trop. Oui, ce pays réel, il faudra peut-être lui tracer une voie et lui donner des voix. Ce sera l’une des conséquences de la Suisse recomposée par le scrutin historique de ce dimanche 9 février 2014. Dans cet enjeu, je n’ai pour ma part nulle intention de demeurer inerte.

 

 

Pascal Décaillet

 

16:24 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Cool, vous êtes dans le même camp. que les suisses allemands les plus primitifs et de Christophe Blocher !
Vous avez de quoi être fier !
À quant un déménagement à Uri ?

Écrit par : Vincent | 09/02/2014

Avec ce vote du 09.02, je suis fier d'être Suisse.

Écrit par : Carryl schürmann | 09/02/2014

Une majorité de nos concitoyens n'a pas eu peur de l'Union Étrangère. C'est quoi déjà le mot pour dire "peur de l'étranger"?

Écrit par : Johann | 09/02/2014

Exactement le même résultat que le fameux dimanche 9.10.1992 - 50,3% -
Grandiose. (idem pour les cantons romands d'ailleurs......bofffff)
C'est jouissif, une médaille d'or, un pays des Votants majoritaires en or!
Merci les Suisses-Allemands, respect aux Tessinois et j'espère que vous serez les premiers bénéficiaires de ce résultat, et à très court terme.

Écrit par : Corélande | 09/02/2014

Excellent.
Sur le site de la TdG, la réaction de l'ex-conseillère d'Etat Madame Martine Brunschwig-Graf est symptomatique de cette position "foutue" du PLR internationaliste. Sa prédiction de déclin économique de la Suisse montre qu'elle ne respecte ni la démocratie, ni le Pays réel et surtout, que la dissolution de la Suisse dans l'UE qu'elle a toujours prônée ne passera jamais et qu'enfin, je ne crois pas une seconde à ses projections sur l'économie réelle, si elles se fondent sur les mêmes fondements que sa brillante gestion de l'école genevoise.
Des réactions de ce genre se paieront cash devant l'électorat, pour les prochaines échéances électorales de la "droite ententielle" genevoise! .

Écrit par : simonius | 09/02/2014

Le retour de Monsieur Blocher? certains vont ronchonner mais d'autres vont applaudir c'est sûr. Parmi les grands mamans on en connait beaucoup qui vont être ravies de retrouver un homme qui dit haut et clair ce que d'autres pensent tout bas car disent -elle voici un homme qui sait nous booster par ses discours .Sa dynamique orale ne les laisse pas insensibles celle-ci leur rappelant des discours d'antan ceux du Général Guisan et bien d'autres qui souvent invisibles savaient stimuler l'électorat dès leur apparition
Comme quoi à trop souvent flâner dans les médias ,certains commencent vraiment à irriter le peuple leur reprochant même un vocabulaire aussi restreint que celui d'un apprenti ne parlant que le Suisses-Allemand et encore même lui en saurait davantage du moins à notre époque
Taxes ,défendu ,interdit,amendes d'ordres pour sacs à ordure etc à croire qu'ils sont en panne d'imagination et attendent tous un logiciel spécial idées pour les aider à franchir le cap de la régression mentale qui les mènera peu à peu en continuant ainsi vers l'oncle Alzheimer

Écrit par : lovsmeralda | 09/02/2014

Ne soyons pas naïf, le débat était équilibré au vu de l'argent de l'UDC et d'un milliardaire établi à Zürich.
Le pays réel, c'est moins de 20'000 voix d'avance.
Le pays coupé en deux. L'est et l'ouest. les villes et les campagnes. Les lococomotives économiques et les wagons. Les suisses et les binationaux.
Le cri de désepoir du Tessin et, à Genève, des Avanchets et Châtelaine.

La fin de la libre circulation des suisses à l'étranger, suisses devenus pleinement extra-communautaires. Les futurs retraités au petit moyens peuvent rêver quant à leur établissement en Europe. Les riches, les bobos pas de problèmes pour eux. Et le sort des suisses de l'étranger. Les 10'000 familles du genevois français. Titre de séjour comme un Ukrainien, sera-t'il donné ?

