19/02/2014

L'étouffante politique éditoriale du Temps

 

Sur le vif - Mercredi 19.02.14 - 10.47h

 

"La faillite du modèle suisse": ahurissant papier de François Cherix dans le Temps. La Suisse, Monsieur le Mage aux douze Étoiles, se porte fort bien, et sa démocratie directe, le dimanche 9 février, a tout simplement fonctionné. Un système de consultation du peuple que tous nos voisins nous envient, tant ils en sont, eux, privés. On apprécie ou non le résultat, pour ma part je respecte votre tristesse, mais de quel droit venez-vous nous parler de faillite d'un modèle ? Il ne s'est jamais aussi bien porté, le modèle, et les peuples qui nous entourent aimeraient tant s'en rapprocher un peu. Les peuples, M. Cherix, pas les technocrates cooptés de Bruxelles !



Je vous propose, M. Cherix, de nous donner rendez-vous aux élections européennes de mai prochain. Nous verrons, ce dimanche-là, quelle construction technocratique a échoué, quel "modèle" est en faillite, quels résultats feront les euro-turbos, par rapport aux partis qui veulent rendre la parole aux peuples des différentes nations de l'UE. Oui, ce dimanche de mai, rétrospectivement, le vote de la Suisse, trois mois plutôt, pourrait bien apparaître, non comme l'insularité bizarroïde que vous voulez nous faire croire, mais comme le signal prémonitoire d'un petit peuple à ses voisins. Le signal d'un printemps démocratique, en Europe.



Vous parlez de "faillite du modèle" pour la seule raison que vous avez perdu. Vous eussiez gagné, même de très peu, vous eussiez immédiatement titré sur "la sagesse d'un peuple qui ne s'en laisse pas conter".



Depuis le 9 février, le Temps multiplie les textes de pleurnicheries et d'annonces d'Apocalypse. Il convoque tout le ban et l'arrière-ban des opposants à l'initiative, qui n'arrivent pas prendre acte - oui, simplement prendre acte - de la décision du 9 février. Ce jour-là, avec une bonne participation, le peuple et les cantons, sur la base d'une brochure parfaitement claire, ont pris leur décision en totale connaissance de cause. Ils veulent une régulation (pas un arrêt, une RE-GU-LA-TION !) des flux migratoires. Il s'agit maintenant de l'appliquer.



Quant à la politique éditoriale du Temps, caricaturale, elle confirme l'impérieuse nécessité de l'avènement, en Suisse romande, d'un espace médiatique - journal papier, site internet, radio, TV, ou plutôt le tout à la fois, cela reste à inventer - capable de porter une autre sensibilité. Parce que là, entre le Temps, la RTS, Ringier et Tamedia, nous sommes sous la dictature d'une pensée unique, étouffante.

 

Pascal Décaillet

 

10:47 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Heureusement, reste encore l'Agefi et François Schaller.

J'aurais vraiment apprécié que l'Agefi "ramasse" ce Temps au plus vite.

Écrit par : petard | 19/02/2014

"Depuis le 9 février, le Temps multiplie les textes de pleurnicheries et d'annonces d'Apocalypse."
Allez, on y va pour 4ème:
"Chef : Qu'il y a-t-il de mieux dans la vie ?
guerrier : L'immense steppe, un rapide coursier, des faucons à ton poing et le vent dans tes cheveux.
Chef : Faux ! Conan, qu'il y a-t-il de mieux dans la vie ?
Conan : Écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs femmes.
Chef : C'est bien."
La version attribuée à Gengis Khan parlait du plaisir de sentir les femmes et les filles de ses ennemis contre sa poitrine...
Dis papa, ceux qui s'opposaient à Gengis Khan, c'étaient des xénophobes ?

Bon, on dira ce qu'on voudra, mais ces cris de pleureuses me fait beaucoup de bien. Continuez, les gars...

Écrit par : Géo | 19/02/2014

Pour comprendre la Suisse, il faut lire "Antifragile: Things That Gain from Disorder", de l'essayiste libano-américain Nassim Nicholas Taleb. Cet homme a compris pourquoi les grands ensembles sont voués à disparaître. Il explique aussi pourquoi la Suisse est l'Etat le plus "antifragile" au monde. Sa modélisation se base, notamment, sur les théories mathématiques de Benoît Mandelbrot (qui est l'un des tout grands penseurs du XXème siècle).

