15/02/2014

Le Matin d'avant-hier vous adresse son salut

 

Sur le vif - Samedi 15.02.14 - 10.44h

 

Exceptionnelle, la rapidité journalistique du Matin. Il donne la parole aux partisans du oui à l'initiative de......  dimanche dernier !



On eût pu, dans un accès de folie, imaginer qu'il la leur donnât un peu, même par dose infinitésimale, AVANT la votation. Et non six jours après.



Seulement voilà, AVANT la votation, il ne fallait surtout pas se brouiller avec la doxa, la chape de plomb, de toute la presse romande, qui était de prôner le non, hurler le non, surtout ne pas faire mine d'entendre le murmure du oui. Ne pas se brouiller avec son groupe de presse, ses annonceurs.



Lundi encore, lendemain du verdict, ce journal tombé au plus bas titrait sur "la honte d'être suisse".



Et maintenant, pitoyablement à la traîne, la majorité ayant tranché pour le oui, le Matin commence à s'intéresser aux raisons du oui.



Peut-être, d'ici dix mille ans, iront-ils faire un tour du côté de Châtelaine et des Avanchets. Avec lampe frontale. Et GPS.

 

Pascal Décaillet

 

 

10:44 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Aux Avanchets, les habitants sont prêts pour recevoir quiconque s'intéresse à eux.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 15/02/2014

Je signale qu'en ce moment sur le blog de la "mondialisation humaniste" on est en le plein délire. C'est Christophe Blocher à toutes les sauces en train de rôtir sur le bûcher.

Le problème est, que le proxénète en chef de cette maison close a largement dépassé les bornes de la critique/satire politique.

Il est donc recommandé aux personnes se sentant gravement calomniées et insultées de conserver les textes et de faire suivre...

Écrit par : petard | 15/02/2014

Monsieur Petard,

Si j'ai bien compris certains français sont allergiques à la démocratie directe. C'est typique des gens donneurs de leçons. Ils ont toujours raison. Ils sont orphelins de la monarchie. Ils doivent se contenter d'une monarchie élective ou républicaine. Et ils prennent même conseils auprès de gens qui n'ont jamais été élus. Dans toute monarchie, il y a un système de cour. Ils aspirent par leurs relations à faire partie de cette aristocratie.

Écrit par : Charles | 15/02/2014

petard@ C'est encore bien pire sur le site de l'ancien correspondant de la TdG à Paris, le plouc Cuénod, qui aujourd'hui à la retraite se lâche complétement dans un délire d'extrême gauche digne des belles années 70...

Écrit par : Géo | 15/02/2014

Il y a parfois des fous de la plume qu'ont perdu la raison et continuent dans leur délire en basculant sur la folie d'un système qui leur échappe ? La balle est dans l'autre camp et à même temps une partie de la population, retrouvent espoir et justice. Ce n'est beau cette démocratie à la Suisse ? Il y a déjà une semaine bientôt que les urnes ont décidé la suite de notre politique. Ce que nous lisons de la part des perdants c'est du passé. il est temps de passer a autre chose et penser positif. Du gros chantier en vue, normal, avec tout le bordel que la gauche avec la complicité d'une certaine droite ont crée.
C'est comme au foot. En juin nous avons le mondial de football au brésil, nous sommes en 2014, mais j'entends encore chanter on est les champions (1998).
Faisons du nettoyage aussi d'une certaine presse qui fait honte a la profession.

Écrit par : Manco | 15/02/2014

Nous en avons marre que l'on nous compare a la droite française.
La vraie démocratie est celle qui permet au peuple de se manifester et de dire ce qu'elle pense sans être diabolisé.
La France qui nous entoure et surtout ceux qui en bénéficient d'un travail bien rémunéré en Suisse parlent toujours de racisme et xénophobie lorsque l'on attaque à ses intérêts et se prétendent de gauche mais la réalité est une autre et tout le monde le sait. Faites ce que je dis mais surtout pas ce que je fais. La plus part de ces travailleurs frontaliers qui travaillent en Suisse depuis longtemps et qui grâce à la Suisse ont une vie bien bourgeoise votent tous à droite et pour le Front nationale car ils ne veulent pas que ses propres étrangers s'attaquent à leur petit confort. Il suffit d'aller voir dans leurs quartiers bien tranquilles entourés de verdure et autours de leurs maisons. Pas questions de voir ses immigrants dans leurs communes. Alors, qu'ils ne viennent pas à nous donner des leçons de morale.

