12/02/2014

La chute de la Maison libérale

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 12.02.14

 

Le séisme du 9 février 2014 marque une double chute, qui correspondait à une double fracture, dans le paysage politique suisse. A gauche, c’est la victoire des réalistes (à l’image des socialistes et des Verts tessinois) face aux bobos. A droite, la victoire de l’aile protectionniste, souhaitant renouer avec l’idée de frontière, face aux libéraux, libres échangistes, et souvent dérégulateurs. Ce scrutin historique n’aura pas été un débat droite-gauche. Mais le fracas parfois désordonné de plusieurs batailles. Internes à la gauche, ou à la droite. Dépassant les clivages traditionnels. Pour mieux faire resurgir une carte du pays qui ressemble furieusement à celle du 6 décembre 1992, le rejet de l’Espace économique européen par une nette majorité de cantons, mais un faible écart du peuple.

 

Pour les libéraux, la défaite est très rude. Entendez par là, tous ceux qui, depuis au moins deux décennies, ne jurent que par la libre circulation, le moins d’entraves possibles aux entreprises, l’abolition de la frontière. Leur campagne, dûment stipendiée par le grand patronat, à coups de millions dans les journaux, ne cessait de nous rappeler à quel point la dernière décennie, depuis l’entrée en vigueur des bilatérales, avait été une période de croissance. Ils avaient juste oublié une chose : les fruits de cette prospérité n’avaient pas été répartis équitablement dans la population. Ni à l’intérieur des entreprises, ni d’une région à l’autre du pays. La carte du oui, le dimanche 9 février, vient rappeler à notre bon souvenir toutes les zones délaissées par ces glorieuses années.

 

On a laissé la venir la croissance, sans en anticiper la régulation. On s’est frotté les mains de pouvoir accueillir 80'000 migrants par an, les patrons heureux de les engager, les ministres des finances tout contents de la manne fiscale, sans s’interroger sur la Suisse pléthorique, de 10 ou 12 millions d’habitants, que cela nous préparait. On a fait du raisonnement économique à court terme, en laissant certains patrons pratiquer la sous-enchère, exclure de l’emploi des résidents. Et on a oublié de faire du social. Cette croissance n’a pas été répartie correctement, certains se sont rempli les poches, d’autres ont été laissés sur le bord du chemin. La gauche syndicale, à très juste titre, l’a dénoncé. La droite protectionniste aussi. Mais dans les milieux libéraux et ceux des grandes organisations patronales, comme Économie Suisse, on n’a pas voulu voir le danger potentiel que cela représentait. On n’a pas su prévoir. On est demeuré dans son arrogance, dans l’idée qu’on était éternel à détenir le pouvoir, et on commence à en récolter les résultats.

 

Oui, ce libéralisme-là a failli. Au sein de la droite suisse, comme au sein de la droite genevoise l’automne dernier, le rééquilibrage s’est opéré en faveur des protectionnistes, qu’ils s’appellent UDC par ci ou MCG par-là. Ce mouvement, loin d’être une parenthèse, ne fait que commencer, préfigurant, en Suisse comme ailleurs en Europe, une Révolution conservatrice et sociale, plus proche des gens et de leurs préoccupations. Trahison des clercs, et sanction des élites.

 

Pascal Décaillet

 

15:09 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Plus je vous lis, plus j'approuve la pertinence de vos propos.

Écrit par : François | 12/02/2014

Bonjour M. Décaillet,

Comme la plupart du temps, je suis très d'accord avec vous.

A un point près, cette fois-ci. Je ne comprends pas pourquoi vous placez les socialistes dans le camp des vaincoeurs. Ils étaient clairement opposés au référendum de l'UDC et font partie du camp des perdants.

Les seuls à gauche qui étaient vraiment pour étaient effectivement la petite représentation des verts tessinois. Chapeau à eux.

Bon, prochaine étape, accepter l'initiative Ecopop qui en remettra une bonne couche.

Et puis, ensuite pour montrer qu'on est pro-business dans l'âme, la baisse du taux de taxation des entreprises en Suisse à 13% pour être aussi vertueux parmi beaucoup d'autres exemples, l'Irlande et le Liechtenstein à 12.5%, la Russie à 13%, Hong Kong à 16.5% ou Taiwan à 17%.

Le peuple suisse n'est pas anti-business, mais il ne veut pas perdre son job tout en faisant croître les profits sans contre partie. Donc, ok pour la baisse des impôts, mais on engage suisse.

Et puis, aussi, pour bénéficier du mythique label suisse il serait temps de réfléchir à l'opportunité d'une initiative qui demanderait que deux-tiers (66.7%) d'un produit soit fabriqué en Suisse avec minimum 51% d'employés suisses.

Ceux qui ne souhaitent pas de label suisse peuvent faire autrement, mais le nom suisse ça se paye.

Quand un client lâche 15'000 francs pour une montre suisse, il veut qu'elle soit fabriquée en suisse par un employé suisse.

Écrit par : La censure prospère en Suisse | 12/02/2014

Malheureusement on ne peut que être très d'accord avec votre point de vue.
Je suis aussi d'accord avec le commentaire ci-dessus qui parle du label Suisse qui doit être garant de la qualité Suisse !

Écrit par : Espace Sols | 18/02/2014

Les commentaires sont fermés.