Le monde est fractal. Tant pis pour ceux qui ne sont à l'aise que dans le confort illusoire des représentations linéaires. Ils sont, tôt ou tard, largués au bord de la route. Comme le Temps, dont les jours sont comptés, contrairement à ceux de notre pays.

Écrit par : Raphaël Baeriswyl | 19/02/2014

Le Temps est un journal fait par des gens de gauche qui simulent une opinion de droite.
Ce journal doit mourir pour que puisse renaître un nouveau média intellectuellement honnête.

Écrit par : JL | 19/02/2014

@JL
1. La liberté d'expression existe
2. Personne ne vous oblige à le lire
3. Il existe des médias de toute tendance, et heureusement
4. Rien ne vous empêche de créer un titre qui pourrait combler un marché porteur selon vous

Écrit par : Galileo | 19/02/2014

C'est que vrai que quand Hitler a été élu, la démocratie a effectivement fonctionné...

Écrit par : Jean | 19/02/2014

@JL, ce n'est pas parce que l'ont est pour l'ouverture de nos frontières que l'ont est automatiquement de gauche, au niveau "intellectuellement honnête" vous n'êtes pas vraiment dans le moule. Surtout que si "Le Temps" disparaît ça ne fera pas de la place pour un nouveau média "intellectuellement honnête", (honnête uniquement si il va dans votre sens ?) Mais cela fera bien plus de place pour les torchons qui peuplent nos contrées, torchons qui font largement la part belle aux conservateurs d'ailleurs, qui ont largement donné de la voix aux initiants du 9 février.

Écrit par : Jean | 19/02/2014

Hors connexion pendant une soixantaine d'heures. Amitiés à tous.

Écrit par : Pascal Décaillet | 19/02/2014

Il semble que beaucoup de gens dans les milieux d'affaires ont d'abord aboyés comme le souhaite le Temps en disant que cette votation est une catastrophe pour la Suisse, comment la population pouvait voter si mal et casser un système qui fonctionne "si bien" et blablabla...

Au fur et à mesure des jours le discours évolue. Quand même, cette Europe hyper bureaucratique c'est nul! Et ces Commissaires Européens non élus qui ont tellement de pouvoir! Et finalement, si c'était cette Europe dictatoriale qui sera mise à mal lors des votations en mai?

Et hier, coup de théâtre! Merkel très apaisante avec Burkhalter. Alors là, stupeur. Et si finalement, c'était bien moins pire que ce qu'on avait pensé avant?

On en est là avec leur état d'esprit.

A suivre...

Écrit par : La censure prospère en Suisse | 19/02/2014

Oui, un espace media digne de ce nom reste à créer, cela fait assez longtemps et assez souvent que je soulève ce manque.

Et comme je suis pugnace, je vais répéter la question tant de fois posée :

Qu'attendez-vous ?

Nous serons nombreux à vous soutenir, de mille façons. Ce sera financièrement pour les sponsors qui le peuvent, d'abonnements pour ceux qui peuvent moins, en terme de temps pour ceux qui ne le peuvent pas, en terme d'émissions clés en mains pour ceux qui en ont la capacité, en terme d'articles par les chroniqueurs, en terme de blogs pour les blogueurs.

La pub suivra ! Trop contente d'être lue par une grande majorité de la population qui en a marre. Elle n'a rien à se mettre sous la dent.

Tous ces gens là veulent un rédac-chef qui ait de l'éthique morale, humaine et non un lobby qui a pris le pouvoir sur toute la presse.

Je le répèterai 100 x, 1000 x s'il le faut. Même de ma tombe.

FONCEZ ! Vous en avez les capacités. Faites un sondage si besoin sur votre blog : Qui veut me suivre, comment, que souhaitez-vous ou pouvez-vous apporter par jour, par semaine, par mois ? Questionnaire en pdf à télécharger, à renvoyer par mail et surtout à élaborer soigneusement.

Cela donnera une idée à quel point le citoyen est prêt à s'investir pour une autre presse.