Écrit par : Manco | 15/02/2014

la TDG devra aussi demander pourquoi les Romands ont vote OUI a l'initiative de l'UDC. On sera bien surpris des témoignages bien au de-là des simples arguments politiciens car ce seront des témoignages durs et difficiles a comprendre tellement il y eu et il y a injustice et souffrance. Pourquoi la politique Suisse Romande à permis une telle injustice envers ses propres concitoyens. Je pense que si nous apprenons les témoignages de citoyens ou étrangers qu'ont souffert de cette ouverture du marché de l'emploi sauvage qui ne permettais que faire gagner de l'argent aux entrepreneurs et travailleurs frontaliers. Pas uniquement ceux qu'ont perdu leurs emplois au bénéfice d'un travailleur frontalier mais aussi ceux qui continuent a travailler dans des environnements malsains où il y a plus d'humanité ni de respect envers les locaux car les frontaliers sont devenus majoritaires et la loi aidant n'hésitent pas de casser du genevois pour en bénéficier eux et leurs amis ou famille de la richesse des emplois en Suisse Romande. Mobbing, pressions, insultes , moqueries, complots de toutes sortes pour s'en défaire des travailleurs locaux en inventant des stratégies dignes d'une mafia. Un système qu'existe depuis bien plus longtemps que les accords Schengen ou les accords bilatéraux, ces accord qu'ont légalisé des méthodes inhumains et scandaleux de ceux qui veulent uniquement en tirer profits. Nos jeunes apprentis, étudiants sont en péril dans cet environnement car jeunes et sans expérience se font maltraiter. Pas beaucoup restent tellement découragés de voir que personne ne s'intéresse a eux ou de voir qu'ils sont les malvenus. Un travail en Suisse représente une vie bien confortable de l'autre coté de la frontière et le rêve de EL DORADO doit se perpétuer pour ces travailleurs frontaliers car il faut absolument que tout la famille puise travailler en Suisse. Alors c'est facile de comprendre dans quelle société l'on évolue sans aucun contrôle ni protection pour les travailleurs locaux. Est-ce normale que dans une grande entreprise Suisse qui emploi des milliers de personnes dans le monde où la maison mère se trouve à Genève et que la majorité sont des travailleurs frontaliers français ? Est-ce normale que les chefs de services, leurs secrétaires et assistants soient des frontaliers habitant dans la même commune qu'eux ? Es ce normale qu'il arrivent a placer des frontaliers a des postes stratégiques comme responsable informatique, financier, service généraux sans compter le service technique, peintres, électriciens, surveillants etc etc etc ? On se croirait dans le régime de Poutine.
Les travailleurs locaux, ne peuvent plus se défendre et vont petit a petit vers la dépression sous les moqueries de ceux qu'ont pris le pouvoir chez nous. On connaît bien le savoir faire français dans cette matière. Et on veut faire en sorte maintenant de leur donner le pouvoir légalement grâce a la gauche et une certaine droite ? Ces politiciens ne connaissent en rien la réalité de l'ambiance au travail où les frontaliers existent. Paix au travail ? C'est plutôt la guerre au travail. La compétitivité, la productivité, la formation etc cache des choses bien moches. La communication ne passe pas que entre les frontaliers, on complote pour montrer que les frontaliers sont meilleurs, des coups montés pour nuire et mettre dans la faute les locaux, pannes informatiques qui ne visent que les travailleurs locaux. Imaginez comment pouvoir travailler dans cette ambiance et système bien établie chez nous. Nous ne gérons plus rien dans nos entreprises. Nos sommes des étrangers dans notre propre pays. Demandez des témoignages de ces personnes qu'ont du perdre leurs travail a cause d'une majorité frontalière et incontrôlée. Nous donnons le pouvoir a ceux qui ne sont pas des Suisses. Alors si les votations ne sont pas respectées on comprends bien dans quelle positions nous en sommes avec ces socialistes qui ne font que crées les conflits et la précarité.
Le seule et unique but des socialistes ainsi que les syndicats est de faire entrer la Suisse dans a communauté Européenne car ils sont complétement dépourvus de cette conscience que l'on appelle citoyenne, tant sollicité en ce moment et tant dénigrée car en ce moment pour beaucoup , être citoyen ou avoir une conscience citoyenne veut dire xénophobe ou raciste. Ils sont tort ces socialistes. Et si par malheurs ont remettrai en cause le résultat des votations du 9 février, l'histoire montrera que nous avons eu tort 'écouter les socialistes. Mais ce sera trop tard. il faudra alors les chercher pour lueur demander des comptes là où ils mèneront une retraite bien paisible pendant que le peuple souffrira les conséquences d'un mauvais choix.

Écrit par : Manco | 16/02/2014

Les commentaires sont fermés.