Ouvrons les yeux. Redding et Barroso, personnalisation de l'UE, ce n'est pas l'UE. L'UE c'est 28 Etats. Une organisation qui donne pas toutes compétence à la Commission, notamment dans sa relation avec les Etats étranger. Les décisions devront être prises au sommet de l'UE.

La renégociation souhaitée nécessite l'approbation des 28 Etats, devant leur parlement. La renégociation revoulue sur clause guillotinne, aussi. Cela ne passera pas. L'accord tombera. Les 6 premiers accords à forte incidence économique aussi.

L'économie en sera impactée.

Il faudra donc appliquer la préférence nationale et déclarer non grata les étrangers en trop, comme lors de la crise de 1973.

Pyramide des âges. Les personnes âgées aux petits moyens ne peuvent plus rester en Suisse.

Schengen et Dublin tomberont.

Schengen, on pourra remettre des garde-frontière, cela ne sera pas plus efficace que les contrôles volants : il manque de garde-frontière. Avec Easyjet cela sera la queue extra-européenne. Et les frontières terrestres ? : Genève-Ferney et c'est l'entrée dans Schengen. Une dérogation à Schengen, j'en doute. Il y a 24 Etats européen qui n'y ont aucun intérêt.

Dublin, double demande d'asile possible, une en Suisse et une en UE. La Suisse sera débordée de demandeurs et donc plus de dealer. Et ceux là passeront.

J'arrête là et je reviens à la préférence nationale à l'emploi. Il n'y a pas divergence entre les textes allemands, préférence aux suissesses et suisses, ou italien et français, préférence nationale.

Nation, nationalité, national. Les nationaux en Suisse sont les suisses pas les résidents.

Le contraire serait une trahison. Alors oui, Nidegger, le double national, alors oui, Freisinger, au père autrichien, alors oui Voiblet et d'autres UDC ont pris le chemin de trahir la volonté populaire.

Écrit par : CEDH | 09/02/2014

Mr Décaillet,

Merci pour votre analyse et votre rappel sur la teneur, l'objet de cette initiative.
Effectivement, elle n'est point xénophobe, mais touche essentiellement au modèle économique que souhaitait préserver / promouvoir les élites économiques voir idéologiques de notre confédération. Tout en ignorant les dégâts sociaux qu'une telle politique provoque dans de large part de la population, notamment dans les cantons frontières (Tessin).

Il reste à espérer qu'à la vue de ces résultats (notamment les communes urbaines de l'arc genevois) que les idéologies d'antan notamment social-démocrate en matière économique, et de flux de main d'oeuvre, soient honnêtement revue. Si les réalistes du parti socialiste se laisse à nouveau déborder par le front des bobos, il est à parier que ce parti n'est qu'au début de sa descente dans les scores communaux aussi bien que cantonaux. Ce parti se coupera d'une part de sa base historique et ceci changera la configuration des forces dans le débat politique et pas forcément à l'avantage de la droite institutionnelle.

Il est possible que ce résultat soit une chance pour l'Europe, afin de réfléchir à un modèle de partenariat viable et durable pour les zones frontières quelles qu'elles soient à l'intérieur de l'ensemble européen.

Envisageons le meilleur dans le cadre du possible qui est en perpétuel devenir.

Ce résultat peut permettre l'éveil (finalement) de la classe politique, de reprendre une partie de son indépendance face aux lobbys économiques. Il serait temps.


Meilleurs messages
Daniel R.

Écrit par : Rinaldi | 09/02/2014

Et maintenant : Albanie ou Hong-Kong ?

Écrit par : Eugen Billard | 09/02/2014

Bravo félicitations une suisse d,origine étrangère

Écrit par : Cristina huguenin | 09/02/2014

Félicitations pour votre courage solitaire face à tous.

Écrit par : Bacchus | 09/02/2014

Résumé tout à fait juste!
J'ai voté contre, tout en étant partagé sur le fond.
Effectivement, certaines instances pourraient ouvrir leurs oreilles et, surtout, laisser leur arrogance au vestiaire un peu plus que deux mois avant les votations...