Écrit par : Jmemêledetout | 19/02/2014

Vos lignes sont tout particulièrement pertinentes. Toutefois, nous pourrions admettre avoir un effort à faire quant à la lecture de la brochure explicative des objets mis en votation qui accompagne le matériel de vote car, si la plupart d'entre nous ont retenu le mot "régulation" que dirions-nous concernant notre lecture de la brochure explicative en son entier? Quant à l'UE on se réjouit de constater que notre représentant, conduisant ses consultations en les capitales de l'UE ne s'est pas rendu à Bruxelles... Sur le Nouvel Obs de la semaine passée opinion de la Grèce sur l'UE: "désillusion"! Jean Rostand, qui croyait en l'Europe la définissait par deux mots clés: "pacifisme" et "humanisme". Or, que voyons-nous?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/02/2014

Concernant les technocrates cooptés de Bruxelles, d'on j'approuve la désignation, il y a tout de même une petite goutte d'eau citoyenne d'espoir dans ce marasme bureaucratique européen.

En effet, concernant le droit à l’eau pour tous les citoyens européens, le Parlement européen a tenu sa première audition officielle cette semaine pour une initiative citoyenne.

http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/content/20140204STO34708/html/Le-droit-%C3%A0-l%E2%80%99eau-premi%C3%A8re-audition-pour-une-initiative-citoyenne-europ%C3%A9enne

http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/content/20140214BKG36173/html/Initiative-citoyenne-l'eau-un-droit-humain

http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/content/20140217STO36262/html/Anne-Marie-Perret-%C2%AB-l%E2%80%99eau-n%E2%80%99est-pas-une-marchandise-%C2%BB

Espérons que cette initiative citoyenne ne soit pas noyée, dans le but de protéger les entreprises qui ont des intérêts financiers dans la gestion de l'eau. Une chose est sûre, une Europe qui s'en prend aux étudiants et aux chercheurs à cause de cette votation n'a aucun avenir. Tout système répressif s'en prend toujours d'abords aux intellectuels...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Initiative_citoyenne_europ%C3%A9enne


La réaction de M. Fathi Derder hier au journal de la Télé (Vaud-Fribourg), le 18 février, n'était pas triste non plus. Avec lui, la Suisse n'a plus qu'à mettre la clé sous la porte.

http://www.latele.ch/play?i=42925

Ici vécu la Suisse 1291-2014, foudroyée par l'acceptation d'une initiative populaire des ses citoyens et piétinée par les mesures de répression de l'Europe.

Vive la décroissance, et place au raisonnement.

Écrit par : Lucignolo | 19/02/2014

Et qu'attend notre parangon de justice, j'ai nommé Pascal Décaillet, pour crée cet espace qu'il appelle de ces vœux? Ou n'est-ce, enfin de compte, qu'une manière de profiler sa ligne éditoriale que de prôner quelque chose qu'il ne veut pas lui-même mettre en œuvre? Je connais bien des journalistes – j'en suis – qui seraient ravis de collaborer à quelque chose de neuf. Voire de mettre sur pied cette nouveauté.

Écrit par : Grégoire Barbey | 19/02/2014

Selon toute vraisemblance le sieur Cherix ne doit pas habiter dans un immeuble regroupant les représentants de toutes les nationalités et que pour se rendre à son travail il n'utilise aucunement les transports publics.

Je ne suis point xénophobe mais le bruit et les odeurs de merguez et sardines grillées sur les balcons je les laisse aux autres.

En outre, qu’espère-t-il-lui si la Suisse commettait l'erreur d'entrer dans le charivari européen ?

Écrit par : Le passant ordinaire | 20/02/2014

L'Hebdo n'est pas en reste dans ce registre, j'ai fais d'ailleurs un petit billet sur mon site suite à un article paru ce jour qui m'a fait tomber les chaussettes ;-)
Monsieur Décaillet, merci pour ces avis différents qui détonne dans le monde des médias suisses actuels.

Écrit par : Cosandey | 20/02/2014

Le Temps est en plein délire. Avec ses journalistes donneurs de leçons qui vomissent sur ce peuple imbécile incapable de suivre ceux qui savent : eux. Vraiment triste quand on songe au Journal de Genève...Autant lire 20 minutes, c'est nul mais assumé.

Écrit par : Leyvraz Eric | 21/02/2014

Le Temps comme Libération : le chant du cygne. Les deux sont en train de crever la gueule ouverte et cela fait mal. Espérons que l'agonie ne dure pas trop longtemps; les lamentations des pleureuses sont assez jouissives, mais à condition que cela ne dure pas trop longtemps...

Écrit par : Géo | 22/02/2014

Les commentaires sont fermés.