Écrit par : Pascal K. | 09/02/2014

Bravo pour votre analyse lucide Monsieur Décaillet et merci pour votre précieux soutien. Une fois de plus vous prouvez votre indépendance, alors que depuis des mois la presse de tout bord nous menace et ne transmet que les points de vue des opposants. Quel soulagement ce soir, même si la conférence de presse du CE me laisse pantoise. François Longchamp annonce déjà que Genève va aller négocier un statut spécial car elle a besoin de nombreux travailleurs étrangers...Pourquoi ne tient-il pas compte des inquiétudes du peuple suisse ? Pourquoi ne s'attache-il pas à former nos chômeurs, toujours plus nombreux et à leur donner les emplois disponibles en priorité ? En plus nous savons tous que le CE nous ment. Il y a aujourd'hui au chômage une multitude de gens, habitant Genève qui sont parfaitement qualifiés mais qui restent sur la touche car les patrons préfèrent proposer 3000.- à un frontalier plutôt qu'à un chômeur, sachant que ce dernier a besoin du double pour vivre à Genève. J'ai la désagréable sensation que le CE cherche déjà à contourner le résultat de la votation...

Écrit par : corinne strohheker bavaud | 09/02/2014

Honte à tous ces faux-culs du monde économique et politique suisse qui nous
ont rabattu les oreilles pendant des semaines, nous menaçant de cataclysme
en cas de oui.
A nos hommes et femmes politiques de se réveiller, de descendre de leur piédestal, de se mettre sans plus attendre sérieusement au travail et à agir une fois pour toute, pour le bien du peuple suisse.
Il y a encore du sang de Waldstätten qui circule dans les veines d'une majorité
de Suisses fiers de l'être et c'est très réjouissant...

Écrit par : bidouille | 09/02/2014

Je suis fier de mon pays capable de dire non à la majorité méprisante en place qui refuse de voir les problèmes existants pour une raison vraiment démocratique : parce que c'est l'UDC qui dénonce.J'ai fait , me semble-t-il, parfois des propositions intéressantes et fort peu partisanes au Grand Conseil qui ont été souvent rejetées avec toujours pour raison: c'est une bonne idée avec une mauvaise solution.Si la décision sur l'immigration aura aussi son revers de médaille, on ne peut avoir le beurre et l'argent du beurre, il faut avoir l'honnêteté de reconnaître que , seule contre tous, l'UDC a remporté une grande victoire.

Écrit par : Leyvraz Eric | 09/02/2014

Et maintenant ECOPOP!

Écrit par : Johann | 10/02/2014

Pas d'accord avec votre position même si j'apprécie votre ton modéré par rapport à d'autres. Donc la Suisse Romande ne fait pas partie du pays réel...?

Écrit par : Gérard Bloch | 10/02/2014

"Donc la Suisse Romande ne fait pas partie du pays réel...?"
Dans 10, 20 ou 30 ans, la Suisse s'arrêtera à la Sarine. Les Suisses romands ne veulent pas vraiment être Suisses et préfèrent majoritairement la chienlit socialiste et française. A force de jouer avec le feu et de dégueuler sur les Suisses allemands, ce qui doit arriver va arriver et les petits idiots romands vont se retrouver le bec dans l'eau, dans la situation de la Savoie en 1860.
Et se retrouveront non seulement dans l'Empire européen chéri, mais en France. Le cauchemar de toute personne sensée...

Écrit par : Géo | 10/02/2014

Bien joué, Pascal Décaillet ! Désormais, vos filles vont pouvoir étudier le romantisme allemand ou la commedia dell’arte en toute quiétude entre les murs délabrés d’Unis Bastions. Finis les séjours Erasmus dans les universités d’Heidelberg ou de Bologne pour enfants de bobos idéalistes... Bienvenue chez nous, le pays réel !

Écrit par : PascaleT | 11/02/2014

Pascale T@ Le programme Erasmus est plus connu pour être une sorte de Club méd pour étudiants foireurs et partouzards que l'organisation de stages studieux pour élèves très motivés...
Remarquez, c'est vrai que cela dégage peut-être les nuisances entre Carl-Vogt et Ecole-de-médecine, mais comme elles sont de toute façon maximales...

Écrit par : Géo | 11/02/2014

Les commentaires sont fermés.